L'AMO intègre les soins dentaires en janvier    La RAM reprend des couleurs    Les journées du patrimoine    Décentraliser pour donner le pouvoir aux peuples du Printemps arabe    MU limite la casse chez WBA    KACM-DHJ et CRA-RSB : Des chocs sous le signe de l'équilibre    Le trophée de la Coupe du monde des clubs de football fait escale à Buenos Aires    L'aigle rabaisse ses ailes face aux turbulences, une idée à creuser pour l'aéronautique    Le kidnappeur de Nada derrière les barreaux    La promotion de la santé,un projet politique    La Chambre des représentants libyenne s'allie avec Khalifa Haftar    Activités du parti    La hausse de la TVA augure d'une nouvelle flambée des prix    Un "Halaltest" pour vérifier la teneur des aliments en viande porcine et en alcool    Le Maroc dégringole dans l'Indice mondial de la paix    Les déclarations irresponsables visant les syndicats formulées par le porte-parole du gouvernement vont à l'encontre de toutes les pratiques démocratiques    Isabelle Huppert présidera le jury long métrage de la 14ème édition du FIFM    David Guetta : "Non ! Je ne prends pas de drogue !"    Les démêlés judiciaires des stars : Nagui    Ebola : Samsung fait un don de 8 MDH en smartphones    Import/export: le Maroc et le Qatar misent 220 MDH    Alger perd ses... barils et les nerfs    Du pétrole au large d'Ifni : ONHYM parle d'indices positives    Isabelle Huppert, présidente du jury du FIFM 2014    USFP: « La Promotion de la Santé : Projet Politique » thème d'une rencontre animé par le Pr. Moulay Ahmed El Iraqi    31,19 MDH pour la compensation en 2015    Le projet de la charte de la déconcentration dévoilée en décembre    Nouveau magistrat pour l'affaire Hammouchi    Province d'Ifrane : Trois écoles primaires décrochent le label Pavillon Vert    Sidi Ali au Congrès national de nutrition médicale    Le mot pour rire: Ascension bloquée    Ebola : L'OMS annonce officiellement la fin de l'épidémie au Nigeria    Palestine: L'Allemagne accepte de vendre à Israël des bateaux lance-missiles    Salon du cheval d'El Jadida : Le show commence    Open d'Afrique du Sud : Bonne prestation de Maha Haddioui    Points chauds en Europe : Le Bayern Munich et le Real Madrid cartonnent    CAF : Lagos accueillera la cérémonie des Awards GLO-CAF 2014 en janvier 2015    Une rencontre très agitée... : Des blessés, des arrestations et une défaite amère    Entre Ebola, Da'ech et soucis quotidiens des Marocains : Atmosphère délétère    Agression de citoyens marocains par des soldats algériens : Le Comité exécutif de l'Istiqlal condamne, et interpelle le gouvernement pour prendre les mesures qui s'imposent    La presse internationale décortique le régime algérien : «Léthargie», «malaise général», «colère sourde» et... pronostic vital «engagé»    Syrie : L'armée américaine largue des armes aux Kurdes près de Kobané    Éducation : Alertes et critiques    De la question culturelle...    Agriculture : Crédit Agricole du Maroc soutient des projets d'irrigation    News    Patrimoine culturel: une délégation palestinienne visite le Maroc    L'Institut Français d'El Jadida baptise sa Médiathèque: " Feu Driss Chraïbi"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Driss Dahak, le magistrat écolo
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 25 - 01 - 2012

Driss Dahak se retrouve à la tête du Secrétariat général du gouvernement. Ce département est pour l'essentiel de sa mission le filtre juridique des projets de textes gouverne-mentaux. C'est donc par ce Monsieur que passeraient les différents textes de loi.
Le secrétaire général actuel du gouvernement Benkirane est le même que celui du gouvernement El Fassi. La nomination de Driss Dahak est loin de susciter une quelconque indignation, pas un émoi de déception. Si cela témoigne d'une chose, c'est bien que ce successeur de Feu Abdessadek Rabiî est à sa bonne place. Son cursus académique en témoigne au même titre qu'une carrière judiciaire éloquente aux niveaux national, arabe et international. M. Dahak a été nommé secrétaire général du gouvernement El Fassi en remplacement de Abdessadek Rabiî décédé le 12 août 2008. Ayant fait ses preuves, il a été reconduit dans son poste le 3 janvier 2012 lors de la formation du gouvernement Benkirane. Ce haut commis de l'Etat marocain est réputé pour son humilité, son expérience et sa sagesse qui ont fait de lui un acteur clé dans la législation du Maroc moderne. Un monde qui lui est tout sauf méconnu. Ce natif de Ksar El Kébir et père de 3 enfants, a été premier magistrat du Royaume. Il faut dire qu'il avait les atouts pour cela. M. Dahak est docteur en droit de l'Université de Nice, licencié de l'Université de Bagdad, titulaire de diplômes supérieurs de droit aérien, maritime et des assurances de l'Université de Bruxelles. Si l'on se base sur le long curriculum vitae de ce juriste, on en déduirait une évidence : le secrétaire général du gouvernement Benkirane est branché Vert. Preuve à l'appui, il est membre expert auprès des Nations Unies en matière de droit maritime et d'environnement. Ce n'est pas tout, M. Dahak est également membre et expert auprès de plusieurs commissions et organisations au Maroc et auprès des Nations Unies en matière des droits de l'Homme. A ce titre, il a été président du Conseil consultatif des droits de l'Homme (CCDH) et il a été reconduit en 2002 à la présidence du Comité international de coordination des institutions nationales de promotion et de protection des droits de l'Homme. M. Dahak a défilé durant sa carrière sur plusieurs postes au point qu'il est difficile de les citer tous. D'un substitut du procureur du Roi près le Tribunal de Nador à un juge d'instruction à Tanger, il a été ensuite substitut du procureur général de la Cour d'appel de cette même ville. Aux tribunaux de Tétouan, Tanger et El Jadida, il a été procureur du Roi. Et c'est à Rabat qu'on lui a confié les postes de conseiller à la Cour d'appel, conseiller à la Cour suprême, détaché au ministère de la justice et directeur de l'Institut national d'études judiciaires. Polyglote, M. Dahak est connu pour être un grand diplomate. Si cette qualité lui a coûté quelques critiques dans la mesure où son entourage disait de lui qu'il était : «plus diplomate que juriste», elle l'a également conduit au poste d'ambassadeur. En effet, de 1989 à 1994, M. Dahak a été ambassadeur du Maroc en Syrie. Il a même été décoré de l'Ordre du mérite syrien de premier grade. La Syrie n'est pas le seul pays à reconnaître les compétences de ce magistrat puisque durant son parcours, il s'est vu décoré du Ouissam Al Arch de l'Ordre de chevalier ainsi que des insignes de commandeur de l'ordre du mérite national français. Aujourd'hui, Driss Dahak se retrouve à la tête du Secrétariat général du gouvernement. Ce département est pour l'essentiel de sa mission le filtre juridique des projets de textes gouvernementaux. C'est donc par ce Monsieur que passeraient les différents textes de loi durant tout le mandat du gouvernement Benkirane dont il devrait assurer le bon fonctionnement. Dans une intervention, il indique que : «l'équité est un idéal vers lequel il faut tendre. C'est en prônant un droit positif que nous y arriverons. Mais il est plus réaliste de viser une justice humaine». Ambitieux ou réaliste, une chose est sûre, c'est lui qu'on place au carrefour des institutions de l'Etat d'aujourd'hui. Il a plusieurs défis sur la table, les solutions devraient le devenir également.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.