Programme des principaux matchs du dimanche 26 janvier    CGEM: Et maintenant, au travail!    Coronavirus : L'ambassade du Maroc en Chine réagit    LDC Afrique: Le Raja est qualifié pour les quarts de finale    CGEM/DGI : Echange autour des dispositions de la Loi de Finances 2020    Botola: Le programme de la14 e journée    Turquie : un séisme fait au moins 21 morts dans l'est du pays    Syrie : plus de 38.000 déplacés en cinq jours dans le nord-ouest    La ministre espagnole des Affaires étrangères : le Maroc a le droit de délimiter son espace maritime    Le Maroc instaure le contrôle sanitaire aux ports et aéroports internationaux    Hausse des exportations agro-alimentaires en 2019    4ème Congrès du PAM : des pamistes toujours en quête d'un candidat rassembleur, proposent Mekki Zizi    Les enseignants contractuels reviennent à la charge    ONEE-TAQA : Prorogation du Contrat d'achat et de fourniture d'électricité de la centrale de Jorf Lasfar    Maroc-Espagne : Le « dialogue » pour résoudre le chevauchement des droits maritimes    CGEM: Passation des pouvoirs entre Mohamed Bachiri et Chakib Alj    L'ambassade du Maroc en Chine met en place une cellule de crise    Le nouvel Ambassadeur du Maroc au Liberia remet ses lettres de créance au Président Weah    Voici le temps qu'il fera ce samedi    Le portugais Pestana Hotel Group renforce son offre    Thomas Reilly : Les progrès réalisés par le Maroc le placent en pole position en Afrique    La SIE change de positionnement    L'IFC octroie une enveloppe de 100 millions de dollars à la région de Casablanca-Settat    Le surfeur Boukhiam fier de représenter le Maroc, le monde arabe et l'Afrique aux JO 2020    La Bundesliga veut abaisser à 16 ans l'âge minimum pour jouer en pro    Rajoy, d'ex-chef du gouvernement à président de la fédération espagnole de football ?    En marge de l'ouverture à Laâyoune des consulats généraux de la RCA et de Sao Tomé    Habib El Malki reçoit l'ambassadeur d'Autriche à Rabat    En recevant Merkel, Erdogan met en garde contre une propagation du chaos libyen    Paris au défi de convaincre le Pentagone de rester au Sahel    La Chambre des représentants adopte une proposition et cinq projets de loi    Arrêter de fumer 4 semaines avant une opération réduit le risque de complications    Insolite : Brève cavale    Des failles de sécurité constatées sur le navigateur web Safari    Piers Faccini, le maître de la complainte    Les vraies raisons de la perte de poids d'Adele    Bientôt, un musée Kylie Jenner    Irak : des milliers de manifestants réclament le départ des troupes américaines    Une publication en hommage posthume à Abdelkébir Khatibi    Brexit: Signature de l'accord à Bruxelles avant sa ratification par le Parlement européen    Adam de Maryam Touzani    Le Raja accroché à la veille de son départ en Tunisie    Proche-Orient: Trump promet son plan de paix dans les jours à venir    Indice de perception de la corruption 2019 : Le Maroc perd 7 places    «Sourtna», quand de jeunes photographes prennent d'assaut le Fort Rottenbourg    Le Souverain accorde une audience à l'archevêque de Rabat    Comment les étudiants voient leurs rêves s'éloigner    Cinéma : Adam, la force des femmes devant et derrière la caméra    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Contestation en Iran: Le guide suprême approuve des mesures d'apaisement
Publié dans La Nouvelle Tribune le 05 - 12 - 2019

Le guide suprême iranien a approuvé des mesures d'apaisement en autorisant des compensations financières pour certaines victimes tuées dans la répression de la contestation ayant touché l'Iran mi-novembre.
Près de trois semaines après le déclenchement de ces troubles, dans lesquels les autorités ont vu le fruit d'un complot ourdi à l'étranger, l'ayatollah Ali Khamenei a accepté que les personnes ayant perdu la vie dans ces violences sans y avoir « joué aucun rôle » soient reconnues comme « martyrs », indique jeudi son site officiel.
