Victoire difficile de San Lorenzo qui rejoint le Real en finale    Complexe Moulay Abdellah : Colère royale Spécial    Facebook pourrait concurrencer «Le Bon Coin»    Maroc-UE, jumelage dans les droits de l'Homme    En avant jeunesse !    «Balili» en 5e position    Le Festival de Marrakech et le cinéma marocain    Sentissi réelu à la tête de la FENIP    Mohammedia : Fin de partie pour un escroc sur Facebook    L'Education nationale interdit formellement les cours de soutien payants    Royal Air Maroc primée pour son site web    Le Maroc et l'UE veulent un ALECA gagnant-gagnant    Plus de 187.500 Marocains affiliés à la Sécurité sociale en Espagne    Mondial des clubs Maroc 2014 : Ancelotti rend hommage au public marocain    Le Mur... de la Havane    Logistique : Le Royaume intègre l'ELA    Il fait l'actu : Adil El Maliki    Commerce extérieur : Les exportations espagnoles vers le Maroc en progression    Banque : Poursuite du recul des échanges interbancaires    Un individu tue cinq membres de sa famille à Skhour Rhamna    «La greffe dépasse les capacités d'un seul CHU»    Le cinéma marocain perd une légende    Musées: Les chantiers de la Fondation    Une douzaine d'entreprises du secteur des TIC en mission "B to B" en Mauritanie    L'éducation nationale : Logique industrielle ou logique artisanale ?    Le système mutualiste marocain se promeut en Côte d'Ivoire    Les foetus exposés à des niveaux élevés de phtalates ont un QI inférieur    Insolite    Les lois sur le salaire minimum : Compassion ou cruauté déguisée ?    Sétif décroche la cinquième place    Activités du parti en commémoration du 40ème jour du décès d'Ahmed Zaïdi    Le Maroc et le Danemark mènent le combat contre la torture    «Le Maroc en mouvement» au cœur d'une rencontre-débat à Lisbonne    Le Real en terrain déjà conquis    Le Groupe socialiste réclame une visite d'inspection au Complexe Moulay Abdellah    Sami Badreddine : La justice transitionnelle a lamentablement échoué en Tunisie    Roger Federer, le vent dans le dos    Quatre présumés jihadistes de Daech auditionnés par la justice espagnole    "Le Maroc contemporain" provoque une affluence record à l'IMA    Coup d'envoi à Marrakech du Festival international du théâtre universitaire    Ahmed Bouzfour et Abdelkader Ouassat animent une rencontre littéraire à Chefchaouen    Pétrole : Le baril pique du nez... Le Maroc jubile    Parlons Sahara : Le polisario et la leçon de Genève    Coupe du monde des clubs Maroc 2014 : San Lorenzo en finale    JO-2024 : Les Etats-Unis candidats, la ville sera choisie en janvier    Plus de 6 900 personnes sont mortes d'Ebola    Audiovisuel – Bientôt des TV privées ?    Conseil d'association    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Horaires du travail : Ramadan : on bosse moins !
Publié dans Finances news le 13 - 09 - 2007

* La réduction du temps de travail pendant le mois de Ramadan, ramène les heures hebdomadaires à 30 heures dans le secteur public et 33 heures pour le privé.
* Le temps de travail effectif moyen demeure difficilement calculable, vu la baisse des activités constatées durant cette période.
Le Code du travail marocain ne prévoit aucune disposition spécifique exigeant une remodulation des horaires quotidiens du travail. Le nouveau a tenu seulement à préciser la possibilité d'une réduction du temps de travail et la possibilité d'annualisation des horaires pour plusieurs activités saisonnières. C'est pour dire que la notion de la culture de l'entreprise marocaine apparaît clairement durant le mois sacrée où le temps de travail au sein du secteur public ne dépasse pas 6 heures. Selon un responsable du ministère de la Modernisation des services publics «c'est l'horaire de 09h-15h qui sera appliqué au sein des Administrations publiques et des collectivités locales». Ce qui ramène la durée des heures de travail hebdomadaires à 30 heures. Le secteur privé, quant à lui, applique régulièrement l'horaire de 09h-15h30. Soit une moyenne hebdomadaire de 33 heures. Inutile d'évoquer ici les heures supplémentaires, car elles revêtent souvent la forme d'heures de «récupération» pour certaines professions nécessitant un effort intellectuel considérable. Il faut aussi remarquer que la période du Ramadan correspond à celle des congés de la majeure partie des salariés dans le secteur de la restauration rapide et les brasseries. Souvent, les périodes de congés annuels sont dépendantes du mois sacré et sont de ce fait flexibles et ne correspondent pas à la clôture de l'année budgétaire ou aux périodes normales des vacances estivales.
Il faut souligner que les études manquent cruellement quant à l'impact du Ramadan sur la durée du travail effectif des salariés du secteur privé ou public. Toujours est-il que l'employeur n'est pas totalement libre de modifier les horaires de travail. Dans certains cas, les salariés sont obligés de rompre le jeûne sur les lieux du travail. Les heures qu'ils travaillent au-delà de la durée normale quotidienne sont des heures supplémentaires. Il faut dire aussi que les horaires du travail sont une clause importante du contrat de travail. La réduction «accordée» en quelque sorte par les employeurs vise, avant tout ,à maintenir un équilibre contractuel entre la réduction des heures travaillées et la baisse
de productivité très perceptible durant le mois sacré.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.