Connectivité maritime: Le Maroc 16ème mondial    Le Forum Universitaire des Sports    Indemnités des agents d'autorité: Benkirane fait marche arrière    Création et gestion des systèmes de paiement    Attijari veille aussi sur les PME tunisiennes    Russie: Signature d'un accord militaire avec l'Egypte    Etats-Unis : Aïd al-Fitr et Aïd al-Adha seront fériés à New York    Faouzi Skali, Président et fondateur du Festival de Fès de la Culture soufie : Défendre un patrimoine culturel soufi est une urgence    El Jadida : « Diversité et Citoyenneté, gage de vivre-ensemble »    Les Echos de Sidi Slimane    Nawal El Moutawakkil : De la piste olympique aux hautes sphères du CIO    Khadouj Slassi secrétaire générale de l'Organiation socialiste des femmes ittihadies    Pour un débat national sur l'héritage    Les petites mains du marché du travail    Mignonne, allons voir si la rose...    Cette année-là...    Ces artistes qui brillent par leurs talents    Jemaa el-Fna, parmi les plus belles places publiques au monde    Lamiae Zine : Le karaté au féminin    Najat Razi, ex-présidente de l'Association marocaine pour les droits des femmes et membre du Collectif Printemps de la dignité    Le mariage des mineures : Un crime légal    Une administration inégalitaire    Télécommunications : Migration des noms de domaine «.ma» vers une nouvelle plate-forme conforme aux standards internationaux    Du 14 au 15 mars à Ifrane : 3ème Forum international du minibasket    MSR-ASS : 66-117 (37 -54) : Les Slaouis ajustent leur compteur !    Courrier du Nord-Est    Violations des droits humains à Tindouf : Condamnation marocaine auprès du CDH    Le CESE renouvelle ses instances    Fabius en visite au Maroc, les 9 et 10 mars    Syrie: Un attentat fait 34 morts à Alep    Inadéquation entre les programmes scolaires et la vie active    Michel Foucault, l'intellectuel engagé ou le philosophe de la vérité    Attention à vos oreilles    Cummins Inc. s'installe à Casablanca    Dissension autour de la darija à l'école    Mélilia, une ONG critique le rapatriement des mineurs marocains    Rallye Aïcha des Gazelles : A vos marques, Mesdames !    Forte présence marocaine au congrès de Cordoue    Cinéma africain : Royal Air Maroc lance le prix Ibn Battuta    100 entreprises seront accompagnées cette année    Abdelhakim Challot, directeur de la communication de la RAM : Un journaliste politique devenu communicant    Prise en charge du handicap    Insolite    Le Festival Oyoun du théâtre de rue rend hommage à Touria Jabrane    Les défis de la création d'une Cour africaine de justice et des droits de l'Homme    Lego affiche des profits en hausse    Racisme et islamophobie, fonds de commerce du Front national    Hausse de 4,6% du trafic passager mondial    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Horaires du travail : Ramadan : on bosse moins !
Publié dans Finances news le 13 - 09 - 2007

* La réduction du temps de travail pendant le mois de Ramadan, ramène les heures hebdomadaires à 30 heures dans le secteur public et 33 heures pour le privé.
* Le temps de travail effectif moyen demeure difficilement calculable, vu la baisse des activités constatées durant cette période.
Le Code du travail marocain ne prévoit aucune disposition spécifique exigeant une remodulation des horaires quotidiens du travail. Le nouveau a tenu seulement à préciser la possibilité d'une réduction du temps de travail et la possibilité d'annualisation des horaires pour plusieurs activités saisonnières. C'est pour dire que la notion de la culture de l'entreprise marocaine apparaît clairement durant le mois sacrée où le temps de travail au sein du secteur public ne dépasse pas 6 heures. Selon un responsable du ministère de la Modernisation des services publics «c'est l'horaire de 09h-15h qui sera appliqué au sein des Administrations publiques et des collectivités locales». Ce qui ramène la durée des heures de travail hebdomadaires à 30 heures. Le secteur privé, quant à lui, applique régulièrement l'horaire de 09h-15h30. Soit une moyenne hebdomadaire de 33 heures. Inutile d'évoquer ici les heures supplémentaires, car elles revêtent souvent la forme d'heures de «récupération» pour certaines professions nécessitant un effort intellectuel considérable. Il faut aussi remarquer que la période du Ramadan correspond à celle des congés de la majeure partie des salariés dans le secteur de la restauration rapide et les brasseries. Souvent, les périodes de congés annuels sont dépendantes du mois sacré et sont de ce fait flexibles et ne correspondent pas à la clôture de l'année budgétaire ou aux périodes normales des vacances estivales.
Il faut souligner que les études manquent cruellement quant à l'impact du Ramadan sur la durée du travail effectif des salariés du secteur privé ou public. Toujours est-il que l'employeur n'est pas totalement libre de modifier les horaires de travail. Dans certains cas, les salariés sont obligés de rompre le jeûne sur les lieux du travail. Les heures qu'ils travaillent au-delà de la durée normale quotidienne sont des heures supplémentaires. Il faut dire aussi que les horaires du travail sont une clause importante du contrat de travail. La réduction «accordée» en quelque sorte par les employeurs vise, avant tout ,à maintenir un équilibre contractuel entre la réduction des heures travaillées et la baisse
de productivité très perceptible durant le mois sacré.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.