Mondial 2026 : le dossier du Maroc est fin prêt    Corruption : Une évolution en trompe-l'œil    Sept mille quatre-vingts secondes    Sous-traitance: Des pistes pour un travail décent    Brèves Internationales    Coaching territorial: L'expertise de l'Oriental dupliquée au Sénégal    Maroc-Espagne : Des hélicoptères pour transporter le haschich    Températures min et max prévues - Vendredi 23 Février 2018    Marrakech: Protéger l'histoire contre l'acharnement immobilier    Affaire Bencharki: le MAS va-t-il se tourner vers la FIFA    Brand content, une plus grande proximité entre annonceurs et consommateurs    Mondial 2026: Blatter soutient la candidature du Maroc    Sidi Ifni : Pour 60 DH, il tue son ami avec une clé à mollette    Armer des enseignants? Donald Trump persiste et signe    En kiosque n° 1245 : UN RÊVE MAROCAIN    Mounib: La gauche connait actuellement une crise d'existence    4ème édition du Marathon International de Rabat : 12.000 participants attendus    Dakhla, carrefour mondial de kitesurf    McDonald's Maroc et le Marrakech du Rire lancent «Masterclass du Rire»    La barbarie et les droits de l'homme    Syrie: Plus de 300 morts en trois jours à la Ghouta orientale    Maghreb Oxygène: Bénéfices en hausse de 34,9% à 12,6 millions de DH en 2017    L'OM à la conquête du monde arabe    Italie: Une campagne électorale à relent fasciste    Pacte mondial pour les migrations: le train est lancé    Assurance Maladie : Total Maroc et Saham Assurance s'allient pour les professionnels de la route    13è session plénière solennelle annuelle de l'Académie Hassan II des sciences et techniques    Vidéo : L'arbitre qui distribue les cartons rouges comme des petits pains !    Majorité !    Le français, «langue maternelle» en Afrique...    Le Maroc joue dans la cour des grands    Afrisanté et Officine Expo: la santé à l'honneur à Marrakech    Le secteur du BTP exposé à des entraves :    Coupe de la CAF : La renaissance de Berkane se qualifie au prochain tour    Enfance : Le Souverain appelle les grandes puissances à assumer leur responsabilité    Monténégro: L'ambassade des Etats-Unis à Podgorica attaquée à la grenade    Nouveau coup de filet du BCIJ à Tanger    CGI inaugure un nouveau centre d'excellence    Stabilité de l'indice des prix à la consommation, selon le HCP    CGEM : Comment faire cohabiter des cultures différentes au sein d'une entreprise ?    La princesse Lalla Meryem a présidé la cérémonie de clôture de la rencontre « Femme et enfant en situation de précarité »    Don de sang: un acte de civisme et de citoyenneté    Majorité : Mets de l'huile, Saad Eddine...    Grand-messe de la franchise en avril    Rencontre sur «Les nouvelles routes de la soie» à Fès    Joaquin Phoenix époustouflant en John Callahan !    Festival «Dakar-Gorée Jazz» : La RAM sponsor et transporteur officiel de la 4ème édition    « Mazagan, mémoires partagées », de Mustapha Jmahri    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Espagne: réunion de crise pour reprendre le contrôle de la Catalogne
Publié dans La Nouvelle Tribune le 21 - 10 - 2017

Le gouvernement espagnol s'est réuni samedi pour décider comment reprendre le contrôle de la région autonome de Catalogne qui se dirige vers la sécession, après avoir reçu un soutien éclatant du roi Felipe VI et de l'Union européenne.
Le roi d'Espagne est intervenu dans cette crise, la pire qu'ait traversée son pays depuis la fin de la dictature de Francisco Franco en 1975, assurant vendredi que l'Etat saurait faire face à cette « tentative inacceptable de sécession (…) avec ses institutions démocratiques légitimes ».
« Nous ne voulons pas renoncer à ce que nous avons construit ensemble », a déclaré le souverain à l'occasion de la remise du Prix Princesse des Asturies, dont l'Union européenne était un des lauréats.
