La réforme du système d'information en débat    Inauguration à Kénitra de la première usine de Nexteer Automotive en Afrique    Melkisation des terres collectives – Aziz Akhannouch : «Une vraie révolution»    Un voisin, un destin    Concurrence. Le système doit s'améliorer    Immigration illégale et traite humaine : Arrestation de cinq individus à Imzouren    Tiznit : Une balle de sommation tirée pour neutraliser un récidiviste en état d'ébriété avancée    Ala veille du G20 à Osaka, Guterres appelle à une croissance mondiale équitable    El Othmani se décerne un satisfecit devant les Conseillers    ONU-Sahara : Gabon, Bahrein et Burundi réitèrent leur soutien au Maroc    Allah, Sidna …et le foot !    BMCE Bank of Africa réalise une triple augmentation de capital de 4 milliards Dh !    Conseil de Surveillance d'Al Omrane qui maintient le cap    13è édition de « Grandes écoles pour tous » organisée par la Fondation AWB    Mauritanie: L'opposition conteste la victoire d'El Ghazouani    Encore une cellule terroriste démantelée    Eco-Médias remporte la Supradyn Cup    Enseignement: Les élèves condamnés à subir leur héritage social    MRE: Benatiq décline le dispositif 2019    Musiques sacrées du monde: Bilan «très positif» pour la 25e édition    Mawazine: Une pluie de stars    Le Nigéria décroche le premier ticket pour les huitièmes de finale    Le Onze national poursuit sa préparation au grand complet    Atal, Monsieur "je donne tout"    Le Cameroun confirme et le Ghana rate son entrée    Bonne tenue de l'activité du secteur de la pêche    Session de formation sur la démocratie participative    Rencontre entre la direction du parti et des acteurs associatifs, de différents horizons    Bouillon de culture    Nucléaire, Golfe : L'Iran semble jouer l'apaisement    Docteur Chafik Chraïbi, président de l'Association marocaine de lutte contre l'avortement clandestin    Alzheimer La faute à la circulation sanguine ?    Baccalauréat 2019 : La meilleure note au niveau national enregistrée dans la région de Rabat-Salé-Kénitra    La communication publique stratégique : Une légitimation organisationnelle des réformes    Insolite : Pirates informatiques    Avec ses cours de robotique, l'Arménie rêve d'un "futur hautement technologique"    Deux jours de fête sous le thème "La chanson marocaine, une expression esthétique et une identité"    Pour un développement de la culture de cinéma    Taza. Première édition du festival national de la chanson marocaine    Les choses sérieuses commencent !    CAN 2019 : les derniers jours d'Al Ahmadi avec les Lions de l'Atlas    Elissa : «J'aimerais bien chanter en dialecte marocain»    Conférence à Bahreïn: Un plan économique pour les Palestiniens, qui le rejettent    Brésil: la Cour Suprême va réexaminer le dossier «Lula»    Nucléaire, Golfe : l'Iran semble jouer l'apaisement    Nissan prêt à revoir avec Renault la structure d'une alliance en danger    BMW transporteur officiel du Festival Mawazine    El Jadida : OCP organise dimanche la finale de son championnat de beach soccer    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Argentine : Le budget d'austérité approuvé, engagement tenu avec le FMI
Publié dans La Nouvelle Tribune le 15 - 11 - 2018

Le parlement argentin a approuvé jeudi le budget 2019 comprenant des coupes drastiques pour revenir à l'équilibre budgétaire, un engagement pris par le gouvernement devant le FMI quand il a négocié un prêt de 56 milliards de dollars pour relancer la troisième économie d'Amérique latine, engluée dans une grave récession.
Le texte, très critiqué par l'opposition de gauche car il comprend d'amples coupes budgétaires, a été adopté jeudi par 45 sénateurs, 24 ont voté contre et un s'est abstenu.
C'est un succès politique pour le gouvernement du président argentin de centre-droit Mauricio Macri, dont la coalition n'a pas de majorité au parlement mais qui a réussi à s'entendre avec l'opposition modérée.
Le président du Sénat Federico Pinedo a souligné « le signal positif » ainsi émis par l'Argentine à destination des marchés et d'éventuels investisseurs.
Le pays a été secoué cette année par deux crises monétaires, en mars-avril et août-septembre, qui ont fait perdre au peso 50% de sa valeur face au dollar et fait flamber l'inflation.
Face à cette crise, Buenos Aires a sollicité l'aide du Fonds monétaire international (FMI), une institution avec laquelle il avait pratiquement cessé ses relations depuis 2006, en échange d'une cure d'austérité.
En première lecture en octobre, les députés avaient approuvé le budget à une nette majorité. Ce jour-là, des affrontements avaient éclaté entre la police et des manifestants isolés qui les avaient pris à partie.
Mercredi, lors du début de la session au Sénat, des milliers de manifestants ont protesté dans le calme. « Non au budget 2019 de Macri, du FMI et du PJ » ont-ils scandé en allusion au Parti Justicialiste, troisième force au Sénat, qui s'est allié à la coalition gouvernementale Cambiemos pour faire adopter le texte.
« Ce budget ne me plaît pas, c'est le budget d'un pays en détresse. Mais ce serait pire de ne pas le voter. Le FMI surveille (…). Il n'y a pas d'autre solution », a déclaré Miguel Angel Pichetto, chef de file des sénateurs du PJ.
– « Sacrifice » –
« Mettre de l'ordre dans les comptes de l'Etat implique un sacrifice », s'est justifié le sénateur Esteban Bullrich, un ancien ministre de M. Macri.
« Le FMI et le gouvernement tablent sur une relance de l'économie au cours du second trimestre de 2019, dans le meilleur des cas. D'ici là, cette politique aura un effet récessif », explique l'économiste Hector Rubini, de l'Université du Salvador de Buenos Aires.
Le sénateur de gauche Fernando Pino Solanas estime que ce plan de redressement « n'est pas la solution pour l'Argentine. Il faut tourner la page et se convaincre qu'il y a une autre voie ».
Le gouvernement a tenu l'engagement qu'il avait pris auprès du FMI de réduire le déficit des finances publiques, en retranchant 10 milliards au budget 2018. Sur les neuf premiers mois de 2018, le déficit budgétaire est ainsi inférieur aux prévisions, s'établissant à 1,1% du PIB au lieu de 1,9%.
Le déficit, qui avait culminé à 6% en 2015, avait été ramené à 3,9% en 2017 et l'objectif de 2,7% pour 2018 devrait être amélioré à 2,6%, pour une inflation record avoisinant les 45%.
Mardi, l'agence de notation Standard & Poor a cependant abaissé d'un cran la note de la dette de l'Argentine, de B+ à B, pointant du doigt « l'érosion de la trajectoire de la croissance, la dynamique de l'inflation et la trajectoire de la dette ».
Selon le FMI, la contraction du PIB devrait atteindre 2,6% cette année et la récession se poursuivre en 2019, avec une contraction du PIB de 1,6%. Pour autant, l'institution de Washington anticipe « une croissance de 3,2% à moyen terme grâce à la mise en œuvre de réformes et au retour de la confiance ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.