Téléphonie : Le CNDP veut mieux protéger les usager contre les pubs par SMS    Edito : Et maintenant, on fait quoi ?    Ligue des Champions: l'arbitre « a totalement gâché » la finale aller, selon le président du Wydad    Langues et réforme de l'enseignement : Nizar Baraka clarifie la position de l'Istiqlal    Sans la garantie de l'Etat et solide, l'ANP émet 1 Mrd DH    Zamalek remporte la Coupe de la CAF    Gouvernement: «Un bilan maigre» pour l'opposition    Nouveau cycle de financements en soutien aux femmes entrepreneuses    Inwi présente son centre opérationnel "Soc" contre les cyber-attaques    La concurrence loyale et équitable, un levier de croissance économique    Un Casque bleu marocain décoré à titre posthume par l'ONU    Le Maroc est une force d'inspiration pour les pays africains en matière d'innovation    Salaheddine El Manouzi : La semaine du Maroc à Amiens est toujours un moment de promotion des actions de coopération que nous menons entre les deux rives    Saison "douce-amère" et été agité pour le Barça de Valverde    Le WAC rate la première manche de la finale de la Ligue des champions    Réunion du Comité directeur de la FRMF    Les enseignants du supérieur en grève    S.M le Roi remet le Prix Mohammed VI aux majors du Programme de lutte contre l'analphabétisme dans les mosquées    Appel au renforcement du positionnement des femmes dans les instances politiques    Initiative éco-citoyenne pour une plage propre à Aïn Diab    Kechiche revient enflammer la Croisette six ans après "La vie d'Adèle"    Présentation à Paris du 25ème Festival de Fès des musiques sacrées du monde    La Cigogne Volubile, un voyage à travers le conte et l'Afrique    Election présidentielle. Marine Le Pen devance la liste Macron    Le Maroc et l'Espagne préparent l'opération Marhaba    L'ex-manager de Stan Lee arrêté pour abus de faiblesse    Ftour d'Al Bayane: Empathie, retrouvailles et partage    Explosion des droits d'importation du blé tendre    Les Berkanis à un pas du sacre    Rwanda : La journée de l'Afrique célébrée en présence du Maroc    Une réaction curieusement ingrate!    Inde: «NaMo» rempile pour un second mandat…    La FRMF gèle les activités des intermédiaires qui y sont accrédités    Euromoney livre sa lecture des principales tendances du marché : Des perspectives prometteuses pour les années à venir    Témoignages assemblés par Lhoussine Elliaoui    Festival de Cannes : La Palme d'or attribuée à « Parasite », du Sud-coréen Bong Joon-ho    Aïd Mouhoub: talent et humilité à équidistance    Gambie et Zambie au menu des Lions de l'Atlas    Horst Kohler remet son tablier d'émissaire du SG de l'ONU pour le Sahara marocain    ONU : Chapeau aux casques bleus    Possible maintien du trend haussier des prix des carburants    Pronostics Cannes 2019    Abus sexuels : Le Maroc classé 34ème pour la protection de l'enfance    Des morts et des blessés dans un accident de la circulation à Tanger    Un juge suspendu pour avoir critiqué Donald Trump    Chine : Le contrat secret qui a sauvé des millions de vies    Certification de documents : L'administration traîne les pieds    Selon un rapport du Conseil de l'éducation : A peine 83.000 handicapés décrochent un job    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le ministre de la Justice nommé par Trump jure de protéger l'enquête russe
Publié dans La Nouvelle Tribune le 16 - 01 - 2019

Le candidat de Donald Trump au poste de ministre de la Justice, Bill Barr, a juré mardi de protéger la tentaculaire enquête russe de toute interférence politique, mais s'est heurté lors de son audience de confirmation au Sénat à la méfiance des démocrates.
Le juriste républicain de 68 ans a besoin du feu vert du Sénat pour faire son retour au gouvernement, plus de 25 ans après avoir été l' »Attorney General » du président George H.W. Bush.
Sans se départir de son calme face au feu nourri des questions des parlementaires, il a martelé qu'il était un homme « indépendant » et a promis de résister à toutes les pressions, y compris présidentielles.
N'hésitant pas à contredire le président Trump, il a défendu son « bon ami », le procureur spécial Robert Mueller, chargé d'établir s'il y a eu collusion entre Moscou et l'équipe du candidat républicain lors de la présidentielle de 2016.
« Je ne crois pas que M. Mueller puisse être impliqué dans une chasse aux sorcières », a déclaré Bill Barr, alors que le milliardaire new-yorkais ne cesse d'utiliser cette formule pour conspuer une enquête menée selon lui par un procureur « hors de contrôle ».
« Je crois que la Russie s'est ingérée dans les élections ou a essayé de le faire, et nous devons aller au terme » de cette enquête, a-t-il encore dit devant la commission judiciaire du Sénat.
Le FBI et les agences américaines du renseignement sont unanimes pour dire que le Kremlin a tenté de peser sur le cours de la campagne de 2016, mais le président Trump s'est montré réticent à reprendre leurs conclusions à son compte.
Bill Barr s'est en revanche gardé de s'engager à publier l'intégralité des conclusions du procureur Mueller. « Mon intention est de publier autant d'informations que possible », a-t-il seulement dit.
– « Abus de pouvoir » –
Bill Barr, qui avait été confirmé avec un fort consensus lors de sa précédente nomination au ministère de la Justice, se présente cette fois dans un contexte politique beaucoup plus tendu.
Les démocrates ont tenu à vérifier qu'il n'allait pas essayer de rogner les ailes du procureur spécial une fois qu'il sera, en tant que ministre de la Justice, chargé de superviser son travail.
Ils l'ont longuement interrogé sur un mémo, qu'il avait adressé de son propre chef en juin au gouvernement pour critiquer un volet de l'enquête russe, considéré comme « irrémédiablement mal conçu ».
Le sénateur Patrick Leahy a comparé son mémo à « une offre d'emploi », un moyen de se positionner comme successeur potentiel du ministre de la Justice Jeff Sessions, sur la sellette depuis plusieurs mois (et qui a finalement été limogé en novembre).
« C'est grotesque », a rétorqué Bill Barr, en assurant qu'il y avait « des manières plus directes pour attirer l'attention du président ».
Soulignant que M. Barr était partisan d'une lecture assez large des pouvoirs exécutifs, la sénatrice Dianne Feinstein lui a demandé ce qu'il penserait si « le président demandait à un ministre de la Justice de mettre un terme à une enquête criminelle pour des raisons personnelles ».
Ce serait « un abus de pouvoir », a-t-il répondu.
Et si le président accordait sa grâce à un protagoniste de l'enquête russe en échange de son silence?, a ajouté le sénateur Dick Durbin.
« Ce serait un crime », a tranché le candidat.
« Personne », pas même le président, « ne pourra me pousser à faire une chose que je juge mauvaise », a-t-il encore promis.
Les républicains étant majoritaires au Sénat (53 sièges sur 100), Bill Barr a de bonnes chances d'être confirmé à l'issue de son audition, qui se poursuivra mercredi.
Depuis le limogeage de Jeff Sessions, l'intérim est assuré par son ancien directeur de cabinet Matthew Whitaker, que les démocrates soupçonnent d'être à la botte du président Trump, et qu'ils sont pressés de voir partir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.