World Policy Conference : L'urgence d'une nouvelle gouvernance mondiale    Outsourcia fait l'acquisition de la société française Simplify    Dialogue social : El Otmani rencontre syndicats et employeurs    TGR : Le déficit budgétaire s'est creusé à 32,3 MMDH en septembre    Il fait l'actu : Kaiss Saïed, nouveau président de la Tunisie    Arab Reading Challenge: La Marocaine Fatima Zahra Akhiar passe en finale    Le 3e Salon maghrébin du livre fait la part belle aux enfants    Samira Said à Muscat    FRMF: Tout savoir sur les billets du match Maroc-Algérie locaux    TIBU Maroc présente la 1ère promotion de «Intilaqa»    Yemoh & The Minority Globe lance «Welcome to Africa» le 25 octobre    Ligue des champions de la CAF : Le WAC gagnera par forfait contre l'USMA    Les violations des droits humains à Tindouf mises à nu    Brexit: Un accord « possible » dans la dernière ligne droite, selon Dublin    Programme Bades: Le démenti de la CGI/CDG    Suite à une réunion avec la tutelle : Les transporteurs routiers de marchandises annulent leur grève    Moga Festival. L'électro métissé d'Essaouira !    À Hong Kong, la violence des radicaux n'entame pas l'unité du mouvement    Joie dans les rues de Quito pour célébrer la fin de la crise    Le Maroc tenu en échec par la Libye en attendant le Gabon ce mardi    Ouverture de la première session de la 4e année législative    Edito : Banques    Paul Kagame : « Le développement de l'Afrique relève de la responsabilité des Africains »    Le Maroc remporte à Abu Dhabi le Championnat arabe du muay-thaï    Fès : Trois individus arrêtés en flagrant délit de possession de plus de 2 t de chira    Vidéo. Marrakech : L'accident enregistré par une caméra de surveillance    WPC de Marrakech : La ‘‘Route de la Soie'', entre alarmistes et réalistes    Tunisie : Kais Saed vainqueur de la Présidentielle    Bleus : Plan D comme Deschamps, monsieur bricolage    La quête d'un équilibre défensif    Le nouvel échéancier de paiement de l'IATA inquiète les voyagistes marocains    Ferme soutien au Plan d'autonomie au Sahara    La sensibilisation à la santé mentale au menu d'une rencontre à Rabat    Grave menace sur le passage frontalier d'El Guerguarat    Une délégation parlementaire marocaine participe à la 141ème Assemblée de l'UIP    Le village solaire d'Id Mjahdi se dote d'un Centre éducatif    La Banque africaine de développement soutient l'entrepreneuriat des jeunes et l'innovation au Maroc    Euro-2020 : L'Italie qualifiée, l'Espagne devra attendre    BMCE Bank of Africa organise une master class sur le "personal branding"    "Achoura" de Talal Selhami remporte un nouveau prix en Espagne    Le musée Farid Belkahia ouvre ses portes aux œuvres de Hassan Hajjaj    Eradication du mariage des mineurs    Epidémiologie cancer du col de l'utérus au Maroc    Météo: Le temps qu'il fera ce dimanche    Fès : Saisie de plus de 2t de chira    Le roi félicite le Premier ministre éthiopien lauréat du Prix Nobel de la paix    Marrakech : Trois morts et 22 citoyens écrasés par un conducteur en état d'ébriété    Le jour où Elton John a vu la reine Elizabeth II perdre son sang-froid    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Marque Maroc
Des racines historiques à l'identité numérique
Publié dans L'Economiste le 01 - 06 - 2016

Dans un contexte international mutant et agité, l'émergence d'un concept comme la marque pays n'est pas le fruit du hasard mais l'aboutissement d'un processus historique. Ce contexte mondial et local est dominé par un taux de pénétration d'Internet avoisinant les 50% ainsi que la montée en puissance des générations Y et Z, interconnectées et nomades. En effet, nous sommes témoins d'une transformation digitale qui ne concerne pas seulement les entreprises et les médias mais toute une société mondialisée et hyperconnectée. Ceci étant dit, la «Marque Maroc» qui se doit d'émerger dans la nouvelle scène médiatique mondiale s'articulerait autour de deux éléments fondateurs: son ADN basé naturellement sur ses racines historiques et ses interactions avec son environnement, en l'occurence les internautes quand on sait que le numérique (ou digital) est la nouvelle arène pour les marques.
Un ADN de marque mais aussi des interactions
D'une part, l'ADN de la Marque Maroc est un ensemble complexe et riche de composantes historiques d'ordre culturel, artistique, cultuel... En effet, le Maroc a, depuis la nuit des temps, joui d'une importance géostratégique, d'une culture métissée, enracinée dans l'Afrique et orientée vers l'international. C'est cette grande diversité qui fait la force de la Marque Maroc. Or, la promesse produit n'étant plus un gage de succès dans la communication actuelle, il faut raconter des histoires, d'authentiques et de belles histoires à travers les nouveaux médias pour exister, résister et faire valoir son capital immatériel et son soft power. De nos jours, une marque se doit d'être inspirée et inspirante afin de faire sa place dans le benchmark mondial.
