Bac 2019. 150 personnes interpellées pour fraude    AWB lance un emprunt obligataire d'un milliard de dirhams    Maroc Telecom, 1ère privatisation du programme de la LdF 2019    Un suspect arrêté dans l'affaire de l'agression d'une allemande    Crise au PAM : la réunion de la commission préparatoire maintenue à Agadir    BAC 2019. Les résultats seront affichés le 26 juin    Larache: Coup d'envoi du 9e festival international d'équitation « Mata »    Inauguration officielle du Smap Paris 2019    CAN 2019 : Royal Air Maroc mobilise 54 vols supplémentaires depuis et vers l'Egypte    Relance du secteur immobilier : Fassi Fihri sollicite les MRE    Arabie Saoudite: Le conflit s'intensifie    Dialogue social: à combien s'élève le coût de l'accord ?    Bac: Nouveaux cas de triche!    Enseignement public payant: Le niet des parents    Visa se mobilise pour la CAN    Marrakech: Le festival des arts populaires fête un demi-siècle    Un salon pour encourager les jeunes à lire    Dialogue social : Le coût global de l'accord s'élève à plus de 14 milliards de dirhams    SAEDM et REALITES scellent un partenariat    Copa America : Le Brésil en reconquête sans Neymar    Les sanctions de la Commission de discipline et de fair-play    Meeting International Mohammed VI : Beau plateau attendu aux épreuves de sprint    Le Mpay Forum, un observatoire de veille en Mobile payment, Mobile banking et Fintech    Un roadshow national pour promouvoir l'accès des TPME au financement et à la commande publique    Activités du parti    Attaques contre deux pétroliers en mer d'Oman    Pour améliorer le goût de vos aliments, mangez assis !    Insolite : Le tatouage du patron de Twitter    Jessica Préalpato, la pâtissière qui bouscule le dessert    Rapatriement des familles de l'EI Que font leurs pays d'origine ?    News    Younes Moujahid à la tête de la FIJ    Zagora à l'honneur du "Moroccan day" aux Etats-Unis    "Rolling Thunder Revue", quand Scorsese s'amuse à raconter Dylan    Nouvelle édition du Moussem culturel international d'Assilah    CAN 2019. Ce qui attend les Lions de l'Atlas    La Fondation nationale des musées s'allie au ministère de la culture    Célébrations de la Fête du Trône. Les consignes du ministère de la Maison royale, du protocole et de la chancellerie    Moujahid, premier journaliste arabe et africain à la tête de la FIJ    Ouyahia écroué, Sellal entendu par un juge d'instruction    Le Suriname salue le rôle de «leader africain» de SM le Roi Mohammed VI    Taper sur Trump? C'est possible à un salon tech en Chine    NBA : Toronto fait chuter Golden State et s'offre son premier titre    Caractère officiel de l'amazigh : Le conseil provincial de Tiznit premier à passer à l'acte    Entre pirates, collision ou missiles, les tankers évoluent en eaux troubles    Compromis européen sur un budget de la zone euro    La protection des données revêt une importance capitale pour Bank Al-Maghrib    Journée mondiale des donneurs de sang    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Résultats semestriels : Attijariwafa bank consolide son leadership
Publié dans La Nouvelle Tribune le 01 - 10 - 2014

Au terme du premier semestre 2014, et malgré une conjoncture économique difficile marquée par un ralentissement de la demande de crédits et une poursuite de la montée des risques, le Groupe Attijariwafa bank a consolidé ses performances commerciales et financières. Au niveau de la collecte d'épargne, le Groupe a maintenu sa place de premier collecteur d'épargne (dépôts bancaires, OPCVM et épargne-bancassurance) avec un encours global de 346,1 milliards de dirhams, en hausse de 9,4 % (+ 29,6 milliards de dirhams). Cette épargne est collectée à hauteur de 81,8 % au Maroc, et le reste par les filiales à l'international. Cette collecte a été permise grâce à un réseau dense de 3 264 agences, soit le plus important du continent africain. Au Maroc, le Groupe compte 2 595 points de vente.
Au niveau des emplois, le Groupe participe activement au financement de l'économie marocaine et de celles des pays où il est implanté avec un encours en hausse de 1,1% (+2,8 milliards de dirhams) à 256,4 milliards de dirhams. Le Maroc absorbe 81% de l'encours des crédits distribués par le Groupe, la Tunisie 7 % et l'Afrique subsaharienne 11 %.
La traduction au niveau financier de ces réalisations commerciales donne un produit net bancaire (Pnb) en hausse de 7,2% à 9,8 milliards de dirhams, tiré par les activités de marché (+44,6 %) et la marge d'intérêts (+4,1 %). «Cette évolution est essentiellement portée par la Banque au Maroc, dont le Pnb a augmenté de 14,3 % à 6,42 milliards de dirhams», a expliqué M. Ismail Douiri, Directeur Général, responsable du pôle Finances, Technologies et Opérations. Parallèlement, l'évolution des charges générales d'exploitation a été contenue, malgré les différents programmes d'investissement et de développement, en n'augmentant que de 2,85 % à 3,71 milliards de dirhams, attestant de la capacité du Groupe à maîtriser ses charges. Ainsi, le résultat brut d'exploitation a évolué de 10,2 % à 5,6 milliards de dirhams, et le coefficient d'exploitation a reculé légèrement de -1,6 point à 42,2 %.
