Coronavirus : le Maroc s'engage sur le plan africain en mettant à contribution son expérience et expertise    UNAF U21 : les lionnes de l'Atlas s'acharnent sur l'Algérie (2-0)    Barça: le quadruplé retentissant de Messi face à Eibar (VIDEO)    Al-Kass Cup: l'Académie Mohammed VI s'incline face au Real Madrid (VIDEO)    PAM : le 25ème Conseil national du PAM aura lieu le 7 mars    Des installations du tramway de Casablanca sérieusement endommagées (PHOTOS)    Hamza monbb : des aveux mettent à mal les soeurs Batma    Tragique accident entre Marrakech et Imintanoute    Australie : le Maroc à l'honneur au Festival multiculturel de Canberra    Mutandis Auto réduit ses parts dans Immorente Invest    Paradis fiscaux: le Maroc peut mieux faire    Coronavirus : Les 167 Marocains rapatriés de Wuhan quittent l'hôpital    Un conseiller du PJD arrêté à la frontière pour faux et usage de faux    Lourde sanction contre les supporters de Dortmund    PAM : des dirigeants du parti refusent de participer au bureau politique formé par Abdellatif Ouahbi    Crédit du Maroc dresse le bilan de son plan stratégique CAP 2020    Blocage de l'adoption du code pénal, la sèche mise au point de Ben Abdelkader    Mehdi Lahlou : les banques islamiques ne sont aucunement différentes des banques classiques    Un nouveau "portefeuille pédagogique" pour lutter contre la violence en milieu scolaire    Fès: une ressortissante étrangère agressée sur la voie publique    Une voiture interceptée à l'entrée de Salé    Equipementiers Une 4e usine pour TE Connectivity    L'autre guerre    Les Panafricaines alertent sur l'urgence climatique    Top mondial YouTube: Zouhair Bahaoui cartonne avec son nouveau clip (VIDEO)    Azilal : le parc jurassique ouvrira ses portes fin mars    Le Maroc prêt à apporter au Qatar tous les moyens humains et logistiques pour réussir le Mondial-2022 de football    Le mouvement de contestation populaire né il y a un an en Algérie cherche son second souffle    L'Allemagne renforce les mesures de sécurité après l'attentat raciste de Hanau    Dans le bagage des candidats à la Maison Blanche il y a aussi… des casseroles    Tout comme le patrimoine marocain en général : La judaica marocaine a souffert du pillage à travers le temps    Le Maroc, terre d'un patrimoine ancestral : Les trésors juifs de Casablanca    Adieu Abdeslam Alla    Le HCP note une baisse de 0,1% de l'indice des prix à la consommation    La déconstruction d'un mythe    U.E: Les «villes libres» réclament des subventions…    ONU : Omar Hilale briefe le Conseil de sécurité sur sa visite en RCA    Le coronavirus pourrait coûter jusqu'à 30 milliards de dollars au secteur aérien    Mohamed Benchaâboun: « Tous les indicateurs montrent que la dette marocaine est soutenable »    L'ambassadrice des Pays-Bas se félicite de l'intégration des MRE dans la société néérlandaise    Appel à la consécration d'une justice citoyenne    La Commission de la programmation n'en fait qu'à sa tête    Divers sportifs    Achraf Hakimi et son retour au Real Madrid    La Commission européenne salue les efforts du Royaume en matière de réformes fiscales    L'industrie du cinéma a été plus inclusive en 2019 que lors de la décennie précédente    Le CCM dévoile les jurys du 21ème Festival national du film de Tanger    L'espoir du rap Pop Smoke abattu chez lui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Prochain gouvernement: Les attentes des Marocains du Canada
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 22 - 10 - 2016

Nombreux sont ceux qui soulignent l'intérêt de la mise en place d'un guichet unique pour la gestion de leurs doléances. En d'autres termes, les Marocains du monde souhaitent plus d'écoute et de concret. Et ce à travers une démarche inclusive et participative à même de trouver des solutions réelles aux problèmes que rencontre la diaspora.
Loin de leur pays d'origine, les Marocains du Canada ne manquent pas pour autant de suivre ce qui s'y passe en ce moment sur le plan politique. Aujourd'hui alors que les tractations pour la composition du prochain gouvernement vont bon train, chacun y va de son commentaire sur les résultats des élections et sur les chantiers qui attendent les prochains décideurs publics. En ce qui concerne le scrutin, les compétences marocaines du Canada font une analyse pointue et ont visiblement une idée claire de la situation.
