Le CSCA avertit Radio Méditerranée Internationale pour « publicité clandestine »    Le Groupe Barid Al-Maghrib lance le e-paiement des impôts pour les auto-entrepreneurs    Plus de 7 milliards de DH de financements Mourabaha à fin juillet 2019    Jack Lang : «Trésors de l'Islam en Afrique, de Tombouctou à Zanzibar témoigne de l'histoire du Maroc»    «Pour Sama» : Le témoignage bouleversant d'une jeune mère à Alep    Journées musicales de Carthage. Vive la Tunisie libre !    Eric Zemmour saisit la Cour européenne des droits de l'Homme    Maroc-Afrique du Sud : Dégel des relations    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie à guichets fermés    El Bouzidi: les étudiants (es) de Taounate sans bourse et sans cité universitaires?    Lancement du programme au titre de l'année scolaire 2019-2020 : «Etudes et sport» forme les champions en herbe    Nabil Benabdallah: «il faut être présent au sein des institutions qui font la loi»    SM le Roi Mohammed VI accorde Sa grâce à Hajar Raissouni et ses codétenus    Christine Lagarde formellement nommée à la tête de la BCE    Les dossiers du futur président tunisien    À Marrakech, Elalamy évoque les progrès du textile marocain    ITF juniors au Maroc: Le RUC passe le relais au Riad    Filière équine. L'écosystème se développe à grande vitesse    Coupe du Trône de tennis: L'ACSA pour la 9e fois    Les violations des droits de l'Homme dans les camps de Tindouf mise à nu    Tanger-Tétouan-Al Hoceima : Qui pour remplacer Ilyas El Omari ?    Feu vert à la création de la zone d'accélération industrielle Fès-Meknès    AMMC. 3ème participation consécutive à la «World Investor Week»    Syrie: Washington arrache une trêve à Erdogan, en vue de la création d'une « zone de sécurité »    Et la vie continue…dans un autre corps    Les lauréats du Prix de la culture amazighe dévoilés    Brexit: Après l'accord trouvé à Bruxelles, Johnson s'attelle à convaincre Westminster    Casablanca : Le groupe Akdital ouvre deux nouveaux établissements de santé    Réforme de l'enseignement. La Commission de suivi prépare sa réunion inaugurale    Attijariwafa bank, Top Performer RSE de l'année    Loi de Finances 2020 : Benchaâboun passe l'oral devant les parlementaires    Raja. Le trésorier du club détaille le rapport financier    Gouvernement. Faut-il un nouveau programme ?    Météo: Le temps qu'il fera ce vendredi    Tanger : Un nouvel espace d'insertion pour les jeunes handicapés mentaux    Rencontre commémorative à Marrakech    Victoire des socialistes portugais aux législatives    Biles, à toute épreuve    Découverte au Maroc de la plus ancienne organisation collective et sociale datant de 480 millions d'années    Divers    La situation actuelle du KACM au centre d'une réunion à Marrakech    Sixième Soulier d'or pour Lionel Messi    Une progression de 93% des ordres de paiement entre 2006 et 2018    Activités de la Chabiba ittihadia à Bouznika    Annulation de l'élection d'Iman Sabir    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    André Chénier : Le poète de la liberté    Yassine Belattar s'attire les foudres des Rifains    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Crise indo-pakistanaise sur le Cachemire : Ce que l'on sait
Publié dans La Nouvelle Tribune le 28 - 02 - 2019

L'Inde et le Pakistan se trouvent jeudi de nouveau au bord du conflit suite à une escalade des tensions depuis trois jours autour de la région disputée du Cachemire.
Voici ce que l'on sait sur la crise à ce stade et sur les potentiels développements à venir.
– Pourquoi cette nouvelle crise ?
Elle a surgi suite à un attentat suicide au Cachemire indien qui a coûté la vie à au moins 40 paramilitaires indiens le 14 février et a suscité une vague de colère en Inde. L'attaque a été revendiquée par le groupe islamiste Jaish-e-Mohammed (JeM), basé au Pakistan.