Un conseil des ministres extraordinaire a commencé peu après 10H00 heure locale (08H00 GMT) pour décider quelles compétences retirer à la Catalogne, en application d'un article jamais encore utilisé de la Constitution de 1978.
Le chef du gouvernement conservateur Mariano Rajoy devait dévoiler à la mi-journée les mesures qu'il a longuement négociées avec le Parti socialiste (PSOE), la principale force d'opposition, et ses alliés centristes de Ciudadanos.
Elles seront ensuite soumises à l'approbation du Sénat, attendue pour la fin octobre.
Logiquement, Madrid devrait prendre le contrôle de la police régionale, les Mossos d'Esquadra, dont le chef a été inculpé de sédition pour ne pas avoir empêché un référendum d'autodétermination le 1er octobre.
Le quotidien El Pais croit savoir samedi que le gouvernement va également destituer l'ensemble de l'exécutif catalan et convoquer des élections le plus tôt possible, peut-être dès janvier, en Catalogne.
– Risque de mobilisation populaire –
Tous sont conscients de la mobilisation populaire que risque de susciter la suspension des prérogatives d'une région très jalouse de son autonomie, même si la population est divisée sur la question de l'indépendance.
Une grande manifestation était d'ailleurs prévue pour 17H00 (15H00 GMT) à Barcelone pour réclamer la libération de deux leaders indépendantistes.
Aussi Madrid insiste-t-il sur le fait que ces mesures seront limitées, provisoires et doivent déboucher à court terme sur de nouvelles élections régionales. Le PSOE souhaiterait les organiser dès la fin janvier.
Sommé de revenir à la légalité, le chef du gouvernement de Catalogne Carles Puigdemont a au contraire menacé de faire proclamer officiellement l'indépendance de cette région de 7,5 millions d'habitants si son autonomie était suspendue.
M. Puigdemont et son cabinet indépendantiste affirment avoir un mandat pour faire sécession, après avoir organisé un référendum d'autodétermination interdit par la justice.
D'après eux, plus de deux millions de Catalans, soit 43% de l'électorat, ont voté à 90% oui à l'indépendance malgré des interventions parfois violentes de la police pour les en empêcher.
Après ce scrutin, M. Puigdemont avait fait une déclaration ambigüe sur l'indépendance, annonçant immédiatement qu'il en suspendait les effets.
Mais c'est le Parlement catalan, où il dispose avec ses alliés d'une courte majorité absolue de 72 sièges sur 135, qui devrait officiellement proclamer la « République de Catalogne ».
Cette même assemblée avait déclenché dès novembre 2015 le processus de rupture avec l'Espagne, l'objectif étant d'instaurer une république indépendante au plus tard en 2017, annonçant qu'elle ne reconnaissait plus les décisions de la Cour constitutionnelle.
– ‘Chaos infernal' –
L'aile dure de la coalition pousse Carles Puigdemont à consommer la rupture mais cet ancien journaliste de 54 ans coiffé à la Beatles temporise devant l'impact économique de la crise et le manque d'appuis à l'étranger.
La France et l'Allemagne ont fermement condamné ses efforts en vue de la sécession et l'UE répète qu'elle ne reconnaîtrait pas l'indépendance de la Catalogne, qui quitterait automatiquement l'Union.
A l'occasion de la cérémonie des Prix Princesse d'Asturies à Oviedo, dans le nord-ouest de l'Espagne, le président du Parlement européen Antonio Tajani a dénoncé avec virulence ceux qui « sèment la discorde (et) ignorent volontairement les lois », dans une allusion transparente aux dirigeants catalans qui défient l'Etat depuis deux ans.
« Trop souvent par le passé la perspective de changer les frontières a été présentée comme une panacée divine et s'est transformée en un chaos infernal », a-t-il averti.
Emmenées par les deux plus grandes banques catalanes, Caixabank et Sabadell, près de 1.200 entreprises ont transféré leur siège social hors de Catalogne, les investissements sont suspendus et les réservations d'hôtel chutent dans la région la plus touristique d'Espagne.
Les dirigeants séparatistes promettaient depuis des années à leurs électeurs qu'une Catalogne indépendante serait reconnue par l'UE et prospérerait dès lors qu'elle ne paierait plus d'impôts à Madrid.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.