World Policy Conference : L'urgence d'une nouvelle gouvernance mondiale    Outsourcia fait l'acquisition de la société française Simplify    Dialogue social : El Otmani rencontre syndicats et employeurs    TGR : Le déficit budgétaire s'est creusé à 32,3 MMDH en septembre    Il fait l'actu : Kaiss Saïed, nouveau président de la Tunisie    Arab Reading Challenge: La Marocaine Fatima Zahra Akhiar passe en finale    Le 3e Salon maghrébin du livre fait la part belle aux enfants    Samira Said à Muscat    FRMF: Tout savoir sur les billets du match Maroc-Algérie locaux    TIBU Maroc présente la 1ère promotion de «Intilaqa»    Yemoh & The Minority Globe lance «Welcome to Africa» le 25 octobre    Ligue des champions de la CAF : Le WAC gagnera par forfait contre l'USMA    Les violations des droits humains à Tindouf mises à nu    Brexit: Un accord « possible » dans la dernière ligne droite, selon Dublin    Programme Bades: Le démenti de la CGI/CDG    Suite à une réunion avec la tutelle : Les transporteurs routiers de marchandises annulent leur grève    Moga Festival. L'électro métissé d'Essaouira !    À Hong Kong, la violence des radicaux n'entame pas l'unité du mouvement    Joie dans les rues de Quito pour célébrer la fin de la crise    Le Maroc tenu en échec par la Libye en attendant le Gabon ce mardi    Ouverture de la première session de la 4e année législative    Edito : Banques    Paul Kagame : « Le développement de l'Afrique relève de la responsabilité des Africains »    Le Maroc remporte à Abu Dhabi le Championnat arabe du muay-thaï    Fès : Trois individus arrêtés en flagrant délit de possession de plus de 2 t de chira    Vidéo. Marrakech : L'accident enregistré par une caméra de surveillance    WPC de Marrakech : La ‘‘Route de la Soie'', entre alarmistes et réalistes    Tunisie : Kais Saed vainqueur de la Présidentielle    Bleus : Plan D comme Deschamps, monsieur bricolage    La quête d'un équilibre défensif    Le nouvel échéancier de paiement de l'IATA inquiète les voyagistes marocains    Ferme soutien au Plan d'autonomie au Sahara    La sensibilisation à la santé mentale au menu d'une rencontre à Rabat    Grave menace sur le passage frontalier d'El Guerguarat    Une délégation parlementaire marocaine participe à la 141ème Assemblée de l'UIP    Le village solaire d'Id Mjahdi se dote d'un Centre éducatif    La Banque africaine de développement soutient l'entrepreneuriat des jeunes et l'innovation au Maroc    Euro-2020 : L'Italie qualifiée, l'Espagne devra attendre    BMCE Bank of Africa organise une master class sur le "personal branding"    "Achoura" de Talal Selhami remporte un nouveau prix en Espagne    Le musée Farid Belkahia ouvre ses portes aux œuvres de Hassan Hajjaj    Eradication du mariage des mineurs    Epidémiologie cancer du col de l'utérus au Maroc    Météo: Le temps qu'il fera ce dimanche    Fès : Saisie de plus de 2t de chira    Le roi félicite le Premier ministre éthiopien lauréat du Prix Nobel de la paix    Marrakech : Trois morts et 22 citoyens écrasés par un conducteur en état d'ébriété    Le jour où Elton John a vu la reine Elizabeth II perdre son sang-froid    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Festival de Fès de la culture soufie: Un terreau culturel pour les penseurs
Publié dans L'Economiste le 17 - 10 - 2018

Rrevisiter une matrice culturelle et patrimoniale, un usus culturel propre du Maroc. Celui constituant le lien et le pacte de confiance entre le Roi, commandeur des croyants, et la société civile. Telle est la mission assignée au Festival de Fès de la culture soufie qui se tiendra sous le haut patronage du Roi. Prévue du 20 au 27 octobre, sa 11e édition esquissera «la présence du soufisme».
«Seul le Maroc pourra tenir ce genre d'événement. Car, il a su créer un modèle sociétal et culturel, porté par le Souverain, et s'exprime par la société civile», confie Faouzi Skali, président du festival. Pour lui, «le rôle de l'Islam du renouveau, dynamique et créatif de valeurs, est véhiculé par cette culture vivante qui est le soufisme». Dans cette optique, le Maroc se démarque par son modèle de l'Islam et son ouverture. Il est regardé avec attention par de nombreux pays en Afrique et en Occident.
«C'est un modèle qui fonctionne et renoue avec la vocation civilisationnelle de l'Islam producteur de valeurs universelles, respect et diversité des cultures et des religions», renchérit l'anthropologue. Ainsi, le festival de Fès permet une reconnexion avec un patrimoine vivant qui répond aux besoins spirituels de notre époque. L'événement amène naturellement les festivaliers aux dimensions spirituelles saines et ouvertes.
Pour endiguer les graves lacunes religieuses de nos jours et contrecarrer le fanatisme, le festival soufi explore chaque année des thématiques différentes. Le but est de défrîcher tous les domaines de la réflexion et poser des questions essentielles. Parmi lesquelles figurent la «place de la femme dans l'Islam», «comment penser le spirituel et enrichir l'art», «religion et droits de l'homme», etc.
Tout le défi est de créer un terreau culturel qui tâche d'apporter concrètement des réponses novatrices sur la dimension sociale et spirituelle, en sollicitant la réflexion et la pensée des intellectuels. Invités aux débats de la médersa Bouinaniya, ces derniers développent une résonance historique et une articulation naturelle entre le patrimoine architectural et des questions d'actualité.
Seul le Maroc, avec la liberté dont jouit la société civile, peut produire un tel événement en présence d'experts et chercheurs qui puisent dans le soufisme une inspiration artistique et spirituelle.
Programme
Une programmation assez riche et variée pour la 11e édition du festival soufi qui se tiendra à Bab Al Makina, Jardin Jnane Sbill et la salle de la préfecture de Fès-Médina. L'événement accueille en ouverture la création artistique «Ode aux femmes mystiques», avec Carole Latifa Ameer, Leili Anvar, Françoise Atlan, Bahaa Ronda, Driss Berrada et l'Ensemble Rhoum El Bakkali de la Hadra Chefchaounia à Bab Al Makina. Ensuite, plusieurs Tariqas marocaines (Boutchichiya, Sqalliya, Sharqawiya, Rissouniya, Wazzaniya…) défileront. Au menu de cette édition 2018, il y a également des tables rondes tout au long du festival, un concert de l'Ensemble Al Firdaus de Grenade avec Ali Keeler et Marouane Hajji, et une clôture en compagnie des Derviches et chants spirituels du Cham.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.