Clôture à Marrakech de la 12ème édition de la World Policy Conference    Cinq ans pour réussir la transformation radicale de l'école    Chasse dans l'Oriental: Le contrôle se muscle    Un Monde Fou    Dialogue social : El Otmani rencontre syndicats et employeurs    Essoufflement de la croissance de la région MENA en 2019    La Bourse de Casablanca affiche une performance hebdomadaire en baisse    Etat des lieux de l'entrepreneuriat au Maroc    TGR : Le déficit budgétaire s'est creusé à 32,3 MMDH en septembre    Raz de marée annoncé pour le juriste Kais Saied    Un accord possible sur le Brexit dans la dernière ligne droite    Il fait l'actu : Kaiss Saïed, nouveau président de la Tunisie    Allemagne et Pays-Bas entrevoient l'Euro    Neymar de nouveau blessé    Le Gabon, ultime test pour le Onze national avant l'entame des éliminatoires de la CAN    Salaheddine Mezouar jette l'éponge    Au grand dam des demandeurs d'asile marocains, le Maroc est un pays sûr    Nouveau modèle de développement et confiance    Madrid s'attaque à ses perruches invasives    Les plus gros bad buzz des stars du football    Une journée sans voiture : L'idée est louable mais la manière n'y était pas vraiment    Insolite : Promesse ministérielle    Les trophées "Export bio Maroc 2019" décernées à sept entreprises    El Jadida à l'heure de son 2ème Salon du dessin et de l'estampe    La Biennale internationale de Rabat a déjà accueilli plus de 50 000 visiteurs    Arab Reading Challenge: La Marocaine Fatima Zahra Akhiar passe en finale    Outsourcia s'offre le français Simplify    Le 3e Salon maghrébin du livre fait la part belle aux enfants    Elle devrait s'accélérer, selon la Banque mondiale : Une croissance économique de 3,3% en 2020-2021    FRMF: Tout savoir sur les billets du match Maroc-Algérie locaux    TIBU Maroc présente la 1ère promotion de «Intilaqa»    Yemoh & The Minority Globe lance «Welcome to Africa» le 25 octobre    Suite à une réunion avec la tutelle : Les transporteurs routiers de marchandises annulent leur grève    Les violations des droits humains à Tindouf mises à nu    Ligue des champions de la CAF : Le WAC gagnera par forfait contre l'USMA    Brexit: Un accord « possible » dans la dernière ligne droite, selon Dublin    Moga Festival. L'électro métissé d'Essaouira !    Le Maroc tenu en échec par la Libye en attendant le Gabon ce mardi    À Hong Kong, la violence des radicaux n'entame pas l'unité du mouvement    Joie dans les rues de Quito pour célébrer la fin de la crise    Ouverture de la première session de la 4e année législative    Al Hoceima-CGI, un démenti en toute diligence    Paul Kagame : « Le développement de l'Afrique relève de la responsabilité des Africains »    Le Maroc remporte à Abu Dhabi le Championnat arabe du muay-thaï    Fès : Trois individus arrêtés en flagrant délit de possession de plus de 2 t de chira    Vidéo. Marrakech : L'accident enregistré par une caméra de surveillance    WPC de Marrakech : La ‘‘Route de la Soie'', entre alarmistes et réalistes    Le roi félicite le Premier ministre éthiopien lauréat du Prix Nobel de la paix    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Retrait américain d'un traité nucléaire : John Bolton à Moscou pour explications
Publié dans La Nouvelle Tribune le 22 - 10 - 2018

Deux jours après le coup de tonnerre de l'annonce américaine du retrait d'un traité majeur sur les armes nucléaires, le conseiller de la Maison Blanche à la Sécurité nationale John Bolton rencontre lundi à Moscou le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov, qui attend de pied ferme ses explications.
Cette visite prévue de longue date, annoncée avant que Donald Trump n'annonce sa décision de retirer son pays du traité sur les armes nucléaires de portée intermédiaire INF (Intermediate Nuclear Forces Treaty) conclu avec la Russie pendant la Guerre froide, était déjà importante, s'agissant du premier déplacement d'un haut responsable américain à Moscou depuis plusieurs mois.