«Le scrutin du 7 octobre 2016 n'apporte presque rien de nouveau par rapport à la précédente législature. Au sortir des urnes se trouvent ainsi confirmées la majorité relative du PJD et la progression du PAM», souligne à ce sujet Abdelghani Dades, journaliste et éditeur du bimensuel montréalais Atlas.Mtl du groupe Atlas Média. Il met aussi en exergue «qu'il y a toujours dix ou douze partis politiques qui accèdent au Parlement et il en faudra quatre, cinq ou six pour constituer une majorité gouvernementale viable, du moins suffisante pour mener un mandat à son terme».
Une tendance observée à l'issue des dix dernières consultations législatives de l'histoire contemporaine du Maroc et qui se vérifie de nouveau. «Ce n'est pas forcément une mauvaise chose; puisque de la sorte, le multipartisme choisi par le Maroc joue ainsi ses pleins effets et met le pays à l'abri des tentations totalitaires qui pourraient apparaître ici ou là», renchérit l'éditeur d'Atlas.Mtl. Pour Abdelaadim El Hanchi, président du Forum des compétences canado-marocaines, les résultats des urnes montrent la bipolarité de la carte politique marocaine qui se confirme. «D'un côté la tendance des conservateurs à travers le PJD qui se maintient et d'un autre le vent de libéralisme à travers la progression du PAM», souligne-t-il. Un fait saillant de ces dernières législatives rassure moins toutefois la diaspora marocaine du Canada. Et ce n'est autre que le taux de participation enregistré lors du scrutin. Demeuré bas, il indique que la population n'a pas vraiment confiance, non pas dans le processus démocratique, mais plutôt dans les formations politiques. C'est pour dire que la refonte de nombreux partis dans la course s'impose.
Pour sa part Dr Fatiha Chandad, vice-doyenne aux études supérieures à la Faculté de médecine dentaire de l'Université Laval, indique que s'il y a lieu de se réjouir de la victoire de la démocratie, il est indispensable de renforcer la sensibilisation des nouvelles générations à la politique. Au delà de l'analyse du scrutin du 7 octobre, les Marocains du Canada ont une opinion claire sur les chantiers à entreprendre par le prochain gouvernement. Ce qui reste préoccupant pour tous c'est indéniablement la refonte du secteur de l'éducation et de l'enseignement. Mais pas seulement.
Les Marocains du Canada montrent aussi du doigt les dysfonctionnements de la santé. Un secteur qu'ils souhaiteraient voir aussi s'améliorer dans leur pays d'origine. Que peut faire pour eux le prochain gouvernement pour faciliter leurs projets au Maroc? Nombreux sont ceux qui soulignent l'intérêt de la mise en place d'un guichet unique pour la gestion de leurs doléances. En d'autres termes, les Marocains du monde souhaitent plus d'écoute et de concret. Et ce à travers une démarche inclusive et participative à même de trouver des solutions réelles aux problèmes que rencontre la diaspora, souligne Ismail Harakat, directeur de la publication Espace MRE.
De son côté, Mohamed Boutchich, animateur de l'émission «Coin Maroc» sur les ondes de CKVL-FM, soulève le dossier des équivalences des diplômes. Une des préoccupations majeures pour beaucoup de jeunes qui veulent rentrer au pays. «On parle de fuite de cerveaux mais pour celui ou celle qui souhaite s'installer au Maroc ce n'est pas toujours simple dans certains domaines après des études et une expérience professionnelle au Canada», souligne Nafissa Abarbach, vice-présidente du Forum des compétences canado-marocaines. La jeune femme aborde dans ce contexte l'exemple des experts-comptables marocains du Canada qui souhaiteraient intégrer le domaine au Maroc. Mais il semble que beaucoup d'intéressés ne savent plus à quelle porte frapper pour cela. Et ce malgré moult demandes auprès des institutionnels marocains, soutient-elle. Ce qui fait dire à certains qu'il y a un décalage entre les discours et la réalité sur le terrain. Aussi pour tous, les attentes sont grandes, principalement en termes de mise en place de conditions réelles pour une pleine participation des Marocains du monde au développement du Maroc.
Pour l'heure, force est de constater que malgré les grandes possibilités d'investir dans le pays d'origine, la forte demande en la matière ne rencontre pas toujours des conditions favorables de réalisations.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.