La déconcentration administrative: un enjeu de démocratie    PAM: Les dissidents reportent le congrès    Début de semaine mitigé    Le marché pétrolier en ébullition    L'Boulevard 2019: La relève sur un tremplin    Tremplin 2019: Une 19e édition et un esprit toujours aussi bon enfant    Skhirat: 1ère réunion du comité de pilotage de la 3e phase de l'INDH    Suivez en direct: PSG vs Real Madrid et Atlético Madrid vs Juventus    Salon du livre du Saguenay–Lac-Saint-Jean : Le marocain Mustapha Fahmi primé    OCP renforce sa position de leader en Asie    Le déficit de liberté économique, une menace pour la démocratie    Insolite : Héritage dépensé    Pedro Sanchez : J'espère que les Espagnols donneront une majorité plus large au Parti socialiste    News    Dakar salue l'engagement infaillible de S.M le Roi en faveur de la paix et de la sécurité en Afrique    Liverpool chute, l'Ajax carbure et le Barça s'en tire à bon compte    Djorkaeff à la tête de la Fondation Fifa    Le Onze national des locaux attendu aujourd'hui à Alger    Amadou Ba : Le soutien à l'intégrité territoriale du Maroc est une constante de la diplomatie sénégalaise    Des centaines de poissons morts asphyxiés en bordure de l'Oued Massa    L'accès des enfants réfugiés à la scolarisation, une initiative assurément louable    Le Maroc et le Danemark scellent un nouveau partenariat dans le domaine de la statistique    Les produits du terroir jouent un rôle clé dans le développement agricole durable    Le développement de la flotte de RAM, un prérequis pour mieux servir le tourisme national    Le Festival international du film de femmes à Salé lance la nouvelle saison culturelle    Mouna Fettou: Nous avons besoin d'une véritable industrie cinématographique    Le Maroc invité d'honneur du Festival d'Helsinki de la musique sacrée    Trump annonce un durcissement « substantiel » des sanctions contre l'Iran    Tourisme : La tendance positive du début d'année se confirme    U.S. Seeks to Heighten Scrutiny of Foreign Investment in Tech, Infrastructure, Data    Brexit : le risque d'un « No-deal » est très réel    Assemblée Générale Ordinaire de la FRMF    Rapport de la Cour des comptes : Tamek tire à boulets rouges sur Jettou    Maroc-France. Appel à projet pour l'enseignement des soft skills à l'université    Guaido poursuivi pour ses liens présumés avec des narco-trafiquants    Mur à Sebta. Vox se fait remonter les bretelles par le PP    Meknès. Le Barbe et l'Arabe-Barbe à l'honneur    Moga Festival ou l'avant-garde de la musique électronique    Quel gouvernement pour le PLF 2020?    Incendies: Fermeture de milliers d'écoles en Indonésie et en Malaisie    La « Cour suprême » de Facebook pourra annuler les décisions de Mark Zuckerberg    Sahara : A quoi joue l'Espagne ?    Le Professeur Rachid Yazami reçoit à Paris le Prix de l'Investisseur arabe    Tourisme à Essaouira : Des progrès notables, mais encore des efforts à fournir    Le Maroc invité d'honneur du festival d'Helsinki de la musique sacrée    Météo: le temps qu'il fera ce mercredi    Divers    Ligue des champions: Raja et Wydad proches de la phase de poules    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les Philippines quittent la C.P.I.
Publié dans Albayane le 20 - 03 - 2019

Un an après que la Cour Pénale Internationale ait ouvert une enquête préliminaire contre le président des Philippines auquel elle reproche la répression féroce qu'il mène, depuis 2016, contre les trafiquants de drogue et qui se serait soldée par des milliers de morts, Manille s'est officiellement retirée ce dimanche 17 mars 2019 de l'instance judiciaire internationale estimant que cette dernière est supposée juger des crimes de guerre et non pas des faits de politique intérieure.
La C.P.I. accuse, pour sa part, le gouvernement philippin d'avoir ordonné l'assassinat d'au moins 5.176 usagers ou trafiquants de drogue ayant tenté d'échapper à une arrestation d'après les estimations faites par la police alors que les organisations de défense des droits de l'Homme qui critiquent une «guerre contre les pauvres» masquant de graves lacunes de l'Etat de droit, estiment, de leur côté, que le nombre réel des personnes assassinées serait au moins trois fois supérieur aux chiffres avancés par les services de la police philippine.
Faisant la sourde-oreille aux critiques qui fusent de toutes parts car étant persuadé que la politique qu'il a choisi de mener contre les trafiquants de drogue reste la plus appropriée, le président philippin Rodrigo Duterte n'entend point coopérer avec la C.P.I. à laquelle il dénie toute «compétence» pour le juger quand bien même le retrait de son pays ne signifie pas, pour autant, la fin des poursuites engagées à son encontre du moment que les statuts de l'instance judiciaire internationale stipulent expressément que le «départ d'un Etat membre ne clôt pas les procédures le concernant».
Ainsi, après le Burundi en 2017, les Philippines sont le deuxième pays à avoir quitté la Cour Pénale Internationale dont le prestige a été sérieusement écorné du fait de l'échec des procédures engagées car les enquêtes diligentées par cette dernière se sont, très souvent, achevées par des acquittements ou par les menaces des Etats mis en cause de quitter l'instance en dénonçant la partialité de ses juges. Ce fut le cas notamment de l'Afrique du Sud, la Gambie, le Kenya et la Zambie.
La politique «africaine» de la C.P.I. en Afrique a été particulièrement décriée après l'acquittement, en Juin dernier de Jean-Pierre Bemba, l'ancien vice-président de la République démocratique du Congo suivi, en Janvier, par celui de l'ancien président de Côte d'Ivoire Laurent Gbagbo.
Aussi, au vu des défections tant effectives que prévisibles qui affectent la Cour Pénale Internationale depuis sa création en 2002, il semble bien que son espérance de vie ne soit pas aussi longue que celle que ses fondateurs lui avaient prédit mais attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.