Salé : Saisie d'une importante quantité de cigarettes et de tabac à narguilé    Aïd Al-Adha: Le CNPAC appelle à davantage de vigilance sur les routes    Dernière minute: Black Coffee & Virgil Abloh a l'Oasis Festival    Hamza Mendyl file à Schalke 04    Aid Al Adha, les conseils de LG pour bien conserver la viande    Aéroports du Maroc : Plus de 2 millions de passagers en juillet 2018    inwi passe de la 4G à la 4,5G... une 1ère au Maroc !    Le ministère de la Culture veille à la mise en œuvre des dispositions de la loi relative à la presse et à l'édition    PUMA signe Luis Suarez    Aïd Al Adha : les conseils de Autoroutes du Maroc    Le tramway de Casablanca s'adapte à Aïd Al Adha    PLF 2018 : la lettre de cadrage de El Otmani    Munir El Haddadi décide de rester au FC Barcelone    Italie : un séisme d'une magnitude de 5,2 touche le centre du pays    Coupes africaines : Des destins opposés attendent le Wydad et le DHJ    Le cadrage royal    Le Maroc et l'Australie-Méridionale examinent les opportunités de coopération    Le BCIJ loue la coopération antiterroriste avec l'Espagne    Le potentiel d'Agadir Ida Outanane!    50.000 enseignants contractuels déjà en ordre de bataille    Averses orageuses fortes et temps chaud attendus vendredi et ce weekend dans plusieurs provinces ce weekend    La crise de la livre turque : est-ce vraiment un complot ?    Madona, «Berber Queen» pour son anniversaire à Marrakech    Mohamed Brahmi, le Cheikh qui veut moderniser la danse Reggada    Recrudescence de cyberattaques sur les comptes Instagram    Edito : Jeunesse d'esprit    Le Médiateur dresse son bilan : Près de 10.000 plaintes en 2017    «Hacky hack hack» : un adolescent australien de 16 ans pirate les systèmes d'Apple    Pont effondré à Gênes: encore 10 à 20 disparus selon les médias italiens    Facebook offre la diffusion de la Ligue des champions à l'Amérique latine...et la Liga à l'Asie du Sud    Israël: Netanyahu entendu par la police pour corruption présumée    Pakistan: Imran Khan sur le point d'être élu Premier ministre    Un Canadien à la tête d'Air France-KLM    Le «Ceuta est marocaine», fait refuser la nationalité espagnole à une résidente marocaine    Emploi, social, politique : Ce que propose le CESE    Pluie d'hommages mondiaux après la mort d'Aretha Franklin    Classement mensuel de la FIFA: La Maroc perd 5 places et pointe au 46ème rang    760.000 spectateurs au Festival Jawhara    Le Festival des plages Maroc Telecom touche à sa fin    Dakhla : Coup d'envoi de la 4è édition du Dakhla Downwind Challenge    Appel à l'Union    Ali Yata ou la fidélité à un grand fidèle à la patrie et au peuple    3e tour de qualification pour la Ligue des champions d'e l'UEFA : Elimination précoce de Celtic et Fenerbahçe    Cheb El Hindi se retire de la scène artistique algérienne!    La FNM rend hommage au professeur Joudia Hassar-Benslimane    Le «Momo challenge», un nouveau défi dangereux pour nos enfants ?    Les recherches de survivants continuent dans les décombres    Le Paraguay soutient la marocanité du Sahara    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un Monde Fou
Publié dans L'Economiste le 23 - 01 - 2018


■ Un arbitre tacle un joueur puis l'exclut
L'arbitre du match Nantes-Paris SG, Tony Chapron, est devenu la vedette de la rencontre après avoir tenté de tacler un joueur qui l'avait fait trébucher, avant de l'exclure une fois relevé. Sur une contre-attaque parisienne, dans les dernières secondes du match, M. Chapron courait vers le but nantais quand sa course a croisé celle du stoppeur Diego Carlos qui l'a involontairement fait tomber. L'arbitre a alors volontairement tendu la jambe vers le Brésilien qui passait à côté de lui pour le faire tomber également. S'en est suivi un échange bref au terme duquel l'arbitre a sorti un deuxième carton jaune contre le défenseur entraînant son exclusion. Il «m'a dit qu'il n'avait jamais voulu donner un coup au joueur, qu'il s'était senti poussé dans le dos. Pour lui, il n'est pas tombé tout seul», a raconté le président de Nantes Waldemar Kita, quelques minutes après un échange avec le corps arbitral, qu'il a qualifié de «très courtois, très calme». M. Chapron a assuré à M. Kita ne pas avoir volontairement essayé de faire tomber Diego Carlos, une version que les images de télévision contredisent sans ambiguïté. «Il dit qu'il a glissé, mais je sais qu'il (l'arbitre) lui a mis un coup (à Diego Carlos). Je sais que c'est très difficile d'arbitrer, mais il faut qu'il se remette en question de temps en temps parce que nous, on fait ça, on prend dix matches» de suspension, avait réagi le milieu de terrain nantais Valentin Rongier, au micro de Canal+. «Il m'a dit qu'il allait revoir l'action et que si ce n'était pas ça, il ferait enlever le carton», a également ajouté M. Kita.
■ Il vit dans un château de sable depuis 22 ans!
Depuis 22 ans, Marcio Mizael Matolias vit dans un château de sable sur la plage de Rio de Janeiro.
Dans ce quartier chic de Barra da Tijuca, dans la zone ouest de Rio, les riverains et amis de Marcio l'appellent «le roi». Il en joue pour attirer les curieux et se prête volontiers à des séances photos en s'asseyant avec un sceptre dans le trône qu'il a installé devant son château sur la plage.
Ce Carioca blagueur qui va fêter ses 44 ans assure qu'il ne pourrait pas vivre autrement. «J'ai grandi dans la baie de Guanabara (près de Rio, ndlr), j'ai toujours vécu à la plage. Les gens paient des loyers exorbitants pour habiter en face de la mer, moi je n'ai pas de factures et ici j'ai la belle vie», dit-il en montrant l'immense plage de sable fin et les deux belles petites îles à l'horizon. Sa demeure, grandiose vue de l'extérieur, se limite à l'intérieur à un espace d'environ 3 mètres carrés. Marcio, célibataire et sans enfant, y a entassé des dizaines de livres et quelques clubs de golf, ses passions avec la pêche. Son lit? Un sac de couchage posé par terre. Sa salle de bain? Le poste de pompiers situé à une trentaine de mètres qui dispose de toilettes et douche pour moins d'un euro. Marcio considère qu'il a tout ce qu'il faut. Son seul vrai problème, c'est la chaleur étouffante. «Le sable retient toute la chaleur, alors parfois la nuit je n'arrive pas dormir ici, je vais passer la nuit chez un ami, mais je préfère ici même si je dois m'allonger dehors au bord de la mer».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.