Coupe de la CAF: Groupes équilibrés pour la RSB et le HUSA    Le Raja et le Wydad s'inclinent    L'autre facette de l'Homme des temps modernes    STG annonce l'entrée dans son capital social de la holding d'investissement IMC    L'ancien président Lula quitte la prison…    Mustapha Bakkoury désigné président du comité de pilotage de l'initiative «Desert to Power»    Parlement: 25 amendements du PPS au PLF 2020    L'international espagnol David Villa annonce sa retraite    Couverture sanitaire universelle : Rabat accueille une session de formation sur l'expérience marocaine    Fonction publique. Un concours unifié pour les personnes en situation de handicap    Salon international de l'immobilier commercial (MAPIC) à Cannes : Aksal dévoile ses deux projets de malls    Marrakech accueille la 3ème Conférence de la Femme Africaine    FIESAD2019: «Men Po» de la Chine remporte le Grand prix    Hommages et rayonnement    Un mal pour un bien    Tournoi Omnium VI: Banco pour Maha Haddioui !    Wafa Assurance. L'acquisition de Pro Assur finalisée au Cameroun    Communiqué du Bureau politique du PPS    Le « Visionnary Award » décerné à M. et Mme Benjelloun par le MEI à Washington    Amine Bensaid prend ses fonctions à la tête de l'université Al Akhawayn    Boeing espère la fin de l'immobilisation au sol du 737 Max avant fin décembre    Les nouveautés du Forum euro-méditerranéen des Jeunes Leaders    Le groupement parlementaire du PPS scandalisé par une «mesure discriminatoire»    Une délégation de Bayt Al Hikma reçue au siège du Parti à Rabat    Lancement du Forum euro-méditerranéen des Jeunes Leaders à Essaouira    Présentation à Johannesburg des opportunités d'investissement au Maroc    Radio Sol, une nouvelle radio axée « musique et divertissement »    Forum MEDays : le président sénégalais arrive à Tanger    Alsa en situation d'oligopole ?    Lancement du Fonds de l'eau de Sebou, un projet pionnier !    Nouvelle arrestation pour le BCIJ à Guelmim    Blanchiment : L'œil du GAFI sur le Maroc    Lors de l'émission «Décryptage» de MFM Radio    Adam Schiff, le démocrate discret et minutieux qui veut destituer Trump    Le marocain SGTM entame la réalisation d'une embouchure aux environs d'Abidjan    Insolite : Voler une voiture de gendarmerie    Comment cultiver le stress positif    La pneumonie, tueuse d'enfants    Dernière rentrée de 2019 pour les Bleus    Sterling écarté de l'équipe d'Angleterre    La Supercoupe d'Espagne s'installe en Arabie Saoudite pour trois ans    Trois artistes blessés dans une attaque au couteau lors d'un spectacle à Ryad    Guerre des chefs à la tête du Polisario    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    "Les Marocains" de Leila Alaoui atterrissent à Séville    "Lire Casablanca", une invitation à comprendre le développement urbain de la métropole    Il y a 30 ans aujourd'hui que le «Mur de Berlin» est tombé…    Convention de partenariat : TIBU Maroc devient le représentant officiel de STEM Sports au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Crise migratoire : Sommet de dirigeants africains et européens à Paris
Publié dans La Nouvelle Tribune le 28 - 08 - 2017

Les dirigeants de sept pays africains et européens se retrouvent lundi à Paris pour un mini-sommet sur la crise migratoire, afin de faire le point et d'harmoniser les positions sur ce dossier souvent source de tensions.
Le président français Emmanuel Macron a convié ses homologues tchadien et nigérien, Idriss Deby Itno et Mahamadou Issoufou, ainsi que le chef du gouvernement d'entente nationale libyen Fayez al-Sarraj, dont les pays sont au coeur du transit de migrants d'Afrique et du Moyen-Orient vers les côtes européennes.
