Le Boudoir, au bonheur de ses dames    Chambao, star de Chaouen !    Fiscalisation du capital non productif :Pourquoi l'Etat a-t-il la main si légère ?    Un programme d'enseignement de la langue arabe pour les étrangers    Plan d'accélération industrielle : MHE a-t-il convaincu ?    TANJAzz 2016 fête le jazz au féminin !    Les œuvres de Picasso bientôt exposées au Maroc !    Prince pour toujours...    Les crédits aux entreprises baissent pour la première fois en 15 ans    Bourse : Marsa Maroc prend le large dès la première séance    Légitimité    Mme Bouaida expose à Washington l'expérience marocaine en matière de lutte contre le terrorisme et l'extrémisme violent    énergie : Le Maroc intéressé par le gaz russe    Loi sur Les petites bonnes : Seddiki isolé dans les commissions    Cop22 : Débat sur la mobilisation des financements verts    Audiovisuel: La CARTI s'allie à l'ISMAC    Budget 2016 : Boussaïd fait le point    La fin du monde ?    Ankara annonce l'instauration de l'état d'urgence pour trois mois    Washington promet la "transparence" sur les victimes civiles en Syrie    La FAO appelle à combler le fossé entre la foresterie et l'agriculture    Tentative de putsch en Turquie: Ankara annonce trois mois d'état d'urgence pour trois mois    Ficeler les contrats commerciaux après le Brexit    Energie : L'appétit russe pour le marché marocain    Kamal Lahlou : Se qualifier à 13 disciplines aux JO est une belle performance pour le Maroc    Maha Haddioui bel et bien aux Olympiades    Guéguerre interprésidentielle au Raja    JO-2016 : Voici les athlètes qui représenteront le Maroc dans 13 disciplines    Maha Haddioui, première joueuse de golf arabe à participer aux Jeux olympiques de Rio    Moghreb de Fès : 6 millions de DH de dettes    Total, sponsor officiel du football africain    Tournoi international de Taekwondo en Palestine : Le Maroc vainqueur de la 1ère édition    Le CESE planche sur la RSO    Cour de justice européenne : La défense de l'UE bat en brèche les arguments du polisario    Un retour nécessaire    Un système de téléphonie pour les pensionnaires de la prison locale Aïn Sebaâ I    2.076 personnes arrêtées en flagrant délit à Marrakech    Divers    Le projet de loi contre la violence à l'égard des femmes adopté au parlement    Le torchon brûle entre la MGPAP et les médecins    Bilan parlementaire : Le retard législatif en partie surmonté    Avec la Smartboy, transformez votre smartphone Android... en Game Boy    Remise à Rabat du Prix Hassan II pour l'environnement    Le retour béni du Maroc à l'Union africaine    Lahcen Laassibi ravive la mémoire du résistant Moulay Larbi Chabbi Chtouki    Noureddine Sail: Le plan séquence, une reconnaissance et une admiration totale pour le théâtre    Oujda abrite le premier Festival arabe du théâtre des jeunes    Bouillon de Culture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Driss Dahak, le magistrat écolo
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 25 - 01 - 2012

Driss Dahak se retrouve à la tête du Secrétariat général du gouvernement. Ce département est pour l'essentiel de sa mission le filtre juridique des projets de textes gouverne-mentaux. C'est donc par ce Monsieur que passeraient les différents textes de loi.
Le secrétaire général actuel du gouvernement Benkirane est le même que celui du gouvernement El Fassi. La nomination de Driss Dahak est loin de susciter une quelconque indignation, pas un émoi de déception. Si cela témoigne d'une chose, c'est bien que ce successeur de Feu Abdessadek Rabiî est à sa bonne place. Son cursus académique en témoigne au même titre qu'une carrière judiciaire éloquente aux niveaux national, arabe et international. M. Dahak a été nommé secrétaire général du gouvernement El Fassi en remplacement de Abdessadek Rabiî décédé le 12 août 2008. Ayant fait ses preuves, il a été reconduit dans son poste le 3 janvier 2012 lors de la formation du gouvernement Benkirane. Ce haut commis de l'Etat marocain est réputé pour son humilité, son expérience et sa sagesse qui ont fait de lui un acteur clé dans la législation du Maroc moderne. Un monde qui lui est tout sauf méconnu. Ce natif de Ksar El Kébir et père de 3 enfants, a été premier magistrat du Royaume. Il faut dire qu'il avait les atouts pour cela. M. Dahak est docteur en droit de l'Université de Nice, licencié de l'Université de Bagdad, titulaire de diplômes supérieurs de droit aérien, maritime et des assurances de l'Université de Bruxelles. Si l'on se base sur le long curriculum vitae de ce juriste, on en déduirait une évidence : le secrétaire général du gouvernement Benkirane est branché Vert. Preuve à l'appui, il est membre expert auprès des Nations Unies en matière de droit maritime et d'environnement. Ce n'est pas tout, M. Dahak est également membre et expert auprès de plusieurs commissions et organisations au Maroc et auprès des Nations Unies en matière des droits de l'Homme. A ce titre, il a été président du Conseil consultatif des droits de l'Homme (CCDH) et il a été reconduit en 2002 à la présidence du Comité international de coordination des institutions nationales de promotion et de protection des droits de l'Homme. M. Dahak a défilé durant sa carrière sur plusieurs postes au point qu'il est difficile de les citer tous. D'un substitut du procureur du Roi près le Tribunal de Nador à un juge d'instruction à Tanger, il a été ensuite substitut du procureur général de la Cour d'appel de cette même ville. Aux tribunaux de Tétouan, Tanger et El Jadida, il a été procureur du Roi. Et c'est à Rabat qu'on lui a confié les postes de conseiller à la Cour d'appel, conseiller à la Cour suprême, détaché au ministère de la justice et directeur de l'Institut national d'études judiciaires. Polyglote, M. Dahak est connu pour être un grand diplomate. Si cette qualité lui a coûté quelques critiques dans la mesure où son entourage disait de lui qu'il était : «plus diplomate que juriste», elle l'a également conduit au poste d'ambassadeur. En effet, de 1989 à 1994, M. Dahak a été ambassadeur du Maroc en Syrie. Il a même été décoré de l'Ordre du mérite syrien de premier grade. La Syrie n'est pas le seul pays à reconnaître les compétences de ce magistrat puisque durant son parcours, il s'est vu décoré du Ouissam Al Arch de l'Ordre de chevalier ainsi que des insignes de commandeur de l'ordre du mérite national français. Aujourd'hui, Driss Dahak se retrouve à la tête du Secrétariat général du gouvernement. Ce département est pour l'essentiel de sa mission le filtre juridique des projets de textes gouvernementaux. C'est donc par ce Monsieur que passeraient les différents textes de loi durant tout le mandat du gouvernement Benkirane dont il devrait assurer le bon fonctionnement. Dans une intervention, il indique que : «l'équité est un idéal vers lequel il faut tendre. C'est en prônant un droit positif que nous y arriverons. Mais il est plus réaliste de viser une justice humaine». Ambitieux ou réaliste, une chose est sûre, c'est lui qu'on place au carrefour des institutions de l'Etat d'aujourd'hui. Il a plusieurs défis sur la table, les solutions devraient le devenir également.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.