Maroc Telecom, précurseur de l'ISO 9001 Version 2015    Le Wydad et Hyundai rouleront ensemble pour trois saisons    Le Roi Mohammed VI lance la 3e phase de l'INDH    Communication financière. Le compte à rebours a commencé    Chine : L'économie écornée par la guerre commerciale, mais Pékin confiant    Facebook accusé de discrimination dans la diffusion d'offres d'emploi    Séoul et Pyongyang annoncent une candidature commune aux JO de 2032    Centrale Danone : Le chiffre d'affaire en chute libre    FSJES-Souissi annonce l'ouverture des inscriptions pour l'année 2018-2019    Risma évolue sous une bonne étoile    Belhanda en partance pour le club émirati Al Ahli ?    L'acteur égyptien Jamil Ratib n'est plus    Le Festival du Film Français tient son affiche    Vidéo. Un groupe Facebook se mobilise contre le service militaire    Dieselgate : Trois ans après, les voitures «sales» plus nombreuses dans l'UE    Systèmes de direction : L'équipementier japonais JTEKT pose la première pierre de son usine à Tanger    Maroc-USA : Bourita rencontre Bolton et Pompeo    Les titres de Saad Lamjarred ne passeront plus aux ondes de Hit Radio et Radio 2M    Report de la session du Comité Central    Ligue des champions : Le Real Madrid remet sa triple couronne en jeu    Oasis Festival de Marrakech : Retour en images sur les temps forts de la 4ème édition    Hassan Aourid: «l'amazigh ne peut connaitre un plein essor avec le tifinagh»    2e édition de WIA initiative: les Africaines à Haut potentiel à Marrakech    Affaire Khadija. La victime porte une nouvelle plainte    Benslimane : Deux balles pour l'arrestation d'un individu ayant mis en péril la vie des citoyens    Edito : Ce que cache la lingerie…    Angela Merkel limoge le chef du renseignement pour « sauver sa coalition »    Amifa, holding du Groupe BCP, lance sa 4ème filiale au Sénégal    L'éducation, mirage et espoir    Le film marocain « Au pays des merveilles » consacré en Europe    Algérie, « quelque chose de pourri… »    Guterres : « Un pacte mondial historique » sera signé à Marrakech    Insolite : Eviter l'armée    Washington réaffirme que le Plan d'autonomie au Sahara est sérieux, réaliste et crédible    Habib El Malki appelle à booster la coopération entre le Maroc et la Bosnie-Herzégovine    La grande gêne d'Ouyahya en présence de Merkel    Quand les stars se font tirer le portrait au commissariat : Hayley Joel Osment    Mourir en bas âge au Maroc : Des chiffres se veulent rassurants, d'autres inquiétants    Démantèlement d'un nouveau réseau terroriste    Poutine et Erdogan évitent un assaut sur Idleb avec une zone démilitarisée    Les Safiots visent les avant-postes en championnat    Bonnes opérations du FUS et du DHJ    Ligue des champions : Ronaldo renoue avec l'Espagne et l'Europe    L'ONU demande que l'armée soit exclue de la vie politique en Birmanie    Malgré les "fake news", deux tiers des Américains s'informent sur les réseaux sociaux    Inauguration d'un bureau régional du programme : "Moucharaka Mouwatina" à Agadir    Trois réalisateurs marocains retirent leurs films du Festival de Haïfa    Le RCA prend une belle option, la RSB en mauvaise posture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Espagne: réunion de crise pour reprendre le contrôle de la Catalogne
Publié dans La Nouvelle Tribune le 21 - 10 - 2017

Le gouvernement espagnol s'est réuni samedi pour décider comment reprendre le contrôle de la région autonome de Catalogne qui se dirige vers la sécession, après avoir reçu un soutien éclatant du roi Felipe VI et de l'Union européenne.
Le roi d'Espagne est intervenu dans cette crise, la pire qu'ait traversée son pays depuis la fin de la dictature de Francisco Franco en 1975, assurant vendredi que l'Etat saurait faire face à cette « tentative inacceptable de sécession (…) avec ses institutions démocratiques légitimes ».
« Nous ne voulons pas renoncer à ce que nous avons construit ensemble », a déclaré le souverain à l'occasion de la remise du Prix Princesse des Asturies, dont l'Union européenne était un des lauréats.
