Benzarti: La victoire en SuperCoupe, un tremplin vers d'autres titres    Un centre régional des métiers d'éducation et de formation voit le jour à Dakhla    Le Maroc adopte le protocole FACTA    Les controverses des «villes sans bidonvilles»!    Le Maroc et le Tchad renforcent leur coopération    Fêtant ses 20 ans, ADMR lance un appel pour la construction de 100 nouveaux ponts    Dakhla et ses potentialités au centre d'un voyage de presse    Même gracié, Alberto Fujimori rattrapé par la justice    Akhannouch expose le projet du RNI à Agadir    L'apport des juifs amazighones à la mosaïque culturelle marocaine    Conférence-débat organisée par le Collectif Démocratie et Liberté    Tanger : Du haschich dans le frigo camion et les couches pour bébés    Le Centre d'Etudes et de recherches Abraham Zagouri sur le droit hébraïque ouvre ses portes à Essaouira    Dialogue interreligieux    Youssef El Arabi :mon sort est entre les mains d'Hervé Renard    Rabat : Un SDF pyromane s'en prend aux guichets bancaires    Taoufik Bouachrine fait l'objet de plaintes pour « agressions sexuelles »    Synonyme de raffinement, le caftan marocain sous les projecteurs à Abu Dhabi    Quand un livre court contre le temps pour sauver sa peau!    Entretien avec Ataa Allah Fadoua, Directrice du CEISIC    Nabil Abouzaid: "le marché digital est en plein essor"    Réaction de Yassine Bounou après la défaite contre le Barça    Justice – Des plaintes pour agressions sexuelles à l'origine de l'interpellation de Taoufik Bouachrine    Le Wydad au sommet de l'Afrique    African Digital Summit : les moments forts de la deuxième journée    38 morts dans un double attentat à Mogadiscio    Touafik Bouachrine sujet d'une enquête judiciaire    La SNRT remporte le premier prix de la meilleure innovation digitale    Le Maroc au Salon international de l'agriculture à Paris    Baccalauréat : « Aucune matière n'a été remplacée ou supprimée »    Deux morts dans une fusillade en plein centre de Zurich    Quatre morts et six blessés dans un accident sur l'autoroute Casablanca-Rabat    Brèves Internationales    Eco-Trail du Lac Lalla Takerkoust: Un nouveau souffle pour l'écotourisme sportif    «Nouvelle aventure» pour Vallaud-Belkacem avec Ipsos    Le musée YSL Marrakech expose les Robes Sculptures de Noureddine Amir    Mehdi Qotbi reçu à l'Elysée par Mme Brigitte Macron    Face au TP Mazembe en Supercoupe d'Afrique : Le Wydad a rendez-vous avec l'histoire    UE: Un sommet à 27 pour débattre du budget post-Brexit    3e Résidence francophone d'écriture pour le film d'animation à Meknès !    Le cerveau des attaques du 13 novembre est mort    Le président Trump veut armer « certains » enseignants pour faire face aux fusillades scolaires    Le DHJ et la RSB valident leur qualification    Arrestation à Fès de 3 individus impliqués dans l'enlèvement d'un enfant    Indice de perception de la corruption 2017 : Le Maroc gagne 9 places    Hiba Rec annonce ses gagnants de la session Rock    Sérieux outsider    Le gouvernement n'a pris aucune décision sur la suppression de certaines matières du cycle du baccalauréat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un Monde Fou
Publié dans L'Economiste le 23 - 01 - 2018


■ Un arbitre tacle un joueur puis l'exclut
L'arbitre du match Nantes-Paris SG, Tony Chapron, est devenu la vedette de la rencontre après avoir tenté de tacler un joueur qui l'avait fait trébucher, avant de l'exclure une fois relevé. Sur une contre-attaque parisienne, dans les dernières secondes du match, M. Chapron courait vers le but nantais quand sa course a croisé celle du stoppeur Diego Carlos qui l'a involontairement fait tomber. L'arbitre a alors volontairement tendu la jambe vers le Brésilien qui passait à côté de lui pour le faire tomber également. S'en est suivi un échange bref au terme duquel l'arbitre a sorti un deuxième carton jaune contre le défenseur entraînant son exclusion. Il «m'a dit qu'il n'avait jamais voulu donner un coup au joueur, qu'il s'était senti poussé dans le dos. Pour lui, il n'est pas tombé tout seul», a raconté le président de Nantes Waldemar Kita, quelques minutes après un échange avec le corps arbitral, qu'il a qualifié de «très courtois, très calme». M. Chapron a assuré à M. Kita ne pas avoir volontairement essayé de faire tomber Diego Carlos, une version que les images de télévision contredisent sans ambiguïté. «Il dit qu'il a glissé, mais je sais qu'il (l'arbitre) lui a mis un coup (à Diego Carlos). Je sais que c'est très difficile d'arbitrer, mais il faut qu'il se remette en question de temps en temps parce que nous, on fait ça, on prend dix matches» de suspension, avait réagi le milieu de terrain nantais Valentin Rongier, au micro de Canal+. «Il m'a dit qu'il allait revoir l'action et que si ce n'était pas ça, il ferait enlever le carton», a également ajouté M. Kita.
■ Il vit dans un château de sable depuis 22 ans!
Depuis 22 ans, Marcio Mizael Matolias vit dans un château de sable sur la plage de Rio de Janeiro.
Dans ce quartier chic de Barra da Tijuca, dans la zone ouest de Rio, les riverains et amis de Marcio l'appellent «le roi». Il en joue pour attirer les curieux et se prête volontiers à des séances photos en s'asseyant avec un sceptre dans le trône qu'il a installé devant son château sur la plage.
Ce Carioca blagueur qui va fêter ses 44 ans assure qu'il ne pourrait pas vivre autrement. «J'ai grandi dans la baie de Guanabara (près de Rio, ndlr), j'ai toujours vécu à la plage. Les gens paient des loyers exorbitants pour habiter en face de la mer, moi je n'ai pas de factures et ici j'ai la belle vie», dit-il en montrant l'immense plage de sable fin et les deux belles petites îles à l'horizon. Sa demeure, grandiose vue de l'extérieur, se limite à l'intérieur à un espace d'environ 3 mètres carrés. Marcio, célibataire et sans enfant, y a entassé des dizaines de livres et quelques clubs de golf, ses passions avec la pêche. Son lit? Un sac de couchage posé par terre. Sa salle de bain? Le poste de pompiers situé à une trentaine de mètres qui dispose de toilettes et douche pour moins d'un euro. Marcio considère qu'il a tout ce qu'il faut. Son seul vrai problème, c'est la chaleur étouffante. «Le sable retient toute la chaleur, alors parfois la nuit je n'arrive pas dormir ici, je vais passer la nuit chez un ami, mais je préfère ici même si je dois m'allonger dehors au bord de la mer».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.