Royal Air Maroc remet le ministre algérien Messahel à sa place    Le GPBM tacle un Messahel ignare et menteur à la fois    Coupe de la CAF : le TP Mazembe élimine le FUS et va en finale    Programme des principaux matchs de ce dimanche 22 octobre Spécial    Inzegane : Un adolescent tue celui qui tente d'abuser de lui sexuellement    Sans Filtre⎜ André Azoulay, le sage de Mogador    Espagne: réunion de crise pour reprendre le contrôle de la Catalogne    Le WAC et le FUS tout près des finales continentales    El Khayam: Plus de 170 cellules terroristes démantelées depuis 2002 au Maroc    HCP : L'indice des produits alimentaires en hausse    WAC-USMA: le match de la saison    Journée d'étude : Les bienfaits de l'ionisation sur l'agriculture étalés à Tanger    Neutralisation d'une bande criminelle spécialisée dans l'enlèvement et la demande de rançon    Neymar avait décidé de rejoindre le PSG lors du mariage de Messi    LE CONSEIL SUPERIEUR DE SECURITE BIENTÔT OPERATIONNEL    NOUVELLE COLÈRE ROYALE CONTRE LA WILAYA DE RABAT    PREVISIONS METEO: LE TEMPS QU'IL FERA CE SAMEDI    RABAT. LA VILLE S'EQUIPE DE TOILETTES PUBLIQUES    Suite aux déclarations de Messahel, le Maroc décide de rappeller son ambassadeur à Alger    NOUVELLES SAVEURS SUR L'ATLANTIQUE AU FOUR SEASONS HOTEL CASABLANCA    Brèves Internationales    Toulouse: Un arsenal et plus de 5.000 munitions retrouvés chez un pilote de ligne    L'homo sapiens serait originaire de l'Afrique de l'est    Festival de Fès de la Culture soufie: Sur les traces de l'humanisme spirituel    Une «Transhumance» signée Dassault    Lopes : On fait avec    Encore une manche biaisée du championnat de football D1    Shinzo Abe : Le talent du diplomate, la ruse du politicien    Insolite : Un timbre à l'effigie du "Che"    Divers    Le Salon de l'audiovisuel en Afrique ouvre ses portes à Casablanca    Amélioration du PIB du tourisme en 2016    Après le yoga, place à la méditation pour tous    Comment diminuer son stress par une alimentation saine    Inauguration à Ksar El Kébir d'une annexe de la Faculté poly disciplinaire de Larache    Politique nationale d'immigration et d'asile : Les efforts déployés et les objectifs à atteindre    Hamada Eddarouich : Le Polisario n'agit que par procuration d'Alger    Des scientifiques créent un tissu artificiel de camouflage inspiré du poulpe    Europa League : Arsenal et Milan sans génie mais toujours leaders    Elton John mettra fin en 2019 à sa résidence à Las Vegas    Johnny Depp attaque en justice ses propres avocats !    Le téléthon de Jennifer Lopez rapporte un joli pactole    Le Maroc participe au Pacte mondial pour les migrations    Rajoy: « Nous avons atteint une situation limite » en Catalogne    Hausse des prix des fruits    Démantèlement par le BCIJ d'une cellule terroriste pro-Daech    Washington ne s'opposera pas au commerce UE-Iran, selon Tillerson    L'Académie du Royaume du Maroc s'ouvre à l'Amérique latine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Entretien : «Nous n'avons pas besoin de plus de lois, pourvu que celles existantes soient bien appliquées !»
Publié dans Finances news le 04 - 10 - 2012

Au moment où les femmes réclament le droit d'accéder aux postes de décision, d'autres bataillent pour les droits élémentaires comme l'éducation et la santé.
L'existence des lois ne change rien à la détresse des femmes en situation de précarité si elles ne sont pas appliquées.
En l'absence d'organismes de prévoyance sociale, ce sont les associations qui tentent de combler les carences de l'Etat.
Saâdia Dibi, présidente de l'Association féminine de bienfaisance El Khir, compte sur les femmes leaders pour faire entendre toutes les femmes et plaider en leur faveur.
- Finances News Hebdo : Quels sont les domaines pour lesquels œuvre votre association ?
