Vidéo -Macron annonce une hausse de 100 euros en faveur des « smicards »    Société Générale, s'adapter aux nouveaux comportements des clients    Digitalisation bancaire : Sommaire de notre spécial    Vidéo-Bourita: « Le Pacte mondial sur les migrations est un acte de souveraineté »    Blocage à Paris-Nanterre contre la hausse des frais pour les non-Européens    Botola Maroc Telecom : Une reprise difficile pour le Raja    CR7 défie Messi !    Finances publiques. Comment en finir avec les inégalités sociales ?    Clôture du 17ème Festival international du film de Marrakech : L'Afrique aux alentours du palmarès    Décès à Marrakech du chanteur Hamid Zahir    Conférence de Marrakech sur la migration.. Que dit la lettre royale lue par El Othmani?    Dédié à la sécurité et à la sûreté : Le Maroc abrite la première édition de l'Asec Expo 2019    Doing Business : Le Maroc vise le top 50    Sahara : Une deuxième table ronde à Genève au 1er trimestre 2019    Lutte contre le diabète : La Fondation Mohammed VI lance une campagne de dépistage    Environnement – Pays à risque climatique dans le monde : Le Maroc 124ème    Société civile, secteur privé… de vrais engagements pour l'action?    Cycle des grands interprètes : Célimène Daudet en tournée dans plusieurs villes    "Gilets jaunes": Vers une baisse des taxes pour apaiser le mouvement?    Fès : Arrestation de deux individus en possession de 5.330 comprimés d'ecstasy    Les bonbonnes de gaz turques arrivent au Maroc    Les pays du Golfe tiennent toujours à leur partenariat avec le Maroc    La communauté juive célèbre la hiloula à Taroudant    FIFM. Coup de maître !    «Regarde-moi», l'autisme autrement    Botola Maroc Télécom: Victoire du Wydad de Casablanca face à l'AS FAR    Africa Forum 2018 : Le Maroc a développé un modèle de coopération intégré et multidimensionnel    Le Pacte mondial sur les migrations, un document fondamental pour une meilleure gestion de la question migratoire    Raja: Les conditions de Garrido pour renouveler son contrat    «Le cinéma est une forme d'art très démocratique»    La Marine royale porte assistance à 72 candidats à la migration clandestine    Trafic international de cocaïne : Un nouveau coup de filet du BCIJ    Trafic international de drogue et de psychotropes : Arrestation à Casablanca d'une Brésilienne en possession de 610 grammes de cocaïne    Développement en Afrique. L'analyse de la DEPF    Journal d'un enfant cireur: «A l'origine de mon calvaire, un échec scolaire»    Déclaration finale de la Conférence parlementaire organisée à l'occasion de l'adoption du Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières    Après une mobilisation des "Gilets jaunes" en léger recul, l'attente d'annonces de Macron    Washington accuse Moscou d'avoir aidé à mettre en scène une attaque chimique en Syrie    Le Congo candidat pour l'organisation de la CAN 2019    Divers    Le Barça roi du derby    Divers    Le Pacte mondial sur la migration, une réponse commune à un défi global    Sur le plateau de France 24, Cheikh Amar était aussi serein que les membres de la délégation marocaine à Genève    "Variety" souligne l'accès grandissant des productions marocaines à l'international    Patrick Terhechte : La 17ème édition du FIFM a été "très réussie" à tous les niveaux    Le message de remerciement et d'engagement de Driss Lachguar, Premier secrétaire de l'USFP et directeur général du Conseil d'administration de "Al Ittihad Presse"    BCIJ: Saisie d'une tonne de cocaïne fortement dosée et arrestation de 7 personnes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mecca arrive contre vents et marées
Publié dans La Gazette du Maroc le 17 - 03 - 2003


Suite du feuilleton de la guerre du cola
La phobie de perdre des parts de marché peut mener à tout. Mecca n'est pas une grave menace, mais elle a de sérieux arguments. C'est sans doute ce qu'a compris l'un des embouteilleurs de Coca qui semble faire une opposition à l'entrée de Mecca au Maroc. Une bataille avant l'heure.
