Devises vs Dirham: les cours de change de ce lundi 21 juin    Euro 2021: coup dur pour la France    Réunion jeudi du Conseil de gouvernement, la lutte contre la violence à l'égard des femmes au menu    Permis de conduire : La digitalisation des épreuves pratiques pour bientôt    Jumia conclut un partenariat avec Huawei    Palestine : Biden appelé à aider à mettre fin à l'oppression israélienne    Chambre des conseillers : séance plénière mardi pour examen et vote de projets de loi relatifs au domaine agricole    Handisport / Championnat national d'athlétisme : Attahadi et Amis de Fès remportent le titre    Coupe de la CAF: le Raja de Casablanca et Pyramids font match nul (VIDEO)    Botola : Le FUS tombe à Berrechid, le MAS et la RCOZ accrochent le HUSA et le DHJ    Coupe arabe U20 : Réaction d'Idrissi après la victoire des Lionceaux    Le président du Barça défend encore le projet de la Super Ligue    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 21 juin 2021 à 16H00    Tout savoir sur la qualité des eaux de baignade    Covid-19: La Santé met en garde contre le non-respect des mesures préventives    France : au moins trois blessés dans l'effondrement de deux immeubles à Bordeaux    Météo au Maroc: il fera chaud ce lundi 21 juin    Patrimoine immatériel : La tutelle complète son inventaire    Mohamed Aboudrar quitte le PAM pour le MP    Une relance des IDE en 2021 face à des perspectives incertaines    Guercif. Le britannique Predator a foré le puits MOU-1    Tanger Med. MFM Radio au cœur de Marhaba 2021 [Vidéo]    Michelle Bachelet déplore une augmentation de l'extrême pauvreté et des inégalités dans le monde    Le Chili reconnait avoir rompu la bulle sanitaire en faisant venir un coiffeur    10.000 spectateurs autorisés sur les sites de compétition    Organisation des ministres de l'Education d'Asie du Sud-Est. Le Maroc est le premier pays arabe et africain à obtenir le Statut de «Membre Associé»    La pandémie aggrave les effets néfastes du blocus américain contre La Havane    Echec de Macron et Le Pen, un avertissement pour 2022    Elections iraniennes : Un ultraconservateur à la tête du pays    Allemagne : les conservateurs dessinent le paysage politique de l'après-Merkel    Quarantaine des voyageurs au Maroc. Voici la liste des hôtels participants    Opération Marhaba 2021: voici la liste de numéros de téléphone et d'e-mails mise à disposition des MRE    Espagne : malgré la polémique, le gouvernement va gracier les indépendantistes catalans    «Drawing life» remporte le Grand Prix de la Compétition internationale officielle du court-métrage    Remise du Prix de l'Excellence musicale de la Fondation Brahim Akhiate pour la diversité culturelle    Un chef d'œuvre qui inspire la haute couture mondiale    Exposition: Abdoulaye Konaté, un doux harmattan    Corée du Nord: le représentant spécial des Etats-Unis propose une rencontre    Législatives au Maroc : une circulaire du ministère public et le ministère de l'Intérieur dévoilé    RAM: de nouveaux vols additionnels programmés en juillet (PHOTO)    La Libye, calvaire pour les femmes sur le chemin de l'Europe    Bac 2021 : taux exceptionnel de réussite dans la région Dakhla-Oued Eddahab    Marché des changes (10-16 juin): le dirham se renforce face à l'euro    Guterres reconduit, les félicitations de Sa Majesté le Roi    Elections professionnelles : L'UMT confirme, le syndicat du PJD régresse    Exposition: danse avec le papier    Décédé à l'hôpital américain à Paris : Haj Brahim Id Hali Bicha, une icône du mécénat s'éteint    Abdoulaye Konaté, le croisé à angle droit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Lekjaa, blessé, mais pas abattu
Publié dans Challenge le 06 - 10 - 2019

On nous dit que l'homme est sensible et que les critiques lui font mal. C'est plutôt difficile pour un homme appelé à s'exposer au jugement public et qui, ces derniers jours, en aura entendu des vertes et des pas mûres.
Pourtant, Fouzi Lekjaa, c'est de lui qu'il s'agit, aurait dû être prévenu. Tous ceux qui, un jour, se sont mis en tête de diriger le football marocain en sont sortis meurtris, ou pour le moins déçus. C'est que notre football n'est pas « gouvernable », car il n'obéit à aucune règle juridique, ni réglementation légale ; quant aux lois locales ou nationales, il sait s'en accommoder. Bien souvent, l'Etat même passe l'éponge, comme il l'a fait jusque là, pour les impôts, les contrats, les assemblées générales et même la sécurité dans les stades. Ce que se permet le public au football, au nom du supportérisme n'est admis dans aucun autre domaine de la société.
Et puis, le comble du comble et le pire du pire, c'est ce football sans statut véritable qui se rêve professionnel mais qui se complaît dans l'amateurisme. Or, si Lekjaa, candidat enthousiaste à la présidence de la FRMF, a oublié le sort réservé à ses prédécesseurs dans le poste de président c'est que, bien qu'issu du sérail footballistique (il a une très longue expérience avec le club de Berkane), ce même enthousiasme, lui a fait penser qu'il allait déplacer des montagnes.
Doux rêve et fol espoir
Or, s'il s'est permis d'avoir de l'ambition et des rêves, il ne faut pas oublier les zélateurs et les flatteurs qui vous promettent monts et merveilles avant de vous abandonner au premier coup dur. Aujourd'hui en cet automne 2019, Lekjaa rumine ses illusions perdues. Et les « amis » d'hier lui reprochent tout et n'importe quoi. C'est un Lekjaa amer qui, cette semaine, au comité exécutif de la FRMF a déclaré : « Je cherche à comprendre, mais je ne comprends rien aux problèmes de certains clubs ». Il cite, entre autres, le CODM qui se perd dans une guerre bizarre, inutile et déplaisante.
Tout est-il donc perdu ? Non, car Lekjaa peut rebondir : la FIFA d'Infantino et « sa » CAF où il a gardé son autorité, ont besoin de son expertise. Il fait partie de la commission des grands sages, réunie autour d'Infantino pour réfléchir aux solutions futures.
Alors si nul n'est prophète en son pays, d'autres horizons s'ouvrent pour se ressourcer et se refaire un moral.
Et puis, le bon Fouzi a un petit avantage. Il aime, vraiment, le football. Alors quand on aime on s'arc-boute et on continue jusqu'à ce que le soleil se remette à briller sur nos terrains… fermés, et sur nos clubs, endettés quoique riches et sur ce football qui a tout pour décoller et qui ne décolle pas.
Un jour, peut-être, les contradictions s'estomperont, et les mentalités changeront.
D'ici là, il faut à Lekjaa de continuer à tenir la barre. Même si c'est de plus en plus difficile
Un jour peut-être…
L'espoir fait vivre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.