Météo: le temps qu'il fera ce mardi 25 février    Le Roi Mohammed VI félicite la présidente de la République d'Estonie à l'occasion de la fête nationale de son pays    Selon l'OMS, le monde doit se préparer à “une éventuelle pandémie”    Aux camps de Tindouf, des manifestations de colère après des soupçons de «complicité» dans l'évasion de dangereux prisonniers    #RunforNEET2020 : une course pour l'insertion des jeunes    Les autorités de La Mecque ordonnent l'arrestation d'une rappeuse saoudienne    Les belligérants libyens élaborent un projet d'accord de cessez-le-feu à Genève    Pompeo appelle le Premier ministre irakien désigné à protéger les troupes américaines    Insolite : Anniversaire présidentiel    Les cygnes blancs de 2020    Le socialiste Sanders en super-favori, les démocrates modérés s'inquiètent    Des performances commerciales et financières favorables pour Crédit du Maroc    200ème but de Cavani sous les couleurs du PSG    Le Zamalek se retire du championnat égyptien    Qualification de trois taekwondistes marocains aux JO de Tokyo    Coronavirus: Marocains d'Italie, ceci vous concerne    Le DG de l'ONEE présente à Kampala le bilan positif de la présidence marocaine de l'Association africaine de l'eau    Marrakech abrite une journée nationale sur les NTI et le développement informatique    Festival "Stop drogue" : Une matinée dédiée à la promotion de la pratique du sport chez les femmes    Divers    Un chauffeur de camion arrêté à Agadir en possession de 589 kg de chira    Participation du Maroc à la 43ème session du CDH    Mubawab annonce le lancement de sa nouvelle Business Unit "Mubawab Transaction"    Dounia : Un monodrame poignant sur le parcours d'une jeune femme en quête d'identité existentielle    Avec "Pinocchio", Matteo Garrone signe un conte noir pour enfants    Une conférence scientifique internationale organisée par l'association Ibn Battouta    Rabat: Nasser Bourita s'est entretenu avec un responsable saoudien    Le père de Dounia Batma arrêté à Marrakech    Jumelage Maroc-UE, quel apport pour la loi-cadre sur l'éducation ?    17ème journée de la Botola Pro D1 : Qu'arrive-t-il au Wydad ?    Eliminatoires africaines de taekwondo : La Marocaine Oumaima El Bouchti qualifiée aux JO-2020    15ème Jazzablanca : L'appel à candidature lancé    La tournée «Stars 80» bientôt à Casablanca    Le Groupe Crédit Agricole du Maroc mobilisé pour Al Moustatmir Al Qaraoui    Inwi adhère officiellement à la «Déclaration Numérique GSMA»    Conseil de gouvernement jeudi: ce qui est prévu    Italie : 100.300 Marocains mis en quarantaine    Résultats financiers : CIH Bank termine l'année 2019 en forme    Protection sociale : La BAD accorde un prêt de 2 milliards DH au Maroc    Maîtriser la question religieuse!    Palestine: Vivement l'union!    Débat sur l'urgence climatique pour le continent africain    Parution: «Celui qui vient de l'avenir, Abdelkébir Khatibi»    Le Salon international de l'agriculture de Paris a ouvert ses portes samedi : Le terroir marocain à l'honneur    Carton plein pour Saad Lamjarred et Fnaire (VIDEO)    Championnat d'Egypte: le Zamalek se retire de la compétition    Marche de protestation contre les restrictions de déplacement dans les camps de Tindouf    Colloque sur la démocratie participative à la Chambre des représentants    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le défi national !
Publié dans Albayane le 23 - 01 - 2020

A qui profite la crise plurielle que traverse notre pays, actuellement? Que menace-t-elle, en particulier ? La réponse n'est pas si complexe, puisqu'on n'ira pas en dénicher plus loin que son nez.
L'inégalité sociale est tellement charivarique qu'une minorité de fortunés conquière quasiment la totalité de la ressource nationale. L'oligarchie politique et pécuniaire ne cesse de détenir le pouvoir absolu, aux dépens des classes démunies et moyennes. Cette large couche qui endure à présent, les affres du fossé criard de la vie quotidienne, constitue une grosse entrave du développement.
Tant que cette réalité est vécue à des cadences, de plus en plus, âpres, il n'y aurait ni démocratie supputée ni perspective sûre, encore moins stabilité pérenne. Il est vrai que les gouvernants de la coulent douce au cœur de cette disparité galopante. En revanche, les gouvernés qui se décuplent, au fil du temps, en raison de ce système autocratique, finiront par huer, tôt ou tard, cet état cynique.
En fait, l'effet du boomerang serait, sans doute, inévitable, en si peu temps, car cette politique résolument inégalitaire que mène le pays, finirait par se retourner également sur ses auteurs. «La pression finit toujours par générer l'explosion !», a-t-on souvent l'habitude de dire en pareille circonstance.
Depuis des lustres, l'Etat prônait une façon de gouverner, fondée sur le monopole, la rente et la dépravation, à tel point qu'il se retrouve aujourd'hui dans le guêpier de ses propres choix dévastateurs. Il faisait le vide autour de lui en exerçant une mainmise sur la vie politique, à travers la répression sur les partis sérieux ou encore la manipulation des créatures partisanes à son bon vouloir.
L'affaiblissement systématique du paysage politique de la nation a occasionné, de sitôt la médiation mobilisatrice des populations, abandonnées à leur sort, en affront direct avec les forces de l'ordre.
Pis encore, cette balkanisation despotique sur les partis politiques honnêtes a créé un climat de non confiance et de désaffection dans les milieux populaires. Au même titre, les institutions du royaume sont méprisées ou du moins mal perçues, du fait de cette dévalorisation attentionnée, pour des fins hégémoniques.
L'Etat n'a pas donc intérêt à continuer à faire usage de cet envol de boomerang sans peut-être s'en apercevoir, car, en fin de compte, il ne fait que creuser sa propre tombe. Il devrait impérativement lever la main du processus démocratique irréversible, tout en fortifiant les acteurs de la médiation politique, syndicale et de la société civile.
La réconciliation avec toutes ces composantes, dans un esprit de respect et concorde, s'avère un préambule de vive importance pour la relance de l'édification nationale. Le cas de la communion unifiée, synchronisée à la veille de la marche verte, par feu Hassan II avec, notamment, le bloc du mouvement national, s'inscrit dans ce conglomérat symbiotique du royaume. Le Maroc a grand besoin de réitérer ce nouvel enjeu collectif afin d'arrêter d'hypothéquer l'avenir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.