Ahmed Ouayach, président de la Comader : « La filière laitière est au bord du sinistre »    Mondial 2018 : l'Uruguay finit en tête du groupe A    Maroc-Portugal : récit d'un voyage    Fondation Mohammed VI : 21 plages reçoivent le Pavillon Bleu    Consécration pour le docteur Akiki    Huit recommandations pour sauver le système    Maroc-Espagne : Comment soigner sa sortie    DGSN: Arrestation d'un individu soupçonné d'avoir menacé de mort une chanteuse arabe    Quand art et football font bon ménage    Le Festival International du Film de Marrakech se renouvèle pour rayonner davantage    « Présence des sens et de l'esprit », de Abderazak Razak    Mamoudou Gassama collectionne les récompenses (vidéo)    Réunion autour de la Plateforme africaine des villes propres    Trump plaide pour l'expulsion immédiate des clandestins sans procès    Amazon et Alibaba retirent les produits dangereux de leur site    Travail des enfants : Halte à l'exploitation des mineurs    Flash hebdomadaire    Le « climat de terreur » à Tindouf dénoncé au Chili    Mondial 2018: Les Lions face la Roja, pour l'honneur    Mohammed VI écrit à l'Emir du Qatar    Maroc-France: Sécurité et coopération économique mobilisent les parlementaires    Le Conseil national de la presse : Au boulot !    La plus «Maâlema» des fêtes de la musique !    Lalla Hasnaa donne le coup d'envoi du Festival des musiques sacrées du monde    Engrais qualifiés de non-conformes: OCP Kenya dénonce des accusations infondées    Turquie: Erdogan réélu dès le premier tour pour un nouveau mandat    Réunion décisive à Rabat contre Daech    El Ouafi : « le gouvernement engagé à réussir la Stratégie nationale »    Un plan américain pour limiter les investissements chinois dans les technologies    Festival Gnaoua 2018: La dynamique des sociétés en matière d'égalité en clôture du Forum des droits de l'Homme    Lions de l'Atlas : Finir en beauté    Soyons sérieux !    Michel Onfray : «Les peuples européens ne veulent plus l'Etat maastrichien»    Il fait l'actu : Moulay Hicham El Kadiri Boutchich, nouveau Country Manager Maroc de Oman Air    Refonte globale du concours d'accès au cycle normal    Le portugais Simoldes opte finalement pour Kénitra    Commerce extérieur : La Banque populaire lance le service de paiement en ligne «[email protected]»    Le Maroc élu président du Réseau des Ecoles nationales d'administration d'Afrique    Edito : Violence    187.138 candidats décrochent leur baccalauréat au titre de la session de juin    Permis de conduire : Boulif dément la durée de la formation fixée à 6 mois    Mawazine 2018: Ambiance pop rock à la sauce Babylone au Théâtre national Mohammed V    Point de vue : Ces moments volés au temps    Victoire du boxeur Ahmed El Mousaoui face au Russe Evchenko    OCP victime collatérale d'un étrange imbroglio au Kenya    Violence scolaire: La recette El Othmani    El Othmani : Le Maroc s'engage à réaliser les Objectifs de Développement Durable    Election du conseil national de la presse    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Espagne: réunion de crise pour reprendre le contrôle de la Catalogne
Publié dans La Nouvelle Tribune le 21 - 10 - 2017

Le gouvernement espagnol s'est réuni samedi pour décider comment reprendre le contrôle de la région autonome de Catalogne qui se dirige vers la sécession, après avoir reçu un soutien éclatant du roi Felipe VI et de l'Union européenne.
Le roi d'Espagne est intervenu dans cette crise, la pire qu'ait traversée son pays depuis la fin de la dictature de Francisco Franco en 1975, assurant vendredi que l'Etat saurait faire face à cette « tentative inacceptable de sécession (…) avec ses institutions démocratiques légitimes ».
« Nous ne voulons pas renoncer à ce que nous avons construit ensemble », a déclaré le souverain à l'occasion de la remise du Prix Princesse des Asturies, dont l'Union européenne était un des lauréats.
