La déconcentration administrative: un enjeu de démocratie    PAM: Les dissidents reportent le congrès    Début de semaine mitigé    Le marché pétrolier en ébullition    L'Boulevard 2019: La relève sur un tremplin    Tremplin 2019: Une 19e édition et un esprit toujours aussi bon enfant    Skhirat: 1ère réunion du comité de pilotage de la 3e phase de l'INDH    Suivez en direct: PSG vs Real Madrid et Atlético Madrid vs Juventus    Salon du livre du Saguenay–Lac-Saint-Jean : Le marocain Mustapha Fahmi primé    OCP renforce sa position de leader en Asie    Le déficit de liberté économique, une menace pour la démocratie    Insolite : Héritage dépensé    Pedro Sanchez : J'espère que les Espagnols donneront une majorité plus large au Parti socialiste    News    Dakar salue l'engagement infaillible de S.M le Roi en faveur de la paix et de la sécurité en Afrique    Liverpool chute, l'Ajax carbure et le Barça s'en tire à bon compte    Djorkaeff à la tête de la Fondation Fifa    Le Onze national des locaux attendu aujourd'hui à Alger    Amadou Ba : Le soutien à l'intégrité territoriale du Maroc est une constante de la diplomatie sénégalaise    Des centaines de poissons morts asphyxiés en bordure de l'Oued Massa    L'accès des enfants réfugiés à la scolarisation, une initiative assurément louable    Le Maroc et le Danemark scellent un nouveau partenariat dans le domaine de la statistique    Les produits du terroir jouent un rôle clé dans le développement agricole durable    Le développement de la flotte de RAM, un prérequis pour mieux servir le tourisme national    Le Festival international du film de femmes à Salé lance la nouvelle saison culturelle    Mouna Fettou: Nous avons besoin d'une véritable industrie cinématographique    Le Maroc invité d'honneur du Festival d'Helsinki de la musique sacrée    Trump annonce un durcissement « substantiel » des sanctions contre l'Iran    Tourisme : La tendance positive du début d'année se confirme    U.S. Seeks to Heighten Scrutiny of Foreign Investment in Tech, Infrastructure, Data    Brexit : le risque d'un « No-deal » est très réel    Assemblée Générale Ordinaire de la FRMF    Rapport de la Cour des comptes : Tamek tire à boulets rouges sur Jettou    Maroc-France. Appel à projet pour l'enseignement des soft skills à l'université    Guaido poursuivi pour ses liens présumés avec des narco-trafiquants    Mur à Sebta. Vox se fait remonter les bretelles par le PP    Meknès. Le Barbe et l'Arabe-Barbe à l'honneur    Moga Festival ou l'avant-garde de la musique électronique    Quel gouvernement pour le PLF 2020?    Incendies: Fermeture de milliers d'écoles en Indonésie et en Malaisie    La « Cour suprême » de Facebook pourra annuler les décisions de Mark Zuckerberg    Sahara : A quoi joue l'Espagne ?    Le Professeur Rachid Yazami reçoit à Paris le Prix de l'Investisseur arabe    Tourisme à Essaouira : Des progrès notables, mais encore des efforts à fournir    Le Maroc invité d'honneur du festival d'Helsinki de la musique sacrée    Météo: le temps qu'il fera ce mercredi    Divers    Ligue des champions: Raja et Wydad proches de la phase de poules    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La droite européenne s'apprête à sanctionner le populiste Orban
Publié dans La Nouvelle Tribune le 20 - 03 - 2019

Tiraillée sur le cas de Viktor Orban et ses dérapages populistes contre Bruxelles ou l'immigration, la droite européenne se réunit mercredi pour sanctionner le dirigeant hongrois, à deux mois du renouvellement du Parlement européen.
