De la nécessité d'investir dans la jeunesse    Jeux africains : l'Egypte domine le classement, le Maroc 4ème    Fouzi Lekjaa démissionne de la présidence de la RSB    L'orchestre philharmonique Symphonyat attendu à l'hippodrome de Casablanca    Kelaât Sraghna : Elle rend l'âme lors d'une soirée arrosée    Festival «Oued Eddahab » : Le coup d'envoi ce vendredi    Festival Tifawin : Les arts du rural en fête    Le KACM signe un contrat de haut niveau    Vers la création d'un centre sino-marocain de médecine traditionnelle    Retour en Europe : Ce passage est à éviter ce weekend    Transfert: Le PSG « intransigeant » sur le cas Neymar, selon la presse    Les ministres de tutelle veulent professionnaliser le sport dans le continent    Le cinéma sans frontières fait escale à Berkane    Des migrants privés de terre ferme, d'autres de secours    Italie: Deuxième jour de consultations pour sortir de la crise    Boris Johnson reçu par Macron, tenant de la fermeté sur le Brexit    Crise de Hong Kong: Craignant un Tian an men 2, Pékin tergiverse…    Le «grand jihad», lancé à l'aube de l'Indépendance, se poursuit    Marché immobilier : Les ventes toujours en repli    Finance climatique. Une délégation marocaine en Corée    Ces jeunes artistes marocains qui brillent de mille feux    Arrestation à Sidi Slimane d'un individu soupçonné d'assener des coups mortels à sa femme    Service militaire : Démarrage de l'incorporation des appelés    Casablanca : des têtes d'ânes découvertes à Hay Mohammadi    Maroc–Iles Fidji : Vers un partenariat mutuellement bénéfique    20 ans de règne : Un billet commémoratif de 20 DH émis par BAM    Grâce à la recharge *5 : Inwi démocratise l'achat d'applications sur Google Play Store    Fête de la Jeunesse : 443 personnes graciées    La relance sur fond de responsabilité    Edito : Révolution    Service militaire obligatoire : 900 candidats accueillis à Oujda    Accidents de la route : 30 morts et 1.615 blessés en périmètre urbain    Discours du roi. Un modèle de développement aux spécificités marocaines    La détérioration de la qualité de l'eau entrave la croissance économique    La fragile économie du lac Malawi victime du climat et de la surpêche    La propriété intellectuelle, pilier de la croissance en Afrique    Giuseppe Conte, "le Monsieur Nobody", passé de l'ombre à la lumière    Les femmes seraient diagnostiquées plus tardivement que les hommes    Ces stars qui ont vu leur carrière basculer    Le discret mais lucratif trafic de fossiles à Erfoud    Insolite : Trump ne construira pas de gratte-ciel au Groenland    Manchester United condamne des injures racistes reçues par Paul Pogba    Ligue des champions : L'Ajax accroché et Mezraoui expulsé    Ronaldo: 2018 a été l'année la plus difficile sur le plan personnel    Des enfants maqdessis visitent des sites touristiques à Tanger    Première édition du Festival international Cinéma & Littérature à Safi    L'écrivain Yann Moix provoque la polémique en se décrivant en enfant battu    Coups de feu sur le tournage du clip du rappeur Booba    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Agrumes: Qu'est-ce qui ne marche pas?
Publié dans L'Economiste le 13 - 03 - 2019

C'est à l'ensemble des intervenants d'imaginer des alternatives aux problématiques de la surproduction, contraintes climatiques et problématiques de l'export et de la commercialisation (Ph. A.K)
Avec une contribution de 20% aux exportations agricoles marocaines, générant plus de trois milliards de DH de recettes par an, la filière agrumicole constitue un véritable levier de croissance et de développement socio- économique.
«La filière des agrumes qui s'étale sur une superficie de 128.000 hectares, joue un rôle économique et social important. Elle assure des revenus pour 13.000 producteurs. Elle fournit ainsi 120.000 emplois stables et 30 millions jours de travail/an», précise Mohamed Sadiki, secrétaire général du ministère de l'Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts.
Cette filière peut être encore plus rentable à condition qu'elle bénéficie d'un meilleur accompagnement logistique et que de nouvelles perspectives de croissance s'ouvrent à elle. C'est ce qui ressort des différentes interventions aux deuxièmes journées agrumicoles tenues les 8 et 9 mars à l'Agropole de Berkane. La filière des agrumes Maroc a atteint ses objectifs de production mais piétine encore au niveau de l'export.
Au lieu d'atteindre les 1,2 million tonnes d'exportation par an, stipulées dans le contrat programme 2008/2018, elle peine à dépasser les 664.000 tonnes réalisées au cours de la dernière campagne. À part la variété Nadorcott qui bénéficie de l'exclusivité et la protection sur le marché européen, les autres variétés souffrent d'une concurrence de plus en plus accrue.
«Constat qui démontre qu'on n'a pas la compétitivité logistique requise pour être plus performant et s'imposer sur certains marchés», explique Abdellah Jrid, président de l'Association des producteurs d'agrumes du Maroc (ASPAM). D'où la nécessité de revoir les approches et d'instaurer de nouveaux mécanismes de commercialisation.
Les ajustements sont à porter en matière de valorisation des stations de conditionnement, des unités de transformation, organisation du marché local et l'octroi de subventions pour optimiser les différents paramètres de la logistique. «Il faut également revoir à la hausse le prix des récoltes destinées à la transformation et accorder 50 centimes/kg d'aide aux producteurs pour qu'ils puissent tirer profit des fruits écrasés», ont préconisé plusieurs intervenants lors de ces journées.
Les unités existantes à Berrechid et Casablanca traitent seulement le 1/3 des 120.000 tonnes destinées à ce créneau. Un manque énorme qui sera rattrapé grâce aux apports des nouvelles unités agroalimentaires à Berkane et Souss-Massa.
Les superficies réservées aux agrumes ont connu une augmentation de 51 % et sont passées de 51.000 ha en 2008 à 128.000 ha au lieu des 105.000 ha programmés initialement ( +22 %) . Idem pour la production qui est passée de 1,3 million de T en 2008 à 2,62 millions de T en 2018, sans, pour autant, atteindre les 2,9 millions tonnes recommandées par le contrat programme.
Pour remédier aux contre performances commerciales, la filière a bénéficié de plusieurs actions d'accompagnement: contributions du département de tutelle de 25 à 30 % pour la création de 47 unités de refroidissement et stockage des oranges, subvention de 30 millions de DH pour la réalisation d'une grande unité de production de jus d'oranges.
Ali KHARROUBI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.