10.000 dollars d'amende pour la fédération algérienne    Classement : La Tunisie rentre bredouille    Ankara défie Bruxelles    Nouvelle économie: les territoires, faiseurs de nations    Internet mobile: L'effet accélérateur du smartphone    Casa malade de ses moyens de transport    Les budgets des collectivités territoriales enregistrent un excédent de 5,4 MMDH    Managem et Injaz Al-Maghrib présentent le bilan de leurs programmes de formation à l'entrepreneuriat    Les projets de loi relatifs aux soulaliyates adoptés en commission à la Chambre des représentants    Avant Trump, Clinton n'était pas épargné par la diplomatie britannique    « Renvoyez-la! »: Le ton de la campagne Trump est donné    Réunion du Bureau de la Chambre des représentants    Bouillon de culture    Troisième marche du podium pour le Nigeria    De "captain" Mahrez à la révélation Bennacer Le carré d'as algérien    Hicham El Idrissi : Il ne faut pas compter sur des joueurs qui ne veulent plus jouer pour le KACM    La syphilis regagne du terrain    Drame d'Imlil. Peine capitale pour les trois principaux accusés    Turquie: 17 morts dans l'accident d'un minibus de migrants    Contrairement à Nicki Minaj, 50 Cent et Janet Jackson chanteront en Arabie Saoudite    "Les Enfants de la mer", un film d'animation écologiste et spirituel    Le court-métrage en fête à Ifrane et Azrou    OMS: l'épidémie d'Ebola est une "urgence" sanitaire mondiale    Fouzi Lekjaa nommé 2ème vice-président de la CAF    Projection du film «Tel Aviv on Fire» à l'IF d'Oujda    El Akademia Master class : L'Orchestre national des jeunes du Maroc régale    Migration illégale. Comment retenir les mineurs au Maroc    Procès Imlil. La Cour met l'affaire en délibéré    Pour renforcer sa contribution au marché financier marocain : L'AMMC se dote d'un conseil scientifique    Gnaoua Festival : Berlin en transe en août prochain    Le 10è festival «Timizart» d'argent du 18 au 22 juillet à Tiznit    Algérie-Sénégal : La CAF change l'arbitre de la finale !    Le FMI appelle à des réformes ambitieuses du marché du travail    Instagram masque les likes dans six pays    World's Coffee Growers Seek to Set Minimum Price to Help Poor Farmers    Apollo's Code: Meet the Computer Programmer Who Landed Us on the Moon    Le Néerlandais de Ligt signe à la Juventus Turin    Terres soulaliyates. La commission adopte trois projets de loi    Nezha Hayat décorée par le Roi d'Espagne Felipe VI    Carola Rackete, capitaine du Sea-Watch 3, s'explique devant les magistrats    Objectif Downing Street : Ultimes plaidoyers des deux candidats    Promotion de l'emploi dans le secteur de l'aviation civile : L'ONDA et l'Anapec s'allient    Accès à l'eau potable : L'AFD et l'ONEE signent un accord de 101 millions d'euros    Loi-cadre sur l'Education: PJD et Istiqlal, porte-drapeaux de l'obscurantisme ?    Une saga nommée «Megri»    Une faille d'Android permet aux hackers d'accéder à vos photos    Présentation du projet de politique publique intégrée pour les personnes âgées    Biennale d'art contemporain. Rabat, capitale artistique de la rentrée !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Attentat de Christchurch: Inhumation des premières victimes du carnage des mosquées
Publié dans La Nouvelle Tribune le 20 - 03 - 2019

Un réfugié syrien et son fils ont été mercredi les premières victimes de l'attentat de Christchurch à être inhumées lors de funérailles émouvantes dans la ville néo-zélandaise qui se prépare à plusieurs journées de déchirants adieux.
Cinquante fidèles ont été abattus pendant la prière du vendredi par le suprémaciste blanc Brenton Tarrant dans deux mosquées de la plus grande ville de l'île du Sud, un massacre qu'il a filmé et diffusé en direct sur Facebook.
Des centaines de personnes se sont rassemblées dans un cimetière proche de la mosquée de Linwood, la deuxième visée par l'Australien de 28 ans dans la banlieue de la ville.
C'est là que se sont déroulées les funérailles de Khalid Mustafa, 44 ans, et de son fils Hamza, 15 ans, tués dans la mosquée al-Nour.
