L'ONU organise la deuxième table ronde sur le Sahara marocain à Genève    Lesieur Cristal : Baisse de 34% du résultat net en 2018    Exercice de gestion de crise à l'aéroport Fès-Saiss    Attentat de Christchurch: Inhumation des premières victimes du carnage des mosquées    Elections test aux Pays-Bas après la fusillade d'Utrecht    Malawi-Maroc. Le sélectionneur national convoque 18 joueurs    La droite européenne s'apprête à sanctionner le populiste Orban    Abus de publicité. 1,49 milliard d'euros d'amende pour Google    Dubaï. Expulsion d'un employé qui a célébré l'attentat de Christchurch    Bouteflika, seul au monde ?    Championnat arabe de boxe : Le Maroc prend part à la 3è édition à Khartoum    British Council lance un appel à candidatures pour une formation au Royaume-Uni    Journées de la Francophonie : Les élèves marocains se distinguent à Oslo    Les raisons de la flambée des prix de la viande rouge    Semaine de la Francophonie à Las Palmas : Projection de «Aïda-La Revenante»»    La Kasbah de Tazka à Tafraout inscrite sur la liste du patrimoine culturel national    Tariq Ramadan force une conférence sur les violences faites aux femmes    Motor Village et Marokoto : Partenaires de la Raquette d'Or de Mohammedia 2019    Sukuk. Encore du chemin à faire    Pas de modification du statut du concours d'internat en médecine    Enseignants grévistes: La procédure d'abandon de poste activée    Condition de la femme : Des associations marocaines montent au créneau    Casanearshore SA et Technopolis Rabatshore deviennent Ewane Assets    Le Maroc, hub africain pour l'Inde    Tennis. Le Grand Prix Hassan II revient avec son lot de nouveautés    Sadeem 2. Le youtubeur Abdelmoumen Aomari représente le Maroc    Casablanca : Partenariat pour la promotion des métiers de la vente et du commerce    Les Philippines quittent la C.P.I.    Saisie de plus de 6.900 comprimés psychotropes et de 80 kg de cocaïne à Tanger    Et si Facebook n'avait pas perdu 17 minutes?    Trois clubs marocains au tirage des coupes africaines    Maroc-Rwanda : Douze nouveaux accords pour renforcer la coopération bilatérale    Il appartient à l'organisation criminelle «Comorra» : Un Italien interpellé à Marrakech    Brahim El Mazned intègre la banque d'expertise -Unesco    Migration illégale et trafic de drogue : Quatre individus arrêtés à Nador et Driouch    Edito : Réseaux antisociaux    Sahara marocain : Bourita appelle à «dépolluer» l'UA des «débats stériles, inutiles et en déphasage avec la réalité»    Prime de Neymar au FC Barcelone : Le procès reporté au 27 septembre    Rude épreuve congolaise pour les U23    Participation du Maroc au Forum de scoutisme arabe au Caire    Habib El Malki réitère son engagement à renforcer l'UPCI en tant qu'organisation multipartite, indépendante et efficace au sein de la communauté internationale    La Commission du droit d'accès à l'information fixe son plan d'action    L'activité minière de l'OCP passée au crible    Défection au Polisario    Rodriguez : Je n'ai pas de problème avec Zidane    Plus de la moitié des adolescents confrontés à un "triple fardeau" sanitaire    La Troupe Masrah Annas à la rencontre des Marocains de France    Un spectacle musical haut en couleur à l'ouverture des Journées culturelles algériennes à Oujda    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Expo: Un Orient (re)fantasmé
Publié dans L'Economiste le 08 - 06 - 2018

L'artiste Lalla Essaydi, installée aux Etats-Unis, récupère dans son travail, pour déconstruire, les images et représentations de la femme dans la peinture orientaliste, qui continuent d'influer sur l'idée que se font les Occidentaux des femmes arabes. Ces œuvres font écho à des affiches publicitaires presque caricaturales (Ph. Abo)
Faire dialoguer des œuvres d'artistes contemporains avec l'imagerie coloniale reflétant une certaine construction d'un Orient fabriqué par une Europe conquérante, c'est le pari de l'exposition, «L'Orient fantasmé», qui se poursuit, jusqu'au 29 septembre au Musée de la Fondation Slaoui à Casablanca.
