Kénitra: des motards utilisent leurs armes de service pour arrêter un récidiviste    Création d'un centre d'accueil pour les MRE à Tanger    Installation des agents d'autorité nouvellement nommés    Tanger : Un centre d'accueil pour la diaspora marocaine    Remaniement: Divisions de la majorité et compétences rares    Le Japon affiche de nouvelles ambitions africaines    Fête de la Jeunesse: Fini les cérémonies officielles…    Un Conseil de gouvernement jeudi prochain    Insolite : Mystérieux bienfaiteur    La Bourse de Casablanca clôture juillet en bonne mine    Le taux moyen de remplissage des barrages avoisine les 57% au niveau de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima    Création d'entreprises : 50.135 nouvelles entités au premier semestre    Grève de 48 heures des médecins du secteur public    Equipements télécoms : Le processus d'agrément dématérialisé    Télédéclarations: la CNSS s'associe aux banques participatives    Exploration pétrolière: Jeu de chaises musicales sur le permis Anoual    En Libye, la peur de finir à la rue après avoir fui les combats    Réfugiés: Le ras-le-bol des pays voisins de la Syrie, après 8 ans de guerre    Le commerce mondial des marchandises pique du nez au troisième trimestre    Commerce: Trump vante la perspective d'un accord « fantastique » avec Londres après le Brexit    Gibraltar autorise le pétrolier iranien à partir malgré la tentative américaine de blocage    Hong Kong, passerelle entre Pékin et le monde, malgré l'essor économique chinois    Les utilisateurs d'Instagram pourront bientôt signaler les « Fake News »    Taux négatifs    Coupe arabe Mohammed VI des clubs champions : L'IRT décidé à franchir le tour préliminaire    Fouzi Lekjaa Objectif : Qualifier l'EN au Mondial et au dernier carré de la CAN    Coupe du Trône : Tirage au sort fatal pour au moins sept clubs de la D1    Championnat de Portugal : Adel Taarabt renoue avec Benfica jusqu'en 2022    Kitesurf : Dakhla à l'heure de la 5ème édition de «Dakhla Downwind Challenge»    Athlétisme : Des records du monde en danger    Neymar convoqué pour les prochains matches amicaux du Brésil    Vahid Halilhodzic prend officiellement les commandes de la sélection nationale    De nouveaux ambassadeurs du Qatar et de la Finlande à Rabat    Myrtilles : Cet aliment miracle réduit le risque d'Alzheimer et d'infarctus    Augmentation du nombre de bénéficiaires de l'Entraide nationale    Divers    Fès: L'UEMF s'allie à l'Ecole polytechnique    La Marine Royale saisit 4 tonnes de chira au large d'Assilah    Vol de médicaments de l'hôpital multidisciplinaire d'Azrou : Un récidiviste interpellé    Tanger : Deux arrestations dans une affaire de coups et blessures ayant entraîné la mort d'une personne    Réhabilitation du cimetière juif d'El Jadida    Le film culte "Apocalypse Now" ressort dans une nouvelle version    Depuis sa cellule, MHD rend un hommage déchirant à Dj Arafat    Une MasterClass pour former les musiciens en herbe    Casablanca: Où sont les autorités et la Cour des comptes?    «Le festival Bab Souss» du 23 au 25 août    Pour présenter ses vœux de l'Aïd Al Adha : Karima Skalli lance «Alhawa rachiki»    Fast and furious : Hobbs et Shaw assurent l'intérim    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bank Al-Maghrib maintient son taux directeur inchangé à 2,25%
Publié dans La Nouvelle Tribune le 19 - 03 - 2019

Le Conseil de Bank Al-Maghrib (BAM) a décidé de maintenir inchangé le taux directeur à 2,25%, au terme de sa première session de l'année 2019 tenue mardi à Rabat, indique un communiqué de la Banque centrale.
Sur la base de l'évaluation notamment des trajectoires à moyen terme de l'inflation, de la croissance et des comptes extérieurs, « le Conseil de BAM a jugé que le niveau actuel du taux directeur de 2,25% reste approprié et décidé de le maintenir inchangé », souligne Bank Al-Maghrib.
Lors de cette réunion, ajoute la même source, le Conseil a noté que l'inflation a terminé l'année 2018 avec une moyenne de 1,9%, tirée essentiellement par celle des produits alimentaires à prix volatils, relevant que celle-ci devrait décélérer à 0,6% en 2019 avant de s'établir à 1,1% en 2020.
Bank Al-Maghrib estime en outre que la croissance nationale resterait limitée à 2,7% en 2019 avant de s'accélérer à 3,9% en 2020.
