Séisme- Alger: le bilan s'aggrave 6 morts et 420 blessés    Gaza- A peine en vigueur, la trêve a volé en éclats. 27 Palestiniens et 2 soldats israéliens tués, un 3è fait prisonnier    Code de la presse    Discours royal    France-Maroc    Capital immatériel, qu'est-ce que c'est?    Conjoncture: Les clignotants repartent, sauf l'emploi    Forage gazier dans le Gharb: potentiel prometteur selon Gulfsands Petroleum    2014, une année à oublier selon le CMC    Retour au GMT+1 ce samedi 2 août    Ukraine: Moscou dénonce les nouvelles sanctions et menace Washington et Bruxelles    Décès de Julio Grondona - Blatter : "Un coup très dur sur le plan personnel"    Foot féminin ou l'autre chantier du président Lekjaâ : Faire comme le Nigeria    Le Wydad sous l'ère du changement : Authenticité et modernité, feu Mekouar, le précurseur    Ibrahim Kredya, à propos de l'histoire locale : «Un genre de recherche qui commence à connaître une embellie au Maroc»    Moustapha Salma: C'est le Polisario et l'Algérie qui entravent et pénalisent le retour des Sahraouis à leur mère patrie    Centenaire de l'assassinat de Jean Jaurès    Marjane et Joudar ont franchi le Cut    El Hamdaoui cherche club et Feddal débarque à Palerme    News    Un mystérieux trou géant s'est formé dans le sol de Sibérie    Divers sportifs    Entre Sebta et le reste du Maroc, le commerce a le vent en poupe    Sous Benkirane, l'eau et l'électricité bientôt un luxe inaccessible    Divers    Des bourses de mérite pour les lauréats du concours général en sciences techniques    Des milliers d'Espagnols de Sebta derrière le jeune Marocain Nossair    Saïd Haddad: Le Maroc veut diversifier ses fournisseurs d'armements pour réduire sa dépendance envers les Etats-Unis    L'Institut français d'Agadir clôture en beauté sa saison culturelle    Bouillons de culture    "Gentils gendarmes marocains", le dernier tube de Robert Plant    Décès du comédien égyptien Saïd Saleh    Violence à l'égard des femmes : la nouvelle convention d'Istanbul entre en vigueur    Une nuit d'enfer à Taïwan !    After 15 Years Leading Morocco, King Mohammed VI Takes Stock of Reforms and Progress at National and International Levels    Crumbling ancient towns, oodles of exotic charm and goats grazing in trees The beauty of travelling from London to Morocco by rail on The Marrakech Express    Apparition de fièvre aphteuse en Algérie : L'ONSSA prend les mesures préventives    Discours du Trône : Les jalons d'un avenir serein et optimiste    Grâce royale pour 13445 détenus : Nuit blanche et intenses mesures de sécurité dans les prisons du Royaume    Hamdallah marque son 14ème but. (VIDEO)    1,81 MDH pour soutenir le théâtre    Le grand prix pour le Maroc    Keita : « Pepe m'avait traité de.....singe »    La France dos au mur    Pas de Virus Ebola : Un libérien meur d'une crise cardiaque à Mohammed V    Les larmes de Morgan Freeman    Medias : Nabila Kilani rejoint Al Hurra TV    Distinction Médiatique : Le discours royal et analyses en direct sur MFM et Sawt Al- Arab    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Driss Dahak, le magistrat écolo
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 25 - 01 - 2012

Driss Dahak se retrouve à la tête du Secrétariat général du gouvernement. Ce département est pour l'essentiel de sa mission le filtre juridique des projets de textes gouverne-mentaux. C'est donc par ce Monsieur que passeraient les différents textes de loi.
Le secrétaire général actuel du gouvernement Benkirane est le même que celui du gouvernement El Fassi. La nomination de Driss Dahak est loin de susciter une quelconque indignation, pas un émoi de déception. Si cela témoigne d'une chose, c'est bien que ce successeur de Feu Abdessadek Rabiî est à sa bonne place. Son cursus académique en témoigne au même titre qu'une carrière judiciaire éloquente aux niveaux national, arabe et international. M. Dahak a été nommé secrétaire général du gouvernement El Fassi en remplacement de Abdessadek Rabiî décédé le 12 août 2008. Ayant fait ses preuves, il a été reconduit dans son poste le 3 janvier 2012 lors de la formation du gouvernement Benkirane. Ce haut commis de l'Etat marocain est réputé pour son humilité, son expérience et sa sagesse qui ont fait de lui un acteur clé dans la législation du Maroc moderne. Un monde qui lui est tout sauf méconnu. Ce natif de Ksar El Kébir et père de 3 enfants, a été premier magistrat du Royaume. Il faut dire qu'il avait les atouts pour cela. M. Dahak est docteur en droit de l'Université de Nice, licencié de l'Université de Bagdad, titulaire de diplômes supérieurs de droit aérien, maritime et des assurances de l'Université de Bruxelles. Si l'on se base sur le long curriculum vitae de ce juriste, on en déduirait une évidence : le secrétaire général du gouvernement Benkirane est branché Vert. Preuve à l'appui, il est membre expert auprès des Nations Unies en matière de droit maritime et d'environnement. Ce n'est pas tout, M. Dahak est également membre et expert auprès de plusieurs commissions et organisations au Maroc et auprès des Nations Unies en matière des droits de l'Homme. A ce titre, il a été président du Conseil consultatif des droits de l'Homme (CCDH) et il a été reconduit en 2002 à la présidence du Comité international de coordination des institutions nationales de promotion et de protection des droits de l'Homme. M. Dahak a défilé durant sa carrière sur plusieurs postes au point qu'il est difficile de les citer tous. D'un substitut du procureur du Roi près le Tribunal de Nador à un juge d'instruction à Tanger, il a été ensuite substitut du procureur général de la Cour d'appel de cette même ville. Aux tribunaux de Tétouan, Tanger et El Jadida, il a été procureur du Roi. Et c'est à Rabat qu'on lui a confié les postes de conseiller à la Cour d'appel, conseiller à la Cour suprême, détaché au ministère de la justice et directeur de l'Institut national d'études judiciaires. Polyglote, M. Dahak est connu pour être un grand diplomate. Si cette qualité lui a coûté quelques critiques dans la mesure où son entourage disait de lui qu'il était : «plus diplomate que juriste», elle l'a également conduit au poste d'ambassadeur. En effet, de 1989 à 1994, M. Dahak a été ambassadeur du Maroc en Syrie. Il a même été décoré de l'Ordre du mérite syrien de premier grade. La Syrie n'est pas le seul pays à reconnaître les compétences de ce magistrat puisque durant son parcours, il s'est vu décoré du Ouissam Al Arch de l'Ordre de chevalier ainsi que des insignes de commandeur de l'ordre du mérite national français. Aujourd'hui, Driss Dahak se retrouve à la tête du Secrétariat général du gouvernement. Ce département est pour l'essentiel de sa mission le filtre juridique des projets de textes gouvernementaux. C'est donc par ce Monsieur que passeraient les différents textes de loi durant tout le mandat du gouvernement Benkirane dont il devrait assurer le bon fonctionnement. Dans une intervention, il indique que : «l'équité est un idéal vers lequel il faut tendre. C'est en prônant un droit positif que nous y arriverons. Mais il est plus réaliste de viser une justice humaine». Ambitieux ou réaliste, une chose est sûre, c'est lui qu'on place au carrefour des institutions de l'Etat d'aujourd'hui. Il a plusieurs défis sur la table, les solutions devraient le devenir également.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.