Parlement: Les enjeux du renouvellement des instances    Liberté de la presse: La Tunisie fait mieux que le Maroc!    BAM-Patronat-GPBM: Le temps de l'action!    Maroc Telecom : Léger repli du C.A au 1er trimestre    Réforme fiscale: Les enjeux des 3es Assises de la fiscalité    Attentats au Sri Lanka : Une Marocaine parmi les blessés    Sri Lanka : Le mouvement responsable des attentats identifié    Arrestation des auteurs du braquage d'une banque à Ouarzazate    Algérie : Arrestation du PDG du premier groupe privé et d'autres industriels    Un bel exemple de partenariat entre les deux rives de la Méditerranée    Les efforts de la diplomatie marocaine ont fini par payer    Le GCAM facilite l'accès au financement de la mécanisation    Les leaders de la contestation au Soudan suspendent leurs discussions avec l'armée    Youssef Chiheb : Le Grand Remplacement, nouveau paradigme de l'islamophobie en Europe    Le Maroc réitère son engagement en faveur d'Al Qods    Marathon de Rabat : Deux nouveaux records et une bonne prestation des Marocains    Coupe internationale Mohammed VI de karaté    Un derby de bonne facture    Les consommateurs s'engagent sans prendre connaissance du contrat de vente    Divers    Le vélo électrique serait meilleur pour la santé mentale    Création d'un Centre de créativité pédagogique à la Faculté des sciences de Tétouan    Clôture en beauté du Festival de la culture Aissaoua    "La Malédiction de la dame blanche" en tête du box-office    L'œuvre du cinéaste et poète Abbas Kiarostami au cœur des Journées cinématographiques de Safi    Guichet numérique unique : L'Intérieur annonce la poursuite de la généralisation    Arabie Saoudite. Attaque terroriste dans un commissariat, l'EI revendique    Le street-art au Mövenpick Marrakech    L'Union arabe de taekwondo s'installe à Rabat    Gouvernance sanitaire à Ifrane: L'hôpital sort de ses murs    Le PPS au Kurdistan d'Irak: La diplomatie partisane agissante    France. Ces universités refusent d'appliquer la hausse des frais    Flash hebdomadaire    Dopage : 19 mois de suspension pour Badr Hari    Safaa Hbirkou, la nouvelle égérie de Taous    Jazzablanca en fête dans la ville    Festival de Sijilmassa du malhoun : Hajar Zemmouri remporte un concours de l'Inchad    Le Kenya domine, le Maroc sur le podium    Les clubs de Marrakech et d'Al Hoceima en chute libre    Lixus fait peau neuve pour abriter ses visiteurs…    Un livre marocain remporte le prix du meilleur livre pour enfant à Charjah    Le cauchemar de l'inflation hante à nouveau le Zimbabwe    Plus de 850.000 visiteurs au SIAM 2019    Ghosn de nouveau inculpé au Japon    Enseignement préscolaire. Création de plusieurs unités à Sidi Ifni    Botola Maroc Télécom : Le Raja et le Wydad se quittent sans vainqueur    Mohamed Benabdelkader : Le citoyen est au cœur des préoccupations du service public    Mettre l'information à la disposition des demandeurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Edito : Mobilisation générale
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 23 - 10 - 2018

Les débats au Parlement sur le projet de loi de Finances vont commencer dans les jours qui viennent. Ils s'accompagneront probablement, comme à l'accoutumée, de toutes les tractations et petites batailles habituelles dans les coulisses par députés interposés.
Entreprises, associations professionnelles, opérateurs et autres acteurs connaissent bien le fonctionnement, l'arrière-boutique de la fabrication des lois et en maîtrisent les rouages, pour certaines d'entre elles. Tout cela relève du processus naturel d'un budget comme il s'en fait dans tous les pays. Mais si l'on en croit les signaux lancés récemment, de part et d'autre, la loi de Finances de 2019 est particulièrement compliquée au vu des contraintes budgétaires.
Certaines réformes, qui nécessiteront des budgets colossaux, doivent impérativement être mises en marche et ne peuvent plus attendre. Ces réformes sont cruciales et primordiales pour le pays tout entier et son avenir. Il s'agira donc que tout le monde s'inscrive dans un état d'esprit d'effort collectif dans l'intérêt général. Les uns et les autres devront donc trouver le juste équilibre entre, d'un côté, le jeu habituel des négociations basé sur le principe des concessions et contreparties et, de l'autre côté, la nécessité de mobiliser et fédérer les efforts pour le bien et l'avenir de tous. Le secteur privé a besoin d'être appuyé pour qu'il puisse investir de nouveau et créer des emplois.
Cela dit, il devra à son tour non pas faire des concessions mais s'engager sur des résultats. Il en est de même pour les syndicats dont le rôle est, évidemment, d'arracher des augmentations de salaires, entre autres avantages et acquis. A trop tirer sur la corde, elle finit par rompre, dit-on. Ce travail d'explication et de mobilisation générale est du rôle du gouvernement d'abord mais également de tous les acteurs aussi bien du champ politique, social qu'économique…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.