Nuits de la médina : Fès consacre les traditions mystiques du monde    Mohammedia : Elle invente son kidnapping pour passer la nuit avec son ex-fiancé    Tahannaout : Un père de famille égorge son épouse comme un mouton    Quand « L'Opinion » publiait les résultats du bac …    Les œuvres de Linda Bougherara à Dar Moulay Ali à Marrakech    «Valeurs humaines », exposition de Soly Cissé à la Galerie 38 de Casablanca    Jossour se produira à l'IF de Marrakech    Nicolas Sarkozy sera jugé pour corruption    Maroc/FADES : Signature de deux accords de financement    Il fait l'actu : Mohcine Jazouli, ministre délégué chargé de la Coopération africaine    Mylan Maroc présente son unité de production pharmaceutique    Meurtre de Khashoggi. Le chef de l'ONU lance une enquête internationale    Trump lance sa campagne pour 2020 sur un air de 2016    En pleine tension avec l'Iran, Trump contraint de changer de ministre de la Défense    Succession de May : Boris Johnson en position de force    SM le Roi félicite Younes Moujahid suite à son élection à la tête de la FIJ    Kia Maroc intègre la nouvelle Ceed    un groupe marocain compte racheter le club français FC Sochaux    Mondial 2022: Michel Platini placé en garde à vue    L'ASMEX: Une nouvelle feuille de route à horizon 2025    Un deuxième centre pour Intelcia au Sénégal    OPV de Maroc Telecom. Les précisions du wali de Bank Al-Maghrib    Said Ibrahimi fait le point : CFC n'est pas un paradis fiscal !    Doukkali : Le Maroc soigne les immigrés, en situation régulière ou pas    CAN-2019 : Arrivée des Lions de l'Atlas en Egypte    Championnat du monde de Muay Thai, le 22 juin à Marrakech    Sahara : Hilale «corrige» un responsable algérien    Femmes, l'éternel défi    Fête de la musique. Casablanca sort le grand jeu    Rabat. Arrestation du chauffeur d'un autocar pour trafic de drogues    Francophonie parlementaire: El Malki donne le la    Réguler le Net, un impératif    Divers    Emblématiques de Chypre, les mouflons suscitent l'ire des agriculteurs    La culture marocaine célébrée à Liège    S.M le Roi félicite Younes Moujahid pour son élection à la tête de la FIJ    Mise en place des mesures d'accompagnement pour faciliter le déplacement et le séjour des supporters du Onze national    Les applications pour dormir rendent… insomniaques !    Lutte contre la déperdition scolaire à Essaouira    Amazon détrône Google comme marque la plus puissante    Le Maroc domine le Championnat d'Afrique de sambo et taïjitsu    L'équipe nationale de boxe en stage de préparation à Cuba    Divers sportifs    Démantèlement à Tétouan d'une cellule terroriste    Insolite : Fan de l'univers Marvel    Ces tournages qui ont tourné au drame : The Warrens of Virginia    Lancement des programmes "Tarfaya Moubadara" et "Irtikae"    La Gendarmerie royale et la Guardia Civil se réunissent à Agadir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Traitement impérial pour Trump lors de sa visite au Japon
Publié dans La Nouvelle Tribune le 24 - 05 - 2019

Il est parfois reproché à Donald Trump de se comporter comme un souverain mais, pour sa visite au Japon en fin de semaine lors de laquelle il sera le premier dirigeant étranger à rencontrer le nouvel empereur Naruhito, l'accueil réservé au président américain devrait effectivement être impérial.
Un signe des liens forts noués par les deux pays autrefois ennemis qui a aussi valeur d'avertissement pour la Chine, à laquelle il s'agit de montrer que les Américains ne sont pas seuls en Asie.
Des tensions pourraient néanmoins émerger lors de discussions commerciales avec le Premier ministre japonais Shinzo Abe.
