Le pape Francois invite 1.500 démunis à sa table    Taekwondo. La sélection marocaine ne rentrera pas les mains vides du tournoi international de Paris    L'élection de Mohamed Boudra à la CGLU met le Maroc sous le feu des projecteurs    Le chanteur malien Salif Keita interpelle son président et tacle Macron... sans langue de bois    Karim Benzema répond à Noël Le Graët    Belle performance en finale de l'élève Fatima Zahra Akhyar    Venise sous les eaux : Nouvelle marée haute dangereuse attendue ce dimanche    Séisme de magnitude 5,3 enregistré dans la région de Midelt    Les députés du PPS décortiquent un projet obsolète    Le PPS et la Loi de Finances 2020    La finale de la Coupe de Trône : Le Tihad de Casablanca vs le Hassania d'Agadir    Lutte ouvrière!    L'œuvre de Hamid Douieb sous la loupe    Mohamed Abdennabaoui : L'indépendance du pouvoir judiciaire est devenue une réalité    Liban: sous la pression de la rue, un ex-ministre renonce à devenir Premier ministre    Nous sommes tous concernés par le diabète    Risques routiers: Renault Maroc sensibilise les écoliers!    L'alliance Renault-Nissan à la recherche du temps perdu    Le 12ème Forum MEDays clôt ses travaux    Province de Jerada : Activation du plan provincial de lutte contre le froid    Vandalisme sportif : Arrestation de 10 personnes à Salé    Météo: Le temps qu'il fera ce dimanche    « Engagement et citoyenneté 2.0 », table ronde pour entamer la 5ème édition du Forum euro-méditerranéen des Jeunes Leaders d'Essaouira    Le Maroc réélu membre du conseil d'administration de l'Euromed Postal    MEDays : Appel à une approche ascendante du multilatéralisme    Après le buzz de la vidéo le montrant en train de négocier l'allègement d'une peine, la police arrête un "semsar"    Suite à l'alerte météo, le ministère de l'Equipement appelle à la vigilance    Eliminatoires CAN 2021 : Triste match nul pour les Lions de l'Atlas    Sao Tomé-et-Principe réaffirme son soutien à la marocanité du Sahara    Jury au festival international du film, Asma Graumiche va faire rayonner le Maroc au Caire    Khalid Echajari s'adjuge l'Open national des échecs à El Jadida    L'agroalimentaire marocain, un secteur en pleine expansion en Afrique    L'industrie 4.0, une opportunité à saisir pour accéder à un nouveau palier de développement    Ce que la reine Elisabeth apprécie le plus chez Kate Middleton    Washington et les Européens étalent leurs divisions sur les jihadistes détenus en Syrie    Les indices Amadeus mis en avant à Tanger    Vincenzo Amendola : Le Maroc, un partenaire crédible de l'Italie et de l'Union européenne    La culture marocaine dans ses multiples facettes en vedette à Toronto    Les révélations fracassantes de Jamie Lee Curtis    En Afrique du Sud, le sel sacré qui épice la grande cuisine    Présentation du nouveau staff technique du Raja    L'hommage posthume de la famille du basket à Abderrahmane Sebbar    Miley Cyrus opérée des cordes vocales    Nicki Minaj gâtée pour son mariage    Ben Affleck à l'affiche d'"Hypnotic"    Vidéo : L'école marocaine vue par The Tberguig !    Kamal Hachkar rend hommage à Neta Elkayam    Eliminatoires de la CAN 2021 / Maroc-Mauritanie : Premier véritable test pour Halilhodzic    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





M. Guerrouj, DG de l'ADA : «Mettre l'agriculture au centre des négociations Climat...»
Publié dans La Nouvelle Tribune le 08 - 09 - 2016

La Nouvelle Tribune : L'ADA bénéficie depuis un an de 10 millions USD d'aide du Fonds d'adaptation, pouvez-vous en donner l'affectation et les résultats obtenus ?
Mohamed El Guerrouj :
Avant d'aborder le point lié au 1er don mobilisé auprès du Fonds d'adaptation, permettez-moi tout d'abord de donner un bref aperçu sur ledit Fonds.
Il est à signaler que les premiers pas en direction de l'établissement du Fonds d'adaptation ont été faits lors de la COP 7 à Marrakech en 2001 pour être opérationnalisé lors de la 4ème réunion des parties du Protocole de Kyoto à Poznan en 2008.
Le principe du Fonds d'adaptation réside dans la possibilité d'accès direct à ses ressources financières directement par les pays en développement.
Pour en bénéficier, chacun de ces pays doit désigner une institution nationale pour demander son accréditation par le Fonds pour l'adaptation en tant qu'institutions nationales de mise en œuvre.
