Diffusion de fausses informations sur des cas présumés d'infection : Deux filles arrêtées à Tanger    Bank Al Maghrib: Adoption de nouvelles mesures de politique monétaire et prudentielles    Coronavirus : 120 nouveaux cas en 24 heures, 479 au total    OMS : des prévisions inquiétantes pour le Maroc ? C'est faux !    Gestion de la relation client : Webhelp répond aux fake news    Covid-19: Ces solidaires… pour plaire    L'examen cyclique de l'humanité!    Covid-2019: un peu de souffle pour le MASI    Les effets du COVID-19 sur l'alimentation et l'agriculture à l'échelle mondiale    ADM maintient ses services sur le réseau autoroutier au standard de sécurité et de qualité    Le virus de la discorde met à mal l'unité de l'UE    Un test en cinq minutes pour les automobilistes aux EAU    La FRMF lance une série de vidéos au profit des footballeurs confinés    Abderrahim Nouri : Ça se passe bien avec Appie    Outre les meetings de Stockholm et Naples : La Diamond League reporte le meeting de Rabat    Le coronavirus chasse les dirigeants du Polisario des camps de Tindouf    Le quotidien du Premier secrétaire de l'USFP durant le confinement sanitaire    Les aides du Fonds spécial face à un dilemme de ciblage    Des médecins militaires appelés à la rescousse à Tiznit, Tan Tan et Taza    Appui de l'Union européenne au Fonds spécial pour la gestion du Covid-19    La capacité litière de réanimation passera à 3.000 unités sous peu    La Fédération royale marocaine de handball donne 200.000 DH    "Les artistes luttent contre le déplaisir du confinement    Bob Dylan sort une chanson taillée pour cette période    Le Bolchoï diffuse ses meilleurs spectacles sur YouTube    Algérie : le journaliste Khalid Drareni incarcéré en détention préventive    Vahid: Taarabt, un nouvel homme    Une journée mondiale du théâtre pas comme les autres    Coronavirus : lourd bilan en Espagne, avec 838 morts en 24 heures    Banque Populaire : les crédits immobiliers reportés pour les personnes impactées    Sondage: la cote de popularité de Macron s'envole    Hongrie: Viktor Orban renforce ses pouvoirs…    Coronavirus: décès de l'ex-ministre Patrick Devedjian    McDonald's sert quotidiennement des repas gratuits    Coronavirus/Juve: le salaire de Cristiano Ronaldo va baisser    NT7arko f'dar! La MDJS lance une application pour bouger à la maison    Nasr Mégri chante « Corona »    CNDP et AMRC se mobilisent pour faciliter le télétravail    Le Président de la Commission de l'Union africaine, testé négatif au coronavirus    Coronavirus : le Président américain promulgue le plan de sauvetage massif de l'économie    Santé, nutrition et condition physique : La FRMF lance une série de vidéos au profit des footballeurs confinés    Coronavirus: le bilan s'alourdit en Algérie    L'Union européenne appuie les efforts du Maroc pour faire face à la pandémie du Covid-19 avec un budget immédiat de 150M €    Ahmed El Khichen, auteur autodidacte, transforme son salon de coiffure en librairie    Bonne nouvelle pour les Marocains établis en France (PHOTO)    Samira Said lance «Waqiâ Majnoun»    Pourquoi avons-nous besoin de la pensée rationnelle contre les manipulations fantaisistes?    Abdelhak Nouri: on en sait plus sur son état de santé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Délais de paiement
Le benchmark qui fait rêver
Publié dans L'Economiste le 09 - 11 - 2015

Une journée et demie de plus. C'est «la rallonge» qu'a pris le retard de paiement en France par trimestre depuis l'année dernière. De quoi s'inquiète l'Observatoire Altares, acteur de référence des services à l'entreprise? Sous la barre de 12 jours en 2014, ce retard est passé à 13,5 jours cette année. Ceci, bien évidemment dans un contexte d'une croissance très molle.
Que dire alors du Maroc où les délais de règlement dépassent les six mois en moyenne? D'après les données de l'assureur-crédit Euler Hermès Acmar, il faut compter 7 mois comme délai moyen séparant la livraison des marchandises (ou la réalisation des prestations) et l'encaissement de la facture. Sans oublier que certains secteurs enregistrent des niveaux bien supérieurs. Un constat que l'Observatoire français juge suicidaire (voir encadré). Car, à partir de 30 jours de retard, la probabilité de défaillance est multipliée par six et presque le double dès le seuil de 69 jours.
