Un danois faisant l'objet d'un avis de recherche international arrêté à Marrakech    Innovation: Le Maroc force d'inspiration pour les pays africains    Interdit en Turquie, Wikipedia porte plainte pour lever le blocage    CAN 2019 : Deux matchs amicaux en juin pour les Lions de l'Atlas    Ksar El Kebir : Un jeune homme tue son voisin et prend la fuite    Gestion des plaintes. L'Etat tente d'être plus réactif    2ème Festival Meknès du théâtre : Une édition dédiée au Prix Hassan El Mniai    Protection du patrimoine culturel : La tutelle se penche sur un nouveau projet de loi    La Semaine du film arabe des droits de l'Homme à Rabat    ONSSA : Retrait de 143 tonnes de produits impropres à la consommation    Brexit : Theresa May repousse le vote sur son projet de loi    Huawei en passe de mettre au point son propre système d'exploitation    Raja de Casablanca : Fabrice Ngoma s'engage pour une durée de 3 ans    Youssef Chippo, un Lion d'une longue carrière    2002: Les Lions de l'Atlas toujours éliminés au premier tour    Argentine: L'ancienne présidente devant les juges…    L'Arabie Saoudite prévoit l'exécution de trois importants prédicateurs    Personnes en situation de handicap. Un nouvel avis du Conseil supérieur de l'éducation    La CGEM veut assurer les arrières du secteur privé    Lipper Fund Awards : Valoris Management distinguée pour la 8ème fois    Les six mois qui vont changer la face de l'UE    La journée internationale de la biodiversité célébrée mercredi à Rabat : Pour l'appropriation de la biodiversité par les citoyens    Le secret du Progrès!    Qatar 2022. La Fifa renonce au schéma à 48    Constats chocs du PDG de la RAM    Première année du baccalauréat : Les dates chamboulées    Le SG du PPS rencontre des représentants de syndicats des artistes    Crise de transparence    Hervé Renard dévoile bientôt la présélection des Lions    Le Maroc prend note, « avec regret », de la démission de Horst Köhler    Bilan gouvernemental, les parlementaires partagés    « Darkweb »: Un réseau international de pédophiles tombe    Quelle Europe à nos portes ?    Célébration de la Journée mondiale de l'Afrique à Rabat    Habib El Malki se réunit avec les présidents des groupes et groupement parlementaires    Atlantique Assurances se lance dans le coton    L'activité touristique de Marrakech en accroissement depuis 2015    Les touristes marocains boostent la destination Agadir    Les cas de démence vont tripler d'ici à 2050 selon l'OMS    La liste officielle de Renard attendue pour bientôt    Florent Ibengue : La CAN se doit d'être grandiose car toute l'Afrique est aux aguets    Le Maroc et la Côte d'Ivoire font le point sur leur coopération    Saâd Dine El Otmani : Le gouvernement déterminé à moderniser l'administration    Moussaoui Ajaloui anime une rencontre de l'USFP à Salé    Ces tournages qui ont tourné au drame : Top Gun    Ammi Driss : Je ne me considère pas comme marginalisé car la décision d'arrêter en 1989 fut mienne 1/2    Ahmed Boulane présente son premier livre à Tanger    Washington-Téhéran: La tension est à son comble…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Retrait américain d'un traité nucléaire : John Bolton à Moscou pour explications
Publié dans La Nouvelle Tribune le 22 - 10 - 2018

Deux jours après le coup de tonnerre de l'annonce américaine du retrait d'un traité majeur sur les armes nucléaires, le conseiller de la Maison Blanche à la Sécurité nationale John Bolton rencontre lundi à Moscou le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov, qui attend de pied ferme ses explications.
Cette visite prévue de longue date, annoncée avant que Donald Trump n'annonce sa décision de retirer son pays du traité sur les armes nucléaires de portée intermédiaire INF (Intermediate Nuclear Forces Treaty) conclu avec la Russie pendant la Guerre froide, était déjà importante, s'agissant du premier déplacement d'un haut responsable américain à Moscou depuis plusieurs mois.
Mais l'annonce de Donald Trump, samedi, lui a donné encore plus de relief, alors que les relations entre les deux pays sont déjà au plus bas.
