Edito : Redonner confiance    Lutte contre l'habitat insalubre : El Brouj, 59ème ville sans bidonvilles    Salaheddine Mezouar élu président de la CGEM    BMCE Bank of Africa et Crédit Agricole du Maroc primés en Afrique    Le patron de Facebook présente ses excuses devant le parlement européen    Entretien téléphonique entre SM le Roi et le président Palestinien    La voie de l'émergence    Marché du travail : Pertes dans l'industrie    Officialisation de l'amazigh : Dernière ligne droite chez les députés    [Top] Les 15 plus grands innovateurs de tous les temps : Shigeru Miyamoto (11ème)    Parlement: Le gouvernement continue de bouder les propositions de loi    Agadir Affrontements mortels à la faculté des lettres    Méga-barrage sur le Nil: La guerre de l'eau n'aura pas lieu    Guelmim-Oued Noun veut classer son patrimoine archéologique    Les musées récupèrent les œuvres saisies par la Douane    Manuscrits et œuvres antiques au patrimoine national    Football: Manchester United vaut 3,2 milliards d'euros    Le Roi Mohammed VI appelle Mahmoud Abbas    26 sociétés bénéficient de l'aide de l'Etat    Le Maroc et la Corée du Sud veulent donner un nouvel élan à la coopération bilatérale    Tan-Tan : 113 projets de diplômés chômeurs financés par l'INDH    Un individu succombe à ses blessures    "fait maison" ou "prêt à emporter", que préfèrent les Marocains ?    Concert «Trois cultures, trois musiques» par Luis Delgado à Rabat    Produit par Hamid Bouchnak : Le single «Ramadan Kareem» de Soufiane Nhass bientôt en clip    Rencontre à Rabat consacrée à la préparation des épreuves du baccalauréat en juin 2018    Rabat abrite la 2ème Conférence annuelle sur la paix et la sécurité en Afrique les 18 et 19 juin    30ème journée de la Botola Maroc Telecom : Un épilogue sans grande surprise    «La photographie marocaine est encore marginalisée»    Transfert : Emery, après le PSG, se dirige vers Arsenal    Télémédecine et répression de la faude aux examens, sur la table du gouvernement    Les Marocains, deuxièmes sur la liste des affiliés étrangers à la sécurité sociale en Espagne en avril    Le régime algérien, un véritable «danger» pour la cohésion et la souveraineté nationales    L'UE et les marchés tremblent pour l'Italie    (Vidéo) C1: Entre CR7 et Mo Salah, Zizou a fait son choix!    Réunion de la deuxième session du CC du PPS    Incident fortuit à la Faculté des lettres d'Agadir!    Merouane Kabbaj diplômé de l'université du Québec    Netflix: Barack et Michelle Obama sont les nouveaux producteurs!    Marche populaire de solidarité avec le peuple palestinien    Des représentants du Maroc à Bruxelles pour la Gambie    SM le roi lance des projets dédiés aux femmes et aux jeunes à Kénitra    Le WAC et le HUSA complètent le podium derrière l'IRT    53 blessés dans un atterrissage d'urgence d'un avion de la Saudia (+vidéo)    «Le développement de l'enseignement de l'amazighe connaît un retard notable»    Le coach de l'équipe nationale iranienne dévoile sa constellation    Décès de l'ancien joueur de l'équipe nationale de football Mohamed « Houmane » Jarir    C1 – Klopp: « Zizou est l'un des meilleurs joueurs de tous les temps »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hariri met sa démission en suspens dans l'attente de consultations
Publié dans La Nouvelle Tribune le 22 - 11 - 2017

Le Premier ministre libanais Saad Hariri a annoncé mercredi que sa démission, annoncée début novembre à Ryad, était en suspens à la demande du président Michel Aoun en attendant la tenue de davantage de consultations.
« J'ai discuté de ma démission avec le président de la République qui m'a enjoint d'attendre avant de la présenter (…) pour permettre davantage de consultations (…) j'ai accepté cette requête », a indiqué M. Hariri après un entretien après M. Aoun.
D'après lui, les discussions devront porter sur « les motivations et le contexte politique » de cette démission qui avait pris le Liban et la communauté internationale par surprise lorsque M. Hariri l'a annoncée le 4 novembre depuis Ryad.
Le dirigeant, un protégé de l'Arabie saoudite, avait alors justifié sa démission en dénonçant la « mainmise » de l'Iran et du mouvement chiite Hezbollah, membre de son gouvernement, sur les affaires du Liban et leur « ingérence » dans les conflits de la région.
Il avait également affirmé craindre pour sa vie.
De retour à Beyrouth mardi soir après trois semaines d'absence, M. Hariri a espéré que le gel de sa décision « permettrait d'entamer de manière sérieuse un dialogue responsable (…) qui réglerait les différends ».
« J'aspire aujourd'hui à un véritable partenariat avec toutes les forces politiques en vue de mettre les intérêts du Liban au-dessus de tout autre », a encore ajouté le Premier ministre.
« Nous sommes ouverts à tout dialogue, toute discussion dans le pays », avait affirmé lundi le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, qui a semblé adopter un ton conciliant.
Poids lourd de la politique libanaise, le Hezbollah est le seul mouvement à ne pas avoir déposé les armes après la guerre civile (1975-1990) et son arsenal divise les Libanais.
Son intervention dans la guerre en Syrie auprès des troupes du président Bachar al-Assad a provoqué l'ire de ses détracteurs ainsi que Ryad, qui soutenait les rebelles.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.