C'est le cas de l'Agence pour le Développement Agricole pour le Maroc qui a été accréditée par le Fonds pour l'adaptation le 19 novembre 2012 et ce, après avoir satisfait toutes les conditions d'éligibilité liées à la capacité institutionnelle de gestion comptable et financière, ainsi que de la transparence et de gouvernance. Nous soulignons que l'ADA est l'unique entité de mise en œuvre nationale au Maroc auprès du Fonds d'adaptation.
Ainsi, nous sommes chargés d'approuver les propositions des projets et programmes liés à l'adaptation au changement climatique qui sont présentées soit par le Ministère de l'Agriculture et de la Pèche Maritime concernant les dossiers liés à l'agriculture ou par d'autres ministères ou institutions au niveau national portant sur d'autres secteurs économiques.
Lors de la 25ème réunion du Conseil du FA, tenue à Bonn, en Allemagne du 6 au 10 Avril 2015, le Fonds d'adaptation a endossé le financement du 1er projet soumis par l'ADA « Adaptation au changement climatique dans les zones oasiennes – PACCZO» pour un don de 10 millions USD.
Ce projet concerne la région de Draa Tafilalet au profit d'une population cible de 40 000 bénéficiaires. Ce projet est axé sur cinq principales composantes, à savoir :
* L'amélioration des capacités d'adaptation pour une meilleure gestion des ressources hydriques dans les zones oasiennes
* La diversification des sources de revenus et l'amélioration des conditions de vie des populations vulnérables au changement climatique dans les zones cibles
* L'amélioration de la résilience des écosystèmes en réponse au changement climatique et à la variabilité
* L'amélioration de la prise de conscience de tous les acteurs par la gestion et le partage des connaissances
* Le renforcement des capacités des acteurs concernés par la conception et la mise en œuvre des mesures d'adaptation
Ce projet, qui vient d'être lancé par l'ANDZOA, connaîtra, du 9 au 12 septembre 2016, la visite effective d'une délégation du Fonds d'adaptation présidée par Mme Marcia Levaggi, Directrice exécutive de ce fonds. A cette occasion, un film institutionnel sera tourné par le Fonds d'adaptation pour faire valoir les efforts qui seront déployés au titre de ce projet et il sera diffusé lors de la COP 22 à Marrakech.
Le Ministre Aziz Akhannouch, a parlé dans son discours d'ouverture de l'atelier sur la finance climat de deux de vos initiatives, celle dite «AAA», adaptation de l'agriculture africaine et l'autre «Oasis Durable». Pouvez-vous les exposer à nos lecteurs ?
Comme vous le savez, la disponibilité des ressources financières est l'objet d'une attente forte des pays en développement et l'une des composantes clé de l'opérationnalisation de l'Accord de Paris.
Dans le cadre du processus de levée de fonds, les pays industrialisés se sont fixés l'objectif de mobiliser 100 milliards de dollars par an d'ici à 2020 pour soutenir les activités d'atténuation et d'adaptation dans les pays en développement.
Toutefois, l'accès au financement des différents projets de lutte contre le changement climatique reste le maillon faible des programmes des pays en développement. Ainsi, nous devrions établir des plans cohérents avec des projets précis et bancables de lutte contre le changement climatique, afin de pouvoir profiter du financement climatique.
De plus, les dons et les prêts assortis de conditions libérales sont essentiels aux efforts d'adaptation dans les pays en développement les plus vulnérables.
A cet effet, et conformément à la démarche solidaire qu'il s'est choisie, le Maroc ambitionne de jouer un rôle pivot pour faciliter le partenariat triangulaire Nord-Sud-Sud, en attirant le plus d'investissements vers le continent africain, qui ne parvient toujours pas à mobiliser suffisamment de financements des différents Fonds climat, faute de projets bancables.
C'est ainsi que l'Initiative pour l'Adaptation de l'Agriculture Africaine (« AAA » ou « Triple A ») a pour but d'apporter une réponse efficace et concrète au constat d'un triple biais dans le financement de l'adaptation, de l'agriculture et de l'Afrique pour la lutte contre les changements climatiques.
Cette initiative est structurée en deux volets : (1) Mettre l'agriculture au centre des négociations climat pour obtenir un accès facilité des projets africains aux fonds climat existants et (2) Contribuer à l'action et aux solutions en mettant en avant des projets et bonnes pratiques africaines dans les domaines de la gestion des sols, de la maîtrise de l'eau agricole, de la gestion des risques climatiques et du financement de l'agriculture familiale.
Une 2ème initiative aussi importante que la première, dite «Oasis Durables» vise le développement durable des oasis qui sont de plus en plus vulnérables aux changements climatiques et menacés par l'avancée du désert.
Le Maroc organisateur de la COP22, souffre tout particulièrement des changements climatiques qui impactent son agriculture, quels soutiens financier et techniques peut-il en attendre ?
