Le Roi Mohammed VI adresse un discours à la nation    BENI MELLAL : la politique de proximité, un moyen de développement    La prison d'Oukacha dément une grève de la faim des détenus du Hirak    Afrique : comprendre le choix stratégique du Maroc    Le roi Mohammed VI : « l'Afrique représente l'avenir qui commence aujourd'hui »    La voiture autonome ne cesse d'évoluer    Le groupe français Engie se délocalise au Maroc    Renforcement de la coopération parlementaire maroco-rwandaise    Le "faux président" arrêté sous une fausse identité    Divers    Reprise modeste du commerce international    Une forte cadence de transit au Port de Tanger-Med    Médersas restaurées de Fès : Le programme de réhabilitation présenté au Souverain    Dix ans sur un îlot breton désert pour un projet agro-environnemental    Le divorce coûtera une fortune pour Abramovic    La Finlande subit son premier attentat terroriste    Paris SG : Après Neymar, les autres dossiers chauds du mercato    Dortmund en tête de la Bundesliga    Débuts réussis pour Juventus et Naples, la VAR fait son apparition    A quand la modernité émancipatrice ?    Le rêve brisé des nomades aux portes d'Oulan-Bator    Pourquoi est-ce que la grossesse est une période à risque pour la thyroïde ?    Insolite : "Hand spinner"    Tout est bâti sur du vent    David Serero, une voix sublime foncièrement marocaine qui perce dans le monde sélect de l'Opéra    Education : Un chantier de règne    Décès Abdelkebir Alaoui M'daghri, le défunt sera inhumé dimanche à Rabat    Mondial 2026: les villes américaines entrent en concurrence pour accueillir les matchs    La FIFA et le TAS sanctionnent le Raja    Meknès : Hausse de 13% des nuitées touristiques durant le 1er semestre 2017    MAROC-ALLEMAGNE: QU'EN EST-IL DE L'ACCORD DE RAPATRIEMENT DES MIGRANTS?    ATTENTAT DE BARCELONE: LES CONDOLEANCES DU ROI MOHAMMED VI    METEO: JUSQU'À 47 DEGRES CE SAMEDI    TANGER, DESTINATION PRIVILEGIEE DES CHEFS D'ETAT    ISTIQLAL: LES COULISSES DU «PUTSCH» CONTRE CHABAT    Roi, jeunesse et peuple : La révolution continue...    All Africa Music Awards : Samira Said, Ahmed Soultan, Douzi en lice    Le chemin de "l'école" en plein été à Témara    Finlande : un mort et plusieurs blessées dans une attaque au couteau à Turku    Triathlon : Nador abrite la première édition de la Coupe du Trône    Allemagne: Le Bayern donne le coup d'envoi de la Bundesliga    CHAN-Kenya 2018 : Le Maroc à un pas de la qualification    Accidents de la circulation: 25 morts et 1.671 blessés en une semaine    Agadir: trois touristes légèrement blessés dans un accident de la circulation    12ème Festival national d'Ayt Warayn à Taza    Hommage à Hamid Kharbouchi au Caire    Tom Cruis blessé lors d'une cascade de Mission Impossible 6    Abdelkrim Ghallab, l'un des piliers du mouvement national, n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Kenya suspendu à l'annonce des résultats de la présidentielle
Publié dans Libération le 12 - 08 - 2017

Le Kenya retenait son souffle vendredi dans l'attente de la proclamation du vainqueur de l'élection présidentielle, les résultats provisoires donnant le sortant Uhuru Kenyatta largement favori face à son rival Raila Odinga, qui revendique la victoire.
Tout avait bien commencé mardi, jour du scrutin : les Kényans s'étaient déplacés aux urnes dans le calme et en masse, attestant d'une ferveur démocratique intacte à la faveur de ces élections générales. Mais le climat s'est rapidement détérioré à mesure que l'opposition a multiplié ses accusations de fraude.
Des violences sporadiques, qui ont fait quatre morts, ont ravivé dans le pays le spectre des scènes meurtrières qui avaient suivi l'élection présidentielle de 2007 (au moins 1.100 morts).
