Apparition de fièvre aphteuse en Algérie : L'ONSSA prend les mesures préventives    Palestine occupée : Avec l'aval et l'armement US : L'agression israélienne contre Gaza se poursuit    Wissams royaux : la parité à l'honneur    Discours de la vérité    Hamdallah marque son 14ème but. (VIDEO)    1,81 MDH pour soutenir le théâtre    Pas de cas d'Ebola au Maroc    Le grand prix pour le Maroc    Fakher en conférence de presse    Le Maroc affrontera l'Egypte en amical    La France dos au mur    La chute aux enfers du symbole du souverainisme catalan    Keita : « Pepe m'avait traité de.....singe »    Produits dangereux, le décret d'application finalisé    Le Maroc accueille une conférence mondiale sur les ports    Il fait l'actu : Nizar Baraka    Importation et distribution en gros de tabacs, la commission sur les rails    Gestion des déchets dangereux : Le projet de loi adopté    Export : Les myrtilles marocaines welcome aux USA    Province de Nador : Secousse tellurique à Selouane    Autocritique (1)    « Les morts ne se valent pas » par ( Jamal Berraoui )    Gaza - L'ONU met Israël au ban des accusés: "Les frappes contre des écoles et des hôpitaux sont des défis délibérés"    Ecole/transformation sociale    Oujda: Le plus grand théâtre du Maroc opérationnel    Le livre Théocratie populiste L'alternance, une transition démocratique?    Divers sportifs    Kamal Chafni wydadi contre 9 millions de dirhams    Blatter attristé par le décès de Grondona    Investir en Côte d'Ivoire, aubaine ou danger ?    Tecmed en perte de vitesse au Maroc    Les larmes de Morgan Freeman    Les cas de divorce en droit français    Insolite : Un enfant sauvé par son chat    Nouvelles appréciées de la littérature arabe : Une histoire d'amour folle (2)    Newsletter du 31 Juillet 2014 : Fête du Trône : Vers l'élaboration d'une étude sur l'évolution de la valeur globale du Maroc au cours des quinze dernières années    Le constat alarmant du PNUD sur la montée des inégalités    La retraite aux flambeaux égaye la place Al-Barid de Rabat    S.M le Roi décore Abdelouahed Radi    "Présence africaine" à la Villa des arts de Rabat    "Adios Carmen" remporte le 1er prix du Festival de Yaoundé    Le Festival Adrar souffle sa dixième bougie    Brèves    Sept autres Palestiniens tués    FireChallenge : la nouvelle mode stupide aux Etats-Unis !    Fête du Trône : Grâce royale à 13.218 personnes    Medias : Nabila Kilani rejoint Al Hurra TV    Distinction Médiatique : Le discours royal et analyses en direct sur MFM et Sawt Al- Arab    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Horaires du travail : Ramadan : on bosse moins !
Publié dans Finances news le 13 - 09 - 2007

* La réduction du temps de travail pendant le mois de Ramadan, ramène les heures hebdomadaires à 30 heures dans le secteur public et 33 heures pour le privé.
* Le temps de travail effectif moyen demeure difficilement calculable, vu la baisse des activités constatées durant cette période.
Le Code du travail marocain ne prévoit aucune disposition spécifique exigeant une remodulation des horaires quotidiens du travail. Le nouveau a tenu seulement à préciser la possibilité d'une réduction du temps de travail et la possibilité d'annualisation des horaires pour plusieurs activités saisonnières. C'est pour dire que la notion de la culture de l'entreprise marocaine apparaît clairement durant le mois sacrée où le temps de travail au sein du secteur public ne dépasse pas 6 heures. Selon un responsable du ministère de la Modernisation des services publics «c'est l'horaire de 09h-15h qui sera appliqué au sein des Administrations publiques et des collectivités locales». Ce qui ramène la durée des heures de travail hebdomadaires à 30 heures. Le secteur privé, quant à lui, applique régulièrement l'horaire de 09h-15h30. Soit une moyenne hebdomadaire de 33 heures. Inutile d'évoquer ici les heures supplémentaires, car elles revêtent souvent la forme d'heures de «récupération» pour certaines professions nécessitant un effort intellectuel considérable. Il faut aussi remarquer que la période du Ramadan correspond à celle des congés de la majeure partie des salariés dans le secteur de la restauration rapide et les brasseries. Souvent, les périodes de congés annuels sont dépendantes du mois sacré et sont de ce fait flexibles et ne correspondent pas à la clôture de l'année budgétaire ou aux périodes normales des vacances estivales.
Il faut souligner que les études manquent cruellement quant à l'impact du Ramadan sur la durée du travail effectif des salariés du secteur privé ou public. Toujours est-il que l'employeur n'est pas totalement libre de modifier les horaires de travail. Dans certains cas, les salariés sont obligés de rompre le jeûne sur les lieux du travail. Les heures qu'ils travaillent au-delà de la durée normale quotidienne sont des heures supplémentaires. Il faut dire aussi que les horaires du travail sont une clause importante du contrat de travail. La réduction «accordée» en quelque sorte par les employeurs vise, avant tout ,à maintenir un équilibre contractuel entre la réduction des heures travaillées et la baisse
de productivité très perceptible durant le mois sacré.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.