Wafa Assurance signe un accord de rapprochement avec des compagnies au Cameroun    Brief d'avant match : Que peut-on attendre de la rencontre WAC-Mamelodi Sundowns    Maluma et Gims préparent un clip à Marrakech !    Ukraine : À peine élu, Zelensky pris entre deux feux    Les dispositions relatives à la protection sociale des artistes mises en oeuvre par le ministère    Baisser les impôts et élargir l'assiette, un vrai casse-tête    Un policier tire sur deux voleurs à Rabat    Badr Tahiri. ‘‘Une stratégie dédiée à la région s'impose''    L'UE a accordé une protection à plus de 300 000 demandeurs d'asile en 2018    Après freddy Mercury, Rami Malek passe au mode "Bond"    Jazzablanca 2019 accueillera Metronomy !    Afrique du Nord. Les pistes de promotion de l'emploi    Festival international de la culture Aissaoua : Retour sur les temps forts    Arrestation à Meknès de deux individus soupçonnés de possession et de trafic d'ecstasy    Programme Moucharaka Mouwatina : Lancement d'un appel à propositions    Le Wydad assuré de jouer la Ligue des Champions 2019/2020    CAN 2019 : L'UAR veut maintenir les droits de retransmission télévisée à un niveau abordable    9è fête des journalistes sportifs marocains : Des journalistes honorés    Fès à l'heure du 2ème Salon régional de l'économie sociale et solidaire    DGSN : Huit employées d'un centre d'appels non autorisé arrêtées à Khouribga    ABL Aviation: faire de Casablanca un hub régional de l'Afrique    De Zemamra à Azemmour    Khalid Naciri au Forum de la MAP    Benabdallah: le PPS soutient totalement l'Initiative civile pour le Rif    Santé scolaire: «Jeux Vidéo : Jouons sans en abuser»    Les hommes qu'il faut à la place qu'il faut    Irlande du Nord: Une renaissance de l'I.R.A.?    Ramadan et santé: Les précautions à prendre    Le pétrole dépasse 75 dollars pour la première fois depuis fin octobre    Partenariat : La BEI et l'Amica renforcent leur coopération    Dialogue social : Nouvelles conditions des syndicats    Après le fiasco d'Hanoi, Kim ravive les « liens historiques » avec Moscou    Données: Facebook table sur une amende record de 3 à 5 milliards de dollars    Dans l'ouest de la Libye, des anti-Haftar se battent contre un "nouveau Kadhafi"    Insolite : Navigateur non-voyant    Edito : Ordures    Limogeages en série en Algérie : Le PDG de Sonatrach congédié    La jeunesse marocaine discute du Maroc de demain    Mohamed Benabdelkader : Passer d'une gestion administrative des carrières à une gestion professionnelle basée sur les compétences    Pourquoi la Lune et le Soleil semblent avoir une taille similaire vus depuis la Terre    Campagne agricole: 80% du PIB hors aléas climatiques    Le Barça quasiment champion d'Espagne    Autopsie de l'équipe nationale par Hervé Renard    Coup d'envoi de la 46ème édition du Trophée Hassan II et de la 25ème Coupe Lalla Meryem de golf    Anders Holch Povlsen, un milliardaire très discret    Vers une protection effective du livre et des droits d'auteur    "La lune et Casablanca", une immersion dans les univers de l'art vidéo    Projection à Washington du long métrage franco-marocain "Tazzeka"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La droite européenne s'apprête à sanctionner le populiste Orban
Publié dans La Nouvelle Tribune le 20 - 03 - 2019

Tiraillée sur le cas de Viktor Orban et ses dérapages populistes contre Bruxelles ou l'immigration, la droite européenne se réunit mercredi pour sanctionner le dirigeant hongrois, à deux mois du renouvellement du Parlement européen.