Les effets du changement climatique, comme vous le savez, pèsent d'ores et déjà sur les populations les plus vulnérables du monde et plus particulièrement sur celles de l'Afrique du Nord qui sont les moins préparées et les moins outillées à faire face aux événements et aléas climatiques extrêmes. Ainsi, la question du renforcement de notre résilience aux changements climatiques n'est plus un choix pour notre pays mais plutôt une obligation.
Toutefois, le financement d'actions de lutte contre le changement climatique demeure l'un des aspects les plus importants des efforts déployés à l'échelle mondiale pour faire face aux multiples défis. C'est un catalyseur essentiel des efforts menés dans les pays en développement pour renforcer leur capacité de résistance aux changements climatiques, limiter les émissions de gaz à effet de serre et soutenir le passage à un développement durable et inclusif.
La COP22 sera effectivement l'occasion de convenir d'une feuille de route opérationnelle dans le sens, notamment d'une accélération et d'une facilitation de l'octroi de financements pour des projets d'atténuation et d'adaptation aux changements climatique.
A cet effet, nous invitons les institutions financières publiques et privées à œuvrer pour la création d'un mécanisme d'optimisation de l'accès au financement climatique.
Certes, le financement climatique est primordial pour faire face au défi des changements climatiques, mais il faudra aussi concentrer l'énergie sur le transfert des technologies liées au climat et le renforcement des capacités des pays en développement autour de l'ingénierie des projets, de la Finance Climat ainsi que sur la mise en place de mécanismes d'accès direct au financement par l'appui à l'accréditation de nouvelles institutions nationales de mise en œuvre (INM) par «les fonds climat».
Quels sont les enjeux de l'accréditation de l'ADA auprès du Fonds Vert pour le Climat ?
Comme vous le savez, le Fonds Vert pour le Climat (FVC) est le dernier acteur intégré à l'architecture multilatérale du financement climatique et il constitue une entité opérationnelle du Mécanisme financier de la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC).
Il a été décidé de sa création à la COP 16 de Cancún (Mexique) et son instrument directif a été adopté à la COP 17 de Durban (Afrique du Sud) au terme d'une année de mise au point, par le processus du Comité transitoire, de ses paramètres de conception.
Le FVC est une institution juridiquement indépendante, accueillie par la Corée du Sud. Il dispose de son propre secrétariat et est administré temporairement par la Banque mondiale, qui rend compte à, et fonctionne sous la direction de la COP-Conférence des Parties (Convention Cadre des Nations Unis pour le Changement Climatique -CCNUCC).
Ce Fonds vise à promouvoir un "changement de paradigme vers des trajectoires de développement à faible émission et résilientes au climat en accordant aux pays en développement une aide pour limiter ou réduire leurs émissions de gaz à effet de serre et s'adapter aux impacts du changement climatique."
C'est ainsi que l'ADA a été accréditée par le FVC en mars 2016, ce qui lui offre la possibilité aussi bien d'approbation des projets proposés par d'autres institutions nationales que de soumission directe de ses propres projets au financement du FVC. Nous avons opté exclusivement pour l'instrument financier relatif aux dons allant jusqu'à 50 millions US Dollars par projet alors que le Fonds d'adaptation ne finance qu'un plafond de 10 millions USD par pays.
L'accréditation auprès du FVC est conditionnée par des critères d'éligibilité à satisfaire obligatoirement par l'entité concernée. Ainsi et en plus des 2 critères d'éligibilité du FA susmentionnés, le FVC exige que l'entité concernée soit phase avec ses normes de gestion et celles fiduciaires ainsi que les normes environnementales et sociales.
A ce jour, le portefeuille de projets soumis par l'ADA, en tant qu'entité accréditée, au FVC s'élève à 12 projets portant sur un investissement global de 356 millions USD. Deux projets ayant obtenu l'approbation de l'autorité nationale désignée à avoir le Projet de Promotion de l'arganiculture dans les zones vulnérables et celui de modernisation de l'irrigation traditionnel du Souss.
Nous signalons que le projet arganier est actuellement au stade très avancé et est actuellement examiné par le panel d'accréditation indépendant du FVC et nous envisageons qu'il sera endossé par le FVC lors de son prochain conseil en octobre 2016.
Dans ce cadre, l'ADA, en tant qu'entité accréditée auprès du Fonds d'adaptation et du Fonds Vert pour le Climat, a reçu, en 2016:
* Des requêtes émanant du Fonds Spécial en faveur de l'Environnement du Tchad pour l'appuyer dans le processus de son accréditation auprès du Fonds d'Adaptation ;
* Des propositions de 4 projets de la République Démocratique du Congo et du Cameroun pour les soumettre au financement du Fonds Vert pour le Climat.
Entretien réalisé par


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.