L'Algérie au pied du mur    L'allemand Kromberg & Schubert inaugure une usine de câblage à Kénitra    Afrique du Sud : Un scandale à la sex-tape emporte le ministre de l'Intérieur    Ce précieux fluide devenu très rare    Dès ce jeudi soir : Afriquia baisse ses prix pour la 2ème fois consécutive    GFi Informatique intègre Value Pass    « M-Wallet », un nouveau moyen de paiement par téléphone mobile    Akhannouch : Un début prometteur pour la saison agricole    Addis-Abeba: Le Maroc appuie la réforme institutionnelle de l'UA    L'accord de Skhirat: le seul cadre viable offrant une voie inclusive et durable vers la stabilisation de la Libye    Le Conseil de gouvernement reporte sa réunion    Boulif : Pétions et motocyclistes, priorités de la sécurité routière    Hémodialyse : Seulement 36 centres créés en 6 ans    Assises nationales sur la protection sociale : Les recommandations des intervenants    Arrestation de quatre personnes impliquées dans l'affaire : Saisie à Marrakech d'une importante quantité de drogue    Fès. Le maire fait son bilan    Medays: Une édition sous le signe de la rupture    Debdou la juive    Debdou: Un peu d'histoire    Treize bases de missiles non déclarées identifiées en Corée du Nord    La Ligue des nations, rapidement adoptée    D'Ifrane à Tokyo : Le VTT marocain en bonne voie pour se qualifier aux prochains Jeux olympiques d'été    WAC-Girard : Le divorce ?    Habib El Malki reçoit les membres de la commission des pétitions à la Chambre des représentants    Les prévisions de production et de stocks de céréales revues à la hausse    Réalisation de plus de 122.000 logements au premier semestre    "Le serviteur du Roi", cinquième tome des mémoires de Mohamed Seddik Maaninou    Entre le marteau du refoulement et l'enclume du déplacement    Limiter l'abandon scolaire à défaut de pouvoir l'éradiquer    Divers    C'en est trop !    Insolite : Une Lamborghini et un lionceau    Conférence sur l'architecture espagnole à l'Institut Cervantès de Rabat    Festival International du Film de Marrakech : "Les Ateliers de l'Atlas", une nouvelle plateforme professionnelle de création et d'échange    Plaidoyer à Rabat pour la promotion des investissements étrangers dans le domaine cinématographique au Maroc    Twitter : la salve de Trump contre Emmanuel Macron    L'équipe nationale sacrée 3e au niveau mondial    Nouveauté: Le monde rural fait entendre sa voix sur Medradio    Agression israélienne contre Gaza, une spirale de violences régionales selon le gouvernement palestinien    Theresa May réunit son gouvernement, divisé sur le Brexit    Le pape François au Maroc les 30 et 31 mars 2019    Ouvrage collectif : Pour une meilleure exploration culturelle du continent    L'art martial et la manière    Les athlètes marocains se distinguent au 4è Morocco Trail Race    Mondial 2022.. La main tendue de l'Iran    CAN2019 : Le Cameroun plus proche que jamais du désistement    Lancement des spectacles de théâtre Amazigh au profit des MRE    Maroc, de quelle culture parlons-nous ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hariri met sa démission en suspens dans l'attente de consultations
Publié dans La Nouvelle Tribune le 22 - 11 - 2017

Le Premier ministre libanais Saad Hariri a annoncé mercredi que sa démission, annoncée début novembre à Ryad, était en suspens à la demande du président Michel Aoun en attendant la tenue de davantage de consultations.
« J'ai discuté de ma démission avec le président de la République qui m'a enjoint d'attendre avant de la présenter (…) pour permettre davantage de consultations (…) j'ai accepté cette requête », a indiqué M. Hariri après un entretien après M. Aoun.
D'après lui, les discussions devront porter sur « les motivations et le contexte politique » de cette démission qui avait pris le Liban et la communauté internationale par surprise lorsque M. Hariri l'a annoncée le 4 novembre depuis Ryad.
Le dirigeant, un protégé de l'Arabie saoudite, avait alors justifié sa démission en dénonçant la « mainmise » de l'Iran et du mouvement chiite Hezbollah, membre de son gouvernement, sur les affaires du Liban et leur « ingérence » dans les conflits de la région.
Il avait également affirmé craindre pour sa vie.
De retour à Beyrouth mardi soir après trois semaines d'absence, M. Hariri a espéré que le gel de sa décision « permettrait d'entamer de manière sérieuse un dialogue responsable (…) qui réglerait les différends ».
« J'aspire aujourd'hui à un véritable partenariat avec toutes les forces politiques en vue de mettre les intérêts du Liban au-dessus de tout autre », a encore ajouté le Premier ministre.
« Nous sommes ouverts à tout dialogue, toute discussion dans le pays », avait affirmé lundi le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, qui a semblé adopter un ton conciliant.
Poids lourd de la politique libanaise, le Hezbollah est le seul mouvement à ne pas avoir déposé les armes après la guerre civile (1975-1990) et son arsenal divise les Libanais.
Son intervention dans la guerre en Syrie auprès des troupes du président Bachar al-Assad a provoqué l'ire de ses détracteurs ainsi que Ryad, qui soutenait les rebelles.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.