Le Parti populaire européen (PPE), qui réunit les formations de droite et du centre-droit de l'UE, comme la CDU de la chancelière allemande Angela Merkel ou les Républicains en France, devrait décider d'une suspension temporaire ou d'une exclusion définitive du parti de M. Orban, le Fidesz. La décision est attendue en fin d'après-midi à l'issue d'une réunion à Bruxelles qui doit s'ouvrir à 14H00 GMT.
Menaçant, le gouvernement hongrois a averti qu'en cas de suspension, le Fidesz « quitterait immédiatement le PPE », selon un communiqué.
Dans un entretien mercredi à la radio allemande Deutschlandfunk, le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a réclamé une fois de plus une exclusion, affirmant que « depuis des années », le Fidesz « s'éloigne des valeurs démocrates-chrétiennes ». « Sa place est hors du PPE », a tranché M. Juncker, membre de ce parti mais qui ne participera pas à cette réunion.
Certains craignent cependant qu'exclure l'enfant terrible du PPE, une première dans l'histoire de cette formation, la plus importante du Parlement européen, n'ouvre la voie à une scission entre l'Est et l'Ouest du continent.
Ils s'inquiètent également de le voir se jeter dans les bras du vice-Premier ministre italien et ministre de l'Intérieur, Matteo Salvini, le chef de la Ligue, parti d'extrême droite.
Cela fait des mois que la droite conservatrice se divise sur le cas Orban.
Mais, en lançant une campagne d'affichage le 19 février contre M. Juncker, le Premier ministre national-conservateur hongrois a dépassé les bornes pour ses détracteurs.
Sous le slogan: « Vous avez aussi le droit de savoir ce que Bruxelles prépare », ces affiches montraient Juncker, ricanant aux côtés du milliardaire américain juif d'origine hongroise, George Soros, et l'accusaient de soutenir l'immigration sur le Vieux continent.
Furieux, treize partis membres du PPE originaires de dix pays différents, réunis autour d'un noyau dur constitué par les pays du Benelux et de la Scandinavie, ont réclamé début mars « l'exclusion ou la suspension » du Fidesz.
Le chef de file pour les élections européennes du PPE, Manfred Weber, a également accentué la pression sur Viktor Orban, la semaine dernière à Budapest. M. Orban est devenu une source d'embarras croissant pour l'Allemand qui brigue la succession de M. Juncker.
Le Bavarois a posé trois conditions pour le maintien du dialogue: l'arrêt de la campagne anti-Bruxelles, des excuses auprès des autres partis membres du PPE et le maintien à Budapest de l'Université d'Europe centrale (CEU) fondée en 1991 par Georges Soros.
– Compromis –
Depuis, Viktor Orban, 55 ans, a fait retirer les affiches controversées. Il a présenté ses excuses au PPE, même si elles ont été jugées insuffisantes, selon une source proche de Manfred Weber.
Mais concernant l'Université d'Europe centrale, sa bête noire, M. Orban n'a pas bougé. Cet établissement de droit américain, s'estimant chassé par le Premier ministre nationaliste, va déménager l'essentiel de ses activités à Vienne.
Un « gel de l'appartenance (au PPE) » apparaît « comme le chemin à suivre », a jugé mercredi Annegret Kramp-Karrenbauer, présidente de la puissante CDU et dauphine d'Angela Merkel, sur la radio publique allemande.
Samedi, le président du PPE, Joseph Daul, avait affirmé « préparer un compromis », sous la forme d'une suspension de « plusieurs mois », selon plusieurs sources.
Selon une source proche de M. Weber, il sera proposé de priver le Fidesz de ses droits de vote dans toutes les réunions du PPE et de lui interdire de proposer des candidats à des postes.
La décision devra être prise par l'Assemblée politique du PPE, réunissant notamment M. Daul, les dix vice-présidents, la direction du groupe au Parlement européen et un représentant de chaque parti membre.
M. Orban pourra défendre sa position devant les 261 délégués, qui voteront à bulletin secret. Une majorité simple est nécessaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.