Inauguration d'une unité d'hémodialyse à l'hôpital provincial d'El Jadida    Le roi nomme Chakib Benmoussa président de de la Commission spéciale sur le modèle de développement    ADM : circulation suspendue entre Larache et Moulay Bousselham    Mohamed Benalilou décoré à Istanbul par l'Organisation de la coopération islamique    Elections britanniques: Premier face-à-face entre Johnson et Corbyn    Eliminatoires CAN-2021 : Les Lions de l'Atlas dominent le Burundi (0-3)    Nouzha Bouchareb : Le Maroc s'engage à contribuer au plan ONU-Habitat    Immobilier. Accor et le groupe Yasmine se rapprochent    Marché des capitaux. L'AMMC muscle ses contrôles    Hult Prize couronne son lauréat le 7 décembre    Insolite. Deux américains parviennent à transformer l'air...en vodka !    Luis Enrique reprend les commandes de la sélection espagnole    Pour Washington, la colonisation israélienne ne viole pas le droit international    Coupe du Trône de futsal : Le Fath de Settat s'offre le titre aux dépens de la Ville Haute de Kénitra    Arrestation à Marrakech d'un individu pour trafic de drogues dures    Lâayoune Charkia: un policier dégaine son arme pour neutraliser un individu dangereux    Vidéo. Un camion chargé de migrants fonce dans un poste-frontière de Bab-Sebta    Zineb El Rhazoui, la marocaine qui "divise" en France    Aminux lance sa radio ?    Mustapha Iznasni, un Grand de la Presse nationale s'est éteint    Bolivie: Les dessous du complot anti-Morales…    Le Maroc se prépare au grand froid    Marrakech : Artcurial met en vente un chef d'œuvre d'Etienne Dinet    Destitution: Trump « envisage » de témoigner, les auditions s'accélèrent    Jerome Powell rappelle à Donald Trump l'indépendance de la Fed    Ouverture du 24e FICAR: Wafaa Amer et Daoud Aoulad Syed honorés    Transport de marchandises. Les conditions d'accès préoccupent les partenaires sociaux    Edito : Anticiper    Marrakech : des uniformes pour les conducteurs des calèches touristiques    Météo : Le ministère du transport appelle à la vigilance    Projets verts «Rhamna E-Mob» : 30 motos électriques remises aux autorités locales    Modèle de développement. L'Istiqlal et le RNI croisent le fer    Du nouveau dans l'affaire du "semsar" ayant promis d'intervenir pour alléger la peine d'une détenue    Moustapha Cissé Lô : Le Maroc intégrera bientôt la CEDEAO    Driss Lachguar : L'USFP a toujours servi les intérêts de la nation    Hommage à Bruxelles à la première génération des Marocains de Belgique    Les jeunes leaders de la Méditerranée à l'honneur à Essaouira    Le cheval Rajeh remporte le GP de S.M le Roi Mohammed VI du pur-sang arabe    1000 taekwondistes présents au tournoi international d'Oujda    Le flux des migrations n'est pas près de s'estomper    Le Onze national sommé de secouer le cocotier à Bujumbura    Le plan Maroc vert, un modèle à suivre    "Le Mans 66" en tête du box-office    L'art plastique marocain s'invite à Tunis    L'artiste plasticien Salem Chouatta ou l'art de rendre visible l'invisible    Forum euro-méditerranéen d'Essaouira: Maryam AIT MOULAY remporte «Prix pour Jeunes Leaders»    Venise sous les eaux : Nouvelle marée haute dangereuse attendue ce dimanche    L'œuvre de Hamid Douieb sous la loupe    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nucléaire: l'UE rejette « l'ultimatum » de Téhéran et veut éviter « l'escalade »
Publié dans La Nouvelle Tribune le 09 - 05 - 2019

Les Européens ont rejeté jeudi l' »ultimatum » de Téhéran sur son programme nucléaire, tout en réaffirmant leur espoir de sauver l'accord international de 2015 et d'éviter que les pressions des Etats-Unis de Donald Trump ne provoquent une « escalade » sans retour.
Le dossier iranien s'est invité à un sommet sur l'avenir de l'UE post-Brexit, réuni à Sibiu en Roumanie. Il fournit un cas pratique épineux aux Européens, qui avaient prévu d'y débattre, sans la Première ministre britannique Theresa May, de leur rôle sur la scène mondiale.
