Esbroufe    USA/UE: La coopération réglementaire au menu des discussions    Brèves Internationales    Un show pour valoriser les inventeurs arabes    Bachir Demnati: Un oublié de l'histoire de l'art au Maroc    Examen en plénière de la première partie du PLF par la Chambre des représentants    Driss Lachguar reçoit une délégation de l'OSPAA    Mohamed Benabdelkader : L'administration, pilier de tout développement économique    Démissions en série du gouvernement Theresa May    Fayez al-Sarraj fustige l'hypocrisie européenne sur les migrants    News    Ligue des Nations : Löw promet de poursuivre le rajeunissement de la Mannschaft    N'Golo Kanté, salarié "normal", a renoncé à un montage offshore    Prisme tactique : Trois pistes pour conjurer le sort    Organisation d'une journée "Jeunes leaders marocains" à la Faculté d'Aïn Sbaâ    Le développement humain au Maroc est loin d'être satisfaisant : Le classement PNUD en dit long    Les bénéficiaires d'un projet immobilier à Ben Slimane expriment leur ras-le-bol    Rencontre sur le judaïsme marocain : "Marocains juifs, des destins contrariés" projeté à Marrakech    Présentation à Rabat de la pièce de théâtre chorégraphique "Les hommes meurent mais ne tombent pas"    Création de trois prix régionaux de littérature dédiés à l'enfant    L'ATTRAIT DE LA METROPOLE    Le TGV Al Boraq, un projet royal susceptible de mettre le Maroc sur la voie de la modernité    Deux fonctionnaires de police impliqués dans une affaire de corruption à Rabat    PLF 2019 : 200 DH et non à 1.000 DH pour les compromis de vente    Co-produit par la chaîne 2M et réalisé par Hind Bensari : Le documentaire «We Could Be Heroes» en avant-première à Casablanca    Khashoggi : Le procureur saoudien dédouane le prince héritier    Theresa May lutte pour sa survie sur le Brexit    Kénitra : L'auteur d'un meurtre activement recherché    Tamansourt : Elle trompe son mari avec son beau-père    Pour favoriser leur accès au sport : TIBU et la MDJS partagent la passion du basket avec les jeunes ruraux    La Chambre des représentants poursuit l'examen de la première partie du PLF 2019    Evénement biennal organisé par l'association Racines : Les états généraux de la culture font escale à Tiznit        Casablanca American School : Adoption d'un plan d'action pour les 3 années à venir    Des réunions entre députés marocains et européens pour renforcer les relations    Maroc-Algérie: Le ministère fédéral des Affaires étrangères salue la proposition royale    «La saison agricole a démarré dans des conditions plus favorables que la précédente»    1er Forum africain de la sécurité routière. Vivo Energy partenaire    WAC : Girard sur le départ, Benzarti revient    El Khalfi : Vers une refonte du financement public des associations    Plus de 2 millions de Marocains sont diabétiques    Vernissage à Rabat de l'exposition «Illuminer le futur» de l'artiste-peintre américain JonOne    Le GMT+1 n'est pas définitif : Le gouvernement prêt à faire des concessions    INDH : 46 millions de DH mobilisés pour la province de Laâyoune    Un pendentif de Marie-Antoinette adjugé 36 millions de dollars    L'écrivain El Miloudi Chaghmoum va à la rencontre des prisonniers de Kénitra    Commémoration du 63ème anniversaire des Trois glorieuses    La maladie de Parkinson au cœur d'une journée organisée par le ministère chargé des MRE et des Affaires de la migration    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Kamil Tazi: «Je ne me considère pas comme un auteur philanthrope mais un simple amoureux des mots»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 18 - 12 - 2015

ALM : Vous avez opté pour un thriller en tant que première expérience. Comment l'avez-vous vécue ?
Kamil Tazi : En réalité, ce n'est pas moi qui ai opté pour le thriller. C'est celui-ci qui s'est plutôt imposé à moi. D'abord, ce projet est l'aboutissement d'une idée que j'ai eue à 12 ans, qui a mûri dans le temps et que je m'étais promis de raconter tôt ou tard. Ensuite, j'ai toujours été à la fois intrigué, fasciné et terrifié par le meurtre presque parfait, le génie du mal. Et puis, l'écriture d'un thriller est aussi une thérapie de l'âme, un exutoire, voire une catharsis visant à s'échapper temporairement des conflits internes que nous avons tous.

Le début de votre roman donne l'impression que celui-ci relève de votre imagination, or le dénouement démontre qu'il s'agit de faits réels. Qu'est-ce qui vous a inspiré cette trame ?
D'une part, j'ai toujours eu, ancré dans mon moi-profond «artistique», un inépuisable besoin de création qui nourrit mon imagination, catalysé dès mes 11 ans par certaines lectures, notamment Agatha Christie qui m'avait partiellement inspiré à l'époque. D'autre part, en tant qu'ingénieur, mais aussi en tant qu'ancien polémiste chroniqueur radio, amoureux du monde des idées et de l'actualité, il y a ce côté pragmatique qui m'a incité à inscrire cette fiction dans un contexte réaliste. C'est ainsi à travers la combinaison de ces deux aspects que j'ai cherché à narrer une histoire enchaînée dont la trame s'inspire du contexte marocain de 2003.

Pourquoi recourir, dans un thriller, à des personnages ayant commis des actes terroristes ?
La problématique du terrorisme est plus que jamais d'actualité. Or, pour une fiction qui se veut ancrée dans un certain réalisme, il était difficilement envisageable de ne pas intégrer cette thématique, en particulier dans le contexte de 2003. De plus, on sait aujourd'hui qu'aucun pays n'est épargné, que la difficulté liée aux enjeux du terrorisme vient du fait qu'il prend des formes différentes, et que ses causes ne se limitent pas à l'analphabétisme ou aux frustrations de personnes désespérées issues des milieux défavorisés, mais à l'idéologie et à la démagogie de certaines personnes issue de la classe moyenne, devenues expertes dans l'embrigadement.
Comment un journaliste peut-il développer un esprit d'inspecteur ?

On retrouve souvent chez le journaliste une insatiable curiosité, un esprit critique, une forte vivacité d'esprit et de la rigueur. Or ces qualités sont indispensables dans le métier d'enquêteur. Il existe donc une prédisposition de certains journalistes à développer un esprit d' «inspecteur», notamment ceux souhaitant rendre justice en démêlant des histoires enchaînées.
Quelle est la différence entre un auteur philanthrope qui communique sur son acte généreux et un autre qui ne le fait pas ?
Je ne me considère pas comme un auteur philanthrope mais un simple amoureux des mots qui souhaite, à travers cette démarche, inciter à lire utile. Après la France, j'espère en effet avoir humblement, à travers ce roman, apporté ma valeur ajoutée dans la sphère littéraire nationale.

Des projets à venir ?
Il y a d'abord le tome 2 qui est en cours d'écriture, et qui est la suite logique du premier, mais dans un style totalement différent. Il y a également mes autres projets, parallèlement à ma vie professionnelle d'entrepreneur : ces passions qui m'inspirent dans mon écriture, notamment mes podcasts Internet dans un genre plus décontracté, l'enseignement de danses, la musique, etc. Qu'y a-t-il en effet de plus beau que de vivre ses rêves de toujours ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.