Beni Mellal Khénifra: Pour le développement de la médecine dentaire    Trump à l'ONU menace de "détruire totalement" la Corée du Nord    Les ambitions de Solar Reserve pour le Maroc    OMS: objectifs pour les maladies non-transmissibles hors de portée    40 millions d'esclaves modernes dans le monde    Le banc de la Liberté installé à Casablanca    Habib El Malki s'entretient avec le président de l'Assemblée nationale du Monténégro    L'Arabie Saoudite perd de son attrait pour la main-d'œuvre marocaine    Aung San Suu Kyi se dit prête à organiser le retour des réfugiés Rohingyas    L'ouragan Maria, après Irma, balaie les Antilles    Cavani-Neymar ou le risque de la guerre des ego    En Chine, dans le plus grand parc de ski en salle du monde    Coupe du Trône : Un match show à Tanger    Des réalisations semestrielles au beau fixe de Taqa Morocco    Hausse des arrivées touristiques au Maroc    Divers    Opération Marhaba 2017 : l'Espagne se félicite de l'étroite collaboration avec le Maroc    Divers Economie    Les meilleurs films de tous les temps    De l'or pour "SmartiLab" au Salon international de l'innovation en Inde    Les Britanniques sous le charme du caftan marocain    Trump : "Si on est obligé de détruire la Corée du Nord, nous le ferons"    Forum économique Maroc-Gabon : Des investisseurs marocains prêts à se rendre au Gabon    Crise politique : Où va le Togo ?    Ciment : Le volume consommé en baisse de 10,30%    Du nouveau chez le réalisateur : Abdeslam Kelai prépare un long métrage et une série télévisée    Le documentaire...un acte de résistance    Irma annonce le début d'une dynamique dangereuse dans l'Atlantique qui s'accentue avec le réchauffement climatique    Le Maroc au service de la paix et de l'hydrodiplomatie mondiales    Wafasalaf veut lever 250 MDH    Concours officiel de saut d'obstacles 3* de la Garde Royale    Angleterre: Permis de conduire suspendu deux ans pour Wayne Rooney    Le Kawkab de Marrakech prend le leadership    «TANJAzz» ou Tanger la Jazzy: Clap de fin en beauté!    Hassad : « La réforme de l'école est possible »    Ligue des champions. Ahly: Walid Azaro-Emad Meteeb, le choix de la discorde    Ligue des Champions. Wydad-Sundowns: les Rouges privés d'un joueur clé    PJD: Benkirane jettera-t-il l'éponge?    Bourita s'entretient à New York avec son homologue italien et le nouveau président gambien    Sahara : Baptême du feu pour Köhler    Madrid décide d'expulser l'ambassadeur de la Corée du Nord    SM le Roi Mohammed VI distingué par The Global Coalition for Hope    Représentation politique des femmes : La HACA fait le point avec les Africains    Le Roi Mohammed VI reçoit le Prix de la Coalition Mondiale pour l'Espoir    Ouverture du Forum des managers territoriaux et des instituts de formation au profit des collectivités territoriales en Afrique    Divers    Le monde peine à éliminer la tuberculose et le VIH    Insolite : Des éléphants noctambules    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ibrahim Ferrer Le Maroc est un creuset où se mélangent les différentes cultures et civilisations
Publié dans Libération le 19 - 08 - 2017


L'artiste était arrivé un jour au bord
d'un bateau au port de Casablanca mais il n'avait
pas eu l'occasion de connaître le peuple marocain,
chose qui le hanta jusqu'au jour de sa participation
au Festival de Timitar.
L'artiste cubain Ibrahim Ferrer Jr a affirmé que le Maroc, terre d'ouverture et du vivre-ensemble, est un creuset où se mélangent différentes cultures et civilisations.
"La position du Maroc, un pays enraciné en Afrique, proche de l'Europe, et qui se penche vers l'Amérique latine à travers l'Atlantique, en fait une destination incontournable pour plusieurs touristes venus du monde entier découvrir ce pays merveilleux", a confié Ferrer Jr à la MAP suite à sa participation à la dernière édition du festival Timitar à Agadir.
Pour Ibrahim Ferrer Jr, qui suit les traces de son père Ibrahim Ferrer, icône de la musique cubaine de "El Son", "le Maroc est un merveilleux pays dont la beauté est ancestrale", soulignant que lors de sa visite au Maroc, il avait une grande envie de connaître de près ce pays magnifique et son peuple accueillant.
L'artiste, qui a passé 19 années à parcourir les mers et océans du monde, était arrivé un jour au bord d'un bateau au port de Casablanca mais il n'avait pas eu l'occasion de connaître le peuple marocain, chose qui le hanta jusqu'au jour de sa participation au Festival de Timitar à Agadir. Il a également eu la possibilité de visiter plusieurs villes marocaines qui l'ont ébloui par leur beauté et l'ancestralité de leur architectures aussi diverses que riches.
"Je n'exagère pas si j'affirme que je ne trouve pas de mots pour décrire mon expérience au Maroc, l'accueil chaleureux, et le goût raffiné du peuple marocain dans différents domaines allant de la gastronomie jusqu'au thé à la menthe", a-t-il dit, affirmant qu'en tant qu'artiste cubain et latino-américain, il a trouvé au Maroc une source inépuisable d'inspiration et de raffinement.
Dans le regard de cet artiste, déjà primé à Buenos Aires en 2008 en remportant le Prix Carlos Gardel, le Royaume a choisi un modèle culturel, spirituel, socio-économique et politique spécifique, faisant du Maroc un pays unique de son genre.
De l'avis de Ferrer Jr, la culture dans sa conception large est la meilleure passerelle pour renforcer les liens humains entre les peuples marocain et cubain qui partagent beaucoup de dénominateurs communs, à leur tête l'héritage culturel africain et andalou.
Nommé d'après son père qui pressentait que son fils pouvait porter l'étendard de la musique cubaine, Ibrahim Junior s'est fait une place distinguée sur les scènes latino-américaines mais aussi européennes et d'ailleurs, grâce à une voix mélodieuse inimitable puisant ses origines dans les mélodies cubaines et africaines et les rythmes latinos comme "La Bachata" et "La Bossa nova" et jonglant entre différents styles de musiques qu'elle soit classique, folklorique ou moderne.
Amina, la mère d'Ibrahim rêvait de voir son fils jouer d'un instrument musical, alors son père lui a acheté un violon de l'Union soviétique, mais Ibrahim a rapidement délaissé l'instrument à cordes parce qu'il aimait chanter à l'école.
Ibrahim était entré dans une académie militaire pour se spécialiser en ingénierie mécanique et en aviation avant de changer le cap vers l'ingénierie maritime, ce qui lui a permis de voguer en mer et de se déplacer d'un port à l'autre, jusqu'au jour où son bateau s'arrêta à Rosario, à 300 kilomètres de Buenos Aires.
Il décida alors de délaisser la mer et de suivre les pas de son père Ibrahim Ferrer dans l'océan de la musique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.