Plus de 3.400 entreprises personnes morales ont vu le jour en avril    Innovation : L'IRESEN organise le Green Africa Innovation Booster    Sommet de l'UA : L'autonomie financière au cœur de l'agenda    Le Maroc invité d'honneur à une cérémonie militaire en Colombie    Saisie et destruction de 233 T de produits impropres à la consommation    « Elu Produit De l'Année » débarque au Maroc    La princesse Lalla Asmaa chez la fondation pour enfants et jeunes sourds    Aéroport international Mohammed V: Saisie de 5.770 grammes de cocaïne chez 4 ressortissants subsahariens    Berkane: Arrestation d'un individu pour le trafic international de drogue et de psychotropes    Festival Timitar signes et cultures : Une 14ème édition encore plus riche    International Paper : Les installations d'Europac dans la poche    Le Maroc au séminaire de la FAO sur la sécheresse    Le Moussem annuel de Moulay Abdessalam Ben M'chich, du 1er au 3 juillet à Jbel Alem    Les Marocains victimes de racisme à Kharkiv?    Syrie: 30 civils tués dans des frappes contre un secteur tenu par Daech    Statut de la fonction publique : La réforme arrive    Ligues des champions : Facebook va diffuser les matches gratuitement    Mercato: le Montpellier Hérault pour Walid Azaro?    CYBERATTAQUE CIBLANT DES MULTINATIONALES: ALERTE GENERALE DANS LES PORTS DU MAROC    LE PRINCE MOULAY RACHID REPRESENTE LE MAROC AU 29E SOMMET DE L'UNION AFRICAINE    Italie : Un Casablancais sauve la vie d'une Italienne ayant tenté de s'immoler par le feu    Réunion jeudi du Conseil de gouvernement    LE MINISTÈRE ITALIEN DES AE RECOMMANDE AU POLISARIO DE RENONCER AU REFERENDUM, ET VOICI POURQUOI    Al Hoceima : M. El Othmani souligne la nécessité de respecter la loi dans le traitement des protestations    immigration illégale : Rush des migrants marocains sur les côtes espagnoles    Attijariwafa bank soutient les élèves admis: Inscriptions aux grandes écoles d'ingénieurs françaises    La star Messi épouse la discrète Antonella, amour d'adolescence    17 milliards saisis à Had Soualem. Info ou intox?    Une exposition majeure consacrée aux maîtres de l'impressionnisme en 2019 à Rabat    Accueil Actualité Rapport du Département d'Etat américain sur la traite des êtres humains : Le Maroc distingué à Washington    Les choses sérieuses...    Une école non formelle numérique voit le jour à Oulad Raffa    Alger maltraite ses migrants tout en chargeant Rabat    Une photo géante de Feu S.M Hassan II accrochée au siège de l'Union africaine    Divers    Doha rejette les accusations de Ryad    News    Le corps du ressortissant étranger découvert mutilé à Marrakech enfin identifié    Don de vélos organisé par le Rotary Club de Rabat au profit de l'enfance défavorisée    Lakjaâ, Renard et Ziyech en quête d'un terrain d'entente à Amsterdam    Dani Alves va quitter la Juve    Abdelaziz Bougja : Le Maroc regorge de talents, de potentiels, de moyens pour aller loin, malheureusement le management est défaillant    Entretien avec Neila Tazi : La musique gnaoua et la magie d'Essaouira sont au cœur de ce festival    Participation du Maroc au Festival "Des livres, des stars" à Marseille    Bouillon de culture    Saisie de 5 grammes de cocaïne à l'Aéroport de Casablanca    Riche programmation artistique pour le 14-ème festival Timitar (5-8 juillet)    Festival international d'Ifrane: Hatem Idar et Lartiste en ouverture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Entretien : «Nous n'avons pas besoin de plus de lois, pourvu que celles existantes soient bien appliquées !»
Publié dans Finances news le 04 - 10 - 2012

Au moment où les femmes réclament le droit d'accéder aux postes de décision, d'autres bataillent pour les droits élémentaires comme l'éducation et la santé.
L'existence des lois ne change rien à la détresse des femmes en situation de précarité si elles ne sont pas appliquées.
En l'absence d'organismes de prévoyance sociale, ce sont les associations qui tentent de combler les carences de l'Etat.
Saâdia Dibi, présidente de l'Association féminine de bienfaisance El Khir, compte sur les femmes leaders pour faire entendre toutes les femmes et plaider en leur faveur.