Mais l'annonce de Donald Trump, samedi, lui a donné encore plus de relief, alors que les relations entre les deux pays sont déjà au plus bas.
John Bolton, considéré comme un « faucon » de l'administration Trump, doit rencontrer Sergueï Lavrov dans la soirée, et les responsables russes s'attendent à ce que le conseiller américain leur explique la position de Washington sur le traité INF.
Il doit également s'entretenir durant son séjour avec le président russe Vladimir Poutine mais cette rencontre « n'aura pas lieu lundi », avait déclaré dimanche le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov, cité par les agences de presse russes.
Celui-ci a ajouté lundi qu'une sortie américaine du traité INF « rendrait le monde plus dangereux », disant attendre des « explications » de la part de Washington et réfutant les accusations américaines selon lesquelles Moscou violerait le traité.
« L'intention de sortir de ce traité fait naître les plus graves préoccupations », a ajouté Dmitri Peskov. Parallèlement, alors que l'annonce américaine fait craindre un retour de la prolifération nucléaire, le porte-parole du Kremlin a assuré que la Russie « n'attaquera jamais personne en premier ».
Cité par les agences russes, Sergueï Lavrov a indiqué lors d'une conférence de presse « attendre un éclaircissement de la position officielle » américaine. « Si John Bolton est prêt à le faire, alors nous évaluerons la situation », a-t-il poursuivi.
John Bolton est connu pour ses positions très fermes en matière de politique étrangère. Chantre par le passé d'une chute du régime iranien, il faisait partie de ceux qui plaidaient pour « sortir de l'accord iranien » signé en 2015 par plusieurs pays avec Téhéran pour l'empêcher de se doter de l'arme nucléaire.
Nommé en mars 2018, M. Bolton n'a également jamais caché sa conviction que Washington devrait frapper militairement la Corée du Nord plutôt que négocier avec ce régime et il reste un partisan de sanctions beaucoup plus larges contre la Russie, accusée par Washington d'avoir tenté de perturber le processus démocratique américain.
Le conseiller de Donald Trump a entamé son séjour à Moscou par une rencontre avec Nikolaï Patrouchev, le chef du Conseil russe de Sécurité nationale, dont rien n'a filtré.
– « Un pas très dangereux » –
Selon le journal britannique The Guardian, c'est John Bolton lui-même qui a fait pression sur le président américain pour un retrait du traité INF. Ce serait aussi lui qui bloquerait toute négociation pour une extension du traité New Start sur les missiles stratégiques, qui arrive à expiration en 2021.
Le traité INF, dont Donald Trump veut sortir, a été signé en 1987, à la fin de la Guerre froide, par le dernier dirigeant de l'Union soviétique Mikhaïl Gorbatchev et le président américain de l'époque, Ronald Reagan.
Pour Donald Trump, Moscou viole depuis de nombreuses années ce traité. Washington se plaint notamment du déploiement du système de missiles 9M729, dont la portée dépasserait la limite convenue des 500 km.
Les réactions internationales sont unanimes pour appeler les Etats-Unis à ne pas abandonner le traité INF : l'Union européenne a estimé lundi que Washington et Moscou « doivent poursuivre un dialogue constructif pour préserver ce traité et s'assurer qu'il est mis en oeuvre de manière complète », l'estimant « crucial pour l'UE et la sécurité mondiale ».
De son côté, Pékin a appelé les Etats-Unis à « y réfléchir à deux fois » avant de se retirer d'un traité qui a joué « un rôle important » dans la stabilité mondiale.
Dimanche, le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Riabkov a qualifié la décision américaine de « pas très dangereux » qui, selon lui, « ne sera pas compris par la communauté internationale et va même s'attirer de sérieuses condamnations ».
Mikhaïl Gorbatchev a pour sa part dénoncé le « manque de sagesse » du président américain actuel, appelant « tous ceux qui chérissent un monde sans armes nucléaires » à convaincre Washington de revenir sur sa décision.
Le traité INF, en abolissant l'usage de toute une série de missiles d'une portée variant de 500 à 5.500 km, avait mis un terme à la crise déclenchée dans les années 1980 par le déploiement des SS-20 soviétiques à têtes nucléaires ciblant les capitales occidentales.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.