Un conseil des ministres extraordinaire a commencé peu après 10H00 heure locale (08H00 GMT) pour décider quelles compétences retirer à la Catalogne, en application d'un article jamais encore utilisé de la Constitution de 1978.
Le chef du gouvernement conservateur Mariano Rajoy devait dévoiler à la mi-journée les mesures qu'il a longuement négociées avec le Parti socialiste (PSOE), la principale force d'opposition, et ses alliés centristes de Ciudadanos.
Elles seront ensuite soumises à l'approbation du Sénat, attendue pour la fin octobre.
Logiquement, Madrid devrait prendre le contrôle de la police régionale, les Mossos d'Esquadra, dont le chef a été inculpé de sédition pour ne pas avoir empêché un référendum d'autodétermination le 1er octobre.
Le quotidien El Pais croit savoir samedi que le gouvernement va également destituer l'ensemble de l'exécutif catalan et convoquer des élections le plus tôt possible, peut-être dès janvier, en Catalogne.
– Risque de mobilisation populaire –
Tous sont conscients de la mobilisation populaire que risque de susciter la suspension des prérogatives d'une région très jalouse de son autonomie, même si la population est divisée sur la question de l'indépendance.
Une grande manifestation était d'ailleurs prévue pour 17H00 (15H00 GMT) à Barcelone pour réclamer la libération de deux leaders indépendantistes.
Aussi Madrid insiste-t-il sur le fait que ces mesures seront limitées, provisoires et doivent déboucher à court terme sur de nouvelles élections régionales. Le PSOE souhaiterait les organiser dès la fin janvier.
Sommé de revenir à la légalité, le chef du gouvernement de Catalogne Carles Puigdemont a au contraire menacé de faire proclamer officiellement l'indépendance de cette région de 7,5 millions d'habitants si son autonomie était suspendue.
M. Puigdemont et son cabinet indépendantiste affirment avoir un mandat pour faire sécession, après avoir organisé un référendum d'autodétermination interdit par la justice.
D'après eux, plus de deux millions de Catalans, soit 43% de l'électorat, ont voté à 90% oui à l'indépendance malgré des interventions parfois violentes de la police pour les en empêcher.
Après ce scrutin, M. Puigdemont avait fait une déclaration ambigüe sur l'indépendance, annonçant immédiatement qu'il en suspendait les effets.
Mais c'est le Parlement catalan, où il dispose avec ses alliés d'une courte majorité absolue de 72 sièges sur 135, qui devrait officiellement proclamer la « République de Catalogne ».
Cette même assemblée avait déclenché dès novembre 2015 le processus de rupture avec l'Espagne, l'objectif étant d'instaurer une république indépendante au plus tard en 2017, annonçant qu'elle ne reconnaissait plus les décisions de la Cour constitutionnelle.
– ‘Chaos infernal' –
L'aile dure de la coalition pousse Carles Puigdemont à consommer la rupture mais cet ancien journaliste de 54 ans coiffé à la Beatles temporise devant l'impact économique de la crise et le manque d'appuis à l'étranger.
La France et l'Allemagne ont fermement condamné ses efforts en vue de la sécession et l'UE répète qu'elle ne reconnaîtrait pas l'indépendance de la Catalogne, qui quitterait automatiquement l'Union.
A l'occasion de la cérémonie des Prix Princesse d'Asturies à Oviedo, dans le nord-ouest de l'Espagne, le président du Parlement européen Antonio Tajani a dénoncé avec virulence ceux qui « sèment la discorde (et) ignorent volontairement les lois », dans une allusion transparente aux dirigeants catalans qui défient l'Etat depuis deux ans.
« Trop souvent par le passé la perspective de changer les frontières a été présentée comme une panacée divine et s'est transformée en un chaos infernal », a-t-il averti.
Emmenées par les deux plus grandes banques catalanes, Caixabank et Sabadell, près de 1.200 entreprises ont transféré leur siège social hors de Catalogne, les investissements sont suspendus et les réservations d'hôtel chutent dans la région la plus touristique d'Espagne.
Les dirigeants séparatistes promettaient depuis des années à leurs électeurs qu'une Catalogne indépendante serait reconnue par l'UE et prospérerait dès lors qu'elle ne paierait plus d'impôts à Madrid.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.