Et de 4 pour Taarabt    Attention aux trouble fête !    Echos Gharbaouis    Tensions dans le Golfe: Accord entre le Qatar et les autres monarchies    Les provinces du Sud, un espace économique prometteur voué à un avenir meilleur sous l'impulsion de SM le Roi    Mémorandum d'entente entre le Maroc et le Panama : Etablissement de consultations politiques et accord-cadre de coopération    L'Observatoire des Etudes Géopolitiques (OEG) à Paris: : Le polisario, une des principales sources de déstabilisation dans la région    Mme Amina Msafer, Présidente de l'association Hadaf : : L'insertion professionnelle, grande problématique des personnes en situation d'handicap mental    Un CAM, pour que les autistes jouissent de tous les droits    Un projet de loi relatif aux personnes en situation de handicap toujours dans les tiroirs    Interdiction provisoire de la commercialisation des huîtres issues de la lagune d'Oualidia    Cession par l'Etat de 6,0187% du capital de la Banque Centrale Populaire aux Banques populaires régionales    Stress hydrique dans les bassins versants du Tensift, du Ksob et d'Igouzoulene : Déficit pluviométrique prononcé    Auassar décisif et victorieux face à El Hasnaoui    Ilias Haddad se distingue à nouveau    Divers    «Medersa», un nouveau think thank est né à Salé    L'exception marocaine en est-elle une ?    Le Conseil de sécurité inquiet pour les civils bloqués à Homs    La double peine des Palestiniens de Syrie    Fauteuil roulant et impotence, absent et si présent, Bouteflika vote gagnant    Légalisation de l'avortement : La volte-face de Benkirane    Pour la promotion de l'usage pédagogique des ressources numériques    Accident mortel près de Lâattaouia    Le KACM reçoit le Raja avec pour enjeu une place de dauphin    Tableau relevé pour la 14ème édition    Divers sportifs    Zakaria Fahim : promouvoir des modèles de rupture    Lancement d'une étude pour la mise en place de l'Observatoire du BTP    Divers Economie    Jamel Debbouze et Malik Bentalha sur scène pour la 16ème édition des "Mazagan Nights"    Bouillons de culture    Le prix Nobel de littérature Gabriel Garcia Marquez n'est plus    RAM formera ses employés aux droits de l'homme    Interview avec Jamel Debouzze pour la 16ème édition de Mazagan Nights    Un policier reçoit un coup de fusil    Droits de l'homme    Assurance affinitaire, un nouveau moteur pour le secteur    Un Monde Fou    Festival Gnaoua    8e Festival Awaln'Art        Présidentielle algérienne : Bouteflika réélu sans surprise avec 81,53%    Les Algériens élisent leur président, Bouteflika favori: Un moment de théâtralisation politique    Rencontre avec Maria Zaki autour de sa pièce de théâtre « Malgré la lumière du phare » : L'intelligence contre le formatage    8ème Forum national d'arts plastiques: Hommage à Abdellatif Zine, l'artiste qui libère celui qui regarde sa toile            







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Horaires du travail : Ramadan : on bosse moins !
Publié dans Finances news le 13 - 09 - 2007

* La réduction du temps de travail pendant le mois de Ramadan, ramène les heures hebdomadaires à 30 heures dans le secteur public et 33 heures pour le privé.
* Le temps de travail effectif moyen demeure difficilement calculable, vu la baisse des activités constatées durant cette période.
Le Code du travail marocain ne prévoit aucune disposition spécifique exigeant une remodulation des horaires quotidiens du travail. Le nouveau a tenu seulement à préciser la possibilité d'une réduction du temps de travail et la possibilité d'annualisation des horaires pour plusieurs activités saisonnières. C'est pour dire que la notion de la culture de l'entreprise marocaine apparaît clairement durant le mois sacrée où le temps de travail au sein du secteur public ne dépasse pas 6 heures. Selon un responsable du ministère de la Modernisation des services publics «c'est l'horaire de 09h-15h qui sera appliqué au sein des Administrations publiques et des collectivités locales». Ce qui ramène la durée des heures de travail hebdomadaires à 30 heures. Le secteur privé, quant à lui, applique régulièrement l'horaire de 09h-15h30. Soit une moyenne hebdomadaire de 33 heures. Inutile d'évoquer ici les heures supplémentaires, car elles revêtent souvent la forme d'heures de «récupération» pour certaines professions nécessitant un effort intellectuel considérable. Il faut aussi remarquer que la période du Ramadan correspond à celle des congés de la majeure partie des salariés dans le secteur de la restauration rapide et les brasseries. Souvent, les périodes de congés annuels sont dépendantes du mois sacré et sont de ce fait flexibles et ne correspondent pas à la clôture de l'année budgétaire ou aux périodes normales des vacances estivales.
Il faut souligner que les études manquent cruellement quant à l'impact du Ramadan sur la durée du travail effectif des salariés du secteur privé ou public. Toujours est-il que l'employeur n'est pas totalement libre de modifier les horaires de travail. Dans certains cas, les salariés sont obligés de rompre le jeûne sur les lieux du travail. Les heures qu'ils travaillent au-delà de la durée normale quotidienne sont des heures supplémentaires. Il faut dire aussi que les horaires du travail sont une clause importante du contrat de travail. La réduction «accordée» en quelque sorte par les employeurs vise, avant tout ,à maintenir un équilibre contractuel entre la réduction des heures travaillées et la baisse
de productivité très perceptible durant le mois sacré.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.