Le Roi à Laâyoune    Provinces du Sud : Plus de 2 milliards de DH pour l'eau    L'attrait des énergies renouvelables    Qatar Petroleum et Chevron en exploration au sud du Maroc    La Corée du Nord poursuit ses provocations    Produits chimiques    Tayeb Saddiki, le dernier des géants    Double musée pour la Fondation Bergé-Saint Laurent    Coups de semonce de Séoul contre un patrouilleur nord-coréen    Des dizaines de victimes dans un tremblement de terre à Taïwan    L'investigation dérange beaucoup au Maroc    Le processus des réformes des retraites exposé à Rabat    Un pharmacien veut populariser la cuisine soudanaise    La vision entrepreneuriale au centre d'une table ronde à Marrakech    Chakib Bouallou : Les sources d'énergies renouvelables permettront au Maroc de réduire sa dépendance énergétique    Beyonce vire tout son staff avant la sortie de son nouvel album    Bouillon de culture    Education et illusions d'optique : L'échec du multilinguisme en Europe et en France, une leçon pour l'enseignement au Maroc ?    Taekwondo : Tournoi pré-olympique africain d'Agadir : Omar Hajami (-58 kg) qualifié au JO de Rio 2016    boxe : Le Mexique et l'Angleterre : Deux sorties, deux défaites...    Corée du Nord : Pyongyang procède au tir de sa fusée    Présidence Fifa : L'Afrique soutient Cheikh Salman, désormais grand favori    Funérailles à Casablanca du célèbre dramaturge marocain    Démarrage du projet de renouvellement du parc gros porteurs au Sénégal : Une société marocaine livre 73 camions    Chioukhs et notables sahraouies expriment leur joie à l'occasion de la visite Royale    Iconoclaste...    Mobilisation contre les migrants en demi-teinte dans les rues européennes    Taekwondo : Omar Hajjami qualifié pour les JO de Rio    L'université marocaine au cœur du débat    Restauration : Quick ré-ouvre au Maroc    Mokotjo : Ziyech est un gagnant, une force en plus    Serghini s'illustre à l'Omega Dubaï Desert Classic    La finale mondiale du Challenge de saut d'obstacles au Maroc    Les services d'urgences de Marrakech font le plein    Plus de 630 tonnes de pesticides obsolètes seront détruites entre 2016 et 2017    Forum du Réseau des femmes arabes parlementaires : Main dans la main vers la justice et l'égalité    Allaitement : Bénéfique pour les bébés, les mamans et l'économie    Nouveau / Le gant du futur pour détecter le cancer du sein    RDC/ L'opposition réclame une relecture de la loi électorale    S.M. le Roi préside un Conseil des ministres à Laâyoune    Le Polisario devient le parrain officiel du trafic de drogue dans les camps de Tindouf    Youssef El-Arabi meilleur buteur de l'histoire du Granada CF Spécial    Une base arrière pour les organisations terroristes    Il était temps....    Carnet de voyage: / La chanson de l'esthète troubadour    Culture/ Exposition/ « Afrique, Art témoin » Société    Les daéchiens se rabattent sur la Libye    Droit et justice    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Driss Dahak, le magistrat écolo
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 25 - 01 - 2012

Driss Dahak se retrouve à la tête du Secrétariat général du gouvernement. Ce département est pour l'essentiel de sa mission le filtre juridique des projets de textes gouverne-mentaux. C'est donc par ce Monsieur que passeraient les différents textes de loi.
Le secrétaire général actuel du gouvernement Benkirane est le même que celui du gouvernement El Fassi. La nomination de Driss Dahak est loin de susciter une quelconque indignation, pas un émoi de déception. Si cela témoigne d'une chose, c'est bien que ce successeur de Feu Abdessadek Rabiî est à sa bonne place. Son cursus académique en témoigne au même titre qu'une carrière judiciaire éloquente aux niveaux national, arabe et international. M. Dahak a été nommé secrétaire général du gouvernement El Fassi en remplacement de Abdessadek Rabiî décédé le 12 août 2008. Ayant fait ses preuves, il a été reconduit dans son poste le 3 janvier 2012 lors de la formation du gouvernement Benkirane. Ce haut commis de l'Etat marocain est réputé pour son humilité, son expérience et sa sagesse qui ont fait de lui un acteur clé dans la législation du Maroc moderne. Un monde qui lui est tout sauf méconnu. Ce natif de Ksar El Kébir et père de 3 enfants, a été premier magistrat du Royaume. Il faut dire qu'il avait les atouts pour cela. M. Dahak est docteur en droit de l'Université de Nice, licencié de l'Université de Bagdad, titulaire de diplômes supérieurs de droit aérien, maritime et des assurances de l'Université de Bruxelles. Si l'on se base sur le long curriculum vitae de ce juriste, on en déduirait une évidence : le secrétaire général du gouvernement Benkirane est branché Vert. Preuve à l'appui, il est membre expert auprès des Nations Unies en matière de droit maritime et d'environnement. Ce n'est pas tout, M. Dahak est également membre et expert auprès de plusieurs commissions et organisations au Maroc et auprès des Nations Unies en matière des droits de l'Homme. A ce titre, il a été président du Conseil consultatif des droits de l'Homme (CCDH) et il a été reconduit en 2002 à la présidence du Comité international de coordination des institutions nationales de promotion et de protection des droits de l'Homme. M. Dahak a défilé durant sa carrière sur plusieurs postes au point qu'il est difficile de les citer tous. D'un substitut du procureur du Roi près le Tribunal de Nador à un juge d'instruction à Tanger, il a été ensuite substitut du procureur général de la Cour d'appel de cette même ville. Aux tribunaux de Tétouan, Tanger et El Jadida, il a été procureur du Roi. Et c'est à Rabat qu'on lui a confié les postes de conseiller à la Cour d'appel, conseiller à la Cour suprême, détaché au ministère de la justice et directeur de l'Institut national d'études judiciaires. Polyglote, M. Dahak est connu pour être un grand diplomate. Si cette qualité lui a coûté quelques critiques dans la mesure où son entourage disait de lui qu'il était : «plus diplomate que juriste», elle l'a également conduit au poste d'ambassadeur. En effet, de 1989 à 1994, M. Dahak a été ambassadeur du Maroc en Syrie. Il a même été décoré de l'Ordre du mérite syrien de premier grade. La Syrie n'est pas le seul pays à reconnaître les compétences de ce magistrat puisque durant son parcours, il s'est vu décoré du Ouissam Al Arch de l'Ordre de chevalier ainsi que des insignes de commandeur de l'ordre du mérite national français. Aujourd'hui, Driss Dahak se retrouve à la tête du Secrétariat général du gouvernement. Ce département est pour l'essentiel de sa mission le filtre juridique des projets de textes gouvernementaux. C'est donc par ce Monsieur que passeraient les différents textes de loi durant tout le mandat du gouvernement Benkirane dont il devrait assurer le bon fonctionnement. Dans une intervention, il indique que : «l'équité est un idéal vers lequel il faut tendre. C'est en prônant un droit positif que nous y arriverons. Mais il est plus réaliste de viser une justice humaine». Ambitieux ou réaliste, une chose est sûre, c'est lui qu'on place au carrefour des institutions de l'Etat d'aujourd'hui. Il a plusieurs défis sur la table, les solutions devraient le devenir également.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.