Le prétendu «intergroupe» du PE et les balivernes de l'APS    «Le contexte réglementaire a de nouveau frappé avec la Lydec»    16ème journée de la Botola Pro D1 : Le Wydad rate le coche, la RSB refuse le cadeau gadiri et le MCO continue de presser    Sport équestre : Le concours national de saut d'obstacles s'invite à Béni Mellal    Coupe arabe Mohammed VI des clubs : L'OCS quitte la compétition la tête haute    Pros marocains d'Europe    Mais quelle mouche a piqué El Moutaraji    Tramway de Rabat: le nombre de passagers depuis sa mise en service    La DTFE dévoile le classement 2019 des banques IVT les plus actives sur le marché des BDT    Panique à bord d'un vol Oujda-Bruxelles (VIDEO)    Maroc Telecom signe une bonne année 2019    Le coronavirus pourrait avoir un impact négatif sur la croissance en 2020, selon le FMI    Huawei représente une menace pour l'Otan, selon Washington    Intelligence artificielle : l'UE va actualiser son logiciel    Le Burkina Faso décide d'ouvrir un consulat général à Dakhla    «Urgence climatique, les médias africains acteurs du changement»    Les professionnels africains du cuir créent leur corporation    Les Etats-Unis pourraient bloquer les ventes de moteurs GE-Safran à la Chine    Mohamed Benabdelkader inaugure le siège du tribunal de première instance de Tinghir    Coupe Mohammed VI des clubs : le Raja s'incline en Egypte au match aller    Virus : les Américains quittent le navire contaminé, le bilan grimpe en Chine    Etats-Unis: un « parrain de la désinformation » se joue des conservateurs    SIEL 2020 : Près de 500 000 visiteurs, selon Abyaba    Le livre d'art n'a pas le vent en poupe!    L'Agence Bayt Mal Alqods Acharif sensibilise les élèves aux "Couleurs d'Al Aqsa" au SIEL    Voici le nouveau directeur artistique du FIFM    Le Maroc dans l'opinion publique espagnole : Imaginaire, préjugés et stéréotypes    Al Jayl Al Akhdar projette l'agriculture marocaine en 2030    A Tata, l'éducation environnementale passe avant tout par celle des enseignants    Un lointain cousin du T-Rex découvert au Canada    De retour en Afrique du Sud, Miss Univers "inspire" les jeunes Noires    Deux romans de Loubna Serraj et Valérie Morales-Attias font escale au Salon du livre    La terre a tremblé dans plusieurs villes du Maroc, des répliques attendues    Trafic de drogue et de psychotropes : Arrestation à Tanger de deux Danois, objet d'avis de recherche internationaux    Point de vue : Campagne «Sois jeune, sois civique !»    Clôture de la 6ème édition du raid solidaire "Sahraouiya"    L'AS FAR sanctionnée de quatre matchs à huis clos    Ivanka Trump a encore parlé du Maroc    En Algérie, des milliers de personnes ont défilé à Kherrata, berceau de la contestation    Cameroun : 22 civils tués dans une nouvelle attaque    Voici le temps qu'il fera ce lundi    La police d'Agadir fait tomber un trafiquant de Chira    Un chauffe-eau défectueux fait 3 victimes à Fès    «Géopolitique d'un Roi»: Les liaisons incestueuses entre le Polisario et le terrorisme    La Tunisie dévoile son nouveau gouvernement    Faiblesse du taux de la production éditoriale marocaine en langue amazighe!    Le Maroc isole le polisario sur les scènes africaine et internationale    Dans son nouveau recueil : La nouvelle, tout un art chez Abdellah Baïda    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Argentine : Le budget d'austérité approuvé, engagement tenu avec le FMI
Publié dans La Nouvelle Tribune le 15 - 11 - 2018

Le parlement argentin a approuvé jeudi le budget 2019 comprenant des coupes drastiques pour revenir à l'équilibre budgétaire, un engagement pris par le gouvernement devant le FMI quand il a négocié un prêt de 56 milliards de dollars pour relancer la troisième économie d'Amérique latine, engluée dans une grave récession.
Le texte, très critiqué par l'opposition de gauche car il comprend d'amples coupes budgétaires, a été adopté jeudi par 45 sénateurs, 24 ont voté contre et un s'est abstenu.
C'est un succès politique pour le gouvernement du président argentin de centre-droit Mauricio Macri, dont la coalition n'a pas de majorité au parlement mais qui a réussi à s'entendre avec l'opposition modérée.
Le président du Sénat Federico Pinedo a souligné « le signal positif » ainsi émis par l'Argentine à destination des marchés et d'éventuels investisseurs.
Le pays a été secoué cette année par deux crises monétaires, en mars-avril et août-septembre, qui ont fait perdre au peso 50% de sa valeur face au dollar et fait flamber l'inflation.
Face à cette crise, Buenos Aires a sollicité l'aide du Fonds monétaire international (FMI), une institution avec laquelle il avait pratiquement cessé ses relations depuis 2006, en échange d'une cure d'austérité.
En première lecture en octobre, les députés avaient approuvé le budget à une nette majorité. Ce jour-là, des affrontements avaient éclaté entre la police et des manifestants isolés qui les avaient pris à partie.
Mercredi, lors du début de la session au Sénat, des milliers de manifestants ont protesté dans le calme. « Non au budget 2019 de Macri, du FMI et du PJ » ont-ils scandé en allusion au Parti Justicialiste, troisième force au Sénat, qui s'est allié à la coalition gouvernementale Cambiemos pour faire adopter le texte.
« Ce budget ne me plaît pas, c'est le budget d'un pays en détresse. Mais ce serait pire de ne pas le voter. Le FMI surveille (…). Il n'y a pas d'autre solution », a déclaré Miguel Angel Pichetto, chef de file des sénateurs du PJ.
– « Sacrifice » –
« Mettre de l'ordre dans les comptes de l'Etat implique un sacrifice », s'est justifié le sénateur Esteban Bullrich, un ancien ministre de M. Macri.
« Le FMI et le gouvernement tablent sur une relance de l'économie au cours du second trimestre de 2019, dans le meilleur des cas. D'ici là, cette politique aura un effet récessif », explique l'économiste Hector Rubini, de l'Université du Salvador de Buenos Aires.
Le sénateur de gauche Fernando Pino Solanas estime que ce plan de redressement « n'est pas la solution pour l'Argentine. Il faut tourner la page et se convaincre qu'il y a une autre voie ».
Le gouvernement a tenu l'engagement qu'il avait pris auprès du FMI de réduire le déficit des finances publiques, en retranchant 10 milliards au budget 2018. Sur les neuf premiers mois de 2018, le déficit budgétaire est ainsi inférieur aux prévisions, s'établissant à 1,1% du PIB au lieu de 1,9%.
Le déficit, qui avait culminé à 6% en 2015, avait été ramené à 3,9% en 2017 et l'objectif de 2,7% pour 2018 devrait être amélioré à 2,6%, pour une inflation record avoisinant les 45%.
Mardi, l'agence de notation Standard & Poor a cependant abaissé d'un cran la note de la dette de l'Argentine, de B+ à B, pointant du doigt « l'érosion de la trajectoire de la croissance, la dynamique de l'inflation et la trajectoire de la dette ».
Selon le FMI, la contraction du PIB devrait atteindre 2,6% cette année et la récession se poursuivre en 2019, avec une contraction du PIB de 1,6%. Pour autant, l'institution de Washington anticipe « une croissance de 3,2% à moyen terme grâce à la mise en œuvre de réformes et au retour de la confiance ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.