L'ONU aurait besoin de 5 milliards de dollars pour le Yémen    Raja-Al Ismaily en 16è de finale retour de la Coupe arabe des clubs champions : Un match sous haute pression    Démantèlement d'une cellule terroriste composée de trois individus partisans de Daech    Bourse. Les transactions en baisse au cours du troisième trimestre    Conférence intergouvernementale sur la migration à Marrakech    Administration publique. Une étude pour améliorer la qualité de service    Trêve commerciale entre la Chine et l'Allemagne    Merkel, Pedro Sanchez, Tsipras… à Marrakech    Maroc-Sénégal. La régulation de l'audiovisuel à l'ordre du jour    La NASA dévoile l'existence d'une «usine chimique» dans l'espace    Gilets jaunes, Les mesures prises par Macron    Belgique: Charles Michel à la tête d'un gouvernement minoritaire    Raja: apaiser la tension du staff technique    Le Wyadad et le Hassania en tête    Zones montagneuses. La commission interministérielle se dote d'un nouveau décret    Salé : Arrestation d'un individu impliqué dans un accident de circulation mortel sous l'effet de l'alcool    Décès à Marrakech de l'icône de la chanson populaire marocaine Hamid Zahir    «Sabah wa Massa» ou l'amour entre vérité et mensonge    Qui est Murad Rais, le pirate marocain qui a pillé l'Islande ?    Transport maritime : L'Apram souffle sa 20ème bougie    10 ans de prison pour les vendeurs de la viande de chiens    Edito : Défenseur de migrants    PLF 2019 : Benchaaboun fait le point sur les amendements    Remise à Casablanca des prix aux lauréats de l'African Entrepreneurship Award 2018    Hamieddine rattrapé par son passé, le PJD en situation difficile    CAN-2019 : le pays organisateur connu le « 9 janvier »    Le secteur financier africain doit aller vers plus de convergence    Le droit d'asile et Alger : Ça fait deux    River triomphe de Boca : Finale aseptisée à Madrid    Pour une Coupe du monde des clubs élargie    Le WAC et le HUSA prennent les commandes de l'exercice Pro 1    Semaine décisive pour Theresa May et l'accord de Brexit    Amnesty réclame une enquête formelle sur les atrocités liées à Boko Haram    Le geste inspiré de l'Hôpital 20 Août 1953    News    Fléchissement des prix des produits alimentaires à travers le monde    China Trade Week de retour à Casablanca    Le bond du Maroc dans le classement Doing Business, un signal "fort" et "positif"    Olbia, une histoire engloutie vieille de 2.000 ans    Testament d'un livre    Botola Maroc Telecom : Une reprise difficile pour le Raja    Lutte contre le diabète : La Fondation Mohammed VI lance une campagne de dépistage    Le chanteur Hamid Zahir n'est plus !    Fès : Arrestation de deux individus en possession de 5.330 comprimés d'ecstasy    «Regarde-moi», l'autisme autrement    Festival international du Film de Marrakech : L'Etoile d'Or revient au film autrichien Joy de la réalisatrice Sudabeh Mortezai    BCIJ: Saisie d'environ 1 tonne de cocaïne et arrestation de 7 personnes    Trafic international de drogue et de psychotropes : Arrestation à Casablanca d'une Brésilienne en possession de 610 grammes de cocaïne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Séoul et Pyongyang annoncent une candidature commune aux JO de 2032
Publié dans La Nouvelle Tribune le 19 - 09 - 2018

Les deux Corées ont annoncé mercredi une candidature commune aux jeux Olympiques de 2032, projet ambitieux et nouvelle illustration de la diplomatie du sport après des JO d'hiver qui avaient servi de catalyseurs au spectaculaire dégel en cours.
Ce projet, qui exigerait un niveau de coopération et de confiance mutuelles sans précédent entre les deux pays, figure dans une déclaration commune publiée à l'issue du sommet intercoréen de Pyongyang entre les dirigeants nord-coréen Kim Jong Un et sud-coréen Moon Jae-in.
« Le Sud et le Nord sont convenus de participer conjointement et activement aux compétitions internationales, y compris les Jeux olympiques d'été de 2020 et de coopérer en vue d'une candidature commune pour accueillir ensemble les Jeux olympiques d'été de 2032 », souligne le texte.
Aucune autre précision n'a été apportée.
La décision du Nord de participer aux jeux d'hiver organisés en février à Pyeongchang, en Corée du Sud, signèrent un remarquable changement de cap sur la péninsule divisée.
L'année précédente, les tensions avaient atteint des sommets alors que la Corée du Nord multipliait les tirs de missiles et menait son sixième essai nucléaire. Kim Jong Un et le président américain Donald Trump échangeaient alors insultes personnelles et menaces apocalyptiques.
Les JO d'hiver furent l'occasion pour les athlètes des deux Corées de défiler ensemble pendant la cérémonie d'ouverture, derrière un drapeau de l'unification montrant une péninsule exempte de partition.
Nord et Sud ont également formé leur première équipe olympique unifiée, des joueuses de hockey sur glace. Au Sud, cette initiative avait un temps été critiquée, les opposants reprochant à Séoul de priver ses sportifs de l'opportunité concourir dans l'arène sportive internationale.
Kim Jong Un avait dépêché sa soeur cadette Kim Yo Jong à Pyeongchang pour faire office d'émissaire personnelle. Depuis, les dirigeants des deux Corées se sont réunis à trois reprises.
– Tournant décisif –
Depuis, la diplomatie du sport s'est poursuivie, avec la constitution d'équipes communes pour les championnats du monde de tennis de table ITTF et plusieurs compétitions des Jeux asiatiques en Indonésie. Ces équipes ont récupéré une médaille d'or, une d'argent et deux de bronze.
Les deux Corées ont également organisé des matches amicaux de basketball.
Le patron du Comité international olympique (CIO) Thomas Bach a fait savoir récemment qu'il était ouvert à des discussions entre les deux pays pour un défilé et des compétitions communs aux jeux 2020 de Tokyo.
Le contraste est saisissant avec la situation qui avait prévalu lors des jeux d'été 1988 de Séoul. Pyongyang les avaient boycottés après avoir réclamé des droits et l'échec des discussions sur la façon de partager les événements.
Une éventuelle participation nord-coréenne à l'organisation des JO, qui mettent aux prises des milliers d'athlètes du monde entier et un plus grand nombre encore de spectateurs, constituerait un événement totalement inédit. Cela exigerait de la part d'une Corée du Nord recluse et minée par la pauvreté une capacité d'ouverture et de puissance financière qui lui font pour l'heure défaut.
Organiser ensemble des JO exigerait également un niveau de coopération extraordinaire entre deux ennemis de la Guerre froide qui sont toujours techniquement en conflit, la guerre de Corée (1950-53) s'étant achevée sur un armistice et non sur un traité de paix en bonne et due forme.
Le premier indice sur une candidature commune fut donné la semaine dernière quand le ministre sud-coréen des Sports Do Jong-hwan, cité par l'agence Yonhap, avait annoncé que Séoul envisageait de soumettre l'idée à Pyongyang à l'occasion de leur troisième sommet.
S'agissant de la Coupe du monde de football de 2030, avait ajouté M. Do, la Corée du Sud envisage de proposer que l'événement soit organisé conjointement par la Chine, le Japon et les deux Corées.
« Comme cela, nous pourrons maintenir l'élan actuel pour la paix et élargir la paix en cours sur la péninsule coréenne à la région toute entière », avait déclaré le ministre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.