Ouverture la 20e réunion du MCR-Afrique à Marrakech    Ali Bongo quitte le Maroc au terme d'un séjour médical    Le Maroc envoie une aide humanitaire d'urgence aux victimes du cyclone Idai    Tunis: 2è édition du Festival International d'Improvisation Théâtrale    Ingérence présumée de la Russie dans la présidentielle US de 2016 : Bientôt la fin du suspense    La région de Casablanca-Settat prend 20% du capital de CFC    C'est parti pour la 18e édition du FICAM    Maroc-Argentine. Messi finalement absent    Sahara marocain – Bourita : « Le Maroc ne veut pas un processus où les réunions deviennent une fin en soi »    Casablanca: Grand meeting des élus du Maroc et de France sur les bonnes pratiques territoriales    Le nouveau service de «Dotation touristique supplémentaire» en quelques clics    Mobile, ADSL, FTTH … Le parc Internet continue sa progression    700 millions de dollars de la Banque mondiale pour la transformation numérique au Maroc    Special Olympics 2019 : belle moisson pour le Maroc    500 Kg de chira saisis au large de Tanger    Inertie    Modèle de développement: L'université de Casablanca présente son mémorandum    Modèle de développement: L'université de Casablanca pointe du doigt le partage inégal des richesses    Un Monde Fou    Venezuela: L'ONU durcit le ton face aux sanctions américaines    Expo: L'Afrique entre mélancolie et espoir    Tourisme culturel: Dubaï veut confirmer sa nouvelle réputation    La gastronomie marocaine à l'honneur en Ukraine    Clap de fin pour la 2e table ronde sur la question du Sahara marocain    Mohamed Benabdelkader : La Charte de la déconcentration administrative, une étape décisive dans la consécration de la régionalisation avancée    Euro 2020: La Croatie s'en tire à bon compte    "Football Leaks": Le hacker Rui Pinto extradé au Portugal    En attendant le verdict de la CAF, les U23 jouent leur va-tout devant la RDC    Eliminatoires CAN-2019 : Déjà qualifiés, les Lions font match nul au Malawi    Driss Lachguar : Ce qui importe pour nous, c'est que le futur Premier secrétaire serve au mieux le projet sociétal moderniste du parti    Le président de la Chambre des représentants s'entretient avec l'ambassadeur du Liban à Rabat    Divers Economie    Beckham admet avoir utilisé son téléphone en conduisant    La césarienne cinquante fois plus mortelle pour les femmes africaines    Ces célébrités ont touché le fond : Britney Spears    Nota Bene    Aujjar : Le mariage des mineures demeure une réalité qui interpelle tout le monde    Michel Temer, le survivant rattrapé par le scandale Lavage Express    L'hommage de Céline Dion aux victimes de Christchurch    Winston Peters : Les musulmans de Nouvelle-Zélande seront en sécurité    Combien gagne Nagui    La ZLECA, une avancée en matière de commerce et d'investissement transfrontalier    Janet Jackson grillée par ses fans en pleine crise d'ego    La décision radicale des enfants de Michael Jackson    Björk réédite tous ses albums en cassettes colorées    Naufrage à Mossoul: Le bilan s'élève à 100 morts    Le WAC retrouve le Horoya Conakry en quarts    Sahara marocain-Genève II : Kohler garde espoir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





GB-Brexit : Theresa May assaillie de toutes parts…
Publié dans La Nouvelle Tribune le 18 - 12 - 2018

– Le chef de l'opposition au Parlement britannique, Jeremy Corbyn a déposé lundi une motion de défiance contre la Première ministre Theresa May, à la suite de son refus de convoquer le vote des députés sur l'accord de Brexit avant janvier.
C'est au gouvernement que revient la décision de permettre l'organisation d'un débat et d'un vote sur une telle motion. Si cette dernière devait être adoptée, elle ne serait pas juridiquement contraignante pour Theresa May, mais révèlerait une fois de plus la faiblesse de sa position.
« Il est inacceptable que nous attendions près d'un mois avant de procéder à un vote sur la question cruciale de l'avenir de notre pays », a déclaré le chef de l'opposition, faisant allusion à la décision de Mme May de reporter à la troisième semaine de janvier le vote sur l'accord de Brexit initialement prévu pour le 11 décembre.