Pour l'ensemble de l'année 2018, la croissance se serait établie à 3,1% après 4,1% en 2017, avec une décélération de la valeur ajoutée agricole de 15,4% à 4,3% et une légère hausse du rythme des activités non agricoles de 2,7% à 2,9%, poursuit la même source, estimant que celles-ci continueraient à s'améliorer, quoique lentement, pour atteindre 3,4% en 2019 puis de 3,8% en 2020.
BAM table dans ce sens sur une production céréalière autour de 60 millions de quintaux et un recul de la valeur ajoutée agricole de 3,8%, ainsi que sur un accroissement de la valeur ajoutée agricole de 6% en 2020, sous l'hypothèse d'une récolte autour de 80 millions de quintaux.
Concernant le marché du travail, la Banque centrale pense que la situation a connu en 2018 une relative amélioration en termes de création d'emplois, avec 112.000 nouveaux postes dont 65.000 dans les services.
Tenant compte d'une entrée nette de 64.000 demandeurs d'emploi, le taux d'activité a poursuivi sa tendance baissière, revenant d'une année à l'autre de 46,7% à 46,2%, ajoute la même source, qui fait observer que dans ces conditions, le taux de chômage a reculé de 10,2% à 9,8% au niveau national et de 14,7% à 14,2% en milieu urbain où il est resté, toutefois, très élevé parmi les jeunes de 15 à 24 ans, atteignant 43,2%.
Au plan des comptes extérieurs, BAM indique que les données provisoires de 2018 font ressortir une performance notable des exportations de biens qui a concerné l'ensemble des secteurs notamment les phosphates et dérivés, la construction automobile et les produits agricoles et agroalimentaires, au moment où les importations ont été marquées par l'alourdissement de la facture énergétique et l'augmentation des achats de biens d'équipement.
BAM souligne d'autre part que les recettes de voyage ont progressé de 1,5% à 73,2 milliards de dirhams, alors que les transferts des MRE ont reculé de 1,7% à 64,8 milliards de dirhams.
Dans ce contexte, le déficit du compte courant se serait creusé de 3,6% du PIB en 2017 à 5,2% en 2018 et devrait s'alléger à 4,1% en 2019 et à 3,4% en 2020, sous l'effet notamment de la baisse prévue des importations énergétiques et de la décélération des achats de biens d'équipement.
Pour ce qui est des opérations financières, les recettes des IDE ont atteint l'équivalent de 4,1% du PIB en 2018 et devraient revenir à 3,4% du PIB en 2019 et en 2020, affirme la Banque centrale qui note que dans ces conditions et au regard des sorties prévues du Trésor à l'international, les réserves internationales nettes passeraient de 231 milliards de dirhams en 2018 à 239 milliards en 2019 avant de revenir à 236 milliards en 2020, continuant ainsi d'assurer la couverture d'un peu plus de 5 mois d'importations de biens et services.
S'agissant des conditions monétaires, BAM indique qu'après une stabilité en 2018, le taux de change effectif réel devrait s'apprécier de 0,7% en 2019 et se déprécier de 0,5% en 2020, ajoutant que les taux débiteurs ont poursuivi leurs baisses trimestrielles, revenant à 5,06% en moyenne au quatrième trimestre de 2018, avec en particulier des reculs de 28 points de base pour les prêts aux entreprises et de 11 points pour ceux aux particuliers.
Pour ce qui est du crédit au secteur non financier, sa progression a ralenti à 3,1% au terme de 2018, reflétant essentiellement une nette décélération des prêts aux entreprises privées, et devrait maintenir ce rythme en 2019 avant de s'accélérer à 4,4% en 2020, selon la même source.
Par ailleurs, Bank Al-Maghrib fait état d'une amélioration des ressources ordinaires de 1,8%, résultat d'une augmentation de 4,2% à 234,9 milliards des recettes fiscales, et d'un recul de celles non fiscales lié essentiellement à une diminution des dons des pays du CCG de 2,8 milliards de dirhams, après 9,5 milliards en 2017.
Les dépenses globales ont quant à elles connu un alourdissement de 2,4%, recouvrant principalement des hausses au titre des autres biens et services de 5,5% à 62,2 milliards et de la charge de compensation de 15,6% à 17,7 milliards, ainsi qu'une baisse de l'investissement de 2% à 65,7 milliards.
Ainsi, l'exécution budgétaire s'est soldée par un creusement du déficit à 41,4 milliards ou l'équivalent de 3,7% du PIB contre un objectif de 3% retenu dans la loi des finances, conclut Bank Al-Maghrib qui s'attend à ce que le processus de consolidation budgétaire devrait à moyen terme, ralentir et que le déficit, hors privatisation, devrait s'établir à 4,1% du PIB en 2019 avant de revenir à 3,5% du PIB en 2020.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.