Et l'usage des drogues alors ?    Alerte météo : Des vents de 70 km/h attendus cet après-midi    La Bourse débute le second semestre dans le vert    Une analyse à l'emporte-pièce, dépourvue de valeur ajoutée    Emploi à temps partiel: Une passerelle vers un emploi durable?    Une forte vague de chaleur frappe le Maroc    Mort de José Antonio Martinez : L'autopsie réalisée en Espagne contredit la version marocaine    Terrorisme, coopération Maroco-belge    Produits alimentaires, l'ONSSA contrôle 18 millions de tonnes en 2014 ...    Le saoudien Asas Investments prend pied à Anfa Place    Vers un relèvement du plafond de la garantie Damane Sakane ?    Certification Tripadvisor pour le zoo de Rabat    Les terroristes de l'assiette    Insultes d'Ahmed Mansour à l'encontre des journalistes marocains : La FMEJ dénonce une humiliation    Les services de sécurité bordelais déjouent une tentative algérienne d'implantation de cellules terroristes dormantes    Au moins 22 morts dans des frappes de la coalition sur Raqa capitale de l'EI    L'état d'urgence décrété en Tunisie    Les grandes puissances et l'Iran dans la dernière ligne sur le nucléaire    Mastour décline la convocation de Benabicha    Divers    Fouzi Lekjaa: La FRMF procédera au parachèvement de ses instances sur la base d'une approche participative    Nouveau dérapage d'Abou Naim    Charivari à l'Instance nationale de protection des biens publics    Meriem Bensalah Chaqroun se confie à Libé    La BM accorde plus de 250 millions de dollars au Maroc    Hausse de l'encours de la dette extérieure publique    Regroupement familial    Le taux de récidive chez les détenus en net recul    Une ambiance de piété et des traditions ancestrales à Oujda    Abderrahim Jairane La critique marocaine devrait se frayer son propre chemin    Portrait : Alicia Vikander    Syrie Si loin si proche    Ministre de l'Intérieur espagnol :il existe un "risque élevé" d'attentat terroriste    La RAM transporteur officiel du Festival Ecrans Noirs    Timitar 2015 : Hindi Zahra chantera auprès des Rayssate    Sébastien Loeb: «Je ne dirais pas que ce fut un bon week-end pour moi au Castellet»    Copa America 2015: le Chili sacré pour la première fois    Indépendance d'Algérie : SM le Roi Mohammed VI félicite M. Abdelaziz Bouteflika    Les Grecs votent sur leur avenir politique et financier    Etats-Unis / Cuba / Rétablissement des relations diplomatiques entre Washington et La Havane    Wimbledon : La saison noire continue pour Nadal    ASS/Al Ahram / Quiproquo autour du transfert de Laâchir / La fuite en avant...    Tennis : Reconstitution du Bureau fédéral / Moins... trois !    Egypte : Daesh est-il en train d'ouvrir un front au Sinaï    Ciné-Script: Acteur: les risques du métier    Ciné - scope : Actuellement en salles : "Un voisin trop parfait" de Rob Cohen    Ciné - star/ Festival de Marrakech 2015 : Francis Ford Coppola Président du jury    Hamid Chabat invité de l'émission « Daïf Al Oula »/ Appel à des débats nationaux sur les grandes questions qui préoccupent les Marocains    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Driss Dahak, le magistrat écolo
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 25 - 01 - 2012

Driss Dahak se retrouve à la tête du Secrétariat général du gouvernement. Ce département est pour l'essentiel de sa mission le filtre juridique des projets de textes gouverne-mentaux. C'est donc par ce Monsieur que passeraient les différents textes de loi.
Le secrétaire général actuel du gouvernement Benkirane est le même que celui du gouvernement El Fassi. La nomination de Driss Dahak est loin de susciter une quelconque indignation, pas un émoi de déception. Si cela témoigne d'une chose, c'est bien que ce successeur de Feu Abdessadek Rabiî est à sa bonne place. Son cursus académique en témoigne au même titre qu'une carrière judiciaire éloquente aux niveaux national, arabe et international. M. Dahak a été nommé secrétaire général du gouvernement El Fassi en remplacement de Abdessadek Rabiî décédé le 12 août 2008. Ayant fait ses preuves, il a été reconduit dans son poste le 3 janvier 2012 lors de la formation du gouvernement Benkirane. Ce haut commis de l'Etat marocain est réputé pour son humilité, son expérience et sa sagesse qui ont fait de lui un acteur clé dans la législation du Maroc moderne. Un monde qui lui est tout sauf méconnu. Ce natif de Ksar El Kébir et père de 3 enfants, a été premier magistrat du Royaume. Il faut dire qu'il avait les atouts pour cela. M. Dahak est docteur en droit de l'Université de Nice, licencié de l'Université de Bagdad, titulaire de diplômes supérieurs de droit aérien, maritime et des assurances de l'Université de Bruxelles. Si l'on se base sur le long curriculum vitae de ce juriste, on en déduirait une évidence : le secrétaire général du gouvernement Benkirane est branché Vert. Preuve à l'appui, il est membre expert auprès des Nations Unies en matière de droit maritime et d'environnement. Ce n'est pas tout, M. Dahak est également membre et expert auprès de plusieurs commissions et organisations au Maroc et auprès des Nations Unies en matière des droits de l'Homme. A ce titre, il a été président du Conseil consultatif des droits de l'Homme (CCDH) et il a été reconduit en 2002 à la présidence du Comité international de coordination des institutions nationales de promotion et de protection des droits de l'Homme. M. Dahak a défilé durant sa carrière sur plusieurs postes au point qu'il est difficile de les citer tous. D'un substitut du procureur du Roi près le Tribunal de Nador à un juge d'instruction à Tanger, il a été ensuite substitut du procureur général de la Cour d'appel de cette même ville. Aux tribunaux de Tétouan, Tanger et El Jadida, il a été procureur du Roi. Et c'est à Rabat qu'on lui a confié les postes de conseiller à la Cour d'appel, conseiller à la Cour suprême, détaché au ministère de la justice et directeur de l'Institut national d'études judiciaires. Polyglote, M. Dahak est connu pour être un grand diplomate. Si cette qualité lui a coûté quelques critiques dans la mesure où son entourage disait de lui qu'il était : «plus diplomate que juriste», elle l'a également conduit au poste d'ambassadeur. En effet, de 1989 à 1994, M. Dahak a été ambassadeur du Maroc en Syrie. Il a même été décoré de l'Ordre du mérite syrien de premier grade. La Syrie n'est pas le seul pays à reconnaître les compétences de ce magistrat puisque durant son parcours, il s'est vu décoré du Ouissam Al Arch de l'Ordre de chevalier ainsi que des insignes de commandeur de l'ordre du mérite national français. Aujourd'hui, Driss Dahak se retrouve à la tête du Secrétariat général du gouvernement. Ce département est pour l'essentiel de sa mission le filtre juridique des projets de textes gouvernementaux. C'est donc par ce Monsieur que passeraient les différents textes de loi durant tout le mandat du gouvernement Benkirane dont il devrait assurer le bon fonctionnement. Dans une intervention, il indique que : «l'équité est un idéal vers lequel il faut tendre. C'est en prônant un droit positif que nous y arriverons. Mais il est plus réaliste de viser une justice humaine». Ambitieux ou réaliste, une chose est sûre, c'est lui qu'on place au carrefour des institutions de l'Etat d'aujourd'hui. Il a plusieurs défis sur la table, les solutions devraient le devenir également.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.