Pour l'Europe, seront présents la chancelière allemande Angela Merkel, les chefs de gouvernement italien et espagnol, Paolo Gentiloni et Mariano Rajoy, ainsi que la cheffe de la diplomatie européenne, Federica Mogherini.
Cette rencontre vise à « réaffirmer le soutien de l'Europe au Tchad, au Niger et à la Libye pour le contrôle et la gestion maîtrisée des flux migratoires », selon la présidence française.
Les Européens ont lancé depuis plusieurs années des programmes d'aide dans les pays africains, et conclu des accords parfois controversés, comme avec la Turquie, pour couper les routes de l'immigration illégale. En 2015, lors du sommet sur la migration à La Valette, l'UE avait déjà mis sur la table 1,8 milliard d'euros.
Les Africains eux réclament davantage de soutien et se targuent de résultats, comme le Niger qui estime avoir réduit de 80% le flux migratoire à Agadez (nord), plaque tournante du trafic d'être humains.
– ‘Des actions concrètes' –
Mais d'autres routes migratoires commencent à reprendre, notamment du côté du Maroc ou de l'Espagne, et la tragédie humanitaire continue, avec des migrants livrés à la violence extrême des trafiquants, qui continuent à périr en mer (14.000 morts en Méditerranée depuis 2014).
« La lutte contre l'immigration illégale se mène sur deux axes, le développement et le volet sécuritaire. Le sommet de Paris sera l'occasion de faire le point, et d'obtenir des appuis », indique l'entourage du président nigérien Issoufou.
« Nous sommes pressés de voir des actions concrètes pour que les candidats à l'immigration aient des alternatives et cessent de rêver d'Europe », ajoute cette source.
L'UE a versé en juillet une aide de 10 millions d'euros au Niger pour lutter contre l'immigration clandestine, premier décaissement d'un programme décidé en 2016.
Ce mini-sommet intervient après une multiplication d'initiatives européennes pendant l'été.
Côté français, Emmanuel Macron avait ainsi annoncé en juillet la création de « hostspots » –centres d'enregistrement des migrants– en Libye.
Si la présidence française a vite fait machine arrière en raison des conditions de sécurité, une délégation de l'Office français de protection des réfugiés et des apatrides a été envoyée au Tchad et au Niger début août pour étudier la possibilité d'un dispositif, qui ne suscite pas l'enthousiasme des pays concernés.
– Les associations inquiètes –
« Ce n'est pas nouveau, ces centres de transit existent déjà et nous travaillons avec le Haut commissariat aux réfugiés et l'Organisation internationale des migrations », fait valoir la source nigérienne.
Les associations regardent avec inquiétude ces projets: « on repousse la frontière européenne dans des pays de plus en plus lointains », affirme Eva Ottavy, de l'ONG française Cimade, pour qui « sous couvert de sauver des vies, on bloque l'accès au territoire ».
De son côté, l'Italie, en première ligne dans la crise migratoire (plus de 600.000 migrants en provenance de Libye sur ses côtes depuis 2014), a durci le ton, imposant un code de conduite aux ONG ou menaçant de bloquer l'entrée de ses ports aux bateaux étrangers transportant des migrants secourus en mer.
Rome rencontre aussi des représentants du sud de la Libye pour monter des projets de développement alternatifs au trafic de migrants qui génère, selon une estimation d'International Crisis Group, entre 1 et 1,5 milliard d'euros par an en Libye.
Le dirigeant libyen Fayez-al Sarraj qui ne contrôle qu'une faible partie du territoire en proie au chaos, devrait de son côté demander aux pays européens de faire pression pour lever l'embargo sur les armes imposé par l'ONU en 2011, afin d'équiper ses garde-côtes et les garde-frontières.
Les dirigeants européens aborderont séparément lundi soir les dossiers européens et la lutte contre le terrorisme, après les attentats qui ont ensanglanté l'Espagne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.