La lune et le doigt    Casablanca/transport par bus: Faut-il revenir à la gestion directe?    Managem renforce son engagement RSE    Terres collectives: Le dispositif bientôt en plénière    Ecole publique: Sortir de l'idéologie de l'échec    Enfin un lycée français international à Oujda    Brèves Internationales    Brèves    Johnny Clegg, un blanc parmi les Zoulous    Une investiture à haut risque se profile pour Pedro Sanchez    La Juventus casse sa tirelire pour la pépite de Ligt    Klopp restera à Liverpool    Eliminatoires de la CAN 2021    Nasser Bourita : Le Maroc dispose de tous les atouts pour se positionner en tant que partenaire crédible de l'Europe    Rapport du gouvernement sur la situation des droits de l'Homme    Cryptomonnaie Le casse du siècle    Des peines de mort prononcées contre les assassins de deux Scandinaves à Imlil    Familly School, l'éducation comme figure de proue    Les bateaux de pêche européens retournent dans les eaux territoriales marocaines    Grogne à la CGEM    Kabiné Komara : L'eau est à la fois une ressource indispensable et un facteur potentiel de conflit entre les individus et les nations    Tom Cruise présente la bande-annonce du nouveau "Top Gun"    "Accro" à Terminator, Schwarzenegger ne pouvait refuser une suite    Muslim et Cheb Younes enchantent le public oujdi    Qui va remporter la CAN ?    Du casse-tête à la dream team ? la future Commission Von der Leyen    Soulaliyates. Premier cap franchi pour trois projets de loi    Maroc-UE. L'Espagne "satisfaite" de l'adoption de l'Accord de pêche    L'Iran a saisi un tanker étranger soupçonné de « contrebande »    CAN 2021 : Le Maroc connaît ses adversaires pour les éliminatoires    Sbagha Bagha 2019. Les murs ont des poèmes...    Adam Naas : Vieille âme du futur    Partenariat CGEM/SFI pour stimuler l'employabilité des femmes    Le Crédit Agricole du Maroc : un passage réussi au Parlement    CAN 2019: Algérie-Sénégal en finale inédite    Communiqué du Bureau politique du PPS    La MAP inaugure son nouveau siège à Casablanca    Boucetta met en avant à Washington l'engagement continu du Maroc en faveur des libertés religieuses    Ramid présente le premier rapport sur "les réalisations en matière des droits de l'homme au Maroc"    Préscolaire, le ministère dresse son bilan    Rabat. Un quinquagénaire arrêté pour meurtre    Primes : La CAF augmente le «prize money»    Polémique sur un meeting Trump, une élue le traite de « fasciste »    L'UE sanctionne la Turquie pour forage au large de Chypre…    10.000 dollars d'amende pour la fédération algérienne    La syphilis regagne du terrain    Avant Trump, Clinton n'était pas épargné par la diplomatie britannique    Bouillon de culture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nicaragua : Le gouvernement va libérer tous les opposants pour relancer le dialogue
Publié dans La Nouvelle Tribune le 21 - 03 - 2019

Après plusieurs jours de blocage, le gouvernement nicaraguayen a cédé aux exigences de l'opposition: il va libérer sous trois mois tous les opposants incarcérés pour relancer le dialogue avec le camp adverse.
« La table de négociation a reçu une annonce du gouvernement concernant la libération sous 90 jours de tous les détenus dans le cadre des manifestations » contre le pouvoir, a annoncé mercredi soir l'envoyé spécial de l'Organisation des Etats américains (OEA), Luis Angel Rosadilla, lors d'une conférence de presse.
Il s'agissait d'une condition sine qua non des adversaires du président Daniel Ortega pour s'asseoir de nouveau à la table des négociations.
Pour l'heure, le nombre de prisonniers qui seront libérés n'avait pas été précisé.
Un peu plus de 800 opposants sont emprisonnés, a annoncé mercredi l'opposition, qui a revu son chiffre à la hausse. Elle parlait jusqu'ici de 700 détenus. De son côté, le gouvernement n'avait pas encore communiqué de chiffre.
Le processus de libération pourrait débuter dès cette semaine « et il n'y aura plus de détenus au-delà de 90 jours », a affirmé le chef d'entreprise José Aguerri, membre de la plateforme d'opposition Alliance civique pour la justice et la démocratie (ACJD).
Le Comité international de la Croix rouge (CICR) va accompagner cette étape, selon l'accord conclut mercredi entre les deux camps.
Les parties ont également convenu d'un programme de négociations en six points et de faire appel à la communauté internationale pour suspendre les sanctions, selon la déclaration conjointe publiée par la présidence.
– Violente répression –
« Au moment souhaité, d'un commun accord entre les parties, il sera demandé à la communauté internationale de suspendre les sanctions pour faciliter le développement humain, économique et social du Nicaragua, au bénéfice des secteurs les plus vulnérables de la population », selon l'accord.
Le Nicaragua est la cible de sanctions des Etats-Unis et se trouve dans le collimateur de l'Union européenne (UE), qui menace également d'infliger des sanctions et demande la libération des opposants détenus.
« Les conditions ne sont pas réunies pour poursuivre la négociation » avec le gouvernement, déclarait encore mardi Azahalea Solis, membre de la délégation de l'ACJD qui avait suspendu lundi sa participation aux pourparlers, relancés le 27 février après plusieurs mois d'interruption.
L'opposition dénonçait notamment la violente répression qui s'est abattue samedi à Managua contre des manifestants qui s'apprêtaient à défiler pour réclamer la libération des « prisonniers politiques », et contre les journalistes venus couvrir l'événement. Une centaine de protestataires ont été interpellés quelques heures, après avoir été violemment pris à partie par des policiers anti-émeutes déployés dans la capitale.
La libération conditionnelle de 150 opposants depuis la reprise du dialogue fin février était considérée comme « insuffisante » par l'opposition.
Le Nicaragua connaît une grave crise politique depuis onze mois, lorsque des manifestations ont éclaté contre le gouvernement du président Daniel Ortega, 73 ans.
Après avoir dirigé le pays de 1979 à 1990 à l'issue de la révolution sandiniste, Daniel Ortega était revenu au pouvoir en 2007.
Les opposants accusent l'ex-guérillero sandiniste d'avoir instauré une dictature. Ils réclament son départ et celui de la vice-présidente, son épouse Rosario Murillo.
Le chef de l'Etat dénonce de son côté une tentative de putsch de l'opposition avec le soutien de l'Eglise et de Washington.
La crise a fait plus de 325 morts et a plongé le pays dans la récession économique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.