2è sommet marocain du pétrole et du gaz à Marrakech    Un mirage F-1 des FAR s'écrase en mission d'entraînement près de Taounat    RDC: Le Washington Post décortique les contradictions de la présidentielle    Le Raja de Casablanca bat l'Africain Stars de la Namibie    Etat des lieux : Le sexisme fait des ravages en France    Le renouvellement des élites doit toucher tous les domaines    Point de vue : Naissance du label «Morocco L'ghedd»    Shutdown: Trump attaque les démocrates qui refusent son offre de sortie de crise    Le pape invite les jeunes à prier en ligne avec l'application "Click to Pray"    Akhannouch met en avant le potentiel de la numérisation de l'agriculture marocaine    Coupe de la CAF : 3 clubs marocains dans un seul groupe !    Facturation électronique, aucune obligation en absence de l'ICE    Après Abidjan, le Festival "Afrique du Rire" fait escale à Marrakech    Youcef Drissi Anticonformiste, rebelle et décalé !    Rallier Auxerre à Bzou, le défi d'Abderrazak El Badaoui    Un symposium sur le management sportif à Agadir    Amzazi rencontre l'ambassadeur anglais    Sous le signe de l'excellence et de la diversité    Attaque israélienne à Damas : 4 soldats syriens morts    Pêche côtière et artisanale: Stagnation des débarquements en 2018    «France football»: Zyech 2e meilleur joueur maghrébin de l'année    Hamid Douieb : un retour aux racines…    Vidéo – Les images de la « super Lune » de sang    Classement «Times Higher Education» : L'Université Mohammed V en tête des universités marocaines    Brexit: Theresa May de retour dans l'arène du Parlement pour présenter son « plan B »    Londres ouvre la procédure pour les Européens souhaitant rester après le Brexit    Encadrement de proximité : L'ONCA lance «la contractualisation du Conseil agricole privé agréé»    Interview with Mr Adil Douiri, founder of Mutandis, following the company's very successful IPO    Edito : Partenaire fiable et utile    Casablanca : Un policier contraint d'utiliser son arme pour neutraliser un dangereux récidiviste    Un registre national des services médiatiques voit le jour    Daniel Salaverry : Les relations entre Rabat et Lima évoluent de manière constante    Lancement de la formation pour le programme Jeunes marocains ambassadeurs aux Nations unies    Divers    Rkia Derham reçue en audience par le Premier ministre indien    Sit-in à Rabbouni réclamant la traduction en justice des assassins de Omar Ould Anay    Tabac et alcool assurément dangereux    Il faut mettre fin à la stigmatisation des troubles mentaux    Liga : Le Real double Séville    Racisme : L'appel de Koulibaly rejeté    Le DHJ se renforce à 0 dirham    Habib El Malki a représenté S.M le Roi à la cérémonie d'investiture du nouveau président de Madagascar    Stefan Löfven, du soudeur syndicaliste au "socialo de droite"    La "success story" du groupe OCP sous les feux de la rampe à Dakar    La musique classique arabe s'invite en Chine    «Il est important de laisser des écrits lorsque l'on dépose des projets»    SM le Roi Mohammed VI reçoit Mme Federica Mogherini    «Il faut récupérer tout ce qui est consommé à travers le monde»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





ONU: La Palestine présidera le «Groupe des 77 + la Chine» en 2019…
Publié dans Albayane le 19 - 10 - 2018

Ce mardi 16 Octobre est une date à marquer d'une pierre blanche dans le long combat que mène le peuple palestinien pour le recouvrement de ses droits car c'est par 146 voix pour, 15 abstentions et 3 contre que, ce jour-là, l'Assemblée générale de l'ONU a approuvé une résolution qui permettra à la Palestine de présider, en 2019, une coalition promouvant les intérêts économiques et politiques du groupe dit des «77» comprenant les pays en voie de développement.
Pour rappel, c'est en marge de l'Assemblée générale annuelle de l'ONU du 27 septembre dernier, que le «Groupe des 77 + la Chine», formé de 134 pays et qui constitue aujourd'hui une force de négociation non-négligeable sur les questions budgétaires, avait convenu de déléguer, durant l'année 2019, sa présidence tournante à la Palestine.
Mais en considérant que son statut de simple observateur et non pas de membre à part entière de l'ONU ne lui conférait pas les instruments juridiques requis pour exercer un tel mandat et en s'appuyant sur le fait que la Palestine est déjà « partie à de nombreux instruments conclus sous les auspices de l'ONU (et) membre à part entière de plusieurs institutions spécialisées et organes » de l'instance onusienne, l'Egypte a présenté une résolution lui permettant de disposer de pouvoirs légaux supplémentaires durant l'année qu'elle passera à la tête du Groupe des 77. Une annexe jointe à ladite résolution confère ainsi à la Palestine «le droit de faire des déclarations au nom du Groupe des 77 et de la Chine», «le droit de se porter coauteur de propositions et d'amendements» et, enfin, «le droit de soulever des motions de procédure».
Alors qu'un diplomate qui a requis l'anonymat a estimé que le fait de présider le G77 donnera aux Palestiniens «la capacité de parler et de parrainer des textes» – une prérogative qu'ils n'avaient pas en tant qu'observateurs-, leur permettra «d'obtenir une reconnaissance internationale (et) montrera qu'ils sont un acteur international capable de parler d'autre chose que du conflit israélo-palestinien», Nikki Haley, l'ambassadrice américaine auprès de l'ONU, a, pour sa part, immédiatement dénoncé, dans un communiqué, «une erreur qui mine les efforts de paix dans la région» ajoutant même que «les Palestiniens ne sont pas un Etat membre de l'ONU et pas un Etat du tout». Et la diplomate américaine de poursuivre en déclarant que «l'erreur de l'ONU aujourd'hui sape les espoirs d'une paix en alimentant l'illusion entretenue par certains dirigeants palestiniens qu'ils peuvent avancer vers leurs objectifs sans négociations de paix directes avec les israéliens».
Lui emboitant le pas, Jonathan Cohen, le représentant-adjoint de Washington à l'ONU, a déclaré que «les Etats-Unis ne feront aucun mystère de leur position (et) rappelleront aux autres états-membres (qu'ils) ne reconnaissent pas l'Etat de Palestine et qu'aucun Etat de ce type n'a été admis comme Etat-membre de l'ONU».
Ainsi, comme il fallait s'y attendre, ce texte, qui permet à la Palestine de dépasser son statut d'observateur, a été fortement récusé par les Etats-Unis, Israël et l'Australie qui y ont vu «une stratégie de reconnaissance internationale de la Palestine et de normalisation de ses relations».
Ryad Mansour, l'ambassadeur palestinien à l'ONU, considère, pour sa part, que le vote de ce mardi qui «est une expression de respect à l'égard de la décision du G77» de confier sa présidence aux Palestiniens « montre le multilatéralisme sous son meilleur jour».
Et si, ce même jour, plusieurs pays de l'U.E. dont le Royaume-Uni et l'Allemagne ont tenu à préciser que leur vote en faveur de la résolution égyptienne n'équivaut, en aucune manière, à une reconnaissance de la Palestine en tant qu'Etat, rien n'interdit, par ailleurs, de l'assimiler à un premier pas allant dans le sens de cette reconnaissance tant espérée mais attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.