Jeudi, les différentes missions d'observations internationales se sont relayées en direct à la télévision pour apporter un soutien prononcé à la commission électorale (IEBC), appelant les Kényans à la patience et leurs leaders à la retenue, tout comme Londres et Washington.
Mais la coalition d'opposition Nasa a persévéré dans ses accusations de fraude, affirmant détenir la preuve, sur la foi de sources internes à l'IEBC, que Raila Odinga avait gagné, et enjoignant la commission de le "déclarer président dûment élu de la République du Kenya".
Dans sa réponse écrite au camp de Odinga, la commission a relevé des erreurs grossières de tabulations dans les documents censés accréditer sa victoire et provenant selon elle d'une base de données Microsoft, quand l'IEBC utilise Oracle.
Dans la soirée, Odinga, 72 ans, s'est dit "déçu" par les observateurs, dans un entretien à CNN. "Nous ne voulons voir aucune violence au Kenya. Nous savons les conséquences de ce qui s'est passé en 2008 et nous ne voulons pas voir cela se répéter". Mais "je ne contrôle personne. Les gens veulent la justice", a-t-il ajouté.
"Toute tentative de faire pression sur l'IEBC, comme celle que nous pouvons voir en ce moment, est irrégulière et dangereuse, car elle pourrait mettre le feu aux poudres alors que la situation est déjà tendue", a commenté vendredi matin le quotidien Daily Nation dans son éditorial, appelant, comme les observateurs internationaux, tout candidat ayant des griefs à saisir l'IEBC ou la justice.
Or, a noté le quotidien, "le processus (menant à la proclamation des résultats) n'est pas achevé, et il n'y a donc pas encore de résultats" pouvant être contestés de la sorte.
La déclaration de victoire par l'opposition a suscité jeudi des scènes de liesse à Kisumu (ouest) et dans plusieurs bidonvilles de Nairobi, des fiefs de l'opposition.
Mais les résultats provisoires de l'IEBC créditaient vendredi M. Kenyatta de 54,26% des voix contre 44,85% à M. Odinga, sur 99% des bureaux de vote dépouillés. Le nom du vainqueur ne sera toutefois annoncé qu'une fois les résultats complets compilés et authentifiés au niveau des 290 circonscriptions du pays, ce que l'IEBC espère avoir terminé d'ici vendredi midi.
Une éventuelle victoire de M. Kenyatta laisse craindre un vif sentiment d'amertume chez les partisans de l'opposition, et de possibles troubles. Mercredi, alors que M. Odinga dénonçait le piratage informatique de la base de données de l'IEBC, des échauffourées avaient éclaté dans les bastions de l'opposition, la police réprimant sans ménagement les manifestations.
Le comportement des quelque 150.000 membres des forces de sécurité déployés pour le scrutin sera crucial dans les jours à venir. Amnesty international, et M. Odinga jeudi, les ont appelés à ne pas faire un usage disproportionné de la force.
Les accusations de fraude ont exacerbé les passions déjà lestées d'un demi-siècle de rivalité dynastique entre les familles Kenyatta et Odinga. Le père de ce dernier, Jaramogi Oginga Odinga, fut brièvement vice-président, avant de perdre la lutte post-indépendance pour le pouvoir au profit du premier chef d'Etat Jomo Kenyatta, père d'Uhuru.
En outre, Odinga livre certainement sa dernière grande bataille politique, lui qui s'est présenté quatre fois à la présidentielle. En 2007, il avait rejeté la réélection de Mwai Kibaki, lors d'un scrutin entaché de nombreuses fraudes selon les observateurs. En 2013, il avait aussi contesté sa défaite et s'était tourné en vain vers la justice. Odinga, membre de la communauté luo de l'ouest du pays, s'est une nouvelle fois présenté comme le garant d'une répartition plus équitable des richesses de l'économie la plus dynamique d'Afrique de l'Est.
De son côté, le président Kenyatta, issu de l'élite économique Kikuyu, l'ethnie la plus nombreuse au Kenya, a mis en avant avec son co-listier William Ruto le développement économique du pays, avec notamment la nouvelle ligne ferroviaire entre Nairobi et Mombasa.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.