Bras de fer autour de Mellilia    La HACA sévit contre les dérapages : Carton rouge pour Radio Mars    Projet de loi organique sur la grève. L'impasse !    Procédure pénale. Aujjar livre sa copie    Sacré Maroc (12)    Habib El Malki invité à participer à la réunion de l'Assemblée parlementaire du Commonwealth    Le premier vice-président de la Chambre des conseillers décoré    Le Maroc primé à Libreville pour ses efforts en faveur de l'autonomisation de la femme    Maroc : 74% des ménages équipés en accès internet    Compact II : La CGEM et le MCA-Morocco main dans la main    Enquête L'Economiste-Sunergia/Petits équipements collectifs: Les chiffres montrent une nouvelle piste pour l'inclusion    Trésor: 4,6 milliards de DH de dividendes à fin juin    Al Omrane et le CNRST s'allient pour promouvoir la recherche en matière d'habitat    Commission des investissements : 9 projets à l'étude pour 5 MMDH    Hausse historique de 26,54% :Transport aérien : Plus de deux millions de passagers en juin    Les aviculteurs font leur bilan dans le cadre du Plan Maroc Vert    Trump se défend de tout racisme, silence des leaders républicains    Ursula von der Leyen verdit son discours pour convaincre le Parlement européen    La géopolitique du Maroc dans un nouvel ordre mondial en crise    L'Egypte expulse des supporters algériens après la demi-finale de la CAN    Au moins 180 morts de la mousson en Asie du Sud    Une délégation d'éminents hommes d'affaires africains en visite au Maroc    PSA augmente de 4,7% sa part de marché au Maroc    France. 282 personnes interpellées après la victoire de l'Algérie    L'organisation des Jeux Africains est un défi pour le Maroc, dixit Talbi Alami    Achraf Bencherki rejoint le Zamalek    La décision du TAS avant la fin du mois en cours    La FRMF dément la démission de Hervé Renard    Karaté. Le Maroc champion d'Afrique    L'Algérie mobilise 28 avions pour la finale    Un ancien footballeur sud-africain tué par balles    Football marocain : Les vraies questions à poser sur ce sport-passion    La loi-cadre de l'enseignement adoptée en commission parlementaire    Des braqueurs de camions sous les verrous    La plage Ba Kassem à Tanger hisse le Pavillon bleu pour la septième année consécutive    Lutte contre le sida en 2018: Ombres et lumière    Enquête L'Economiste-Sunergia/Petits équipements collectifs: A 33 contre 28, les jeux arrivent devant les espaces verts    Résultats du Bac: Nouveau record!    Le Groupe scolaire Jacques Chirac homologué    Rendez-vous, ce soir, avec l'éclipse lunaire    Fès : Plaidoyer pour la promotion de la diversité culturelle    Il était une fois Hassan Megri    L'actrice Lashana Lynch va devenir l'agent 007 mais James Bond reste un homme    De l'urgence d'un plan «Maroc Culture»    The «Morocco Corner» s'invite chez les Vikings    Vers la création d'une Caisse sociale pour les auteurs    Farid Chamekh : "Il faut s'inspirer de tout, sans plagier bien sûr"    Le Maroc, invité d'honneur de la Foire internationale du livre de Bruxelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Agrumes
Trois nouvelles variétés de mandarines créées
Publié dans L'Economiste le 28 - 06 - 2010

· Elles seront mises à la disposition des producteurs d'ici un an
· Attention aux circuits clandestins de distribution
Bonne nouvelle pour les agrumiculteurs. L'Institut national de recherche agronomique vient d'annoncer la création de trois nouvelles variétés hybrides de mandarinier. Il s'agit des variétés Al Mahdia, Al Gharbaouia et Maâmora. La première a été protégée en 2009 et les deux autres en 2010. «Le programme de croisement a porté sur une centaine de variétés dont 5 ont été finalement sélectionnées lors de la première phase», indique Hamid Benyahia, chercheur au Centre régional d'Al Menzah, à Kénitra.