Hamza avait réussi à téléphoner paniqué à sa mère avant d'être abattu, selon le récit de cette dernière à la presse locale. « J'ai entendu une fusillade, il a hurlé et après je ne l'ai plus entendu ».
La famille était arrivée il y a un an en Nouvelle-Zélande, dans l'espoir d'y retrouver la paix après les années d'horreur du conflit syrien.
« C'est un crève-coeur de savoir qu'une famille est venue ici pour être en sécurité, pour trouver refuge », a regretté la Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern. « Ils auraient dû être en sécurité ici ».
– Anonyme –
Khalid et son épouse avaient également une fille et un garçon, Zaïd, 13 ans. Blessé dans la fusillade, ce dernier a assisté aux obsèques en fauteuil roulant.
Parmi les fidèles venus prier, figurait aussi Abdul Aziz, réfugié afghan considéré comme un héros pour avoir tenté de s'opposer au tueur, qui a été chaleureusement embrassé par de nombreuses personnes.
Les familles de victimes arrivent du monde entier pour ces obsèques. Six inhumations ont eu lieu mercredi.
Le début du processus permet de soulager la frustration des familles alors que la coutume musulmane veut que les morts soient enterrés le plus rapidement possible, généralement dans les 24 heurs suivant le décès.
Mais les inhumations ont été repoussées en raison des investigations médico-légales. La police a souligné qu'elle devait identifier les victimes avec une certitude absolue.
La solidarité s'est aussi manifestée mercredi par un nouveau haka, danse traditionnelle maorie, exécuté par des centaines de personnes, alors que des dizaines d'habitants ont symboliquement protégé les fidèles lors de la prière du soir en se tenant auprès d'eux, les bras entrecroisés.
La veille, Mme Ardern avait adressé un message appuyé de solidarité avec les musulmans, promettant aussi de ne jamais prononcer le nom du tueur des mosquées, qui a justifié le massacre dans un « manifeste » raciste.
« Par cet acte terroriste, il recherchait beaucoup de choses, mais l'une d'elles était la notoriété », a-t-elle dit. « C'est pourquoi vous ne m'entendrez jamais prononcer son nom ».
– Tensions avec la Turquie –
Dans son « manifeste » sur le « grand remplacement », théorie complotiste populaire dans les milieux d'extrême droite qui considère que les populations blanches européennes sont « remplacées » par des populations immigrées, le tueur a dit vouloir attiser le conflit entre l'islam et l'occident.
Le Premier ministre australien Scott Morrison a condamné mercredi les propos « irréfléchis », « ignobles » et « offensants » du président turc Recep Tayyip Erdogan, qui a jugé que l'attentat s'inscrivait dans le cadre d'une offensive contre l'islam et la Turquie.
M. Morrison a fait sa déclaration après avoir convoqué l'ambassadeur de Turquie et rejeté les « excuses » présentées.
« Ce n'est pas un acte isolé, c'est quelque chose d'organisé », avait affirmé M. Erdogan lors d'un discours de campagne, en lançant que les Australiens hostiles à l'islam subiraient le même sort que les soldats australiens tués par les forces ottomanes lors de la bataille de Gallipoli, pendant la Première Guerre mondiale.
« J'attendrai de voir ce que sera la réaction du gouvernement turc avant de décider d'autres mesures, mais je peux vous dire que toutes les options sont sur la table », a insisté M. Morrison.
Brenton Tarrant a été inculpé pour meurtre et est détenu dans une « unité de sécurité spécialisée » proche de Christchurch. Il comparaîtra à nouveau le 5 avril.
Depuis ce massacre, les réseaux sociaux sont montrés du doigt et Mme Ardern a appelé les gouvernements du monde entier à s'attaquer ensemble au problème.
D'après Facebook, la tuerie a été vue en direct moins de 200 fois mais le groupe a dû retirer 1,5 million de vidéos partagées.
« Nous devons présenter un front uni face à ce problème mondial », a dit Mme Ardern lors d'une conférence de presse à Christchurch. « Le fait que ces plateformes soient utilisées pour répandre la violence n'est pas seulement un problème néo-zélandais ».
Un homme de 44 ans a été inculpé mercredi en Nouvelle-Zélande pour avoir partagé la vidéo de l'attaque, deuxième inculpation du genre après celle d'un adolescent en début de semaine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.