La fondation disposant d'une collection significative d'affiches orientalistes réalisées par de grands peintres et affichistes du 19/20e siècle tels que Dinet, Majorelle, de la Néziaire...la commissaire de l'exposition et directrice du Musée Slaoui, Laura Scemama, a imaginé une conversation entre ces affiches d'époque coloniale et le regard d'artistes contemporaines maghrébines.
L'exposition dessine ainsi une analyse des codes de représentation utilisés dans la construction par l'image d'un certain Orient, représentant l'antithèse de l'Occident qui procède du mythe de la fracture entre les deux mondes. Cette image de l'Orient invention européenne datant du XIXe siècle, bien que représentée dès le XVIe siècle, nourrie par les récits de voyageurs et d'émissaires, a été portée essentiellement par des peintres mais également par une production littéraire, non moins abondante.
Cependant, les affiches publicitaires des années 1930 à 1960, vantant les colonies aux peuples européens, ont encore plus accentué cette construction de l'Orient par l'Occident. «Diffusées en masse, les «réclames» ont contribué à la création d'un Orient qui est très loin de la réalité.
Un «Autre» fantasmé, exotisé et bien souvent essentialisé participant ainsi au renforcement de stéréotypes très ancrés» précise la commissaire. Les artistes contemporaines marocaines et tunisiennes présentées dans l'exposition empruntent, quant à elles, l'imagerie de cet Autre pour questionner leur propre condition aujourd'hui et à travers l'histoire et penser une (ré)-appropriation du corps et des codes... De ce fait, le public découvrira les œuvres de la Tunisienne Héla Ammar.
Son travail photographique questionne les notions de mémoire et d'identité par-delà les références et conventions sociales, politiques et religieuses. Co-auteur, d'une enquête sur les couloirs de la mort en Tunisie (2013), elle a ensuite développé un ensemble d'installations sonores et visuelles dépeignant pour la première fois l'univers carcéral tunisien.
Une affiche graphiquement très belle, de la compagnie Air France vantant un voyage dans le Moyen-Orient. Or on constate que les concepteurs ont résumé une des régions les plus riches culturellement et les plus complexes en 4 clichés primaires: le pétrole, la mosquée, la femme voilée et la jarre. Force est de constater que les stéréotypes de cette région du monde persistent encore (Ph. Abo)
On retrouve également l'artiste franco-marocaine Yasmina Bouziane. A travers sa série d'autoportraits «Inhabited by Imaginings We Did Not Choose», elle restaure l'intégrité des Marocaines qui, jadis, furent photographiées pour le recensement des différentes physionomies arabes. Le titre lui-même, «Habités par des imaginations que nous n'avions pas choisies», correspond à une thèse critique.
La série se présente comme une courte histoire visuelle. À la façon des cartes postales anciennes, usant de la mise en scène du studio, la photographe incarne devant son objectif tous les rôles, du modèle à celui de photographe. L'exposition donne également à voir la Marocaine Lalla Essaydi.
Cette artiste utilise différents médiums dont notamment la peinture, la calligraphie, l'installation, la photographie argentique et la vidéo, au travers desquelles elle questionne les images de l'identité féminine arabe tout en démontant les clichés circulant à propos de ces femmes.
Reprenant les codes de la peinture orientaliste qui a produit des scènes de femmes dans des harems, cachées et isolées derrière des voiles et des murs. L'artiste récupère et déconstruit ces images qui continuent d'influer sur l'idée que se font les Occidentaux des femmes arabes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.