Il reste maintenant l'étape d'assainissement par rapport aux principales maladies connues avant la diffusion des greffons, pour multiplication, auprès des pépiniéristes agréés. Etape, qui doit nécessairement passer par l'Office national de sécurité sanitaire et alimentaire à qui revient la tâche de certifier le matériel végétal «sain et indemne des maladies à virus». Autrement dit, il faudrait attendre au moins une année pour que les plants des nouvelles variétés soient disponibles sur le marché. C'est que dans ce domaine la recherche variétale nécessite des délais assez longs. Pour ce programme, « il a fallu 17 ans pour la sélection des portes-greffes et pas moins de 12 années pour le choix variétal», précise Benyahia. En effet, l'amélioration génétique des agrumes est complexe à cause de nombreuses contraintes biologiques, notamment la longueur de la phase juvénile et l'absence de critères de sélection précoce des caractères agronomiques. Mais, de manière générale, le procédé se base, soit sur la sélection clonale à partir des mutations spontanées identifiées en verger, soit sur des génotypes obtenus par hybridation ou par recours aux biotechnologies. C'est la première technique qui a prévalu entre 1963 et 1990. Celle-ci a abouti à l'amélioration de la clémentine au niveau de l'étalement de la précocité, du profil du calibrage et de la coloration des fruits. La même technique a aussi permis de mettre au point de nouvelles variétés de petits fruits et d'oranges qui distinguent l'origine Maroc des autres pays exportateurs d'agrumes. Nour, Nadorcott ou encore la Maroc Late sont, en effet, issues de la sélection clonale.
Aujourd'hui, le défi tient à la qualité des fruits mais surtout à la tolérance aux principales maladies. D'où le recours à l'hybridation. Et la recherche a concerné principalement le porte-greffe Citrange Troyer dont la tolérance à la Tristéza a été mise en évidence au niveau mondial.
Selon les chercheurs du Centre régional de l'Inra, les résultats obtenus pour les 3 variétés de mandarines répondent parfaitement aux critères d'ordre qualitatif et commercial. Ceci à divers niveaux de la productivité, de la présentation et de la qualité organoleptique des fruits. Le seul paramètre qui reste encore à maîtriser tient à l'aspermie qui signifie l'absence des pépins dans le fruit. Pour Benyahia, le nombre relevé est de moins de 3 pépins par fruit. «Seuil, certes, toléré par certains marchés mais décrié par d'autres», objectent les producteurs qui recommandent le recours à la technique d'irradiation.
Quoi qu'il en soit, les nouvelles variétés viennent à point nommé dans la mesure où le plan de développement agrumicole prévoit de porter la production des petits fruits à plus de 1,3 million de tonnes à l'horizon 2020 contre moins de 500.000 actuellement. D'autant plus que les tendances du marché restent favorables aux petits agrumes qui doivent constituer les 2 tiers de nos exportations. Globalement, les besoins pour le renouvellement et l'extension du verger national sont estimés à 1 million de plants par an et sur une période de 10 ans. C'est dire l'importance du marché qui se profile. C'est pourquoi la profession appelle à la vigilance et recommande aux agriculteurs de s'approvisionner auprès des pépiniéristes agrées. Le marché étant juteux, le circuit compte un nombre pléthorique de clandestins. Et nombreux sont les producteurs qui ont eu la mauvaise surprise de cueillir des oranges alors qu'ils croyaient avoir planté des clémentiniers.
------------------------------------------------------------------------
Acquis
L'Inra a aussi à son actif d'autres acquis technologiques spécialement dédiés aux agrumes. Pour ne se limiter qu'aux plus importants, il y a lieu de citer, l'amélioration de la qualité et de la production du clémentinier par la fertilisation foliaire. Cette technique a permis l'augmentation de 27% du calibre exportable et de 20% du rendement. La détermination des besoins en eau d'irrigation a permis quant à elle une économie de 60% de la ressource tout en améliorant la productivité de 22% dans la région du Gharb. L'Inra a par ailleurs mis au point des méthodes de lutte, pratiques et respectueuses de l'environnement, contre les principaux ravageurs des agrumes. Fort malheureusement, la diffusion de ces acquis auprès des producteurs fait cruellement défaut. A charge pour la vulgarisation d'assurer le travail.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.