Vidéo – But spectaculaire de Boufal face à Yassine Bounou    Casablanca : La réouverture du Complexe Sportif Mohammed V annoncée pour fin mai    Examen des moyens de coopération agricole entre le Maroc et la RDC    Le ministère de la Santé organise la Semaine nationale de vaccination    L'artiste-peintre Abdellah El Haitout expose à Tanger    Les Instances représentatives des communautés israélites marocaines réanimées    ONCF: 2 millions de voyageurs durant les dernières vacances scolaires    SIGPA souligne l'importance de l'agriculture au sein de sa stratégie commerciale    Réouverture du Complexe Sportif Mohammed V    Siam 2019 : Soufiane Alaoui, DG de Soulara    Parlement: Le PAM remplace son chef de groupe    Loi-cadre sur l'enseignement: La CDT prépare ses conseillers    Agriculture durable: CAM s'aligne sur les objectifs de la FAO    Constitution: Référendum en Egypte    Langues = avenir    Cinéma: «Les 3M, une histoire inachevée» Une ode à l'amitié au-delà de la religion    CAN 2019. 56 arbitres en stage de préparation à partir du 28 avril à Rabat    Le roi Mohammed VI donne ses instructions au ministre de l'Intérieur    Rabat hausse le ton : Le Maroc rejette certaines idées et projets improductifs véhiculés au sujet de la question du Sahara    Partenariat en faveur de l'écosystème de la cédraie du Moyen Atlas    L'expertise suisse au service des montagnes marocaines    S.M le Roi offre un dîner en l'honneur des invités et participants au SIAM    L'AMEE sensibilise sur le rôle du pompage solaire    Journée culturelle marocaine en Bulgarie    Bouillon de culture    Remise du Grand prix national de la presse agricole et rurale    Mohamad Salah veut "plus de respect" pour les femmes dans le monde musulman    Vidéo. Le pape lave et embrasse les pieds de douze détenus    La terre a tremblé à Taroudant    Le rapport Mueller n'apporte « aucune preuve » d'ingérence russe, selon le Kremlin    25ème journée de la Botola Maroc Telecom : Avec le derby Wydad-Raja, la course au titre se précise    Marathon international de Rabat : Les migrants sur la ligne de départ    22ème Prix Charjah pour la création arabe : Trois Marocains primés au Caire    Mahjoub Raji: une autre voix s'est éteinte…    Le Maroc aux commandes du réseau MENA de Biosécurité    Algérie: «Le peuple veut qu'ils partent tous!»    Grève des étudiants en médecine. Le spectre d'une année blanche s'éloigne    Oujda : Arrestation d'un Algérien réclamé par les autorités judiciaires de son pays    Mohamed Benabdelkader : La communication contribue au renforcement de la participation à la vie publique    Pôle Nature et vie un voyage en terre connue    Liga : La semaine du titre pour le Barça    Championnats juniors de golf    Communication publique : Le dilemme de la fonction et l'identification de ses rôles    Jiří Oberfalzer : L'Initiative d'autonomie représente une solution durable au Sahara    L'ONU en quête d'unité pour réclamer un cessez-le-feu en Libye    Contribution du Maroc à l'aménagement de la mosquée Al Aqsa et de son environnement    Le Maroc à Abou Dhabi : Ouverture de la 4ème édition dans la capitale émiratie    Tottenham élimine City dans un match d'anthologie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Attentat de Christchurch: Inhumation des premières victimes du carnage des mosquées
Publié dans La Nouvelle Tribune le 20 - 03 - 2019

Un réfugié syrien et son fils ont été mercredi les premières victimes de l'attentat de Christchurch à être inhumées lors de funérailles émouvantes dans la ville néo-zélandaise qui se prépare à plusieurs journées de déchirants adieux.
Cinquante fidèles ont été abattus pendant la prière du vendredi par le suprémaciste blanc Brenton Tarrant dans deux mosquées de la plus grande ville de l'île du Sud, un massacre qu'il a filmé et diffusé en direct sur Facebook.
Des centaines de personnes se sont rassemblées dans un cimetière proche de la mosquée de Linwood, la deuxième visée par l'Australien de 28 ans dans la banlieue de la ville.
C'est là que se sont déroulées les funérailles de Khalid Mustafa, 44 ans, et de son fils Hamza, 15 ans, tués dans la mosquée al-Nour.