D'autre part, il serait raisonnable de considérer les nouveaux médias comme des plateformes de conversation et d'accepter d'interagir avec leurs utilisateurs. Pour ce faire, il faudrait prévoir les stratégies et les dispositifs adéquats afin de gagner en efficacité opérationnelle. Une marque devrait revendiquer une agilité à toute épreuve et en intelligence digitale en se mettant à l'écoute de son environnement, ses communautés, ses «influenceurs», ses leaders d'opinions,... pour ensuite produire des contenus d'une grande valeur ajoutée. Il est important de rappeler ici que la convergence vers une stratégie commune et des actions cohérentes serait l'idéal car dans cette dynamique de Brand Content où toutes les organisations et tout le territoire deviennent des médias, les villes et les pays, à l'affût de visibilité, ont aussi besoin d'une ligne éditoriale. Les différentes instances, notamment gouvernementales, qui portent l'étendard de la Marque Maroc, sont donc invitées à unifier leurs efforts dans le cadre d'une stratégie éditoriale en commun.
La présence en ligne d'une marque se doit de puiser ses contenus dans ses racines historiques en les adaptant au récepteur de ce nouveau millénaire. Elle doit aussi les puiser des actualités et des nouveautés grâce à une veille continue sur les tendances et les sujets qui font le buzz et la conversation dans le cadre d'une approche plutôt stratégique qu'opportuniste. Car dans la communication d'aujourd'hui, ce n'est plus le message, la technique ou le canal qui comptent le plus mais le récepteur(*). Ce dernier, derrière les commandes de son smartphone, peut interagir facilement avec les marques, donner un avis, constituer une communauté, organiser un évènement,... d'où l'intérêt d'appréhender ces nouveaux utilisateurs comme il se doit par les marques souhaitant séduire, recruter et fédérer parmi les générations montantes.
La nécessaire réconciliation entre le fond et la forme
Avec la fin annoncée des marques souveraines, force est de constater que plus on va loin dans le global plus le local devient important et plus on va loin dans le digital plus le réel devient important. Cette adéquation nécessaire entre le fond (Actions sur le terrain et expériences clients) et les histoires racontées (Storytelling de marque) est fortement recommandée afin de réenchanter la confiance et convaincre des communautés de plus en plus rebelles mais structurées sur le web social et de plus en plus résiliante sur le terrain. Le rêve et l'imaginaire prennent alors tout leur sens mais en partant de l'expérience, autrement dit du concret et non du concept et de l'appel à l'émotionnel. C'est entre autres grâce à une telle congruence que l'on crée une relation durable avec le consommateur devenu, grâce au web social et à la vulgarisation des nouvelles technologies, un consommacteur!
Somme toute, cette transformation digitale de la marque est loin d'être facile et a besoin de temps, de volonté politique et de moyens. La modélisation de la marque n'est pas qu'une question de technologie mais s'articule essentiellement sur l'intelligence collective et notre capacité à travailler et à collaborer dans le cadre d'un programme fédérateur. Une modélisation vitale à ce stade de la réflexion car si on ne la fait pas quelqu'un la fera à notre place. Les marques, même territoriales, courent le risque de se faire uberiser!
La visibilité mais surtout la crédibilité
La visibilité bien qu'elle soit importante sur la nouvelle scène médiatique ne doit pas être le seul objectif dans une stratégie de Marketing territorial. En effet, la crédibilité est un deuxième pilier indispensable de cette matrice. C'est par des contenus innovants et authentiques, et des données intelligentes (Smart Data) que l'on nourrit cette stratégie. Tous les experts sont unanimes que les contenus et les données sont le fuel des nouveaux media mais la conversation et l'interaction en sont certainement le lubrifiant! Par ailleurs, si la visibilité est un facteur incontournable pour la marque, la crédibilité en est un élément clé. Celle-ci ne se gagne pas à coup d'émotions et de storytelling mais en offrant des expériences concrètes aux utilisateurs, que ce soit dans le virtuel ou dans le réel. Les marques pays se doivent d'offrir des expériences clients innovantes, notamment dans le business mais aussi le tourisme pour ensuite les mettre en valeur dans le cadre de campagnes de communication agiles, voire en temps réel (Real Time Marketing).
De l'identité à la réputation numérique
Si l'identité numérique de la marque (tout ce qu'elle dit sur elle) est en grande partie maîtrisable, sa réputation (tout ce qui se dit sur elle) est loin de l'être. D'où la nécessité de prévoir des dispositifs de communication et des contenus stratégiques au lieu d'être dans la réactivité et la gestion de crises. La première posture représente l'avantage de bâtir et gérer en continu une marque forte capable de résister à tous les aléas et les crises de la scène médiatique. La deuxième consiste à subir continuellement les bons comme les Bad Buzz avec les conséquences que l'on connaît. Autrement dit, occuper le terrain avant qu'il ne le soit par les autres, qu'ils soient motivés de bonnes ou de mauvaises intentions. Pour une marque pays, où les volets et les champs d'action sont multiples, il est fortement conseillé de prôner la sagesse plutôt que la précipitation, la retenue plutôt que l'excitation. Ceci dans le but de penser et mettre en œuvre un dispositif de marque stratégique mais en perpétuelle évolution.
----------------------------------------------------------------
(*) D'après Dominque Wolton, sociologue français.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.