« Renvoyez-la! »: Le ton de la campagne Trump est donné    Drame d'Imlil. Peine capitale pour les trois principaux accusés    Turquie: 17 morts dans l'accident d'un minibus de migrants    OMS: l'épidémie d'Ebola est une "urgence" sanitaire mondiale    Fouzi Lekjaa nommé 2ème vice-président de la CAF    Projection du film «Tel Aviv on Fire» à l'IF d'Oujda    Amane Souss lance le format 7 litres    El Akademia Master class : L'Orchestre national des jeunes du Maroc régale    Du flou encore sur le départ de Renard    Le PPS rend hommage à Khalid Naciri    Procès Imlil. La Cour met l'affaire en délibéré    Pour renforcer sa contribution au marché financier marocain : L'AMMC se dote d'un conseil scientifique    Gnaoua Festival : Berlin en transe en août prochain    Le 10è festival «Timizart» d'argent du 18 au 22 juillet à Tiznit    Instagram masque les likes dans six pays    Hépatite B: Attention aux pratiques traditionnelles!    Le FMI appelle à des réformes ambitieuses du marché du travail    Carlos Ghosn poursuit Nissan et Mitsubishi Motors    Mission de manager: ardeur de l'entreprise    CAN-2019 : La consolante pour le Nigeria, encore 3e    World's Coffee Growers Seek to Set Minimum Price to Help Poor Farmers    Apollo's Code: Meet the Computer Programmer Who Landed Us on the Moon    Quantique ?    Restrictions à la visite à New York du chef de la diplomatie iranienne    La CAF change l'arbitre de la finale    Le Néerlandais de Ligt signe à la Juventus Turin    Objectif Downing Street : Ultimes plaidoyers des deux candidats    Terres soulaliyates. La commission adopte trois projets de loi    Promotion de l'emploi dans le secteur de l'aviation civile : L'ONDA et l'Anapec s'allient    Accès à l'eau potable : L'AFD et l'ONEE signent un accord de 101 millions d'euros    Carola Rackete, capitaine du Sea-Watch 3, s'explique devant les magistrats    Loi-cadre sur l'Education: PJD et Istiqlal, porte-drapeaux de l'obscurantisme ?    Une saga nommée «Megri»    Enjeux des approches de la formation des ressources humaines dans le contexte du New public management    Divers    Création d'un écosystème BSH dans le secteur de l'électroménager    99,8% des ménages équipés en téléphones mobiles    Le Polisario épinglé par Human Right Watch    Présentation du projet de politique publique intégrée pour les personnes âgées    Une faille d'Android permet aux hackers d'accéder à vos photos    Le Sénégal y est presque    6500 sportifs attendus aux 12èmes Jeux africains au Maroc    Le WAC passe au mode serbe    Apporter une réponse collective aux défis stratégiques, sécuritaires et économiques auxquels nos pays se trouvent confrontés    Bouillon de culture    Nouvelle édition du Festival international des arts de la rue à Laâyoune    Record de nominations pour la série "Game of Thrones" aux Emmy Awards    Biennale d'art contemporain. Rabat, capitale artistique de la rentrée !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Conjoncture : La DEPF sur le même trend que le HCP, BOF!
Publié dans La Nouvelle Tribune le 20 - 06 - 2019

La Direction des Etudes et Prévisions Financières du MEF a publié sa dernière note de conjoncture.
Selon ses analystes, l'appréciation de la conjoncture économique nationale, en référence aux dernières données conjoncturelles disponibles de l'offre et de la demande, fait état d'une situation économique globalement positive, quoique
mitigée dans un contexte de ralentissement de la valeur ajoutée agricole et ses implications éventuelles sur les autres composantes de l'économie.
Les activités primaires ont été marquées par la réalisation d'une campagne céréalière moyenne après la réalisation d'une campagne exceptionnelle l'année dernière. Toutefois, la baisse importante de la filière céréalière est partiellement compensée par la bonne performance des autres filières agricoles et par la reprise du secteur de la pêche.
Les activités hors primaires affichent, pour leur part, des résultats positifs, comme en attestent les baromètres des secteurs
extractif, manufacturier, énergétique, touristique, de construction, de transport et de télécommunications. Ces évolutions sont confirmées, par ailleurs, par la résilience de la demande intérieure, en phase avec le comportement positif des indicateurs conjoncturels relatifs aux prix à la consommation, au marché de travail, aux crédits bancaires, aux importations des biens d'équipement et aux dépenses d'investissement budgétaire.
Par ailleurs, au niveau des échanges extérieurs, le creusement du déficit commercial s'est poursuivi, suite à la hausse soutenue des importations, notamment celles des biens d'équipement, de demi-produits et des produits énergétiques et ce, malgré la bonne tenue des exportations. Cette dernière est consécutive, en grande partie, à la vigueur des secteurs de phosphates et dérivés et de l'agriculture et agro-alimentaire, et dans une moindre mesure au maintien de l'évolution positive des nouveaux métiers mondiaux du Maroc en dépit des replis enregistrés durant le mois d'avril.
De leur côté, les réserves internationales nettes se sont améliorées, pour couvrir 5 mois et 3 jours d'importations de biens et services. Concernant les finances publiques, la hausse des recettes ordinaires à un rythme dépassant celui des dépenses globales s'est traduite par une amélioration du déficit budgétaire, se situant à 9,7 milliards de dirhams à fin avril 2019.
Par ailleurs, les indicateurs relatifs au financement de l'économie font état d'une amélioration de la croissance des crédits
bancaires à fin avril (+4% après +2,7% l'an dernier), alimentée, particulièrement, par la reprise des crédits de trésorerie et des crédits à caractère financier. Les crédits à l'immobilier, à l'équipement et à la consommation ont maintenu leur bon dynamisme avec des progressions de 3,8%, 1,8% et 5,2% respectivement. En revanche, les indices boursiers MASI et MADEX ont renoué avec leur tendance baissière à fin mai, après la correction haussière enregistrée au cours du mois d'avril,
affichant des replis respectifs de 3,2% chacun par rapport à fin décembre 2018.
L'évolution de l'activité économique nationale risque, cependant, d'être impactée par la révision à la baisse des perspectives de croissance de l'économie mondiale et par le ralentissement prévu de la croissance dans la zone euro. Les perspectives de l'économie mondiale restent, en effet, entourées de grandes incertitudes dont les premiers impacts commencent à être ressentis, notamment l'escalade des tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine et le risque d'un Brexit non négocié, dans un contexte géopolitique perturbé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.