L'Inde et le Pakistan se sont livré trois guerres par le passé, dont deux au sujet du Cachemire, région himalayenne en majorité peuplée de musulmans, partagée entre les deux pays et que tous deux revendiquent depuis leur indépendance en 1947.
L'Inde compte environ 500.000 militaires déployés de son côté de la ligne de démarcation pour faire face à une violente insurrection séparatiste.
L'Inde reproche au Pakistan de soutenir en sous-main des infiltrations d'insurgés et la rébellion armée.
– Quelle a été la réaction de l'Inde ?
Le Premier ministre Narendra Modi a promis de « faire payer le prix fort » aux responsables de l'attentat et exigé « une action crédible » du Pakistan.
Le 26 février, des avions de l'armée de l'air indienne ont pénétré dans l'espace aérien pakistanais et mené une « frappe préventive » contre ce que New Delhi a décrit comme un vaste camp d'entraînement du groupe JeM dans une zone limitrophe du Cachemire.
Un « très grand nombre » de combattants ont été tués lors de ce raid, selon New Delhi, d'après qui le groupe préparait de nouveaux attentats.
Le Pakistan a confirmé l'incursion aérienne des chasseurs indiens, mais ceux-ci n'auraient largué selon lui que des « charges utiles » dont la nature exacte n'a pas été précisée et qui n'auraient fait ni dégâts ni victimes.
– Comment a réagi le Pakistan ?
Islamabad a aussitôt dénoncé une « agression intempestive » et promis d'y répondre « à l'heure et à l'endroit de son choix ».
La frappe aérienne menée par l'Inde au Pakistan est la première de ce type depuis la guerre qu'ils s'étaient livrés en 1971 autour du Pakistan oriental (aujourd'hui Bangladesh), avant que tous deux ne deviennent des puissances nucléaires.
Mercredi, des chasseurs pakistanais ont à leur tour traversé la frontière de facto au Cachemire et mené des frappes en terrain ouvert.
Dans les combats qui ont suivi, le Pakistan a affirmé avoir abattu deux avions indiens, dont l'un serait tombé au Cachemire indien et l'autre au Cachemire pakistanais, et capturé un pilote indien.
L'Inde a de son côté déclaré avoir « perdu un Mig-21 » et abattu un avion pakistanais, ce qu'a démenti Islamabad.
Le Pakistan a par la suite annoncé la fermeture totale de son espace aérien.
– Et après ?
La crise alarme la communauté internationale qui redoute un conflit ouvert et multiplie les appels à la « retenue ».
Le Premier ministre pakistanais Imran Khan et la ministre indienne des Affaires étrangères, Sushma Swaraj ont tous deux signalé mercredi qu'ils ne souhaitent pas de nouvelle « escalade ».
Beaucoup dépendra désormais de la réaction de l'Inde aux représailles pakistanaises et à la capture de son pilote, soulignent les analystes.
« Si l'Inde réplique à nouveau (…), cela pourrait vraiment donner une nouvelle portée aux événements », a estimé Michael Kugelman, analyste du Wilson Center sur Bloomberg TV.
La présence du pilote au Pakistan « pourrait limiter ses options et la rendre un peu plus prudente », juge-t-il.
Le fait que les deux pays n'aient que des canaux de communication limités « accroît la possibilité de malentendu et d'erreur de calcul », renchérit Rahul Roy-Chaudhury, de l'Institut international d'études stratégiques.
Si les deux pays sont sous pression pour éviter à tout prix une vraie guerre, le gouvernement indien subit aussi celle d'une opinion publique réticente à laisser le dernier mot au Pakistan.
Le gouvernement indien est « très conservateur et a été très dur à l'égard du Pakistan. Des élections sont prévues en Inde dans quelques semaines (…) Je trouve difficile à croire que l'Inde soit prête à la désescalade », souligne-t-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.