Encadrement de l'opération Aïd Al Adha : L'ONSSA assure    Kofi Annan décède à 80 ans    46% des Français favorables à l'accueil de migrants par la France    Les pays membres de l'UNAF seront consultés en vue d'une co-organisation    TOP 500 des meilleures universités, le Maroc toujours absent !    BMCE Bank lance une vaste campagne de recrutement...    Aïd Al-Adha: Le CNPAC appelle à davantage de vigilance sur les routes    Fermeture d'Al-Aqsa : La Palestine met en garde Israël    Inwi passe à la 4,5G et réalise un record de vitesse à plus de 1 Gigabit par seconde    Facebook supprime un post jugé «haineux»...que Twitter a préféré garder    Salé : Saisie d'une importante quantité de cigarettes et de tabac à narguilé    Aïd Al-Adha: Le CNPAC appelle à davantage de vigilance sur les routes    Dernière minute: Black Coffee & Virgil Abloh a l'Oasis Festival    Aid Al Adha, les conseils de LG pour bien conserver la viande    Hamza Mendyl file à Schalke 04    Le ministère de la Culture veille à la mise en œuvre des dispositions de la loi relative à la presse et à l'édition    PLF 2018 : la lettre de cadrage de El Otmani    Munir El Haddadi décide de rester au FC Barcelone    Italie : un séisme d'une magnitude de 5,2 touche le centre du pays    Coupes africaines : Des destins opposés attendent le Wydad et le DHJ    Le Maroc et l'Australie-Méridionale examinent les opportunités de coopération    Le potentiel d'Agadir Ida Outanane!    50.000 enseignants contractuels déjà en ordre de bataille    Averses orageuses fortes et temps chaud attendus vendredi et ce weekend dans plusieurs provinces ce weekend    Le cadrage royal    Madona, «Berber Queen» pour son anniversaire à Marrakech    Mohamed Brahmi, le Cheikh qui veut moderniser la danse Reggada    Casa Tramway : une offre de service adaptée pour Aïd Al Adha    Facebook offre la diffusion de la Ligue des champions à l'Amérique latine...et la Liga à l'Asie du Sud    Israël: Netanyahu entendu par la police pour corruption présumée    «Hacky hack hack» : un adolescent australien de 16 ans pirate les systèmes d'Apple    Le Médiateur dresse son bilan : Près de 10.000 plaintes en 2017    Edito : Jeunesse d'esprit    Pont effondré à Gênes: encore 10 à 20 disparus selon les médias italiens    Aïd Al Adha: ADM identifie trois pics de circulation    Emploi, social, politique : Ce que propose le CESE    Le «Ceuta est marocaine», fait refuser la nationalité espagnole à une résidente marocaine    Khiame : «Le Maroc doit accéder aux bases de données de l'Europol»    Pluie d'hommages mondiaux après la mort d'Aretha Franklin    Classement mensuel de la FIFA: La Maroc perd 5 places et pointe au 46ème rang    760.000 spectateurs au Festival Jawhara    Le Festival des plages Maroc Telecom touche à sa fin    Dakhla : Coup d'envoi de la 4è édition du Dakhla Downwind Challenge    Ali Yata ou la fidélité à un grand fidèle à la patrie et au peuple    3e tour de qualification pour la Ligue des champions d'e l'UEFA : Elimination précoce de Celtic et Fenerbahçe    Cheb El Hindi se retire de la scène artistique algérienne!    La FNM rend hommage au professeur Joudia Hassar-Benslimane    Le Paraguay soutient la marocanité du Sahara    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hariri met sa démission en suspens dans l'attente de consultations
Publié dans La Nouvelle Tribune le 22 - 11 - 2017

Le Premier ministre libanais Saad Hariri a annoncé mercredi que sa démission, annoncée début novembre à Ryad, était en suspens à la demande du président Michel Aoun en attendant la tenue de davantage de consultations.
« J'ai discuté de ma démission avec le président de la République qui m'a enjoint d'attendre avant de la présenter (…) pour permettre davantage de consultations (…) j'ai accepté cette requête », a indiqué M. Hariri après un entretien après M. Aoun.
D'après lui, les discussions devront porter sur « les motivations et le contexte politique » de cette démission qui avait pris le Liban et la communauté internationale par surprise lorsque M. Hariri l'a annoncée le 4 novembre depuis Ryad.
Le dirigeant, un protégé de l'Arabie saoudite, avait alors justifié sa démission en dénonçant la « mainmise » de l'Iran et du mouvement chiite Hezbollah, membre de son gouvernement, sur les affaires du Liban et leur « ingérence » dans les conflits de la région.
Il avait également affirmé craindre pour sa vie.
De retour à Beyrouth mardi soir après trois semaines d'absence, M. Hariri a espéré que le gel de sa décision « permettrait d'entamer de manière sérieuse un dialogue responsable (…) qui réglerait les différends ».
« J'aspire aujourd'hui à un véritable partenariat avec toutes les forces politiques en vue de mettre les intérêts du Liban au-dessus de tout autre », a encore ajouté le Premier ministre.
« Nous sommes ouverts à tout dialogue, toute discussion dans le pays », avait affirmé lundi le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, qui a semblé adopter un ton conciliant.
Poids lourd de la politique libanaise, le Hezbollah est le seul mouvement à ne pas avoir déposé les armes après la guerre civile (1975-1990) et son arsenal divise les Libanais.
Son intervention dans la guerre en Syrie auprès des troupes du président Bachar al-Assad a provoqué l'ire de ses détracteurs ainsi que Ryad, qui soutenait les rebelles.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.