Le titre de « martyr » est généralement accordé aux soldats tués au front. Il ouvre généralement la voie à des avantages financiers pour les descendants ou les proches ainsi qu'à des facilités à l'embauche ou à l'accès à l'université.
Selon le site du guide, l'ayatollah Khamenei avait « récemment » commandé au contre-amiral Ali Chamkhani, secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale, un rapport sur les « causes de l'agitation », l'identité des personnes tuées et les circonstances de leur mort.
La contestation a éclaté le 15 novembre dès l'annonce d'une forte hausse du prix de l'essence, en pleine crise économique, et a touché une centaine de villes.
Les autorités ont dit avoir ramené l'ordre en quelques jours. Ceci au prix d'une « horrible tuerie », selon l'ONG de défense des droits humains Amnesty International, pour qui « au moins 208 personnes » auraient été tuées par les forces armées.
– « Prix du sang » –
Téhéran, qui qualifie de « mensonges absolus » les bilans fournis par des « groupes hostiles », n'a à ce jour confirmé que cinq décès: quatre membres des forces de l'ordre tués par des « émeutiers » et un civil.
Selon le site du guide, le rapport de l'amiral Chamkhani identifie trois types de personnes ayant pu être tuées dans les manifestations et violences: des « citoyens » n'ayant « joué aucun rôle » dans la contestation, des gens ayant pris part à des manifestations, et des émeutiers « armés ».
En ce qui concerne « les victimes ayant perdu la vie de quelque façon que ce soit lors des manifestations », le document préconise que soit versé « le prix du sang », compensation financière prévue par la loi pour les familles des victimes de meurtres.
Quant à « ceux qui ont été tués alors qu'ils étaient armés lors d'affrontements avec les forces de sécurité », le rapport appelle à ne pas faire d'amalgame entre leurs crimes et leurs familles, et que celles-ci soient « apaisées de façon proportionnée », écrit le site du guide, sans plus de précisions.
Le site ajoute que l'ayatollah Khamenei « a approuvé les propositions » du rapport et ordonné que celles-ci soient mises en oeuvre « aussi vite que possible » et d'une façon qui soit « la plus proche de la clémence musulmane ».
Le rapport et cette recommandation tranchent avec la fermeté affichée par le pouvoir dès le début de la contestation, pendant laquelle les autorités ont ordonné une coupure d'internet à l'échelle du pays qui allait durer plus d'une semaine.
– « Innocents » –
Jusque-là, les autorités avaient qualifié les événements de « troubles » et d' »émeutes », fruit d'un complot ourdi à l'étranger par des ennemis de l'Iran: Etats-Unis, Israël, Arabie saoudite, ou encore « monarchistes » ou membres des Moudjahidine du Peuple, groupe d'opposition en exil qualifié par Téhéran de secte terroriste.
Le 21 novembre, les Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique de la République islamique, avaient vanté l'action « rapide » des forces armées ayant permis de ramener le calme face aux « émeutiers » en Iran.
Trois jours plus tard, le contre-amiral Ali Fadavi, commandant en chef adjoint des Gardiens, appelait à ce que soient punis sévèrement les « mercenaires » arrêtés en lien avec la vague de contestation et de violences.
Mais, avec le retour d'internet, des voix se sont élevées sur les réseaux sociaux pour pleurer des êtres chers n'ayant rien d'émeutiers et tués lors des troubles pour s'être trouvé au mauvais endroit au mauvais moment.
Mercredi, le président Hassan Rohani a reconnu que des « innocents » avaient pu être emprisonnés dans les vagues d'arrestations massives pendant et après les événements.
« Parmi toutes ces personnes qui ont été arrêtées, il y a bien sûr des innocents et ils devraient être remis en liberté », a-t-il dit, appelant la justice à se montrer stricte avec les « criminels », mais pas avec ceux qui n'ont commis que « des délits », comme mettre « le feu à un pneu ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.