Quelle réforme pour la fiscalité au Maroc?    Des solutions contre l'insatisfaction des troupes    Vladimir Poutine invite Kim Jong-un    Wafa Assurance signe un accord de rapprochement avec des compagnies au Cameroun    Brief d'avant match : Que peut-on attendre de la rencontre WAC-Mamelodi Sundowns    Maluma et Gims préparent un clip à Marrakech !    Ukraine : À peine élu, Zelensky pris entre deux feux    Les dispositions relatives à la protection sociale des artistes mises en oeuvre par le ministère    Un policier tire sur deux voleurs à Rabat    L'UE a accordé une protection à plus de 300 000 demandeurs d'asile en 2018    Badr Tahiri. ‘‘Une stratégie dédiée à la région s'impose''    Après freddy Mercury, Rami Malek passe au mode "Bond"    Jazzablanca 2019 accueillera Metronomy !    Afrique du Nord. Les pistes de promotion de l'emploi    Festival international de la culture Aissaoua : Retour sur les temps forts    Le Wydad assuré de jouer la Ligue des Champions 2019/2020    CAN 2019 : L'UAR veut maintenir les droits de retransmission télévisée à un niveau abordable    9è fête des journalistes sportifs marocains : Des journalistes honorés    Programme Moucharaka Mouwatina : Lancement d'un appel à propositions    Arrestation à Meknès de deux individus soupçonnés de possession et de trafic d'ecstasy    DGSN : Huit employées d'un centre d'appels non autorisé arrêtées à Khouribga    Khalid Naciri au Forum de la MAP    De Zemamra à Azemmour    Benabdallah: le PPS soutient totalement l'Initiative civile pour le Rif    ABL Aviation: faire de Casablanca un hub régional de l'Afrique    Santé scolaire: «Jeux Vidéo : Jouons sans en abuser»    Les hommes qu'il faut à la place qu'il faut    Irlande du Nord: Une renaissance de l'I.R.A.?    Ramadan et santé: Les précautions à prendre    Dialogue social : Nouvelles conditions des syndicats    Partenariat : La BEI et l'Amica renforcent leur coopération    Données: Facebook table sur une amende record de 3 à 5 milliards de dollars    Le pétrole dépasse 75 dollars pour la première fois depuis fin octobre    Dans l'ouest de la Libye, des anti-Haftar se battent contre un "nouveau Kadhafi"    Insolite : Navigateur non-voyant    Edito : Ordures    Limogeages en série en Algérie : Le PDG de Sonatrach congédié    La jeunesse marocaine discute du Maroc de demain    Mohamed Benabdelkader : Passer d'une gestion administrative des carrières à une gestion professionnelle basée sur les compétences    Pourquoi la Lune et le Soleil semblent avoir une taille similaire vus depuis la Terre    Campagne agricole: 80% du PIB hors aléas climatiques    Le Barça quasiment champion d'Espagne    Autopsie de l'équipe nationale par Hervé Renard    Coup d'envoi de la 46ème édition du Trophée Hassan II et de la 25ème Coupe Lalla Meryem de golf    Anders Holch Povlsen, un milliardaire très discret    Vers une protection effective du livre et des droits d'auteur    "La lune et Casablanca", une immersion dans les univers de l'art vidéo    Projection à Washington du long métrage franco-marocain "Tazzeka"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Italie : Rome maintient son budget mais promet à l'UE de contenir la dette
Publié dans La Nouvelle Tribune le 22 - 10 - 2018

Malgré les critiques de la Commission européenne, la coalition populiste au pouvoir en Italie a maintenu lundi inchangées ses prévisions de budget, tout en s'engageant à respecter à la lettre les objectifs qu'elle s'est fixés, sans creuser davantage le déficit ou la dette.
La coalition formée de la Ligue (extrême droite) et du Mouvement 5 étoiles (M5S, anti-système) a en outre réaffirmé son attachement à l'Union européenne et à la zone euro, assurant qu'il n'y avait « aucune chance » que l'Italie en sorte.
