Jazouli fait le point sur la politique africaine du Maroc    Le Roi Mohammed VI inaugure un Centre de soins de santé primaires à Casablanca    Startups africaines : Macron annonce une enveloppe de 65 millions d'euros    USA. Les dames en fer    L'ONCF supprime des trains sur l'axe Casablanca-Kénitra    Prix du poisson : Où sont les responsables communaux ?    Salé    6ème session ordinaire du Parlement panafricain    Édification d'un Centre de proximité pour la femme et l'enfant à Mers El Kheir    La fondation Hiba dévoile les lauréats de la World Music 2018    Projection «Nuba d'or et de lumières» à l'IMA de Paris    Le Maroc présent à la coupe d'Afrique de slam poésie en novembre 2018    Webhelp Maroc franchit la barre des 10.000 collaborateurs    En kiosque n° 1248 : Y EN A MARRE !    Régularisation des dossiers de contractuels    Préfecture de l'arrondissement de Hay Hassani : 816 projets INDH d'un investissement de plus de 301 MDH réalisés de 2005 à 2017    Le Burkina Faso rompt ses relations avec Taïwan    Transfert : Vissel Kobe déroule le tapis rouge à Andrès Iniesta, l'icône du Barça    La Mannschaft titille les autres sélections du monde    Sport scolaire : Le Maroc élu président continental de l'ISF    Le Groupe Crédit Agricole du Maroc primé pour ses actions d'inclusion financière    La Corée du Nord a démantelé son site d'essais nucléaires avant un sommet avec Washington    Arrestations de l'ex-président du conseil provincial de Barcelone et de 21 autres personnes    Les Emirats Arabes Unis soutiennent la marocanité du sahara    Casablanca: La police retrouve la fillette de 4 ans portée disparue    Des espèces menacées de disparition sauvées    Italie : Giuseppe Conte, « avocat du peuple », s'attelle à la composition du gouvernement    Les défis du modèle de développement à venir!    De la diplomatie politique à la diplomatie économique    En finir avec la cigarette    Les réseaux sociaux sauvent Ghazal (vidéo)    Libre cours    Zoom : Allo, le 0537718888 ?    Morocco 2026 débarque en Croatie    La Palestine devient membre de deux nouvelles agences de l'ONU    Omari supervise le projet du nouveau siège du parti    L'italien Enel injecte 169 millions de DH dans ses projets marocains    Commerce extérieur : Les exportations algériennes vers le Maroc en hausse de 60%    Le gouvernement épinglé pour ses objectifs utopiques    Humour: Les Inqualifiables font leur show en grand    Le roman de Ramadan: «Ibn khaldoun. Une biographie romancée»    Voilà pourquoi cette hôtesse n'a pas serré la main à Benatia !    Le Comptoir des Mines Galerie expose « Be Your Heart » de Mo Baala    Le Rwanda s'offre les service d'Arsenal pour développer son tourisme    Unai Emery prend la succession d'Arsène Wenger à Arsenal    C1 – Le jeûne de Mo Salah inquiète Liverpool    KASMA visite le Maroc rural    Les «voix de femmes» à la 6e édition des «Nuits du Ramadan»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un Monde Fou
Publié dans L'Economiste le 23 - 01 - 2018


■ Un arbitre tacle un joueur puis l'exclut
L'arbitre du match Nantes-Paris SG, Tony Chapron, est devenu la vedette de la rencontre après avoir tenté de tacler un joueur qui l'avait fait trébucher, avant de l'exclure une fois relevé. Sur une contre-attaque parisienne, dans les dernières secondes du match, M. Chapron courait vers le but nantais quand sa course a croisé celle du stoppeur Diego Carlos qui l'a involontairement fait tomber. L'arbitre a alors volontairement tendu la jambe vers le Brésilien qui passait à côté de lui pour le faire tomber également. S'en est suivi un échange bref au terme duquel l'arbitre a sorti un deuxième carton jaune contre le défenseur entraînant son exclusion. Il «m'a dit qu'il n'avait jamais voulu donner un coup au joueur, qu'il s'était senti poussé dans le dos. Pour lui, il n'est pas tombé tout seul», a raconté le président de Nantes Waldemar Kita, quelques minutes après un échange avec le corps arbitral, qu'il a qualifié de «très courtois, très calme». M. Chapron a assuré à M. Kita ne pas avoir volontairement essayé de faire tomber Diego Carlos, une version que les images de télévision contredisent sans ambiguïté. «Il dit qu'il a glissé, mais je sais qu'il (l'arbitre) lui a mis un coup (à Diego Carlos). Je sais que c'est très difficile d'arbitrer, mais il faut qu'il se remette en question de temps en temps parce que nous, on fait ça, on prend dix matches» de suspension, avait réagi le milieu de terrain nantais Valentin Rongier, au micro de Canal+. «Il m'a dit qu'il allait revoir l'action et que si ce n'était pas ça, il ferait enlever le carton», a également ajouté M. Kita.
■ Il vit dans un château de sable depuis 22 ans!
Depuis 22 ans, Marcio Mizael Matolias vit dans un château de sable sur la plage de Rio de Janeiro.
Dans ce quartier chic de Barra da Tijuca, dans la zone ouest de Rio, les riverains et amis de Marcio l'appellent «le roi». Il en joue pour attirer les curieux et se prête volontiers à des séances photos en s'asseyant avec un sceptre dans le trône qu'il a installé devant son château sur la plage.
Ce Carioca blagueur qui va fêter ses 44 ans assure qu'il ne pourrait pas vivre autrement. «J'ai grandi dans la baie de Guanabara (près de Rio, ndlr), j'ai toujours vécu à la plage. Les gens paient des loyers exorbitants pour habiter en face de la mer, moi je n'ai pas de factures et ici j'ai la belle vie», dit-il en montrant l'immense plage de sable fin et les deux belles petites îles à l'horizon. Sa demeure, grandiose vue de l'extérieur, se limite à l'intérieur à un espace d'environ 3 mètres carrés. Marcio, célibataire et sans enfant, y a entassé des dizaines de livres et quelques clubs de golf, ses passions avec la pêche. Son lit? Un sac de couchage posé par terre. Sa salle de bain? Le poste de pompiers situé à une trentaine de mètres qui dispose de toilettes et douche pour moins d'un euro. Marcio considère qu'il a tout ce qu'il faut. Son seul vrai problème, c'est la chaleur étouffante. «Le sable retient toute la chaleur, alors parfois la nuit je n'arrive pas dormir ici, je vais passer la nuit chez un ami, mais je préfère ici même si je dois m'allonger dehors au bord de la mer».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.