La déconcentration administrative: un enjeu de démocratie    PAM: Les dissidents reportent le congrès    Début de semaine mitigé    Le marché pétrolier en ébullition    L'Boulevard 2019: La relève sur un tremplin    Tremplin 2019: Une 19e édition et un esprit toujours aussi bon enfant    Skhirat: 1ère réunion du comité de pilotage de la 3e phase de l'INDH    Suivez en direct: PSG vs Real Madrid et Atlético Madrid vs Juventus    Salon du livre du Saguenay–Lac-Saint-Jean : Le marocain Mustapha Fahmi primé    OCP renforce sa position de leader en Asie    Le déficit de liberté économique, une menace pour la démocratie    Insolite : Héritage dépensé    Pedro Sanchez : J'espère que les Espagnols donneront une majorité plus large au Parti socialiste    News    Dakar salue l'engagement infaillible de S.M le Roi en faveur de la paix et de la sécurité en Afrique    Liverpool chute, l'Ajax carbure et le Barça s'en tire à bon compte    Djorkaeff à la tête de la Fondation Fifa    Le Onze national des locaux attendu aujourd'hui à Alger    Amadou Ba : Le soutien à l'intégrité territoriale du Maroc est une constante de la diplomatie sénégalaise    Des centaines de poissons morts asphyxiés en bordure de l'Oued Massa    L'accès des enfants réfugiés à la scolarisation, une initiative assurément louable    Le Maroc et le Danemark scellent un nouveau partenariat dans le domaine de la statistique    Les produits du terroir jouent un rôle clé dans le développement agricole durable    Le développement de la flotte de RAM, un prérequis pour mieux servir le tourisme national    Le Festival international du film de femmes à Salé lance la nouvelle saison culturelle    Mouna Fettou: Nous avons besoin d'une véritable industrie cinématographique    Le Maroc invité d'honneur du Festival d'Helsinki de la musique sacrée    Trump annonce un durcissement « substantiel » des sanctions contre l'Iran    Tourisme : La tendance positive du début d'année se confirme    U.S. Seeks to Heighten Scrutiny of Foreign Investment in Tech, Infrastructure, Data    Brexit : le risque d'un « No-deal » est très réel    Assemblée Générale Ordinaire de la FRMF    Rapport de la Cour des comptes : Tamek tire à boulets rouges sur Jettou    Maroc-France. Appel à projet pour l'enseignement des soft skills à l'université    Guaido poursuivi pour ses liens présumés avec des narco-trafiquants    Mur à Sebta. Vox se fait remonter les bretelles par le PP    Meknès. Le Barbe et l'Arabe-Barbe à l'honneur    Moga Festival ou l'avant-garde de la musique électronique    Quel gouvernement pour le PLF 2020?    Incendies: Fermeture de milliers d'écoles en Indonésie et en Malaisie    La « Cour suprême » de Facebook pourra annuler les décisions de Mark Zuckerberg    Sahara : A quoi joue l'Espagne ?    Le Professeur Rachid Yazami reçoit à Paris le Prix de l'Investisseur arabe    Tourisme à Essaouira : Des progrès notables, mais encore des efforts à fournir    Le Maroc invité d'honneur du festival d'Helsinki de la musique sacrée    Météo: le temps qu'il fera ce mercredi    Divers    Ligue des champions: Raja et Wydad proches de la phase de poules    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Etats-Unis : La Fed met un coup d'arrêt à la remontée des taux
Publié dans La Nouvelle Tribune le 21 - 03 - 2019

La Banque centrale américaine a drastiquement changé de cap mercredi en renonçant à relever les taux d'intérêt cette année, dans la perspective d'un ralentissement plus marqué de la croissance aux Etats-Unis et d'une inflation toujours plus contenue.
Le Comité monétaire a estimé qu'en début d'année, « le marché du travail reste solide mais la croissance de l'activité économique a ralenti comparé au rythme soutenu du quatrième trimestre », selon son communiqué mercredi.
La Fed table désormais sur une expansion de 2,1% pour 2019 contre 2,3% estimée en décembre. L'inflation devrait, elle, atteindre 1,8% contre une projection de 1,9% précédemment.
