Wydad-Raja: pas de vainqueur dans un derby très moyen (VIDEO)    Marché financier international: le Maroc lève 1 milliard d'euros    Réorganisation de « Casablanca Finance city »: le gouvernement donne son feu vert    Sahara marocain: nouveau coup asséné au polisario et à l'Algérie    Source militaire: plusieurs opérations menées ces derniers jours en Méditerranée    Bilan quotidien: 13 nouveaux décès à Casa-Settat    World News Day: D'esclave à activiste    Article 1067609    Confinement: La majorité des réfugiés au Maroc bénéficient des services de santé    Blanchiment de capitaux/financement du terrorisme: 390 affaires en 2019 et 2020    Une tonne de drogue saisie à Errachida    Opération «mains propres»: Au-delà du trafic d'alcool...    Maroc/Etats-Unis : Abdellatif Hammouchi reçoit à Rabat l'ambassadeur américain David Fischer    Pathologique fièvre électorale aux Etats-Unis : Quel cap pour le Maroc face à une Amérique déchirée ?    L'ancien chef de mission de Macron, Alexandre Benalla testé positif au Covid    La Barbade déclenche son «Queenxit»    US Round Up du jeudi 24 septembre – Ségrégation scolaire, Ecoles contaminées, Chômage, Trump/Markle,    A quoi servent les rapports d' activité des institutions de gouvernance ?    FAR: le général Louarak en visite d'inspection au mur de défense    Officiel: Luis Suarez signe à l'Atletico de Madrid!    Zidane au Wydad, Roberto Carlos confirme!    Ayoub El Kaabi de retour au Wydad!    Zlatan Ibrahimovic testé positif au covid-19    Ce soir, finale Supercoupe UEFA : Une présence marocaine et une menace covidienne !    Derby Casablancais : Le DTN et ses collaborateurs présents en mission officielle    La nécessité de la Politique !    Le camarade Abdelhak Khyari tire sa révérence    Wafa Assurance, quels impacts du covid-19 ?    30.000 tests anti-Covid rapides effectués dans la région de Fès-Meknès    Le Musée Mohammed VI rend hommage à Gharbaoui    Rabat : A la capitale, les musées sont ouverts    "Watchmen", les super-héros qui confrontent l'Amérique à ses démons passés et présents    Le coup de gueule de Laura Smet contre la cruauté envers les animaux    Ayoub Qanir primé à Toronto et Venise    CGEM : une Commission Afrique avec Abdou Souleye Diop et Ali Zerouali    La CGEM accueille trois nouvelles Fédérations    La jeunesse du PJD veut la tête de Mohamed Amekraz    Vers une alternance consensuelle ?    Settat: le covid-19 force un lycée à adopter l'enseignement à distance    Covid-19. Les Chinois nous piquent bien    Le monde de l'écriture et les champs de la création maghnifique    Youssef Mhakkak interpelle notre conscience dans «je suis une conscience»    L'art des objets, l'art de la trace    Le ministère de l'éducation nationale et le CESE signent une convention-cadre pour le partage d'expériences et de données    Fès : un brigadier contraint d'utiliser son arme de service pour interpeller un individu dangereux    Présidentielle américaine : Donald Trump peu enthousiaste à l'idée d'une passation pacifique du pouvoir    À Washington, derniers hommages à la juge Ruth Bader Ginsburg avant la bataille politique    Mali : la Cédéao pourrait acter vendredi une levée des sanctions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Inde: La classe moyenne s'insurge
Publié dans L'Economiste le 30 - 08 - 2013

Au lendemain d'un nouveau record de faiblesse, la roupie indienne se reprenait jeudi 29 août. Pas de nouvelle journée noire dans la bourse ! La monnaie indienne s'échangeait à 66,88 pour un dollar américain. Niveau en hausse par rapport aux 68,80 de mercredi soir qui était un nouveau plus bas historique. Les analystes avaient précisé que la roupie a perdu 9% en une semaine et un quart de sa valeur depuis le début de l'année. La bourse de Bombay a ouvert sur un petit gain de 0,61%.
Depuis quelques jours, les devises émergentes ont subi des pertes. Le repli a touché plusieurs pays tels que la Turquie, l'Inde, l'Indonésie et le Brésil.
