L'émir de Qatar reçoit Wali Bank Al-Maghrib    Aéroport Mohammed V: Arrestation d'un Sénégalais faisant l'objet d'un mandat d'arrêt international    Météo: les prévisions de ce mardi    Bolsonaro, roi Salmane, Mahmoud Abbas, ... félicitent le roi à l'occasion de l'indépendance du royaume    Coupe du Trône: Hay Mohammadi en ébullition après la victoire du TAS    « Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    Coupe du Trône : sacre historique du TAS    Décès du journaliste et militant Mustapha Iznasni    Nouzha Bouchareb participe au Salon Al Omrane Expo MDM à Paris    Google fête l'indépendance du Maroc    Forum euro-méditerranéen d'Essaouira: Maryam AIT MOULAY remporte «Prix pour Jeunes Leaders»    Le BCIJ arrête deux présumés terroristes à Rabat    23.000 candidats aux concours des enseignants-cadres à Tanger    Les participants au 12ème Forum MEDays adoptent la Déclaration de Tanger    Sous la pression de la rue, Mohamad Safadi renonce à devenir Premier ministre du Liban    La réalisation des grands projets d'infrastructures nécessite près de 600 milliards de DH    L'expérience marocaine dans le secteur minier présentée en Chine    Le Onze national accroché par la Mauritanie    Coupe du Trône : Le HUSA et le TAS pour l'ultime acte    Euro 2020 : Allemagne et Pays-Bas décrochent leur qualification    Devoxx 2019 : Les développeurs en conlave à Agadir    Le Premier secrétaire s'entretient avec l'ambassadrice de l'UE au Maroc    Driss Lachguar reçoit une délégation du gouvernement de la jeunesse marocaine    Sao Tomé-et-Principe réaffirme son appui au Plan d'autonomie    Bouillon de culture    Nouvelle édition du Salon du livre de l'enfant et de la jeunesse    Le grand maître du cinéma européen, Costa Gavras, à la rencontre des étudiants marocains    Taekwondo. La sélection marocaine ne rentrera pas les mains vides du tournoi international de Paris    L'élection de Mohamed Boudra à la CGLU met le Maroc sous le feu des projecteurs    Le chanteur malien Salif Keita interpelle son président et tacle Macron... sans langue de bois    Belle performance en finale de l'élève Fatima Zahra Akhyar    Venise sous les eaux : Nouvelle marée haute dangereuse attendue ce dimanche    La finale de la Coupe de Trône : Le Tihad de Casablanca vs le Hassania d'Agadir    Le PPS et la Loi de Finances 2020    Lutte ouvrière!    L'œuvre de Hamid Douieb sous la loupe    L'alliance Renault-Nissan à la recherche du temps perdu    Mohamed Abdennabaoui : L'indépendance du pouvoir judiciaire est devenue une réalité    Nous sommes tous concernés par le diabète    Risques routiers: Renault Maroc sensibilise les écoliers!    Liban: sous la pression de la rue, un ex-ministre renonce à devenir Premier ministre    Province de Jerada : Activation du plan provincial de lutte contre le froid    Vandalisme sportif : Arrestation de 10 personnes à Salé    « Engagement et citoyenneté 2.0 », table ronde pour entamer la 5ème édition du Forum euro-méditerranéen des Jeunes Leaders d'Essaouira    Eliminatoires CAN 2021 : Triste match nul pour les Lions de l'Atlas    Les révélations fracassantes de Jamie Lee Curtis    Vidéo : L'école marocaine vue par The Tberguig !    Kamal Hachkar rend hommage à Neta Elkayam    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les villes nouvelles servent de pilotes
Chrafate et Lakhyayta pour commencer Un portefeuille de 5.000 à 10.000 logements identifié
Publié dans L'Economiste le 05 - 04 - 2011

Teste grandeur nature. L'Agence nationale pour le développement des énergies renouvelables et de l'efficacité énergétique (ADEREE) a lancé une étude d'impact énergétique sur les villes nouvelles de Chrafate (Tanger) et Lakhyayta (Casablanca). La technique porte d'abord sur l'analyse prévisionnelle des besoins du projet en énergie et en eau. Ces besoins sont calculés sur la base d'une étude du plan d'aménagement qui tient compte des aspects urbanistiques, volumétriques et la hauteur des bâtiments. Il y a ensuite l'analyse d'impact de l'énergie solaire et du vent sur les bâtiments. Cette analyse renseigne sur la régulation de l'apport énergétique solaire, du flux des vents. A partir de là, l'accent est mis sur l'amélioration des parois, des planchers et des façades pour l'isolation et l'inertie thermique.