« Nous rejetons tout ultimatum et nous évaluerons le respect par l'Iran de ses engagements en matière nucléaire », ont prévenu dans un communiqué commun, avant le début de la rencontre, les pays européens impliqués dans le dossier (Allemagne, France et Royaume-Uni), ainsi que la cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini.
La veille, l'Iran leur avait donné deux mois pour sortir réellement les secteurs pétrolier et bancaire iraniens de leur isolement provoqué par les sanctions américaines, faute de quoi la République islamique renoncerait à des engagements pris dans l'accord international de 2015.
Dans un climat de tension exacerbée avec les Etats-Unis, Téhéran a déjà décidé mercredi de s'affranchir de deux des engagements de cet accord qui limite drastiquement le programme nucléaire iranien pour empêcher l'Iran de se doter de la bombe atomique et dont le président américain Donald Trump a claqué la porte il y a un an.
L'Iran a ainsi fait savoir qu'il cessait de limiter ses réserves d'eau lourde et d'uranium enrichi, revenant sur des restrictions consenties par l'accord conclu à Vienne en juillet 2015. Les Européens ont exprimé jeudi leur « vive préoccupation » après ces décisions.
– « Pas d'escalade » –
« Nous demeurons pleinement attachés à la préservation et à la mise en œuvre intégrale de l'accord sur le nucléaire, une réalisation essentielle dans l'architecture mondiale de non-prolifération nucléaire, qui est dans l'intérêt de la sécurité de tous », ont-ils souligné.
S'ils ont rejeté les menaces iraniennes, les Européens ont toutefois réaffirmé leurs « engagements fermes » pour « la levée des sanctions au profit du peuple iranien ». Et ils ont déploré « que les Etats-Unis aient à nouveau imposé des sanctions après leur retrait de l'accord » en 2018.
Washington a en effet encore durci mercredi ses sanctions économiques contre l'Iran, en ajoutant l'acier, le fer, l'aluminium et le cuivre aux secteurs visés par des mesures punitives.
Les trois pays et l'UE se disent malgré ce regain de tension « déterminés à poursuivre (leurs) efforts pour permettre la poursuite du commerce légitime avec l'Iran », en particulier via le système de troc, dit de l'Instex, mis sur pied par Paris, Berlin et Londres fin janvier.
« C'est à nous de travailler pour convaincre les uns et les autres, et aussi l'Iran, de rester » dans l'accord nucléaire, a insisté le président français Emmanuel Macron à son arrivée à Sibiu. « Il ne faut pas tomber dans la fébrilité, il ne faut pas tomber dans l'escalade, il faut que l'on veille à notre sécurité collective », a-t-il ajouté.
– Sommet sans Brexit –
Le dossier iranien risque d'occulter les autres débats que les Européens auront dans la petite ville de Transylvanie.
Les dirigeants des 27 ont prévu d'y afficher une image d'unité au cours de ce sommet consacré à l'avenir post-Brexit de l'Europe, où il devraient aussi ouvrir la course aux postes clés des institutions de l'UE.
Réunis sans Theresa May, ils ont convenu d'éviter de parler du Brexit, qui a dominé bon nombre de leurs dernières rencontres. Et de plancher sur leur « agenda stratégique » interne des cinq prochaines années.
« C'est un sommet sans Brexit et tout le monde en est soulagé », a souligné un haut responsable européen, même si la date limite du divorce avec les Britanniques, prévu initialement pour le 29 mars, a une nouvelle fois été repoussée, cette fois au 31 octobre.
La date choisie du 9 mai correspond à l'anniversaire de la déclaration prononcée par le Français Robert Schuman en 1950, où il proposa la création d'une Communauté européenne du charbon et de l'acier (CECA), l'ancêtre de l'UE.
A Sibiu, les 27 devraient se contenter plus modestement d'approuver dans une courte déclaration « 10 engagements », dont la promesse de défendre une Europe unie, « de l'Est à l'Ouest, du Nord au Sud », dont les membres seront toujours « solidaires entre eux en cas de besoin ».
Le sommet devrait aussi permettre de poser les premiers jalons de la course aux présidences des grandes institutions européennes, qui va commencer avec celle du Parlement européen à l'issue des élections prévues du 23 au 26 mai.
C'est surtout la succession du président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, dont le mandat s'achève fin octobre, qui occupe les esprits.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.