Maîtrise des charges
Par ailleurs, dans un environnement marqué par le ralentissement de la croissance économique, le coût du risque a fortement augmenté de 61,4 % à 1,6 milliard de dirhams. «Cette hausse s'explique par un contexte économique difficile, la hausse de la contentialité au Maroc, et l'approche rigoureuse et anticipée du Groupe Attijariwafa bank en matière de détection, suivi et couverture des risques», a souligné M. Mohamed El Kettani, PDG du Groupe, qui ajoute que «l'effort de provisionnement a permis au Groupe de porter sa provision pour risques généraux (PRG) à 2,8 milliards de dirhams avec l'objectif de porter ce PRG à l'équivalant d'une année de bénéfices». Ces efforts de provisionnement ont permis au Groupe de faire face à la hausse des créances en souffrance de 26 % à 17,7 milliards de dirhams, augmentant le taux de contentialité de 1,3 % à 6,6 % de l'encours des crédits du Groupe.
Dans ce contexte, le résultat net consolidé a quasiment stagné, enregistrant +0,1 % pour 2,7 milliards de dirhams. Le résultat net part du groupe (Rnpg) a progressé de 1,8 % à 2,3 milliards de dirhams. Les plus gros contributeurs au Rnpg sont Attijariwafa bank (60,2 %), Wafa Assurance et FCP (12,5 %), Attijari bank Tunisie (4,7 %), Wafasalaf (3,8 %), Crédit du Congo (2,8 %), etc.
La filiale tunisienne a affiché de très bons résultats avec un Pnb en hausse de 9 % à 664 MDH et un résultat net social en augmentation de 29 % à 207 MDH.
Ces évolutions positives ont impacté positivement sur les fonds propres du Groupe, qui ont augmenté de 7,1% à 38,3 milliards de dirhams, consolidant l'assise financière du Groupe et lui offrant les capacités financières de saisir les opportunités qui se présentent. Le résultat net consolidant ayant évolué moins rapidement que celui des fonds propres, le rendement des fonds propres (RoE) a légèrement diminué de 1,1 point à 15,0 %.
Au niveau social, Attijariwafa bank S.A a réalisé un produit net bancaire en forte hausse de 14,3 % à 6,42 milliards de dirhams grâce notamment au résultat des opérations de marché, en hausse de 92,1 % à 1 749 MDH. Les charges générales d'exploitation ont augmenté de 2,5 % à 1 890 MDH et le résultat brut d'exploitation a évolué de 18,7 % à 4 502 MDH grâce à une progression significative du Pnb dans un contexte de maîtrise des charges d'exploitation.

Forte hausse du coût du risque
Toutefois, face à un environnement difficile et la montée des risques, les dotations nettes des reprises aux provisions ont augmenté de 48,5% à 1 444 MDH. «La gestion du risque est quelque chose de sacré au niveau d'Attijariwafa bank. C'est ce qui explique le niveau relativement faible du contentieux de la banque», a expliqué M. El Kettani pour justifier cet effort de provisionnement, ajoutant que «la banque est en danger de mort si elle ne gère pas son coût du risque». Conséquence de cette hausse du coût du risque, le résultat net social n'a évolué que de 2,2 % à 2 136 MDH.
Concernant les perspectives de développement, le Groupe compte ouvrir une filiale au Bénin, durant le dernier trimestre de l'année en cours ou au plus tard au début de l'année prochaine. Par la suite, le Tchad suivra, et ainsi le Groupe bouclera son implantation dans les pays francophones, et s'attaquera aux pays anglophones et lusophones où des opérations sont programmées dans les mois à venir.
Revenant sur les rumeurs d'une éventuelle rentrer d'un groupe bancaire étranger dans le capital du Groupe Attijariwafa bank, M. El Kettani a rappelé que la SNI s'est engagée a céder entre 10 et 15 % du capital d'Attijariwafa bank, mais n'envisage pas de descendre au dessous du 1/3 du capital de la banque, ajoutant que le futur acquéreur devrait pouvoir apporter de la valeur ajoutée au secteur bancaire marocain.
Enfin, revenant sur la décision de Bank Al-Maghrib d'abaisser le taux directeur d'un quart de point, le PDG du Groupe Attijariwafa bank a expliqué que le marché était déjà sur une tendance baissière de taux, du fait de la faiblesse de la demande de crédits émanant de la clientèle, et qui a suscité une «guerre des taux d'intérêt» au niveau du secteur, ajoutant que le secteur bancaire a toujours été derrière la politique menée par la gardienne de la politique monétaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.