Le Parti populaire européen (PPE), qui réunit les formations de droite et du centre-droit de l'UE, comme la CDU de la chancelière allemande Angela Merkel ou les Républicains en France, devrait décider d'une suspension temporaire ou d'une exclusion définitive du parti de M. Orban, le Fidesz. La décision est attendue en fin d'après-midi à l'issue d'une réunion à Bruxelles qui doit s'ouvrir à 14H00 GMT.
Menaçant, le gouvernement hongrois a averti qu'en cas de suspension, le Fidesz « quitterait immédiatement le PPE », selon un communiqué.
Dans un entretien mercredi à la radio allemande Deutschlandfunk, le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a réclamé une fois de plus une exclusion, affirmant que « depuis des années », le Fidesz « s'éloigne des valeurs démocrates-chrétiennes ». « Sa place est hors du PPE », a tranché M. Juncker, membre de ce parti mais qui ne participera pas à cette réunion.
Certains craignent cependant qu'exclure l'enfant terrible du PPE, une première dans l'histoire de cette formation, la plus importante du Parlement européen, n'ouvre la voie à une scission entre l'Est et l'Ouest du continent.
Ils s'inquiètent également de le voir se jeter dans les bras du vice-Premier ministre italien et ministre de l'Intérieur, Matteo Salvini, le chef de la Ligue, parti d'extrême droite.
Cela fait des mois que la droite conservatrice se divise sur le cas Orban.
Mais, en lançant une campagne d'affichage le 19 février contre M. Juncker, le Premier ministre national-conservateur hongrois a dépassé les bornes pour ses détracteurs.
Sous le slogan: « Vous avez aussi le droit de savoir ce que Bruxelles prépare », ces affiches montraient Juncker, ricanant aux côtés du milliardaire américain juif d'origine hongroise, George Soros, et l'accusaient de soutenir l'immigration sur le Vieux continent.
Furieux, treize partis membres du PPE originaires de dix pays différents, réunis autour d'un noyau dur constitué par les pays du Benelux et de la Scandinavie, ont réclamé début mars « l'exclusion ou la suspension » du Fidesz.
Le chef de file pour les élections européennes du PPE, Manfred Weber, a également accentué la pression sur Viktor Orban, la semaine dernière à Budapest. M. Orban est devenu une source d'embarras croissant pour l'Allemand qui brigue la succession de M. Juncker.
Le Bavarois a posé trois conditions pour le maintien du dialogue: l'arrêt de la campagne anti-Bruxelles, des excuses auprès des autres partis membres du PPE et le maintien à Budapest de l'Université d'Europe centrale (CEU) fondée en 1991 par Georges Soros.
– Compromis –
Depuis, Viktor Orban, 55 ans, a fait retirer les affiches controversées. Il a présenté ses excuses au PPE, même si elles ont été jugées insuffisantes, selon une source proche de Manfred Weber.
Mais concernant l'Université d'Europe centrale, sa bête noire, M. Orban n'a pas bougé. Cet établissement de droit américain, s'estimant chassé par le Premier ministre nationaliste, va déménager l'essentiel de ses activités à Vienne.
Un « gel de l'appartenance (au PPE) » apparaît « comme le chemin à suivre », a jugé mercredi Annegret Kramp-Karrenbauer, présidente de la puissante CDU et dauphine d'Angela Merkel, sur la radio publique allemande.
Samedi, le président du PPE, Joseph Daul, avait affirmé « préparer un compromis », sous la forme d'une suspension de « plusieurs mois », selon plusieurs sources.
Selon une source proche de M. Weber, il sera proposé de priver le Fidesz de ses droits de vote dans toutes les réunions du PPE et de lui interdire de proposer des candidats à des postes.
La décision devra être prise par l'Assemblée politique du PPE, réunissant notamment M. Daul, les dix vice-présidents, la direction du groupe au Parlement européen et un représentant de chaque parti membre.
M. Orban pourra défendre sa position devant les 261 délégués, qui voteront à bulletin secret. Une majorité simple est nécessaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.