Aéroport Fès-Saiss : Hausse du trafic des passagers à fin avril 2019    La gestion intégrée des ressources hydriques!    OCP : Le chiffre d'affaires grimpe de 20%    Seedorf : Le Maroc favori de la CAN    Hadji, 4e ballon d'Or du Maroc en Afrique    1998: retour des Lions pour une place au quart…    Immigration illégale et traite humaine : Arrestation à Asilah d'un ressortissant malien    A Sidi Moumen, inauguration royale d'un centre médical de proximité    Artcom'Sup intègre la World Design Organization    Lahoucine Bardaouz, un talent pluriel    L'autre dans le cinéma    Côte d'Ivoire : Atlantique Assurances, filiale de la BCP, lance une offre dédiée aux agriculteurs de coton    Fiscalité. Les libéraux veulent reconstituer un front uni    RDC : Moïse Katumbi accueilli en héros national après son retour au bercail    7ème édition de l'opération Iftar Saem : P&G Maroc distribue plus de 250.000 ftours depuis 2013    Bouskoura : Trois ouvriers meurent par asphyxie dans un canal des eaux usées    La scène politique en deuil : Tayeb Bencheikh n'est plus    PAM. Crise autour du 4e congrès national    Numérisation du système judiciaire : Signature d'une convention entre le barreau de Casablanca et la CDG    Etats-Unis : Quand un milliardaire diplômé rembourse les dettes étudiantes de toute sa promotion    Des nuits colorées et lumineuses à savourer au MMVI…    Immobilier. Un faux départ en 2019    Le Maroc à Genève pour la 72ème Assemblée mondiale de la santé    L'enseignement supérieur passe au mode grève    Chronique Humour et Ramadan : Qu'Imam me suive…    Education : Le ministère annonce une version actualisée de la méthode d'enseignement pour le primaire    Christchurch : L'auteur de l'attaque inculpé pour terrorisme    La réponse de Huawei à Google    Donald Trump : Si Téhéran veut se battre, ce sera la fin officielle de l'Iran    Agentis construira et équipera des hôpitaux publics en Côte d'Ivoire    Insolite : Soyez "gentils" avec la police nigériane    Attention aux jeans trop serrés et à l'épilation intégrale !    Pendant le Ramadan, Essaouira retrouve toutes ses sensations    M'hamed Loqmani : Les intellectuels qui ne créent pas le buzz ne sont pas toujours les bienvenus dans les médias    Les Marocains d'Italie dénoncent la situation tragique dans les camps de Tindouf    Les inégalités augmentent dans l'UE, mais moins qu'ailleurs    Kamal Daissaoui fait chevalier de l'ordre pour le progrès des sciences et de l'invention    Phoques, caviar et pétrole: la mer Caspienne menacée par la pollution    Ces tournages qui ont tourné au drame : Troie    Cinquantenaire du FNAP de Marrakech    En larmes, le monstre sacré du 7ème art Alain Delon honoré à Cannes    169 migrants subsahariens secourus par la marine royale en méditerranée    La FRMF reprogramme les matchs de la Botola Maroc Telecom : Le suspense jusqu'au bout !    Policy Center for the New South. De nouveaux locaux et une nouvelle dynamique    Abderrassoul Lehdari : «Si Aziz nous a appris la méthode, la rigueur, la maîtrise du sujet et l'esprit critique»    Egypte : Le Comité d'organisation lance une billetterie en ligne    Louzani et Blinda au Mondial mais pas en CAN    Vidéo – Coupe de la CAF : Le RSB marque un magnifique but dans le temps additionelace au Zamalek    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fête du Trône
Match Maroc/Algérie: Les 4 buts… très politiques C'est si bon de battre symboliquement le voisin! Une super-communion patriotique qui change l'agenda des contestations
Publié dans L'Economiste le 29 - 07 - 2011

«Le peuple exige… 3-0». Des slogans atypiques inspirés du printemps arabe ont été scandés avant et pendant le match Maroc-Algérie, le samedi 4 juin à Marrakech. Rappelons que c'était la 34e rencontre entre les deux pays. Parmi les supporters, des hordes de jeunes, le «Mouvement du 20 février», des MRE venus spécialement assister au derby maghrébin; des supporters des deux équipes en provenance de tous les coins du Maroc, de l'Algérie et d'ailleurs…
La rencontre s'est jouée à guichets fermés dans le grand stade flambant neuf de la capitale du tourisme. Cela faisait bien longtemps qu'un match n'avait suscité autant de suspense et de commentaires enflammés.
