Jury au festival international du film, Asma Graumiche va faire rayonner le Maroc au Caire    L'ECI Al Baida annule l'appel d'offre pour l'acquisition de nouveaux bus à Casablanca    Forum des ministres de la culture à Paris    Les Maldives réitèrent leur soutien total à la marocanité du Sahara    Vidéo: Jamal Sellami, le nouveau coach du RAJA, liste les priorités    Special Olympics Morocco : 160 jeunes participants éduqués par le sport    AGO Wydad AC. Consolidation de la solidité financière    Vidéo : L'école marocaine vue par The Tberguig !    Dans son nouveau clip : Xena Aouita illustre dans «Metamorph» la transformation humaine    Casablanca : Vernissage de l'exposition « autremême » d'Abdelkébir Rabi'    Energy Globe Award : Une association marocaine s'illustre    Kamal Hachkar rend hommage à Neta Elkayam    Médicaments contre l'hépatite C : L'ALCS appelle la tutelle à lancer d'urgence un nouvel appel d'offres    Protection des données à caractère personnel : Les reco' des Centraliens    Chili. 30 ans après, la Constitution de Pinochet va être révisée    Espèces menacées d'extinction. Saisie de 1.680 chardonnerets à Oujda    La Bolivie après le départ d'Evo Morales…    Eliminatoires de la CAN 2021 / Maroc-Mauritanie : Premier véritable test pour Halilhodzic    Mondiaux de para-athlétisme à Dubaï : Cinq médailles pour le Maroc, dont une en or    Le PPS condamne l'agression sioniste contre la Palestine    Washington et les Européens étalent leurs divisions sur les jihadistes détenus en Syrie    L'ANAM prend des initiatives pour le remboursement des actes de prévention contre le diabète    Rêves brisés    Etats-Unis: Fusillade dans la cour du lycée, deux élèves tués et trois blessés    Cliniques privées L'ANCP assume le «noir    Liban : accord pour nommer Mohammad Safadi premier ministre    Maroc-Nigeria. Des échanges commerciaux encore faibles    Karima Benyaich : le Maroc est le plus attractif pour l'investissement en Afrique    Trophées Lalla Hasnaa du littoral durable 2019 : 24 projets récompensés    MEDays 2019 : L'Afrique face aux défis de la ZLECA    Edito : Incontournable    Libre opinion : Yahia Jabrane a craché en direction de l'arbitre    Data Protect signe un protocole de partenariat avec Trans-Sahara IT    Tsitsipas en demie, Nadal toujours en vie au Masters de Londres    La Russie aménage une base militaire dans le nord-est syrien    Le rôle de l'institution législative dans l'exception d'inconstitutionnalité des lois débattu à Rabat    Coopération maroco-libyenne dans le domaine législatif    Lors d'une journée d'étude organisée à la Chambre des conseillers, Mohamed Benabdelkader : Mettre l'arsenal juridique au diapason de l'évolution de la société    Insolite : Arrêtée avec 2 kilos d'or dans ses chaussures    Appel à l'élaboration d'une feuille de route nationale pour promouvoir des alternatives au placement institutionnel des enfants    Prochaine ouverture à Laâyoune d'un consulat général des Iles Comores    Une banque publique peut-elle aider les plus pauvres?    Abdellatif Jouahri : La digitalisation des services, l'ubérisation de l'économie, et les multiples risques de la cybercriminalité posent des défis d'une complexité sans précédent en matière de régulation    Wenger nommé directeur du développement du football mondial    Suspension de Bernardo Silva    La philosophie n'est pas une réflexion aride réservée à des élites intellectuelles    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    Rialto se revêtit de sa parure nuptiale!    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Avortement : entre tolérance et condamnations, un bilan en demi-teinte
Publié dans La Nouvelle Tribune le 24 - 07 - 2013

On ne le sait que trop : l'interruption volontaire de grossesse est interdite au Maroc. Une réalité pourtant hypocrite puisque dans les faits, l'avortement est toléré et la plupart des gynécologues le pratique. Face à ce constat, certaines voix s'élèvent pour tenter d'obtenir une réaction gouvernementale.
"En cinq mois, cinq médecins ainsi que leur équipe ont été condamnés à des peines lourdes d'emprisonnement", s'alarme Chafik Chraibi, chef du service de gynécologie et d'obstétrique au CGU de Rabat. "Le dernier cas remonte à un mois, lorsqu'un médecin de Meknès a été condamné à 10 ans de prison ferme, un million de dirhams d'amende et une interdiction totale d'exercer la médecine. [...] L'anesthésiste, la secrétaire et l'infirmière ont été condamnés à trois ans", précise cette grande figure de la lutte contre les avortements clandestins au Maroc sur sa page Facebook.

750 à 800 avortements clandestins sont pratiqués chaque jour au Maroc d'après l'AMLAC, l'Association de lutte contre les avortements clandestins. Depuis 2008, cette association, reconnue par les autorités du Royaume, milite pour une réforme du code pénal marocain qui condamne depuis 1960 les interruptions volontaires de grossesse. Le gynécologue Chafik Chraibi, également président de l'association, demande que l'hypocrisie cesse. Il donne, parmi d'autres, l'exemple de la Tunisie, où l'avortement est légal et où l'on observe vingt fois moins d'avortements.

Des complications parfois dramatiques

Au Maroc, pour se faire avorter, les femmes les plus aisées payent sous le manteau des professionnels de santé entre 150 à 200 euros. Si ces avortements sont dits médicalisés, les conditions d'hygiène sont loin d'être maximales. Mais le pire sont les avortements non-médicalisés pratiqués par des accoucheuses traditionnelles, voire des herboristes. Ces interventions entraînent parfois des complications dramatiques qui mènent ensuite à l'hôpital : infections graves, perforations de l'utérus, brûlures du vagin, intoxications aiguës, etc. 13% de la mortalité maternelle au Maroc est ainsi due aux avortements clandestins, selon l'Organisation Mondiale de la Santé.
Certes, l'avortement pour des besoins thérapeutiques existe dans la loi, notamment dès lors que la grossesse présente un danger pour la santé de la mère, via l'article 453 du Code pénal marocain. Pourtant, les conditions de l'IVG sont tellement restrictives et draconiennes qu'elles ne répondent pas aux besoins du terrain. L'association AMLAC milite pour un droit à l'avortement encadré et gratuit lorsqu'une grossesse menace la santé physique ou psychique de la femme. Pour cela, il suffirait d'adopter une interprétation plus large de l'article 453, selon le gynécologue Chraibi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.