La résistance continue de bombarder les colonies sionistes    Discours du 20 août: Maturité du modèle de développement marocain    Tempêtes orageuses: Deux morts et plusieurs douars isolés à Taroudant    Obama appelle les Irakiens à s'unir contre les jihadistes    Transfert : Rojo rejoint Manchester United    Violences contre les migrants subsahariens: Il faut s'attaquer aux marchands de sommeil    Youssef Maaroufi : Un rêve qui tient sur deux-roues    Coup dur pour Schweinsteiger !    Lancement de la IVème phase de formation des participants au RGPH    Un quart des ménages américains en stress économique    La démocratie africaine est-elle au bout du canon ?    News    ONG et loi antiterroriste aggravent les pénuries alimentaires en Somalie    Plusieurs projets sociaux voient le jour à Dakhla    L‘heure de la rentrée a sonné pour les sélections nationales    Théocratie populiste L'alternance, une transition démocratique?    La jeunesse marocaine a une place de choix dans les politiques publiques    Les cadres et employés des Agences de développement dénoncent les décisions irresponsables de Benkirane    Benatia vers le Bayern    Clôture en beauté du Festival de l'humour à Safi    Les femmes à l'honneur à Tétouan    Les arts populaires s'invitent à Marrakech    Le premier acte de la Supercoupe d'Espagne accouche d'un nul    Divers    Nouvelles appréciées de la littérature arabe Fouzia Lbakr : Le collier en or    Divers    Aérien : Signature d'un accord de coopération entre la RAM et la brésilienne Gol    World Food Moscow : Le Maroc en force    Rothen : «Barrada va surprendre !»    Le Festival Voix de Femmes de Tétouan : Une 7ème édition dédiée à la méditerranée    Il fait l'actu : Samih al-Qasssim    Confiance économique des consommateurs : Plus 20 au Maroc    U20 : 20 joueurs en stage    61è anniversaire de la révolution du Roi et du Peuple : Grâce royale de 292 personnes    Benatia au Bayern, une question de quelques jours?    On est loin du compte ! par ( Jamal Berraoui )    Les ménages s'inquiètent: Niveau de vie, situation financière, épargne, chômage...    Immobilier: Dans quelle ville investir ?    Parlement. Les députés écourtent leurs vacances    Le Roi Mohammed VI prononcera un discours à la Nation mercredi soir    (R) évolution à la marocaine    Ces étudiants qui ne partent pas en vacances    Tahar Ben Jelloun: Je ne serai jamais ministre, parce que c'est un métier, et moi je ne suis pas compétent    Découverte de pièces d'or romaines vieilles de 1500 ans    Le Maroc envoie de nouveaux lots d'aide à Gaza    Gaza : Mahmoud Abbas à Doha pour des consultations avec Qatar et Hamas    Forum mondial des Droits de l'Homme : Marrakech abritera la 2ème édition en novembre    Casablanca : Nouvelle saisie de comprimés psychotropes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Driss Dahak, le magistrat écolo
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 25 - 01 - 2012

Driss Dahak se retrouve à la tête du Secrétariat général du gouvernement. Ce département est pour l'essentiel de sa mission le filtre juridique des projets de textes gouverne-mentaux. C'est donc par ce Monsieur que passeraient les différents textes de loi.
Le secrétaire général actuel du gouvernement Benkirane est le même que celui du gouvernement El Fassi. La nomination de Driss Dahak est loin de susciter une quelconque indignation, pas un émoi de déception. Si cela témoigne d'une chose, c'est bien que ce successeur de Feu Abdessadek Rabiî est à sa bonne place. Son cursus académique en témoigne au même titre qu'une carrière judiciaire éloquente aux niveaux national, arabe et international. M. Dahak a été nommé secrétaire général du gouvernement El Fassi en remplacement de Abdessadek Rabiî décédé le 12 août 2008. Ayant fait ses preuves, il a été reconduit dans son poste le 3 janvier 2012 lors de la formation du gouvernement Benkirane. Ce haut commis de l'Etat marocain est réputé pour son humilité, son expérience et sa sagesse qui ont fait de lui un acteur clé dans la législation du Maroc moderne. Un monde qui lui est tout sauf méconnu. Ce natif de Ksar El Kébir et père de 3 enfants, a été premier magistrat du Royaume. Il faut dire qu'il avait les atouts pour cela. M. Dahak est docteur en droit de l'Université de Nice, licencié de l'Université de Bagdad, titulaire de diplômes supérieurs de droit aérien, maritime et des assurances de l'Université de Bruxelles. Si l'on se base sur le long curriculum vitae de ce juriste, on en déduirait une évidence : le secrétaire général du gouvernement Benkirane est branché Vert. Preuve à l'appui, il est membre expert auprès des Nations Unies en matière de droit maritime et d'environnement. Ce n'est pas tout, M. Dahak est également membre et expert auprès de plusieurs commissions et organisations au Maroc et auprès des Nations Unies en matière des droits de l'Homme. A ce titre, il a été président du Conseil consultatif des droits de l'Homme (CCDH) et il a été reconduit en 2002 à la présidence du Comité international de coordination des institutions nationales de promotion et de protection des droits de l'Homme. M. Dahak a défilé durant sa carrière sur plusieurs postes au point qu'il est difficile de les citer tous. D'un substitut du procureur du Roi près le Tribunal de Nador à un juge d'instruction à Tanger, il a été ensuite substitut du procureur général de la Cour d'appel de cette même ville. Aux tribunaux de Tétouan, Tanger et El Jadida, il a été procureur du Roi. Et c'est à Rabat qu'on lui a confié les postes de conseiller à la Cour d'appel, conseiller à la Cour suprême, détaché au ministère de la justice et directeur de l'Institut national d'études judiciaires. Polyglote, M. Dahak est connu pour être un grand diplomate. Si cette qualité lui a coûté quelques critiques dans la mesure où son entourage disait de lui qu'il était : «plus diplomate que juriste», elle l'a également conduit au poste d'ambassadeur. En effet, de 1989 à 1994, M. Dahak a été ambassadeur du Maroc en Syrie. Il a même été décoré de l'Ordre du mérite syrien de premier grade. La Syrie n'est pas le seul pays à reconnaître les compétences de ce magistrat puisque durant son parcours, il s'est vu décoré du Ouissam Al Arch de l'Ordre de chevalier ainsi que des insignes de commandeur de l'ordre du mérite national français. Aujourd'hui, Driss Dahak se retrouve à la tête du Secrétariat général du gouvernement. Ce département est pour l'essentiel de sa mission le filtre juridique des projets de textes gouvernementaux. C'est donc par ce Monsieur que passeraient les différents textes de loi durant tout le mandat du gouvernement Benkirane dont il devrait assurer le bon fonctionnement. Dans une intervention, il indique que : «l'équité est un idéal vers lequel il faut tendre. C'est en prônant un droit positif que nous y arriverons. Mais il est plus réaliste de viser une justice humaine». Ambitieux ou réaliste, une chose est sûre, c'est lui qu'on place au carrefour des institutions de l'Etat d'aujourd'hui. Il a plusieurs défis sur la table, les solutions devraient le devenir également.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.