John Bolton, considéré comme un « faucon » de l'administration Trump, doit rencontrer Sergueï Lavrov dans la soirée, et les responsables russes s'attendent à ce que le conseiller américain leur explique la position de Washington sur le traité INF.
Il doit également s'entretenir durant son séjour avec le président russe Vladimir Poutine mais cette rencontre « n'aura pas lieu lundi », avait déclaré dimanche le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov, cité par les agences de presse russes.
Celui-ci a ajouté lundi qu'une sortie américaine du traité INF « rendrait le monde plus dangereux », disant attendre des « explications » de la part de Washington et réfutant les accusations américaines selon lesquelles Moscou violerait le traité.
« L'intention de sortir de ce traité fait naître les plus graves préoccupations », a ajouté Dmitri Peskov. Parallèlement, alors que l'annonce américaine fait craindre un retour de la prolifération nucléaire, le porte-parole du Kremlin a assuré que la Russie « n'attaquera jamais personne en premier ».
Cité par les agences russes, Sergueï Lavrov a indiqué lors d'une conférence de presse « attendre un éclaircissement de la position officielle » américaine. « Si John Bolton est prêt à le faire, alors nous évaluerons la situation », a-t-il poursuivi.
John Bolton est connu pour ses positions très fermes en matière de politique étrangère. Chantre par le passé d'une chute du régime iranien, il faisait partie de ceux qui plaidaient pour « sortir de l'accord iranien » signé en 2015 par plusieurs pays avec Téhéran pour l'empêcher de se doter de l'arme nucléaire.
Nommé en mars 2018, M. Bolton n'a également jamais caché sa conviction que Washington devrait frapper militairement la Corée du Nord plutôt que négocier avec ce régime et il reste un partisan de sanctions beaucoup plus larges contre la Russie, accusée par Washington d'avoir tenté de perturber le processus démocratique américain.
Le conseiller de Donald Trump a entamé son séjour à Moscou par une rencontre avec Nikolaï Patrouchev, le chef du Conseil russe de Sécurité nationale, dont rien n'a filtré.
– « Un pas très dangereux » –
Selon le journal britannique The Guardian, c'est John Bolton lui-même qui a fait pression sur le président américain pour un retrait du traité INF. Ce serait aussi lui qui bloquerait toute négociation pour une extension du traité New Start sur les missiles stratégiques, qui arrive à expiration en 2021.
Le traité INF, dont Donald Trump veut sortir, a été signé en 1987, à la fin de la Guerre froide, par le dernier dirigeant de l'Union soviétique Mikhaïl Gorbatchev et le président américain de l'époque, Ronald Reagan.
Pour Donald Trump, Moscou viole depuis de nombreuses années ce traité. Washington se plaint notamment du déploiement du système de missiles 9M729, dont la portée dépasserait la limite convenue des 500 km.
Les réactions internationales sont unanimes pour appeler les Etats-Unis à ne pas abandonner le traité INF : l'Union européenne a estimé lundi que Washington et Moscou « doivent poursuivre un dialogue constructif pour préserver ce traité et s'assurer qu'il est mis en oeuvre de manière complète », l'estimant « crucial pour l'UE et la sécurité mondiale ».
De son côté, Pékin a appelé les Etats-Unis à « y réfléchir à deux fois » avant de se retirer d'un traité qui a joué « un rôle important » dans la stabilité mondiale.
Dimanche, le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Riabkov a qualifié la décision américaine de « pas très dangereux » qui, selon lui, « ne sera pas compris par la communauté internationale et va même s'attirer de sérieuses condamnations ».
Mikhaïl Gorbatchev a pour sa part dénoncé le « manque de sagesse » du président américain actuel, appelant « tous ceux qui chérissent un monde sans armes nucléaires » à convaincre Washington de revenir sur sa décision.
Le traité INF, en abolissant l'usage de toute une série de missiles d'une portée variant de 500 à 5.500 km, avait mis un terme à la crise déclenchée dans les années 1980 par le déploiement des SS-20 soviétiques à têtes nucléaires ciblant les capitales occidentales.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.