Sahara marocain : ARTE dévoile les Fake news du polisario    Déclarations irresponsables: l'Intérieur se réserve le droit de recourir à la justice    Dakhla: le tourisme balnéaire au cœur du plan de relance (ONMT)    5ème Convention annuelle des zones économiques : le modèle de Tanger Med Zones dévoilé    Mort de VGE: Macron décrète un jour de deuil national mercredi    Le Hassania d'Agadir tient ses AG le 15 décembre    France: la stratégie vaccinale contre le Covid-19 présentée    Le déficit commercial se réduit à fin octobre    Alerte Météo: chutes de neige, temps froid, rafales de vent et fortes pluies ce week-end    Evolution du coronavirus au Maroc : 4334 nouveaux cas, 368.624 au total, jeudi 3 décembre à 18 heures    Le Sénat donne son feu vert à la convention maroco-espagnole de lutte contre la criminalité    Décès de VGE: le roi Mohammed VI présente ses condoléances à Emmanuel Macron    L'IF de Meknès lance une galerie à l' air libre    Décès de Mohammed Abarhoune    Ligue des champions : Paris revient, Chelsea déroule    Les prémices d' une saison prometteuse pour le CAYB    Hydrogène vert, le Maroc à l'affût des opportunités    Sociétés cotées: décélération de la baisse de l'activité à fin septembre    Vrai ou Fake sur la Covid-19 au Maroc, jeudi 3 décembre    Le Wydad fin prêt pour la reprise de la Botola    Festival international Cinéma et migrations d'Agadir. Une édition 100% digitale    Le régime algérien prend en otage les séquestrés de Tindouf pour un « choix politique fallacieux »    Le Royaume Uni signe un Mémorandum d'Entente avec le Maroc    Conseil du gouvernement : Prolongation de l'état d'urgence sanitaire au Maroc jusqu'au 10 janvier    Abondantes chutes de neige, vague de froid et fortes averses de vent    CAM au chevet des Fédérations interprofessionnelles de l'Agriculture    Une délégation de la Commission des AE à la Chambre des représentants en visite aux consulats accrédités    CNSS : « le test PCR n'est pas encore remboursable, mais… »    Nouveau consulat des Etats-Unis à Casablanca    2M rénove ses journaux télévisés    Le Groupe arabe salue les efforts inlassables de SM le Roi pour la défense d'Al-Qods    La communauté internationale attendent toujours le gouvernement    Le sport national en deuil : Saïd Bouhajeb n'est plus de ce monde !    Le pire défi de l'Etat-nation    Messaoud Bouhcine: «Les arts vivants sont en crise»    «Qendil», nouveau single de Ayoub Hattab    LOI DE FINANCES 2021 : UN BUDGET DE CONVALESCENCE    L'Université Mohammed VI des Sciences de la Santé lance un diplôme inédit    La guerre du Tigré va-t-elle basculer vers la guérilla ?    Jamel Debbouze provoque Booba pour le buzz (Vidéo)    Anesthésistes réanimateurs : Pénurie, flou légal et burn out    Gad El Maleh endeuillé (PHOTO)    Le film polémique « Much Loved » proposé sur Netflix    Election du Maroc au CA du PAM : une reconnaissance de l'action humanitaire du Royaume    16 cas testés positifs au sein du MAS à la veille de la nouvelle saison : "Jouer football mais penser Covid-19 " !    Covid-19. Un désastre pour les salaires    Cancel Culture : Le bûcher des réseaux sociaux brûle de bon feu    L'ancien président français Giscard d'Estaing est mort du Covid-19    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Notre jeunesse s'entre-tue…
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 19 - 10 - 2020

La semaine dernière le jeune Mohamed, âgé de 15 ans, a été tué sur le chemin de son domicile, après l'école, car il a refusé de remettre son portable à son agresseur.
Son assassin est âgé de 20 ans !
Mesure-t-on le degré de décrépitude dans lequel sombre notre société ? Bien sûr on peut se dire que cela est vrai dans la plupart des pays, mais cela ne peut servir de quelconque justification : nous ne pouvons nous résoudre à ce que notre Maroc voie sa jeunesse s'entre-tuer sans (ré)agir.
Ce n'est évidemment pas la première fois que des jeunes prennent la vie d'autres jeunes, le hooliganisme a tué, la délinquance a tué, l'autodestruction d'une partie de notre jeunesse passe aussi par la drogue, le suicide, l'émigration clandestine... mais précisément jusqu'à quand nous contenterons-nous de nous insurger, de nous émouvoir puis d'attendre un autre cas aussi dramatique pour à nouveau le mettre sur la table ?
La question est : que faisons-nous maintenant, laissons-nous notre jeunesse se détruire, restons-nous les larmes aux yeux et les bras croisés ou bien agissons-nous ?
Nous ne pouvons laisser la police seule répondre à cette situation, car à la nécessaire répression doivent s'ajouter -et précéder- la prévention, l'éducation, la transmission. Plus personne ne remplit ce rôle : ni la famille, ni l'école, ni les organismes de jeunesse...
Alors bien sûr la clé de l'insertion sociale par excellence passe par l'emploi, par une situation socio-économique digne et stable, mais cela ne peut dépendre du secteur associatif, le rôle de la société civile est un rôle d'accompagnement, un rôle de formation de la personnalité, d'éducation et d'apprentissage à la vie en société...
Or le contre-exemple à cette jeunesse qui s'auto-détruit existe, la preuve que notre jeunesse est capable du meilleur est là, palpable -et la période difficile que nous vivons du fait de la pandémie, nous le montre avec encore plus de pertinence. Encore une fois il faut le souligner, l'immense majorité de notre jeunesse est pétrie du désir de réussir, de vivre décemment, d'être un atout pour notre pays !
L'exemple des jeunes engagés dans le mouvement associatif, conscients de leur rôle et de leur importance, solidaires, patriotes, courageux… constitue la démonstration concrète que nos jeunes sont le meilleur de nos atouts lorsqu'ils sont acteurs, lorsqu'on leur fait confiance, lorsqu'ils accèdent à des responsabilités… l'exact contre-pied de ce jeune de 20 ans qui a tué un autre jeune de 15 ans.
Quel meilleur signe que les solutions existent, qu'elles sont là et qu'il est temps de s'en inspirer.
Attendre que la situation de l'emploi comble les besoins de ces milliers de nos jeunes qui sont en errance est utopique -ou du moins pas réalisable sur le court terme- alors nous devons agir sur les domaines où nous avons un «pouvoir», une marge de manœuvre et donner à notre jeunesse de quoi nourrir son esprit, sa personnalité... lui offrir des garde-fous, des valeurs, un cadre où s'épanouir.
Avec les jeunes militants associatifs engagés sur le terrain, nous avons fait -il y a quelques semaines- une série de propositions dont :
– des médiateurs de quartiers
– la renaissance des maisons de jeunes confiées en co-gestion aux jeunes eux-mêmes
– la mise à disposition – au profit des associations de jeunes- des espaces de récréation des écoles, collèges, lycées... lors des week-ends et des vacances scolaires
-l'accès à la culture
– la formation d'éducateurs et travailleurs sociaux, etc.
Essayons, car ne rien faire nous conduira dans le mur !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.