Tanger Med installe le 24 h/24 pour l'export    Le WAC au petit trot : L'AS.FAR se fait peur    Report de la CAN: des sanctions seraient "dénuées de tout fondement"    Messi dans la légende, Chelsea et Shakhtar en 8ème    VOLLEY BALL: Smatches    Autour du monde    L'Egypte rouvre pour quelques heures le point de passage de Rafah vers Gaza    Sahara marocain : Les Etats du CCG et la Jordanie réitèrent leur soutien à l'initiative d'autonomie    Algérie : L'excédent commercial fond de trois-quarts en deux ans    Image de l'Islam en Occident : L'ère des raccourcis    SM le Roi effectue à partir de jeudi une visite officielle en République Populaire de Chine : Une ère nouvelle dans les relations bilatérales    Suite au dépôt d'un projet d'offre publique de retrait : Reconduction de la suspension des titres «CGI»    Le Canada octroie 8 millions de dollars pour aider les jeunes marocains    Aide alimentaire héliportée aux habitants de zones isolées par les crues à Tighdiouine    Intempéries : Nouvelle grosse alerte : Fortes averses, fortes rafales, mer démontée et houleuse    3,4 millions de dollars pour le piano de "Casablanca"    Droits    Copa America 2015 : Argentine-Uruguay et Brésil-Colombie en têtes d'affiche    Le mot pour rire: Les nouveaux commandements...    Chine : un incendie dans une mine fait 26 morts.    Décès de la chanteuse libanaise Sabah    Des projets marocains choisis pour bénéficier des subventions du Fonds arabe pour la culture    À 20 ans, il invente un gel arrêtant les hémorragies    Activités du GPD-PPS à la Chambre des représentants    La rénovation des hôtels, une nécessité absolue !    Immobilier: La demande explose pour les petits appartements    Intempéries, l'Intérieur compte encore    Vote des lois : ça carbure sous la coupole !    Le cas AMDH    Le Code de la famille 10 ans après    La diaspora marocaine en appelle à la simplification des procédures    Fulla Laila et Nicolas Kemboi s'imposent au Semi-marathon de Laâyoune    Divers    Accès à la justice et droits de l'Homme    Activités du parti    Ramid pêche en eaux troubles    L'Union de l'action féministe lance «anissaya.net»    Des pluies torrentielles attendues sur le Maroc    La Fondation Ytto organise une journée de l'égalité    Qui rejoindra le Real Madrid et le Borussia Dortmund, ce soir ?    Divers sportifs    Activité industrielle en dents de scie durant le mois d'octobre    Saida Fikri retrouve son public    L'écrivain espagnol Juan Goytisolo, Prix Cervantès 2014    Mamoun Lahbabi ou la beauté d'une écriture dans le brouillard    Une plate-forme scientifique à vocation économique et culturelle    Une demeure de mémoire    Avec le réchauffement climatique, 50% de coups de foudre en plus aux Etats-Unis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Driss Dahak, le magistrat écolo
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 25 - 01 - 2012

Driss Dahak se retrouve à la tête du Secrétariat général du gouvernement. Ce département est pour l'essentiel de sa mission le filtre juridique des projets de textes gouverne-mentaux. C'est donc par ce Monsieur que passeraient les différents textes de loi.
Le secrétaire général actuel du gouvernement Benkirane est le même que celui du gouvernement El Fassi. La nomination de Driss Dahak est loin de susciter une quelconque indignation, pas un émoi de déception. Si cela témoigne d'une chose, c'est bien que ce successeur de Feu Abdessadek Rabiî est à sa bonne place. Son cursus académique en témoigne au même titre qu'une carrière judiciaire éloquente aux niveaux national, arabe et international. M. Dahak a été nommé secrétaire général du gouvernement El Fassi en remplacement de Abdessadek Rabiî décédé le 12 août 2008. Ayant fait ses preuves, il a été reconduit dans son poste le 3 janvier 2012 lors de la formation du gouvernement Benkirane. Ce haut commis de l'Etat marocain est réputé pour son humilité, son expérience et sa sagesse qui ont fait de lui un acteur clé dans la législation du Maroc moderne. Un monde qui lui est tout sauf méconnu. Ce natif de Ksar El Kébir et père de 3 enfants, a été premier magistrat du Royaume. Il faut dire qu'il avait les atouts pour cela. M. Dahak est docteur en droit de l'Université de Nice, licencié de l'Université de Bagdad, titulaire de diplômes supérieurs de droit aérien, maritime et des assurances de l'Université de Bruxelles. Si l'on se base sur le long curriculum vitae de ce juriste, on en déduirait une évidence : le secrétaire général du gouvernement Benkirane est branché Vert. Preuve à l'appui, il est membre expert auprès des Nations Unies en matière de droit maritime et d'environnement. Ce n'est pas tout, M. Dahak est également membre et expert auprès de plusieurs commissions et organisations au Maroc et auprès des Nations Unies en matière des droits de l'Homme. A ce titre, il a été président du Conseil consultatif des droits de l'Homme (CCDH) et il a été reconduit en 2002 à la présidence du Comité international de coordination des institutions nationales de promotion et de protection des droits de l'Homme. M. Dahak a défilé durant sa carrière sur plusieurs postes au point qu'il est difficile de les citer tous. D'un substitut du procureur du Roi près le Tribunal de Nador à un juge d'instruction à Tanger" class="city">Tanger, il a été ensuite substitut du procureur général de la Cour d'appel de cette même ville. Aux tribunaux de Tétouan, Tanger" class="city">Tanger et El Jadida, il a été procureur du Roi. Et c'est à Rabat" class="city">Rabat qu'on lui a confié les postes de conseiller à la Cour d'appel, conseiller à la Cour suprême, détaché au ministère de la justice et directeur de l'Institut national d'études judiciaires. Polyglote, M. Dahak est connu pour être un grand diplomate. Si cette qualité lui a coûté quelques critiques dans la mesure où son entourage disait de lui qu'il était : «plus diplomate que juriste», elle l'a également conduit au poste d'ambassadeur. En effet, de 1989 à 1994, M. Dahak a été ambassadeur du Maroc en Syrie. Il a même été décoré de l'Ordre du mérite syrien de premier grade. La Syrie n'est pas le seul pays à reconnaître les compétences de ce magistrat puisque durant son parcours, il s'est vu décoré du Ouissam Al Arch de l'Ordre de chevalier ainsi que des insignes de commandeur de l'ordre du mérite national français. Aujourd'hui, Driss Dahak se retrouve à la tête du Secrétariat général du gouvernement. Ce département est pour l'essentiel de sa mission le filtre juridique des projets de textes gouvernementaux. C'est donc par ce Monsieur que passeraient les différents textes de loi durant tout le mandat du gouvernement Benkirane dont il devrait assurer le bon fonctionnement. Dans une intervention, il indique que : «l'équité est un idéal vers lequel il faut tendre. C'est en prônant un droit positif que nous y arriverons. Mais il est plus réaliste de viser une justice humaine». Ambitieux ou réaliste, une chose est sûre, c'est lui qu'on place au carrefour des institutions de l'Etat d'aujourd'hui. Il a plusieurs défis sur la table, les solutions devraient le devenir également.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.