Hamdallah marque son 15ème but. (VIDEO) Spécial    Le DHJ et le MAS contraints au nul à domicile    Labyad frappe de nouveau!    Abdelmajid Douieb    Le Maroc 3e importateur mondial de matériel militaire français    Le ministre luxembourgeois des Affaires étrangères lundi au Maroc    Espagne accorde au Maroc un prêt de 25 millions d'euros    El Ghazi s'illuste devant Belhassani et Tannane    RAM: 4 nouvelles lignes cargo vers l'Afrique subsaharienne    Accord Maroc-UE: 49 bateaux espagnols prêts à pêcher dès la semaine prochaine    L'iPhone 6 déjà contrefait en Chine    Coopération religieuse: le Maroc et l'Egypte signent un accord    Tit Mellil : un seul cas de lèpre détecté dans un hôpital psychiatrique    Casablanca : En protestant contre un policier, il s'immole par le feu    Des risques à prendre au sérieux    Mieux vaut en rire: Ne paslire et ne rien comprendre...    Ses toiles brillent en Grèce    Moody's confirme la notation du Maroc    La rentrée scolaire 2014-2015 s'est déroulée dans des conditions bonnes et normales    Six ans de prison pour un meurtre    Plan Biladi et CPR : Les projets tardent à El Jadida    Coupe Continentale de l'IAAF (Marrakech 2014): 89 athlètes africains dont 4 Marocaines en lice    Mohammed VI, 5e musulman le plus influent au monde    Les surnoms des sportifs : Lionel Messi, ‘la Pulga'    Les meilleures pointures du monde de l'athlétisme en compétition à Marrakech    Les présidents de région rejettent le projet de loi organique sur la régionalisation    Régularisation massive de femmes migrantes en situation irrégulière    Valery Vorobiev : "Le Maroc est le pays le plus agréable, prometteur et favorable pour le développement des relations bilatérales"    Adapter le système de classement hôtelier à l'évolution des exigences des touristes    Le halal suscite l'appétit des exportateurs marocains    Divers Economie    Des requins fans de hard-rock    Insolite    News    Contestant les décisions iniques de Benkirane, le SNESUP recourt à la grève    Le Concours international de piano souffle sa 20ème bougie    L'Orchestre philharmonique du Maroc fait sa rentrée    Made In Bled en concert à Casablanca    Edito: Terreur    Hors champ : Regain    Le grand plongeon !    Maroc : Démantèlement d'une cellule terroriste de 7 individus au service de Daech    Exposition de l'ASMAT – Fondation CDG « Quand l'art efface toutes les différences »    Afrique : Naissance à Rabat de l' UJPA    Virus Ebola: Le Liberia doit une fière chandelle à la RAM    Accord entre Sanaa et les rebelles Houtis    Les surnoms des sportifs : Eddy Merckx le Cannibale    Obama dévoile son plan contre l'EI    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Driss Dahak, le magistrat écolo
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 25 - 01 - 2012

Driss Dahak se retrouve à la tête du Secrétariat général du gouvernement. Ce département est pour l'essentiel de sa mission le filtre juridique des projets de textes gouverne-mentaux. C'est donc par ce Monsieur que passeraient les différents textes de loi.
Le secrétaire général actuel du gouvernement Benkirane est le même que celui du gouvernement El Fassi. La nomination de Driss Dahak est loin de susciter une quelconque indignation, pas un émoi de déception. Si cela témoigne d'une chose, c'est bien que ce successeur de Feu Abdessadek Rabiî est à sa bonne place. Son cursus académique en témoigne au même titre qu'une carrière judiciaire éloquente aux niveaux national, arabe et international. M. Dahak a été nommé secrétaire général du gouvernement El Fassi en remplacement de Abdessadek Rabiî décédé le 12 août 2008. Ayant fait ses preuves, il a été reconduit dans son poste le 3 janvier 2012 lors de la formation du gouvernement Benkirane. Ce haut commis de l'Etat marocain est réputé pour son humilité, son expérience et sa sagesse qui ont fait de lui un acteur clé dans la législation du Maroc moderne. Un monde qui lui est tout sauf méconnu. Ce natif de Ksar El Kébir et père de 3 enfants, a été premier magistrat du Royaume. Il faut dire qu'il avait les atouts pour cela. M. Dahak est docteur en droit de l'Université de Nice, licencié de l'Université de Bagdad, titulaire de diplômes supérieurs de droit aérien, maritime et des assurances de l'Université de Bruxelles. Si l'on se base sur le long curriculum vitae de ce juriste, on en déduirait une évidence : le secrétaire général du gouvernement Benkirane est branché Vert. Preuve à l'appui, il est membre expert auprès des Nations Unies en matière de droit maritime et d'environnement. Ce n'est pas tout, M. Dahak est également membre et expert auprès de plusieurs commissions et organisations au Maroc et auprès des Nations Unies en matière des droits de l'Homme. A ce titre, il a été président du Conseil consultatif des droits de l'Homme (CCDH) et il a été reconduit en 2002 à la présidence du Comité international de coordination des institutions nationales de promotion et de protection des droits de l'Homme. M. Dahak a défilé durant sa carrière sur plusieurs postes au point qu'il est difficile de les citer tous. D'un substitut du procureur du Roi près le Tribunal de Nador à un juge d'instruction à Tanger, il a été ensuite substitut du procureur général de la Cour d'appel de cette même ville. Aux tribunaux de Tétouan, Tanger et El Jadida, il a été procureur du Roi. Et c'est à Rabat qu'on lui a confié les postes de conseiller à la Cour d'appel, conseiller à la Cour suprême, détaché au ministère de la justice et directeur de l'Institut national d'études judiciaires. Polyglote, M. Dahak est connu pour être un grand diplomate. Si cette qualité lui a coûté quelques critiques dans la mesure où son entourage disait de lui qu'il était : «plus diplomate que juriste», elle l'a également conduit au poste d'ambassadeur. En effet, de 1989 à 1994, M. Dahak a été ambassadeur du Maroc en Syrie. Il a même été décoré de l'Ordre du mérite syrien de premier grade. La Syrie n'est pas le seul pays à reconnaître les compétences de ce magistrat puisque durant son parcours, il s'est vu décoré du Ouissam Al Arch de l'Ordre de chevalier ainsi que des insignes de commandeur de l'ordre du mérite national français. Aujourd'hui, Driss Dahak se retrouve à la tête du Secrétariat général du gouvernement. Ce département est pour l'essentiel de sa mission le filtre juridique des projets de textes gouvernementaux. C'est donc par ce Monsieur que passeraient les différents textes de loi durant tout le mandat du gouvernement Benkirane dont il devrait assurer le bon fonctionnement. Dans une intervention, il indique que : «l'équité est un idéal vers lequel il faut tendre. C'est en prônant un droit positif que nous y arriverons. Mais il est plus réaliste de viser une justice humaine». Ambitieux ou réaliste, une chose est sûre, c'est lui qu'on place au carrefour des institutions de l'Etat d'aujourd'hui. Il a plusieurs défis sur la table, les solutions devraient le devenir également.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.