Un conseil des ministres extraordinaire a commencé peu après 10H00 heure locale (08H00 GMT) pour décider quelles compétences retirer à la Catalogne, en application d'un article jamais encore utilisé de la Constitution de 1978.
Le chef du gouvernement conservateur Mariano Rajoy devait dévoiler à la mi-journée les mesures qu'il a longuement négociées avec le Parti socialiste (PSOE), la principale force d'opposition, et ses alliés centristes de Ciudadanos.
Elles seront ensuite soumises à l'approbation du Sénat, attendue pour la fin octobre.
Logiquement, Madrid devrait prendre le contrôle de la police régionale, les Mossos d'Esquadra, dont le chef a été inculpé de sédition pour ne pas avoir empêché un référendum d'autodétermination le 1er octobre.
Le quotidien El Pais croit savoir samedi que le gouvernement va également destituer l'ensemble de l'exécutif catalan et convoquer des élections le plus tôt possible, peut-être dès janvier, en Catalogne.
– Risque de mobilisation populaire –
Tous sont conscients de la mobilisation populaire que risque de susciter la suspension des prérogatives d'une région très jalouse de son autonomie, même si la population est divisée sur la question de l'indépendance.
Une grande manifestation était d'ailleurs prévue pour 17H00 (15H00 GMT) à Barcelone pour réclamer la libération de deux leaders indépendantistes.
Aussi Madrid insiste-t-il sur le fait que ces mesures seront limitées, provisoires et doivent déboucher à court terme sur de nouvelles élections régionales. Le PSOE souhaiterait les organiser dès la fin janvier.
Sommé de revenir à la légalité, le chef du gouvernement de Catalogne Carles Puigdemont a au contraire menacé de faire proclamer officiellement l'indépendance de cette région de 7,5 millions d'habitants si son autonomie était suspendue.
M. Puigdemont et son cabinet indépendantiste affirment avoir un mandat pour faire sécession, après avoir organisé un référendum d'autodétermination interdit par la justice.
D'après eux, plus de deux millions de Catalans, soit 43% de l'électorat, ont voté à 90% oui à l'indépendance malgré des interventions parfois violentes de la police pour les en empêcher.
Après ce scrutin, M. Puigdemont avait fait une déclaration ambigüe sur l'indépendance, annonçant immédiatement qu'il en suspendait les effets.
Mais c'est le Parlement catalan, où il dispose avec ses alliés d'une courte majorité absolue de 72 sièges sur 135, qui devrait officiellement proclamer la « République de Catalogne ».
Cette même assemblée avait déclenché dès novembre 2015 le processus de rupture avec l'Espagne, l'objectif étant d'instaurer une république indépendante au plus tard en 2017, annonçant qu'elle ne reconnaissait plus les décisions de la Cour constitutionnelle.
– ‘Chaos infernal' –
L'aile dure de la coalition pousse Carles Puigdemont à consommer la rupture mais cet ancien journaliste de 54 ans coiffé à la Beatles temporise devant l'impact économique de la crise et le manque d'appuis à l'étranger.
La France et l'Allemagne ont fermement condamné ses efforts en vue de la sécession et l'UE répète qu'elle ne reconnaîtrait pas l'indépendance de la Catalogne, qui quitterait automatiquement l'Union.
A l'occasion de la cérémonie des Prix Princesse d'Asturies à Oviedo, dans le nord-ouest de l'Espagne, le président du Parlement européen Antonio Tajani a dénoncé avec virulence ceux qui « sèment la discorde (et) ignorent volontairement les lois », dans une allusion transparente aux dirigeants catalans qui défient l'Etat depuis deux ans.
« Trop souvent par le passé la perspective de changer les frontières a été présentée comme une panacée divine et s'est transformée en un chaos infernal », a-t-il averti.
Emmenées par les deux plus grandes banques catalanes, Caixabank et Sabadell, près de 1.200 entreprises ont transféré leur siège social hors de Catalogne, les investissements sont suspendus et les réservations d'hôtel chutent dans la région la plus touristique d'Espagne.
Les dirigeants séparatistes promettaient depuis des années à leurs électeurs qu'une Catalogne indépendante serait reconnue par l'UE et prospérerait dès lors qu'elle ne paierait plus d'impôts à Madrid.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.