Le gouvernement prévoit un déficit à 2,4% du PIB en 2019, contre 0,8% pour le précédent gouvernement, puis à 2,1% en 2020 (contre 0) et à 1,8% en 2021. Dans le même temps, Rome s'est engagé à porter la dette publique, actuellement à quelque 131% du PIB, à 126,5% en 2021.
Alors que Bruxelles l'avait sommée de lui fournir lundi des « clarifications » sur son budget, « jugé hors des clous » européens, l'Italie a maintenu le cap.
– « Pas des têtes brûlées » –
Dans une lettre de quatre pages, le gouvernement souligne qu'il savait que ce budget n'était « pas en ligne avec les normes du Pacte de stabilité et de croissance ».
« C'était une décision difficile mais nécessaire à la lumière du retard pour retrouver le niveau de PIB d'avant la crise et des conditions économiques dramatiques dans lesquelles se trouvent les couches les plus désavantagées de la société italienne », assure le gouvernement.
Mais « si les rapports dette/PIB et déficit/PIB ne devaient pas être en ligne avec ce qui est prévu, le gouvernement s'engage à intervenir en adoptant toutes les mesures nécessaires afin que les objectifs indiqués soient rigoureusement respectés », ajoute-t-il.
« Le chiffre de 2,4% pour nous est un plafond que nous nous sommes solennellement engagés à respecter », a également affirmé le chef du gouvernement, Giuseppe Conte, lors d'une rencontre avec la presse étrangère à Rome.
« Nous ne sommes pas une bande de têtes brûlées. Si nous avions adopté une loi de finances différente, nous serions entrés en récession », a-t-il souligné.
Mais, a-t-il dit, « nous voulons dialoguer avec les institutions européennes dans un esprit de collaboration loyale, de dialogue constructif ».
Comme l'avaient fait ses deux vice-Premier ministres ce week-end, Matteo Salvini et Luigi di Maio, chefs de file de la Ligue et du M5S, M. Conte a aussi réaffirmé l'engagement européen de son pays: « écoutez-moi bien: pour l'Italie, il n'y a aucune chance d'Italexit, de sortie de l'Europe ou de l'eurozone ».
Mais les marchés n'ont guère apprécié le maintien du budget en l'état, alors même qu'ils s'étaient détendus dans la matinée, rassurés par le fait que Moody's n'ait pas accompagné sa baisse de la note de l'Italie vendredi soir d'une perspective négative. Ceci signifie que l'agence, malgré ses inquiétudes, ne devrait pas dégrader de nouveau sa notation dans les six ou 12 mois à venir.
La Bourse de Milan a fini en recul de 0,60%, tirée vers le bas par les banques, tandis que le spread, l'écart très surveillé entre les taux italien et allemand à dix ans, est, lui, repassé à 303 points alors qu'il était descendu à 286 dans la matinée.
– « Arrondir les angles » –
Bruxelles semble avoir choisi la voie du dialogue. « Le commissaire européen, Pierre Moscovici, a essayé d'arrondir les angles avec Rome en soulignant que l'UE n'interfèrerait pas dans la politique économique italienne », a souligné Christopher Dembik, analyste chez Saxo Banque.
La Commission avait évoqué jeudi un dérapage budgétaire « sans précédent » et pointé un risque de « non-conformité grave » avec les règles européennes.
L'Italie ploie en effet déjà sous une dette de 2.300 milliards d'euros et les prévisions de croissance du gouvernement sont jugées trop optimistes: 1,5% en 2019 contre 1% prévu par la plupart des observateurs, dont le FMI.
Mais la Commission « ne veut pas d'une crise entre Bruxelles et Rome », a assuré lundi M. Moscovici sur la radio France Inter: « la place de l'Italie est au cœur de l'Europe ».
Néanmoins, « sans règles communes, il n'y a pas de zone euro », a-t-il ajouté, en soulignant que la plupart des économistes ne croyaient pas au pari de Rome d'augmenter les dépenses publiques pour créer de la croissance.
M. Salvini ne s'est pour sa part pas montré très conciliant: « s'ils ne veulent pas comprendre pourquoi le pays va retrouver la croissance, nous leur expliquerons. Mais nous ne reculerons pas d'un demi-centimètre ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.