Hamza avait réussi à téléphoner paniqué à sa mère avant d'être abattu, selon le récit de cette dernière à la presse locale. « J'ai entendu une fusillade, il a hurlé et après je ne l'ai plus entendu ».
La famille était arrivée il y a un an en Nouvelle-Zélande, dans l'espoir d'y retrouver la paix après les années d'horreur du conflit syrien.
« C'est un crève-coeur de savoir qu'une famille est venue ici pour être en sécurité, pour trouver refuge », a regretté la Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern. « Ils auraient dû être en sécurité ici ».
– Anonyme –
Khalid et son épouse avaient également une fille et un garçon, Zaïd, 13 ans. Blessé dans la fusillade, ce dernier a assisté aux obsèques en fauteuil roulant.
Parmi les fidèles venus prier, figurait aussi Abdul Aziz, réfugié afghan considéré comme un héros pour avoir tenté de s'opposer au tueur, qui a été chaleureusement embrassé par de nombreuses personnes.
Les familles de victimes arrivent du monde entier pour ces obsèques. Six inhumations ont eu lieu mercredi.
Le début du processus permet de soulager la frustration des familles alors que la coutume musulmane veut que les morts soient enterrés le plus rapidement possible, généralement dans les 24 heurs suivant le décès.
Mais les inhumations ont été repoussées en raison des investigations médico-légales. La police a souligné qu'elle devait identifier les victimes avec une certitude absolue.
La solidarité s'est aussi manifestée mercredi par un nouveau haka, danse traditionnelle maorie, exécuté par des centaines de personnes, alors que des dizaines d'habitants ont symboliquement protégé les fidèles lors de la prière du soir en se tenant auprès d'eux, les bras entrecroisés.
La veille, Mme Ardern avait adressé un message appuyé de solidarité avec les musulmans, promettant aussi de ne jamais prononcer le nom du tueur des mosquées, qui a justifié le massacre dans un « manifeste » raciste.
« Par cet acte terroriste, il recherchait beaucoup de choses, mais l'une d'elles était la notoriété », a-t-elle dit. « C'est pourquoi vous ne m'entendrez jamais prononcer son nom ».
– Tensions avec la Turquie –
Dans son « manifeste » sur le « grand remplacement », théorie complotiste populaire dans les milieux d'extrême droite qui considère que les populations blanches européennes sont « remplacées » par des populations immigrées, le tueur a dit vouloir attiser le conflit entre l'islam et l'occident.
Le Premier ministre australien Scott Morrison a condamné mercredi les propos « irréfléchis », « ignobles » et « offensants » du président turc Recep Tayyip Erdogan, qui a jugé que l'attentat s'inscrivait dans le cadre d'une offensive contre l'islam et la Turquie.
M. Morrison a fait sa déclaration après avoir convoqué l'ambassadeur de Turquie et rejeté les « excuses » présentées.
« Ce n'est pas un acte isolé, c'est quelque chose d'organisé », avait affirmé M. Erdogan lors d'un discours de campagne, en lançant que les Australiens hostiles à l'islam subiraient le même sort que les soldats australiens tués par les forces ottomanes lors de la bataille de Gallipoli, pendant la Première Guerre mondiale.
« J'attendrai de voir ce que sera la réaction du gouvernement turc avant de décider d'autres mesures, mais je peux vous dire que toutes les options sont sur la table », a insisté M. Morrison.
Brenton Tarrant a été inculpé pour meurtre et est détenu dans une « unité de sécurité spécialisée » proche de Christchurch. Il comparaîtra à nouveau le 5 avril.
Depuis ce massacre, les réseaux sociaux sont montrés du doigt et Mme Ardern a appelé les gouvernements du monde entier à s'attaquer ensemble au problème.
D'après Facebook, la tuerie a été vue en direct moins de 200 fois mais le groupe a dû retirer 1,5 million de vidéos partagées.
« Nous devons présenter un front uni face à ce problème mondial », a dit Mme Ardern lors d'une conférence de presse à Christchurch. « Le fait que ces plateformes soient utilisées pour répandre la violence n'est pas seulement un problème néo-zélandais ».
Un homme de 44 ans a été inculpé mercredi en Nouvelle-Zélande pour avoir partagé la vidéo de l'attaque, deuxième inculpation du genre après celle d'un adolescent en début de semaine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.