L'Inde a fait particulièrement la Une des journaux surtout après la méfiance de certains investisseurs. Les analystes avancent deux raisons: les inquiétudes sur l'état des finances du pays et la crise en Syrie. Et pour tenter de stabiliser la devise, la Banque de réserve d'Inde (RBI) a annoncé qu'elle allait fournir des dollars directement aux compagnies pétrolières, via un établissement séparé. Les compagnies pétrolières nationales sont les principaux acheteurs de dollars sur le marché, selon certains observateurs. Le gouvernement avait aussi annoncé plusieurs mesures pour freiner la chute de la roupie. Outre ses difficultés internes (déficit public élevé, croissance en berne, manque de confiance des investisseurs...), la roupie pâtit aussi de l'annonce par la Réserve fédérale américaine (Fed) d'un prochain ralentissement de ses achats d'actifs (qui alimente des mouvements de sortie de capitaux hors des pays émergents). (cf. notre édition 4101 du jeudi 29 août 2013), les Bourses asiatiques chahutées). D'autres facteurs expliquent la chute de la roupie comme l'adoption par le Parlement d'un plan d'aide alimentaire à deux tiers de la population. Ce programme portera à 19 milliards de dollars le coût annuel de l'aide alimentaire! Ce qui ne plaît pas à tout le monde.
Les classes moyennes qui explosent dans les pays émergents (cf. notre édition N° 3828 du 17/07/2012) font parler d'elles aussi en Inde. En effet, les analystes font le lien entre la chute de la roupie et le malaise de la classe moyenne. Cette chute oblige les quelque 300 millions d'Indiens appartenant à la classe moyenne à revoir leur façon de vivre. Constat : «plus d'études à l'étranger pour les enfants, achat de la voiture reporté et vacances annulées».
La situation va toucher aussi l'investissement. «Les entreprises avec des marchés importants dans les pays émergents pourront rencontrer deux types de déceptions», comme l'explique Patrick Artus, chef économiste de Natixis dans une récente note économique. Il cite le recul de la croissance des pays émergents, avec les diverses difficultés structurelles (compétitivité, goulets d'étranglement, endettement...), puis la dépréciation des taux de change avec le retour des capitaux des pays émergents vers les pays de l'OCDE.
Pour sa part, Coface revient sur l'appréciation du risque en Inde. En 2013, la croissance devrait rester à un niveau inférieur à son potentiel du fait de la persistance des goulets d'étranglement (notamment coupures fréquentes d'électricité, manque d'infrastructures et de main-d'œuvre qualifiée) qui pèsent sur les décisions d'investissement. Ainsi, la croissance de ce pays devrait rester modérée dans l'attente de la mise en place effective des réformes structurelles annoncées par le gouvernement : réduction des subventions, ouverture de certains secteurs aux capitaux étrangers. En revanche, la consommation, principal moteur de la croissance, devrait s'accélérer grâce à l'augmentation du revenu disponible des ménages et des soutiens budgétaires aux populations rurales. Par ailleurs, l'inflation importée devrait ralentir grâce aux cours plus modérés des produits alimentaires et du pétrole attendus en 2013. Néanmoins, l'inflation restera relativement élevée. En effet, celle-ci est générée par une pénurie d'offre sur le marché des produits alimentaires et un système de distribution peu efficace face à une demande forte liée à l'émergence des classes moyennes.
Coface prédit le pire
Coface avait prédit une persistance des déficits jumeaux. En 2012/13, le déficit courant reste élevé du fait du ralentissement des exportations alors que le pays continue d'importer du pétrole massivement (plus de 30% des importations). En 2013/14, les exportations devraient progresser dans un contexte de reprise modérée de la croissance mondiale, permettant de réduire légèrement le déficit courant. Malgré l'augmentation attendue des IDE, liée notamment aux réformes annoncées par le gouvernement quant à l'ouverture de plusieurs secteurs aux capitaux étrangers, le déficit courant ne sera couvert qu'à hauteur d'un tiers par ces capitaux longs. Du fait que les investissements de portefeuille ne couvriront que partiellement le déficit, le pays devrait à nouveau avoir recours à l'endettement. Dans ce contexte, la roupie pourrait de nouveau être soumise à des pressions à la baisse.
En 2013/14, le déficit budgétaire devrait rester substantiel, le montant des subventions (essence, produits alimentaires, engrais) restant élevé malgré une baisse amorcée sur l'essence en septembre 2012.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.