- Finances News Hebdo : Quels sont les domaines pour lesquels œuvre votre association ?
- Saâdia Dibi : Notre association œuvre à l'amélioration de la condition des femmes à Essaouira à travers les multiples projets lancés par El Khir. Notamment les projets d'alphabétisation, de formation professionnelle...
Nous avons également un centre d'écoute, de soutien juridique, psychologique et médical des femmes. De même, nous œuvrons dans la réinsertion des femmes dans le monde du travail pour leur assurer une autonomie financière.
En effet, à travers notre expérience avec les femmes en détresse qui nous ont contactés, nous avons pu constater qu'elles se retrouvaient sans ressources à la suite de divorce, du décès ou du départ de leurs conjoints. Aussi, très tôt, nous avons saisi l'importance de l'aide à l'autonomisation financière des femmes. Nous avons également établi des rapports avec des organismes internationaux par la conclusion de conventions portant sur la formation et la réinsertion professionnelle de ces femmes. Et pour cette deuxième année de cette expérience, nous avons aidé 64 femmes à se former à des métiers portant sur les activités hôtelières et de restauration.
Le volet économique est très important dans l'amélioration de la condition féminine !
- F. N. H. : Plusieurs thématiques ont été débattues lors de ce WT. Est-ce qu'elles collent à la réalité de la femme dans une ville comme Essaouira ?
- S. D. : Effectivement, bien que la question de l'émancipation féminine paraisse globale, elle se décline en paliers. Ainsi, pour le cas des femmes que nous aidons, on est bien loin de la problématique de l'accès aux postes de responsabilités puisqu'on se bat encore pour des droits élémentaires comme l'accès à l'école ou encore l'accès aux soins de santé. C'est une problématique qui touche une large population de femmes, notamment dans le monde rural. Nous avons des femmes qui viennent suivre des cours d'alphabétisation à l'insu de leurs époux, alors comment peuvent-elles accéder à des postes de responsabilité dans cet état actuel des choses ? Nous militons, à notre niveau, pour que l'accès à l'école soit garanti, et ce n'est qu'ainsi que les femmes pourront acquérir un savoir et une conscience de leurs droits, notamment dans le développement économique et politique du pays, et par conséquent participer aux prises de décision.
Mais j'insiste pour dire que le WT est une idée formidable qui permet de réunir des femmes de tous horizon pour justement partager les diverses et multiples expériences. J'espère que les femmes qui ont participé à cette édition pourront porter notre voix et influencer les décideurs en faveur des femmes rurales et des femmes privées des moyens d'éducation et de santé.
- F. N. H. : Est-ce que ces femmes ont pris conscience des avancées apportées par la Constitution ? En tant qu'association qui apporte une assistance juridique, le cadre réglementaire existant vous semble-t-il suffisant pour assurer l'accès des femmes à leurs droits ?
- S. D. : Aucunement ! En effet, quand on élabore des lois sans mettre en place les mécanismes de leur application, ces lois ne servent dès lors à rien !
Je prends l'exemple du code de la famille : la loi garantit bien des droits mais, dans la réalité, en l'absence des conditions de son application, ces droits restent illusoires. Nous avons même vu le cas d'une femme ayant fait appel à notre association, qui a été battue par son mari devant le tribunal qui statuait sur leur divorce. Elle est restée dans le coma durant deux mois dont elle est sortie avec de graves séquelles, notamment un œil abîmé, des pertes de mémoire et une incapacité à marcher.
Son mari n'a été condamné qu'à huit mois de prison et quand nous sommes montées au créneau, on nous a expliqué que c'était la peine maximum prévue par la loi. Huit mois seulement pour une personne qui a gâché la vie de cette jeune femme.
Tant qu'il n'y aura pas une loi qui criminalise la violence conjugale, nous allons encore assister à des drames similaires.
Indépendamment de la loi, il y a lieu de noter l'absence des services de prévoyance sociale pour prendre en charge pareil cas. Et même si notre association tente de le faire, il lui est difficile de se substituer à l'Etat ! C'est notamment le cas lors du non paiement de pensions alimentaires, bien qu'un jugement définitif ait été rendu en faveur de la femme.
A mon sens, nous n'avons pas besoin d'autres lois en plus de celles qui existent. Nous avons besoin que celles qui sont en vigueur soient appliquées et d'un soutien à l'action des associations de promotion des droits des femmes, en particulier celles qui sont en situation de précarité.
Dossier réalisé par Imane Bouhrara


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.