Avant même l'arrivée de la marque au Maroc, Mecca Cola fait l'objet d'une bataille en sourdine entre plusieurs protagonistes. Il y a d'abord, la société des boissons gazeuses du Souss (SBGS) basée à Agadir et qui a effectué un dépôt de la marque le 3 décembre 2002. Le deuxième concerné est la société Fapaco basée à Casablanca. Cette dernière a mis les bouchées doubles en déposant juste une heure avant la SBGS les noms Mecca Cola et Zam-zam Cola. Et enfin, il y a le représentant légal de Mecca Cola au Maroc, en l'occurrence, Omar Alami qui n'a déposé le nom que le 8 janvier 2003.
Si l'on s'en tient strictement à l'ordre chronologique suivant lequel ses dépôts ont été effectués on pourrait être tenté de penser que Fapaco serait le propriétaire de la marque au Maroc.
Mais en réalité, il n'en est rien car, la législation en matière de droit de propritété industrielle et du commerce est plus complexe que cette seule considération chronologique. Le Maroc est en réalité signataire de plusieurs accords internationaux dont celui de Paris ou celui des ADPIC (accords des droits de propriétés intellectuelles et du commerce) qui garantissent une protection à l'échelle internationale des marques déjà déposées dans les autres pays signataires.
Ces accords confèrent en effet une protection d'une durée de 6 mois en ce qui concerne les marques ou les noms commerciaux. Cette durée est portée à 12 mois s'il s'agit d'un brevet.
Pour le cas de figure, il convient de signaler que la marque Mecca Cola a fait l'objet d'un dépôt le 14 août 2002, et donc elle bénéficie de cette protection sur le territoire marocain jusqu'au 13 février. C'est dire que Omar Alami, représentant légal du Franco-tunisien Tawfik Mathlouthi, propriétaire de Mecca Cola en France, aura donc raison sur les autres ayant déjà déposé, à savoir la SBGS et Fapaco.
Contacté, Omar Alami a affirmé avoir mené certaines démarches auprès de ses concurrents. Fapaco a semblé comprendre le bien-fondé de la démarche de ce dernier ainsi que la protection que lui confère la loi.
En revanche, du côté de la SBGS qui a d'ailleurs déposé après Fapaco, le silence semble de mise. La SBGS est gérée par la famille Bel Hassan. Le père Bel Hassan a expliqué à Omar Alami qu'il n'avait pas été au courant du dépôt de la marque Mecca Cola. Alors que le fils justifie son dépôt par le besoin d'utiliser la marque au Maroc.
Faut-il comprendre par là que le contrat entre The Coca Cola export company et la SBGS n'a pas de clause de non concurrence ? Si tel est le cas, ce serait très étonnant. Puisqu'en réalité, le géant mondial imposerait à l'ensemble de ses embouteilleurs des clauses incluant l'interdiction formelle de la production de toute autre marque concurrente des boissons de Coca cola.
Il convient donc de trouver d'autres raisons en se tournant vers d'autres régions, notamment le Moyen Orient où la marque Mecca fait fureur. Coca Cola vient de fermer une de ses usines située dans une localité non loin du Caire.
La naissance de nouvelles marques de boissons gazeuses à consonance arabo-musulmane combinée au boycott des marques américaines de cola a fortement compromis les chances de croissance de Coca dans la zone.
Au Maroc, on est sans doute loin de ce scénario car Coca dispose d'une assise commerciale sans faille. Le géant américain, ou plutôt ses embouteilleurs, n'auraient donc a priori aucune raison de s'inquiéter de la concurrence qui s'annonce. C'est théoriquement ce que l'on pourrait penser.
Mais les arguments commerciaux de Mecca sont très importants. Il bénéficie d'une excellente médiatisation dans un monde dominé par l'injustice envers le peuple palestinien et la guerre qui se prépare contre le peuple irakien. Mecca compte en effet verser 20% de ses bénéfices à part égale à des œuvres palestiniennes et marocaines dédiées à l'enfance.
En attendant que Bel Hassan se désiste, Mecca prépare modestement son entrée au Maroc. A partir du mois d'avril, il sera distribué à Casablanca et sa région en plus de Nador. Dès juin, il compte s'étendre au reste du pays.
Certes, il s'agit d'une bataille qui opposera le pot de terre au pot de fer, mais la sympathie dont bénéficie Mecca ne manquera pas de jouer en sa faveur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.