« Ainsi, puisque c'est la seule manière que je vois d'organiser ce vote cette semaine, je suis sur le point de déposer une motion intitulée +cette Chambre n'a pas confiance en la Première ministre+ », a-t-il ajouté.
Si le gouvernement refusait de débattre de cette motion, Jeremy Corbyn pourrait déposer une motion de censure contre l'ensemble du gouvernement, une procédure qui peut aboutir à l'organisation de nouvelles élections législatives.
Au cours des débats parlementaires un peu plus tôt, le leader travailliste avait estimé que Theresa May avait « échoué » dans sa tentative de « renégocier » et n'avait « plus d'excuses pour repousser le vote » sur l'accord de retrait signé par Londres et Bruxelles à l'issue de dix-sept mois d'âpres discussions.
Ce texte peine à convaincre les députés de tous bords politiques, qu'ils soient partisans d'un Brexit sans concessions ou défenseurs du maintien dans le club européen.
– Poursuite des discussions? –
Confrontée à la probabilité d'un cuisant échec, Theresa May a repoussé ce vote à janvier. Cette manœuvre lui a déjà valu l'organisation d'un vote de méfiance au sein de son propre parti conservateur mercredi. Si elle a finalement remporté la confiance de la majorité des députés tories, plus d'un tiers d'entre eux l'ont désavouée.
Cette fracture au sein de sa propre famille politique a une nouvelle fois révélé sa faiblesse, accentuée par son échec en vue d'obtenir, auprès des dirigeants européens réunis en sommet à Bruxelles la semaine dernière, de nouvelles munitions pour convaincre son Parlement.
Mme May avait déclaré qu'elle poursuivrait les discussions avec l'UE afin d'obtenir des « assurances » sur l'accord, notamment une disposition destinée à éviter le retour d'une frontière physique entre l'Irlande et la province britannique d'Irlande du Nord, et son porte-parole a affirmé lundi que les échanges se poursuivaient « à tous les niveaux ».
Mais aucune rencontre avec des dirigeants britanniques ne figurait sur l'agenda de l'UE, a souligné lundi le porte-parole de la Commission européenne, Margaritis Schinas. « Le Conseil européen a fourni les clarifications qu'il était possible de donner à ce stade, aucune nouvelle réunion n'est donc prévue avec le Royaume-Uni ».
Face aux divisions, de plus en plus de voix plaident pour un second référendum, dans l'opposition comme chez les conservateurs.
Mais Theresa May a sèchement rejeté ces appels lundi. « Ne rompons pas la confiance du peuple britannique en essayant d'organiser un nouveau référendum » sur le Brexit, qui « entraînerait des dégâts irréparables pour l'intégrité de notre vie politique », a-t-elle déclaré à la chambre des Communes.
– Vers une troisième voie ? –
Seules solutions alternatives à son accord selon elle : un Brexit sans accord, potentiellement dévastateur pour l'économie britannique, ou pas de Brexit du tout.
Pendant le week-end, elle est montée au créneau contre un second référendum et s'est écharpée avec l'ancien chef de gouvernement travailliste Tony Blair, l'accusant de chercher à « saper » le Brexit. « Je n'ai jamais perdu de vue mon devoir, à savoir mettre en œuvre le résultat du référendum », a-t-elle insisté.
Tony Blair, au pouvoir de 1997 à 2007, a quant à lui jugé « irresponsable (…) d'essayer de convaincre de force les députés d'accepter un accord qu'ils considèrent comme franchement mauvais en menaçant de quitter l'Union européenne sans accord s'ils ne suivent pas la ligne ».
Devant le spectre d'un rejet de l'accord, une troisième voie est défendue par plusieurs ministres : donner au Parlement la possibilité de voter de manière indicative sur différentes options possibles pour le Brexit, du maintien d'une relation très étroite avec l'UE à une sortie sans accord.
Dernier en date à plaider en ce sens, le ministre des Entreprises Greg Clark a estimé lundi sur la BBC que le Parlement devrait avoir son mot à dire pour mettre fin à l' »incertitude » si l'accord de Mme May était recalé.
Le porte-parole de Mme May a cependant déclaré qu'aucun vote de la sorte n'était prévu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.