Attentat Strasbourg : Le roi adresse un message de condoléances à Macron    CAN 2019 : le Maroc se met volontairement hors-course    COP24 : Une coopération environnementale entre le Maroc et le Sénégal    Saisie par la Marine royale de plus de 300 Kg de Chira à bord d'un Go-fast en Méditerranée    Maroc-France : Signature d'un accord pour le renforcement des compétences en langue française des jeunes    Glamour, stars et paillettes sont au rendez-vous    Tanger : Deux malfrats condamnés à 10 ans de prison    Juan Carlos Garrido, le maître d'œuvre    En vertu d'une convention entre la FNM et Renault : Un véhicule Renault Master pour transporter les toiles en toute sécurité    Real Madrid.. 63 millions de livres sterling sur la table pour Hazard    Casablanca : Remise des prix aux lauréats de l'African Entrepreneurship Award 2018    Accord agricole : Les eurodéputés disent oui    BCIJ : Démantèlement d'une cellule terroriste composée de trois «Daechiens» à Kénitra    Projet de loi de Finances 2019 : Les amendements des conseillers bien accueillis    Lutte contre la spoliation immobilière : Aujjar s'attaque à la mafia du foncier    Les droits sociaux et juridiques de l'artiste à l'ordre du jour    Malgré l'adoption formel, le combat se poursuit    Espagne : Pedro Sanchez annonce une hausse de 22% du SMIC    Fès-Meknès. Dardouri communique autour de l'INDH    Le groupe Attijariwafa bank remporte deux prix à Londres    Où en sont les pourparlers de paix inter-yéménites?    PLF 2019 en phase finale chez les conseillers    «Réhabiliter la politique et le politique»    «L'autisme est un prétexte pour parler de nos différences»    Ligue des Champions : Messi, Salah, Kane et Hakimi disputeront les huitièmes    Le gel des biens de Hosni Moubarak maintenu par l'UE    L'ES Tunis souhaite rencontrer River Plate au Carré d'AS    Apple. Voici les meilleures applications de 2018    Royal Air Maroc réceptionne à Seattle un nouveau Boeing 787-9 Dreamliner    Entreprises : De nouveaux textes législatifs approuvés par la Chambre des représentants    Le transfert des compétences toujours en stand-by    Noël endeuillé pour Strasbourg    E-commerce : Le Maroc classé 5ème pays africain    Le taux de mortalité infantile a baissé à 2,9% en 2018 au Maroc    Madrid menace d'assumer le maintien de l'ordre en Catalogne    Carlos Ghosn, l'empereur déchu de l'automobile    L'Iran déterminé à poursuivre ses essais de missiles    Le secret de la longévité des tortues géantes des Galapagos    Rencontres de concertation au sujet des colonies de vacances    Lancement à Kénitra d'un modèle de classes d'enseignement préscolaire    Marcelo Gallardo Stratège et idole de River Plate    Valverde : Nous voulons aider Dembélé    Ronaldo : J'aimerais que Messi vienne en Italie    Abdelali Hamieddine de nouveau rattrapé par l'affaire Aït Ljid    La Cour béninoise de répression des infractions économiques et du terrorisme menacerait-elle l'Etat de droit ?    Insolite : Bague perdue    L'OCP Policy Center devient le "Policy Center For The New South"    Azoulay appelle les Souiris à s'enquérir des intérêts de leur cité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quand les femmes jouent sur les cordes de la vie artistique
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 07 - 03 - 2008

Elles se comptent sur les bouts des doigts. Ce sont de jeunes femmes artistes issues de la nouvelle scène marocaine, autrement appelée la scène alternative. Un constat : Le festival « Boulevard des jeunes musiciens » de Casablanca, un événement qui a fait un écho international et d'où a émergé une nouvelle génération d'artistes marocains (Hoba Hoba Spirit, Barry, Big, Mazagan, Casa crew…) qui s'est appropriée de nouveaux genres musicaux (Rock, fusion, pop, gnaoui…), attire à chacune de ses éditions des milliers de jeunes dont le tiers appartient à la gent féminine. « Les filles existent au Boulevard. La plupart d'entre elles sont devant la scène, parmi le public. Mais il y en a qui avaient participé au tremplin, le groupe de rock 100% féminin « Mystic Moods » en 2005 par exemple, ou encore la rappeuse
« Fati Chow » en 2005 et 2006» , précise à ALM, Momo, un des fondateurs du festival avec Hicham Bahou. Ce dernier quant à lui, explique que « ce n'est aucunement dû à une discrimination. C'est que «la nouvelle scène», même si elle a bientôt dix ans, reste toute récente et les groupes qui ont émergé avaient déjà trimé avant d'arriver au boulevard ». Cela veut probablement dire que les dames doivent « trimer », si elles veulent participer au Boulevard. Si elles veulent bien sûr ! Mais on peut se consoler. Les jeunes femmes participent tout de même activement à l'édification de la nouvelle scène. Meryem Valo en est le parfait exemple. Elle est l' une des initiatrices de l'événement «Maghreb Music Awards» aux côtés de Layal, Ayla et Karima, Awalan. Cet événement a réuni quelque 1500 férus de musique « m'ghribia new génération » venus faire la fête et soutenir leurs artistes préférés. Selon Meryem Valo, «c'est le parcours de la combattante quand certaines demoiselles veulent faire partie d'un groupe. Ce n'est pas toujours facile pour elles d'annoncer à leurs parents qu'elles répètent chaque semaine dans un garage désaffecté avec de jeunes hommes. Tout de suite ça paraît louche. Mais, il y a également une autre raison qui empêche certaines filles de se lancer : la peur de la réaction du public majoritairement masculin ». « Il suffit de se remémorer la prestation des Mystic Moods. Au début, certains mecs avaient été tout sauf galants ou prévenants. Mais, il a suffi qu'elles commencent à jouer pour les calmer. Le jour où le public marocain sera habitué à voir des filles régulièrement sur scène, il commencera à réagir de manière civilisée», ajoute-t-elle.
Toutefois, il existe de jeunes femmes qui ses sont imposées dans cette nouvelle scène. À citer, Oum, figure de la soul marocaine. Sans pour autant passer par la scène underground, il y a une nouvelle génération de femmes qui ont choisi la musique de variétés tout en adhérant à la philosophie de la nouvelle scène. Khanssaâ, Nabila Maân ou encore Joudia parmi d'autres. Avec leur talent et leur attitude et sensibilité féminines, ces demoiselles ont conquis la scène médiatique nationale et visent même l'internationale.
«Je souhaite à travers ma musique, présenter une bonne image de l'identité et de la culture marocaines notamment sa darija. Les Marocains connaissent plusieurs dialectes arabes, les autres devraient faire de même. En promouvant une nouvelle musique authentique avec une darija correcte et porteuse de sens, cela serait possible. J'aimerais entièrement faire mes albums au Maroc puis les exporter en Europe ou ailleurs », déclare Nabila Maân à ALM.
Et de préciser : « pour moi, la nouvelle scène comporte tous les jeunes artistes innovateurs qu'ils soient de variétés de RNB ou autres. Et là encore, rares sont les jeunes femmes. Pourtant notre pays regorge de jeunes talents mais ceux qui percent ne sont pas forcément les meilleurs. Personnellement, et à travers mon expérience, je crois que dans le domaine artistique, en général, outre le talent, ce sont plus la chance et un bon entourage qui permettent à un artiste de percer son chemin ». Tout un message.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.