Rabat : Le Conseil de la ville toujours en mode "Stand-by"    Retour du droit à l'importation de 30% sur le blé tendre à partir de 2019    Une nouvelle tragédie sur l'autoroute de Casablanca    Espace : Une expédition scientifique en route vers Mercure    ESCA invite les professionnels de la comptabilité à un workshop gratuit    Une levée de fonds de 500M$ pour Careem    Le Maroc et la Tunisie peinent toujours à dynamiser leurs échanges    Assassinat de Khashoggi : L'aveu complet du Riyad    Les réformes de la justice au Maroc saluées par une commission européenne    Le Roi Mohammed VI charge Akhannouch d'élaborer une stratégie de développement agricole    Affaire Khashoggi : L'Arabie saoudite plaide coupable    La Russie se félicite de son bilan d'intervention    4ème Commission de l'ONU : Une victoire diplomatique certaine pour le Maroc    L'ONCF dément les rumeurs de piratage    Comment sortir de la malédiction de l'Oukaimeden!    Un Monde Fou    Théâtre: Quand les femmes font comme les hommes    Les Lionnes de l'Atlas l'emportent face à l'Algérie    Prix Katara du roman arabe 2018 : deux critiques marocains distingués    Filière équine : Le Plan décennal 2011-2020 de la Sorec tient ses promesses    L'Organisation des Etats de la Caraïbe orientale se dote d'une ambassade à Rabat    Désillisions    Le Maroc refuse de jouer au gendarme de l'Europe    Liga : Barça et Real guettés par la crise    Arrestation d'une femme soupçonnée de port illégal d'un uniforme de police    Premier League : Une manche show    Bundesliga : Le Bayern en opération sauvetage    Hicham El Mansour ou "la vue fauviste la plus parfaite jamais réalisée pour Tanger"    Le Salon maghrébin du livre à Oujda, une ambitieuse contribution à la consécration de la coopération culturelle    Faiçal Ben primé au Festival international du film de Delhi    Bouillon de culture    Fouad Laroui présente à Paris son nouveau livre «Dieu, les mathématiques, la folie»    Ouverture mercredi du pont géant reliant Hong Kong à la Chine continentale    Brexit : La question irlandaise peut faire échouer l'accord, souligne Michel Barnier    Khashoggi : Des employés du consulat témoignent, une crise en vue entre Ryad et ses alliés    La réforme des soins de santé primaires va bon train    Man City-Messi. "La pulga" fidèle au FCB à tout prix    Mobilisation des terres collectives. La mise en œuvre pour 2019    Arrestation de deux individus impliqués dans une affaire de viol ayant entraîné la mort, détails !    Les députés du PPS demandent une réunion d'urgence    Sahara marocain: Le processus politique conforté sur la voie onusienne    Le PIB agricole a grimpé de 60% en 10 ans    JOJ de Buenos Aires: le Maroc rafle sept médailles    Plus de 15 millions de cartes bancaires en circulation    L'Institut français d'Oujda déménage    Divers    Au moins 18 morts dans une fusillade en Crimée    Mieux vaut pousser tôt au premier accouchement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abdellatif Filali : Parcours d'un vrai homme d'état
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 03 - 12 - 2004

Plusieurs fois ministre d'Etat, ancien premier ministre, Abdellatif Filali a longtemps marqué la scène politique nationale par sa discrétion et sa finesse.
Rares seront été les figures politiques marocains à pouvoir se targuer d'avoir cumulé autant de hautes fonctions. Un avantage doublé d'un autre non moins important, celui d'une nature faite de finesse et de discrétion qui sont les attributs de l'ancien ministre d'Etat, Abdellatif Filali. Une personnalité plus connue pour avoir occupé, pour un total de 16 ans, et depuis les premières années d'indépendance du Maroc, le poste de ministre des Affaires étrangères. Un poste qu'il n'a définitivement cédé qu'à l'aube du 21ème siècle, en 1999.
En un mot, le parcours de cet homme aux multiples qualités, tant personnelles que professionnelles est impressionnant. Né le 26 janvier 1928 à Fès et après des études secondaires au collège Moulay Driss et au lycée mixte de Fès, le jeune Abdellatif Filali s'en va poursuivre ses études supérieures en droit en France, à Paris. Des études couronnées par un doctorat en droit et après lesquelles commence une carrière, diplomatique entre autres, aux innombrables péripéties. Auparavant, M. Filali entame sa carrière en tant qu'attaché au Centre nationale de la recherche scientifique de Paris, de 1955 à 1956. Une expérience qui le mènera juste après à devenir ministre plénipotentiaire des Affaires étrangères. C'était déjà en 1957. une ascension fulgurante valorisée par une réputation d'un haut reponsable loyal. Un poste auquel est venu s'ajouter celui de membre de la Commission internationale chargée de régler le différend franco-marocain après la capture de Ben Bella.
Président de la délégation marocaine à la Conférence sur le droit de la mer en 1958, il ne tardera pas à prendre un autre chemin, celui des institutions internationales, notamment au sein de l'Organisation des Nations unies où il prend, de 1958 à 1959, ses responsabilités de chargé d'affaires du Maroc. De retour au pays, il est nommé chef du cabinet de feu Sa Majesté Mohammed V de 1959 à 1960. Il ne tardera pas à devenir chargé d'affaires du Maroc en France pendant encore deux ans, de 1960-1961. Nommé directeur du cabinet et du Protocole royal en juillet 1961, il est appelé à d'autres fonctions, celles d'ambassadeur de feu Sa Majesté Hassan II à Pékin en 1965.
L'aller-retour entre des responsabilités occupées au Maroc et ailleurs continuera jusqu'aux années70. L'attend encore une carrière en affaires commerciales : Président-directeur général de la Banque espagnole marocaine.
Aboutissement logique de ce parcours riche, il est nommé en 1994 ambassadeur du Maroc en Espagne. Une autre fonction le mènera à New York, où il est représentant permanent du Maroc aux Nations unies (1976). Ambassadeur de feu Sa Majesté le Roi Hassan II à Londres en 1980, il est élu, deux ans plus tard, secrétaire général perpétuel de l'Académie du Royaume du Maroc, et ce jusqu'en 1982. Ministre de l'information jusqu'en 1985, il est également membre de l'Assemblée consultative des droits de l'Homme en 1990 et ministre d'Etat et ministre des Affaires étrangères de 1990 à 1993. Premier ministre, tout en gardant ses fonctions de ministre des Affaires étrangères et de la coopération jusqu'à la formation du gouvernement Youssoufi (1994-1998), sa réputation est faite dans l'action et la loyauté.M.Filali a eu raison, par ses qualités humaines et son sens des responsabilités, de tous ses détracteurs. Rarement Premier ministre a essuyé, lui, et son équipe autant de critiques. Contre les apparences et les effets d'annonce, le bilan était substantiel. Il est désigné dans le gouvernement Youssoufi II en tant que ministre des Affaires étrangères et de la coopération (1998-1999). Marié, deux enfants (Yamina et Fouad), Abdellatif Filali est un homme heureux et en phase avec ses convictions. Sa mission terminée, il se retire de la vie politique nationale. Une sortie par la grande porte qui sied aux hommes de sa trempe.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.