Si Donald Trump a reporté de six mois l'imposition de droits de douane supplémentaires sur les importations de voitures japonaises et européennes, il a également déclaré que la dépendance des Etats-Unis envers l'industrie automobile étrangère représentait une menace pour la sécurité nationale américaine –ce qui n'a pas manqué d'irriter les géants comme Toyota.
Mais dès l'arrivée de M. Trump et de sa femme Melania au Japon samedi, l'accent devrait être mis sur le positif.
Le point d'orgue de cette visite d'Etat doit être la rencontre lundi entre le président américain et l'empereur Naruhito, ainsi que le banquet donné le soir au palais impérial.
Il s'agira de la première entrevue entre un chef d'Etat étranger et l'empereur Naruhito depuis que ce dernier est monté sur le trône du Chrysanthème le 30 avril, après l'abdication de son père Akihito. Les autres dirigeants devront attendre des festivités organisées en octobre pour avoir cet honneur.
Cela « démontre que l'alliance avec les Etats-Unis n'a jamais été aussi forte », a souligné un haut responsable de l'administration Trump, sous couvert d'anonymat.
– Tournoi de sumo –
Mais ce moment historique ne devrait probablement surpasser que de peu le spectacle de Donald Trump assistant à un tournoi de sumo dimanche, dans l'arène de Ryogoku Kokugikan.
Selon le journal Asahi Shimbun, le président américain devrait remettre au vainqueur un trophée opportunément surnommé la « coupe Trump ».
Les détails sur l'organisation de l'événement, comme l'emplacement où sera assis le milliardaire dans ce lieu où les traditions prévalent ou encore la distance à laquelle ses agents de sécurité le laisseront approcher les lutteurs, constitue un véritable casse-tête.
La rencontre entre MM. Trump et Abe, qui doivent visiter mardi la base navale conjointe de Yokosuka, ne devrait pas être faite que de travail: ces deux amateurs de golf devraient jouer une partie dans la préfecture de Chiba.
En pleines tensions avec la Chine et avec l'Iran, le voyage est ainsi fait sur-mesure pour démontrer que Donald Trump « s'y connaît en politique étrangère et a bien des amis », estime Robert Guttman, de l'université Johns Hopkins.
– Relation personnelle –
Depuis qu'il est au pouvoir, Donald Trump secoue la diplomatie mondiale avec notamment une politique économique agressive, même à l'encontre des plus vieux alliés des Etats-Unis, afin de protéger l'industrie américaine.
Mais la stratégie de Shinzo Abe, qui a beaucoup misé sur sa relation personnelle avec l'imprévisible dirigeant américain, a été couronnée de succès.
M. Abe et sa femme Akie se sont rendus en avril à la Maison Blanche –un voyage qui, selon des responsables américains, a réaffirmé l'alliance américano-japonaise comme « la pierre angulaire de la paix, de la stabilité et de la prospérité dans la région indo-pacifique et dans le monde ».
Donald Trump doit retourner au Japon seulement quatre semaines après cette visite, pour le sommet du G20 à Osaka fin juin. Il a prévu également d'aller en Corée du Sud pour discuter de la dénucléarisation nord-coréenne.
« Trois visites, dans les deux sens, en une courte période de temps, c'est vraiment emblématique de la proximité de la relation », a commenté le responsable de l'administration américaine, ajoutant que les deux dirigeants s'étaient parlés plus de quarante fois ces deux dernières années. « C'est sans précédent. »
Seul pays à avoir été victime des armes atomiques des Etats-Unis durant la Seconde Guerre mondiale, le Japon est aujourd'hui un maillon important des bases militaires américaines et dépend de Washington pour se protéger de la menace des missiles nord-coréens.
Et alors que la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine s'intensifie, Washington pourrait tirer de son histoire avec le Japon une leçon d'optimisme.
Dans les années 1980, c'est le Japon qui effrayait entreprises et responsables américains. « Si vous repensez à 1989, le Japon prenait le dessus sur les Etats-Unis et, aujourd'hui, le Japon n'est plus jamais mentionné », note Robert Guttman. « Dans vingt ans, qui ce sera-t-il? »


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.