Actuellement le délai de paiement est fixé par le législateur marocain à 90 jours dont les 3/4 pour le constat de la réalisation du service et 15 jours pour effectuer les virements. Ce délai sera ramené à 60 jours dès le 1er janvier 2016, avec l'amendement du décret sur la commande publique. Est-ce suffisant pour éviter l'asphyxie de la trésorerie des entreprises dont l'écrasante majorité vit des marchés publics? Les pénalités de retard et les intérêts moratoires auront-ils un impact dissuasif sur les mauvais payeurs y compris l'administration et les établissements publics? Il y a lieu d'en douter. D'après une récente étude de Coface sur le comportement de paiement des entreprises, 80% d'entre elles n'imposent pas de pénalités de retard à leurs clients. «Et l'infime partie qui l'applique comptabilise les pénalités de retard sans les encaisser», relève un expert comptable. Le benchmark réalisé par l'Observatoire des délais de paiement en Europe, tel qu'il ressort de la situation du 2e trimestre 2015 est éloquent à cet égard. Les comportements de paiement interentreprise se durcissent encore en France, est-il relevé. Seulement 36,5% des entreprises françaises payent toutes leurs factures à l'heure. De plus, 8% décalent le règlement à plus de 30 jours. Même à ce niveau, on est loin de rallonges qu'on peut trouver au Maroc.
Par contre une légère amélioration est observée en Europe, mais la part des entreprises qui décalent le règlement au-delà d'un mois est significative: 10%. La situation est interprétée comme signe de défaut de trésorerie. Altares observe sur un cycle long, que lorsqu'un client diffère ses paiements de plus de trente jours cela veut dire qu'il va déposer le bilan dans les mois qui suivent. Les commandes reviennent mais par manque de fonds, certaines entreprises, en particulier les TPE, pourraient ne pas avoir les moyens de les honore».
Au Royaume-Uni, la situation n'est pas non plus reluisante. Depuis 2013, le pourcentage d'entreprises réglant leurs fournisseurs à l'heure n'a cessé de se réduire passant de 30 à 22,6%. A l'inverse, les retards de 15 à 30 jours sont de plus en plus fréquents. D'environ 28% en 2013, le pourcentage des entreprises britanniques qui retardaient leurs règlements de 3 à 4 semaines se situe à 37,2% en 2015. Un record en Europe. Sur le front des grands retards, la situation s'améliore mais encore 11,8 % des entreprises britanniques reportent leurs règlements de plus de trente jours, un taux de deux points supérieur à la moyenne européenne.
A l'opposé, l'Allemagne tient la première place en termes d'entreprises ponctuelles: 73% des clients règlent leurs factures à l'heure. Le pays avait même réussi à dépasser les 78 % en début d'année. Et les grands retards sont beaucoup plus rares. Ils ne concernent que 1,1% des entreprises.
Les retards de paiement se tendent en Espagne (16,6 jours) où plus d'une entreprise sur dix reporte ses règlements d'au moins trente jours. Quoique encore haut, ce taux de grands retards est en amélioration très sensible depuis cinq ans.
En Italie, les comportements de paiement des entreprises se sont améliorés au deuxième trimestre par rapport à la période précédente. Toutefois la situation est encore loin d'être satisfaisante pour les fournisseurs. Les entreprises qui reportent leurs règlements de plus de 30 jours représentent 16,3 % du total. C'est le meilleur taux enregistré depuis un an, mais il demeure très supérieur à celui calculé avant la crise: 9% en moyenne.
240 millions d'entreprises agrégées
Altares est un observatoire des services aux entreprises. Il fournit des solutions dans deux axes majeurs: le développement commercial et la gestion du risque financier. Depuis 2005, il propose deux cycles trimestriels liés aux défaillances d'entreprises et aux retards de paiement en France et en Europe.
Partenaire de Dun & Bradstreet, réseau international d'informations, l'Observatoire offre l'accès à une banque de données sur plus de 240 millions d'entreprises dans 220 pays. La société compte 300 collaborateurs et réalise un chiffre d'affaires de 60 millions d'euros.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.