Le derby maghrébin était ressenti comme l'un des événements phares de l'Afrique du Nord. Et ce dans un contexte régional très particulier: des révoltes dans le monde arabe, une tension sociale, des manifestations dans les rues, de fortes attentes politiques et une crise de leadership, une quête de nouveaux repères avec, entre autres, des victoires et des symboles.
. Et par-dessus le marché, une rencontre Maroc-Algérie ne pouvait pas être seulement sportive: les charges émotionnelles sont bien trop fortes. Si bien qu'on a manqué à la courtoisie comme lorsque l'hymne national algérien fut sifflé. Et puis, quelques jours après, la défaite sans appel de l'Algérie a réveillé chez le gouvernement algérien, tout le contentieux du Sahara, de Tindouf, des frontières… jusque et y compris des dossiers qu'on croyait oubliés depuis des lustres comme le pétrole ou encore la carrière personnelle de Bouteflika (sommé démontrer son patriotisme par des actes démagogiques).
Enterré donc et sans doute pour longtemps, l'espoir d'ouverture des frontières et du passage de Zouj Bghal. Des informations en forme d'espérance avaient circulé avant le match, affirmant que ce serait l'occasion ou jamais.
. Espérances sèchement écrasées par le Premier ministre algérien, Ahmed Ouyahia.
Pour le Maroc, ce 4-0, des Lions de l'Atlas contre les Fennecs, a pris des allures de revanche d'un système politique sur un autre, sans compter la joie d'effacer une terrible humiliation vécue aussi sur un stade de foot quand les Algériens avaient écrasé les Marocains 5 à 1 en 1979. Aujourd'hui, certains Algériens parlent à leur tour «d'humiliation».
Sur le Net, le match s'est prolongé des jours et des jours: patriotisme joyeux côté marocain: «One, two, three, four! Vive le Maroc… 4, 5, 6: Vive Mohammed VI». Examen de conscience (politique) chez les Algériens: «Nous n'avons pas une équipe nationale, nous avons une mafia qui gère le football en Algérie», ou encore «c'est la honte, la grande humiliation…».
Personne n'a envie d'écouter les appels à la rationalité: «Ce n'est pas un match de foot qui me fera changer d'avis. L'équipe marocaine était plus soudée et déterminée à gagner. Elle l'a méritée. Mais, n'oublions pas qu'il ne s'agissait que d'un match de foot». Et revoilà les thèmes politiques lourds: «N'oubliez pas que sans le hasard de l'histoire et des frontières, nous serions des compatriotes. Vive le Maroc, Vive l'Algérie», «la fraternité des deux peuples transcende la souveraineté des nations». Certes… mais c'est si bon de battre symboliquement le voisin.
La place des héros
La victoire des Lions est venue à point nommé. Le Maroc avait besoin de cette consécration: une défaite de l'équipe de foot aurait été difficile à assumer dans un climat social et politique pénible. L'extrême gauche, Al Aldl Wal Ihsane, les associations des droits de l'Homme… multipliaient les sorties et les critiques de tous genres contre le gouvernement, le Parlement, les institutions, les partis politiques, la Constitution… Une victoire d'autant plus utile, après l'attentat de l'Argana à Marrakech. En quatre buts, les Marocains ont tout oublié. Pour se ressouder autour du drapeau national et pour renouveler leur confiance au Roi. Les scènes de liesse et de ferveur patriotiques étaient les mêmes de Tanger à Lagouira et chez les Marocains du monde qui ont manifesté leur joie à Paris, Rome, Bruxelles, Madrid, etc. La réconciliation entre le peuple et la nation était émouvante. Et surtout a donné la preuve que le Maroc est le pays de l'exception. Une exception que les Lions de l'Atlas, eux encore plus que les autres héros du Maroc, devront assumer et protéger. Le challenge est énorme.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.