Projet de budget 2019. L'opposition aiguise ses armes    BMW rappelle 1 million de ses voitures qui présentent « un danger d'incendie »    Plus de 726.000 enfants ne sont pas préscolarisés au Maroc    Mohamed Laaraj au Musée national de la Serbie    M'hamid El Ghizlane : Tinariwen à l'ouverture du Festival Taragalte    5ème journée de la Botola Maroc Telecom : Le Wydad débloque son compteur    Le Maroc et l'Italie déterminés à renforcer leur coopération dans le domaine de la justice administrative
 
    8ème Conférence internationale sur l'ingénierie des modèles et des données se tiendra à Marrakech    Drame de Bouknadel.. le verdict du procureur général    Un magnifique sans faute de Philippe Rozier montant Cristallo ALM    Yémen: L'ONU tire la sonnette d'alarme    Dialogue social : Le gouvernement cherche un compromis    Mohammed Ben Salmane, un prince héritier (bientôt) déshérité?    Des migrants subsahariens refoulés vers leurs pays d'origine par les autorités marocaines    «Parcours amoureux de Salé», un guide pour revisiter Salé avec Rita Aouad    Fake news. Un observatoire voit le jour    Réhabilitation des anciennes médinas, plusieurs projets lancés    (Vidéo) Meurtre de Khashoggi.. Erdogan sort l'artillerie    Kamal Lahlou: participation «très honorable»    Botola: Enfin une journée complète!    Le ministère lance une plateforme dédiée aux MRE    Télémédecine. Lancement officiel au Maroc    PLF 2019 : Divergence d'opinions entre la majorité et l'opposition    Edito : Mobilisation générale    Grandes écoles. 300 bourses pour les études en France    La place de la Femme dans le soufisme débattue à Fès    PLF 2019. Le gouvernement ne touche pas à la TPI    Festival de Fès de la culture soufie: Coup d'envoi ce samedi    200 migrants irréguliers entrent en force à Mellilia    Le Paraguay réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    News    18 morts dans un accident de train au Taïwan    Daniel Kretinsky, un golden boy tchèque amateur des médias traditionnels    Les trois voies de l'industrialisation en Afrique    Des chercheurs ont compté le nombre de joints dans les clips de rap    Insolite : Alliance retrouvée    Divers    80 entreprises exportatrices marocaines au SIAL Paris    Driss Lachguar au Colloque international sur «La reconsidération du modèle de développement à la lumière des évolutions que connaît le Maroc»    Les opérateurs chinois satisfaits du climat des affaires au Maroc    Lopetegui tremble avant une semaine infernale    Malgré procès et scandales, l'argent reste tabou dans le sport universitaire américain    Le Maroc invité d'honneur du Salon international du livre à Belgrade    Les influences africaines sur les travaux des artistes peintres occidentaux    "Halloween" en tête du box-office nord-américain    Retrait américain d'un traité nucléaire : John Bolton à Moscou pour explications    Khashoggi : La presse turque implique « MBS » avant des révélations attendues d'Erdogan    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Meknès    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un Monde Fou
Publié dans L'Economiste le 23 - 01 - 2018


■ Un arbitre tacle un joueur puis l'exclut
L'arbitre du match Nantes-Paris SG, Tony Chapron, est devenu la vedette de la rencontre après avoir tenté de tacler un joueur qui l'avait fait trébucher, avant de l'exclure une fois relevé. Sur une contre-attaque parisienne, dans les dernières secondes du match, M. Chapron courait vers le but nantais quand sa course a croisé celle du stoppeur Diego Carlos qui l'a involontairement fait tomber. L'arbitre a alors volontairement tendu la jambe vers le Brésilien qui passait à côté de lui pour le faire tomber également. S'en est suivi un échange bref au terme duquel l'arbitre a sorti un deuxième carton jaune contre le défenseur entraînant son exclusion. Il «m'a dit qu'il n'avait jamais voulu donner un coup au joueur, qu'il s'était senti poussé dans le dos. Pour lui, il n'est pas tombé tout seul», a raconté le président de Nantes Waldemar Kita, quelques minutes après un échange avec le corps arbitral, qu'il a qualifié de «très courtois, très calme». M. Chapron a assuré à M. Kita ne pas avoir volontairement essayé de faire tomber Diego Carlos, une version que les images de télévision contredisent sans ambiguïté. «Il dit qu'il a glissé, mais je sais qu'il (l'arbitre) lui a mis un coup (à Diego Carlos). Je sais que c'est très difficile d'arbitrer, mais il faut qu'il se remette en question de temps en temps parce que nous, on fait ça, on prend dix matches» de suspension, avait réagi le milieu de terrain nantais Valentin Rongier, au micro de Canal+. «Il m'a dit qu'il allait revoir l'action et que si ce n'était pas ça, il ferait enlever le carton», a également ajouté M. Kita.
■ Il vit dans un château de sable depuis 22 ans!
Depuis 22 ans, Marcio Mizael Matolias vit dans un château de sable sur la plage de Rio de Janeiro.
Dans ce quartier chic de Barra da Tijuca, dans la zone ouest de Rio, les riverains et amis de Marcio l'appellent «le roi». Il en joue pour attirer les curieux et se prête volontiers à des séances photos en s'asseyant avec un sceptre dans le trône qu'il a installé devant son château sur la plage.
Ce Carioca blagueur qui va fêter ses 44 ans assure qu'il ne pourrait pas vivre autrement. «J'ai grandi dans la baie de Guanabara (près de Rio, ndlr), j'ai toujours vécu à la plage. Les gens paient des loyers exorbitants pour habiter en face de la mer, moi je n'ai pas de factures et ici j'ai la belle vie», dit-il en montrant l'immense plage de sable fin et les deux belles petites îles à l'horizon. Sa demeure, grandiose vue de l'extérieur, se limite à l'intérieur à un espace d'environ 3 mètres carrés. Marcio, célibataire et sans enfant, y a entassé des dizaines de livres et quelques clubs de golf, ses passions avec la pêche. Son lit? Un sac de couchage posé par terre. Sa salle de bain? Le poste de pompiers situé à une trentaine de mètres qui dispose de toilettes et douche pour moins d'un euro. Marcio considère qu'il a tout ce qu'il faut. Son seul vrai problème, c'est la chaleur étouffante. «Le sable retient toute la chaleur, alors parfois la nuit je n'arrive pas dormir ici, je vais passer la nuit chez un ami, mais je préfère ici même si je dois m'allonger dehors au bord de la mer».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.