- Saâdia Dibi : Notre association œuvre à l'amélioration de la condition des femmes à Essaouira à travers les multiples projets lancés par El Khir. Notamment les projets d'alphabétisation, de formation professionnelle...
Nous avons également un centre d'écoute, de soutien juridique, psychologique et médical des femmes. De même, nous œuvrons dans la réinsertion des femmes dans le monde du travail pour leur assurer une autonomie financière.
En effet, à travers notre expérience avec les femmes en détresse qui nous ont contactés, nous avons pu constater qu'elles se retrouvaient sans ressources à la suite de divorce, du décès ou du départ de leurs conjoints. Aussi, très tôt, nous avons saisi l'importance de l'aide à l'autonomisation financière des femmes. Nous avons également établi des rapports avec des organismes internationaux par la conclusion de conventions portant sur la formation et la réinsertion professionnelle de ces femmes. Et pour cette deuxième année de cette expérience, nous avons aidé 64 femmes à se former à des métiers portant sur les activités hôtelières et de restauration.
Le volet économique est très important dans l'amélioration de la condition féminine !
- F. N. H. : Plusieurs thématiques ont été débattues lors de ce WT. Est-ce qu'elles collent à la réalité de la femme dans une ville comme Essaouira ?
- S. D. : Effectivement, bien que la question de l'émancipation féminine paraisse globale, elle se décline en paliers. Ainsi, pour le cas des femmes que nous aidons, on est bien loin de la problématique de l'accès aux postes de responsabilités puisqu'on se bat encore pour des droits élémentaires comme l'accès à l'école ou encore l'accès aux soins de santé. C'est une problématique qui touche une large population de femmes, notamment dans le monde rural. Nous avons des femmes qui viennent suivre des cours d'alphabétisation à l'insu de leurs époux, alors comment peuvent-elles accéder à des postes de responsabilité dans cet état actuel des choses ? Nous militons, à notre niveau, pour que l'accès à l'école soit garanti, et ce n'est qu'ainsi que les femmes pourront acquérir un savoir et une conscience de leurs droits, notamment dans le développement économique et politique du pays, et par conséquent participer aux prises de décision.
Mais j'insiste pour dire que le WT est une idée formidable qui permet de réunir des femmes de tous horizon pour justement partager les diverses et multiples expériences. J'espère que les femmes qui ont participé à cette édition pourront porter notre voix et influencer les décideurs en faveur des femmes rurales et des femmes privées des moyens d'éducation et de santé.
- F. N. H. : Est-ce que ces femmes ont pris conscience des avancées apportées par la Constitution ? En tant qu'association qui apporte une assistance juridique, le cadre réglementaire existant vous semble-t-il suffisant pour assurer l'accès des femmes à leurs droits ?
- S. D. : Aucunement ! En effet, quand on élabore des lois sans mettre en place les mécanismes de leur application, ces lois ne servent dès lors à rien !
Je prends l'exemple du code de la famille : la loi garantit bien des droits mais, dans la réalité, en l'absence des conditions de son application, ces droits restent illusoires. Nous avons même vu le cas d'une femme ayant fait appel à notre association, qui a été battue par son mari devant le tribunal qui statuait sur leur divorce. Elle est restée dans le coma durant deux mois dont elle est sortie avec de graves séquelles, notamment un œil abîmé, des pertes de mémoire et une incapacité à marcher.
Son mari n'a été condamné qu'à huit mois de prison et quand nous sommes montées au créneau, on nous a expliqué que c'était la peine maximum prévue par la loi. Huit mois seulement pour une personne qui a gâché la vie de cette jeune femme.
Tant qu'il n'y aura pas une loi qui criminalise la violence conjugale, nous allons encore assister à des drames similaires.
Indépendamment de la loi, il y a lieu de noter l'absence des services de prévoyance sociale pour prendre en charge pareil cas. Et même si notre association tente de le faire, il lui est difficile de se substituer à l'Etat ! C'est notamment le cas lors du non paiement de pensions alimentaires, bien qu'un jugement définitif ait été rendu en faveur de la femme.
A mon sens, nous n'avons pas besoin d'autres lois en plus de celles qui existent. Nous avons besoin que celles qui sont en vigueur soient appliquées et d'un soutien à l'action des associations de promotion des droits des femmes, en particulier celles qui sont en situation de précarité.
Dossier réalisé par Imane Bouhrara


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.