Des données récentes montrent, au premier trimestre, un accroissement plus faible des dépenses des ménages, traditionnel moteur de l'économie américaine, ainsi que des investissements moins importants, explique également la Fed.
Elle observe que « globalement, l'inflation a ralenti sur douze mois, essentiellement en raison d'une baisse des prix de l'énergie », notamment de l'essence. Sans les prix volatils des secteurs de l'énergie et de l'alimentaire, l'inflation demeure autour des 2%, cible de la Fed.
Le président de la Fed Jerome Powell a affirmé que la croissance américaine était encore « solide » mais « probablement plus lente ». Il a de nouveau prôné une attitude patiente: les données suggèrent qu' »on devrait (… ) laisser la situation se clarifier d'elle-même », a-t-il dit au cours d'une conférence de presse.
Il a ajouté que cela « pourrait prendre du temps avant que les perspectives d'emplois et d'inflation invitent clairement à un changement de politique ». « C'est un excellent moment pour se montrer patient », a-t-il martelé.
– International –
La Fed, qui prévoyait jusqu'alors encore deux hausses de taux d'intérêt, a donc adopté une position très prudente.
En 2018, elle avait relevé quatre fois les taux.
Ce changement d'approche, plus drastique que ne l'anticipaient de nombreux analystes, et résolument « colombe », c'est-à-dire très accommodant, reflète l'attitude tempérée de la banque centrale vis-à-vis de l'évolution de la conjoncture et des tensions à l'international.
S'agissant des risques à l'international, le président de la Fed a cité la difficile sortie du Royaume Uni de l'Union européenne (Brexit) ou encore les tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine.
De hauts responsables américains se rendent à Pékin la semaine prochaine pour tenter de mettre fin à la guerre commerciale entre les deux premières puissances mondiales entamée il y a un an et qui pèse sur la croissance de l'économie mondiale.
Le dollar chutait face à la devise européenne mercredi après l'annonce de ce virage net de la Fed par rapport à ses précédentes anticipations.
Les taux au jour le jour, qui influencent tous les autres types de crédits, ainsi que l'activité industrielle, immobilière et la consommation, restent donc entre 2,25% et 2,50% après une dernière hausse en décembre.
La faible inflation, qui est restée ces deux derniers mois sous la cible des 2% que la Fed estime bénéfique pour l'économie, est le principal critère qui invite le Comité monétaire à faire une pause sur le renchérissement du crédit.
– Prudence contre excès d'optimisme?
L'affaiblissement de la croissance mondiale, particulièrement en Chine et en Europe, a en outre poussé la Réserve fédérale à la prudence qui contraste avec l'optimisme affiché de l'administration Trump.
Cette dernière estime que la croissance des Etats-Unis devrait atteindre 3,2% cette année et 3% pour les dix ans à venir, a ainsi affirmé mardi Kevin Hassett, économiste de la Maison Blanche.
Selon les chiffres du département du Commerce, l'expansion américaine est parvenue à 2,9% en 2018, une cadence obtenue notamment « grâce au soutien important de la demande » suscité par les baisses d'impôts, a relevé M. Powell.
Interrogé sur la dichotomie entre les prévisions de l'administration Trump et celle de la Fed, M. Powell a assuré qu'il n'avait « pas vu » les projections de la Maison Blanche.
Cette pause de la Fed, qui a commencé en début d'année, est intervenue non seulement après une forte volatilité des marchés boursiers, inquiets des hausses des taux, mais encore à la suite des violentes critiques de Donald Trump envers le président de la Banque centrale.
Jerome Powell, qui s'est constamment refusé à réagir aux pics de l'hôte de la Maison Blanche, insiste régulièrement sur le fait que la Fed reste « apolitique » et ne prend ses décisions que sur la base des données économiques.
Sur le front de l'emploi, la Banque centrale prévoit une remontée du chômage à 3,7% cette année après 3,5% en 2018.
Enfin, à l'issue d'une réunion à l'agenda très fourni, la banque centrale a annoncé qu'elle cessera en septembre de réduire son portefeuille de bons du Trésor qu'elle a accumulé à son bilan après la crise.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.