Puis c'est le volet production d'eau chaude (sanitaire) et climatisation par systèmes solaires qui prévoit l'intégration du photovoltaïque au niveau des façades et des parkings. L'éclairage public, un des postes énergivores, se fera à base de lampes haute performance (LED). Le programme prévoit une application du principe de l'économie circulaire avec l'optimisation de gestion des ressources de la demande énergétique. De même que le plan de mobilité sera conçu de sorte à établir des connexions avec le réseau ferroviaire. Et «il en sera ainsi pour tous les autres projets de même nature», promet le directeur général de l'Aderee, Saïd Mouline. Pour cela, l'agence va s'appuyer sur son programme dit d'efficacité énergétique dans le bâtiment, en partenariat avec le Pnud et l'agence allemande GTZ, qui vise à alléger la consommation énergétique dans le secteur du bâtiment (36% de la consommation totale du pays). Son déploiement devrait permettre de réaliser une économie d'énergie de 1,2 MTEP/an (millions de tonnes équivalent pétrole par an) d'ici 2020 et une réduction de gaz à effet de serre de 4,5 MTECO2 (millions de tonnes équivalent CO2). La mise en place du code d'efficacité énergétique dans le bâtiment (CEEB), axé sur deux composantes, à savoir la réglementation thermique pour l'enveloppe et la labellisation énergétique des équipements électroménagers, procède de ce challenge.
Le CEEB a élaboré des spécificités de réglementation technique et mis en place un cadre réglementaire et normatif. En plus de la stratégie de sensibilisation des administrations concernées, des professionnels et du grand public, l'Aderee a mis en place des process d'accompagnement et d'assistance technique. Un fonds de garantie de 1 milliard de dollars (environ 8 milliards de DH) a été créé pour inciter les promoteurs immobiliers à intégrer les solutions de performance thermique. Le principe du bonus-malus est adopté pour encourager ou sanctionner les uns et les autres. Dans le résidentiel, l'impact de cette réglementation sur la réduction des besoins en chauffage et en climatisation varie de 34 à 64% selon le zoning climatique. Et le retour sur investissement entre 5 et 10 ans en moyenne (voir infographie).
Les conventions signées avec les ministères de l'Habitat, du Tourisme, de l'Education nationale, de la Santé et de l'Equipement devraient participer au succès du programme de l'efficacité énergétique dans le bâtiment. Elles prévoient l'intégration de l'efficacité énergétique et des énergies renouvelables dans les cahiers des charges de construction et de rénovation. La réglementation couvrira toutes les catégories de bâtiments: économique, standing, hôtels, hôpitaux, bâtiments administratifs et écoles. Dans la déclinaison régionale de ce programme, l'Aderee a également signé des conventions avec Rabat, Tadla-Azilal, Souss-Massa, Meknès et l'Oriental.
Un portefeuille de projets pilotes d'une consistance de 5.000 à 10.000 logements sur financement de plusieurs institutions est identifié.
10 millions d'euros de soutien
L'appel à proposition de projets répondant aux critères d'efficacité énergétique dans le bâtiment court jusqu'au 24 juin 2011. C'est une enveloppe de soutien de 10 millions d'euros débloqués par l'Union européenne. Les candidats éligibles doivent remplir trois conditions: ne pas générer profit direct promoteur; financer le surcoût lié à l'intégration des mesures d'efficacité énergétique et avoir un projet de bâtiments résidentiels ou collectifs à vocation socioéconomique. Le taux maximum de cofinancement par l'Union européenne est de 80% des surcoûts.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.