Bac 2019. 150 personnes interpellées pour fraude    AWB lance un emprunt obligataire d'un milliard de dirhams    Maroc Telecom, 1ère privatisation du programme de la LdF 2019    Un suspect arrêté dans l'affaire de l'agression d'une allemande    Crise au PAM : la réunion de la commission préparatoire maintenue à Agadir    BAC 2019. Les résultats seront affichés le 26 juin    Larache: Coup d'envoi du 9e festival international d'équitation « Mata »    Inauguration officielle du Smap Paris 2019    CAN 2019 : Royal Air Maroc mobilise 54 vols supplémentaires depuis et vers l'Egypte    Relance du secteur immobilier : Fassi Fihri sollicite les MRE    Arabie Saoudite: Le conflit s'intensifie    Dialogue social: à combien s'élève le coût de l'accord ?    Bac: Nouveaux cas de triche!    Enseignement public payant: Le niet des parents    Visa se mobilise pour la CAN    Marrakech: Le festival des arts populaires fête un demi-siècle    Un salon pour encourager les jeunes à lire    Dialogue social : Le coût global de l'accord s'élève à plus de 14 milliards de dirhams    SAEDM et REALITES scellent un partenariat    Copa America : Le Brésil en reconquête sans Neymar    Les sanctions de la Commission de discipline et de fair-play    Meeting International Mohammed VI : Beau plateau attendu aux épreuves de sprint    Le Mpay Forum, un observatoire de veille en Mobile payment, Mobile banking et Fintech    Un roadshow national pour promouvoir l'accès des TPME au financement et à la commande publique    Activités du parti    Attaques contre deux pétroliers en mer d'Oman    Pour améliorer le goût de vos aliments, mangez assis !    Insolite : Le tatouage du patron de Twitter    Jessica Préalpato, la pâtissière qui bouscule le dessert    Rapatriement des familles de l'EI Que font leurs pays d'origine ?    News    Younes Moujahid à la tête de la FIJ    Zagora à l'honneur du "Moroccan day" aux Etats-Unis    "Rolling Thunder Revue", quand Scorsese s'amuse à raconter Dylan    Nouvelle édition du Moussem culturel international d'Assilah    CAN 2019. Ce qui attend les Lions de l'Atlas    La Fondation nationale des musées s'allie au ministère de la culture    Célébrations de la Fête du Trône. Les consignes du ministère de la Maison royale, du protocole et de la chancellerie    Moujahid, premier journaliste arabe et africain à la tête de la FIJ    Ouyahia écroué, Sellal entendu par un juge d'instruction    Le Suriname salue le rôle de «leader africain» de SM le Roi Mohammed VI    Taper sur Trump? C'est possible à un salon tech en Chine    NBA : Toronto fait chuter Golden State et s'offre son premier titre    Caractère officiel de l'amazigh : Le conseil provincial de Tiznit premier à passer à l'acte    Entre pirates, collision ou missiles, les tankers évoluent en eaux troubles    Compromis européen sur un budget de la zone euro    La protection des données revêt une importance capitale pour Bank Al-Maghrib    Journée mondiale des donneurs de sang    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Arabæsque», une synthèse subtile entre traditions musicales orientales et occidentales
Publié dans L'Economiste le 17 - 05 - 2019

La diva libanaise Fadia Tomb El Hage, une des rares voix formées dans les deux cultures et techniques vocales orientale et occidentale, les virtuoses Jihad Al-Chemaly au oud et Pierre Rigopoulos à la percussion ainsi que le pianiste Marouan Benabdallah ont interprété «Zarani», une relecture de Mouwashahate. Une œuvre du compositeur libanais Zad Moultaka (Ph. ARM)
C'est un trio d'exception qu'a réussi à rassembler, autour de lui, le pianiste concertiste marocain à la carrière internationale, Marouan Benabdallah. La diva libanaise Fadia Tomb El Hage, une des rares voix formées dans les deux cultures et techniques vocales orientale et occidentale, accompagnée par les virtuoses Jihad Al-Chemaly au oud et Pierre Rigopoulos à la percussion.
L'ensemble s'est retrouvé à l'Académie du Royaume du Maroc, en mars dernier, pour un concert de très grande facture. Le pianiste poursuit ainsi, en partenariat avec l'Académie, son projet «Arabæsque», initié en septembre 2014.
Le projet a pour objectif de rechercher les compositeurs classiques arabes et de présenter leurs œuvres sur la scène de concert internationale. Contemporains, pour la plupart, ils sont quelque 97 compositeurs de musique classique dite «occidentale», méconnus du grand public, à avoir été répertoriés par le projet, suite à des recherches minutieuses dans différentes bibliothèques et collections privées.
Des compositeurs ont eu des parcours différents: certains ont étudié aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, en France, en Autriche, en Allemagne, en Ukraine, en Russie, et aujourd'hui, ils vivent en Amérique, en Europe, et certains sont rentrés dans leur pays d'origine. La particularité de ces artistes, bien qu'écrivant dans la tradition, c'est-à-dire dans les formes et structures dites occidentales, est qu'ils intègrent toujours une touche rythmique ou mélodique orientale.
Autrement dit, ils créent une synthèse originale qui rend ce répertoire absolument unique. C'est le cas d'ailleurs de Zad Moultaka, l'artiste mis à l'honneur lors de cette édition. Compositeur libanais né à Beyrouth en 1967, ce dernier, à peine sorti du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris, était destiné à une brillante carrière pianistique.
Et pourtant, il décida de tout arrêter afin de se consacrer entièrement à la composition, hanté par les contradictions et l'impossible synthèse entre l'écriture savante occidentale et la tradition orale arabe. Il y parvient cependant après une longue période de recherches et d'expérimentations, pour notre plus grand bonheur… Il compose «Zarani» en 2002, une relecture de quelques Mouwashahate, traditionnellement interprétées par une voix accompagnée d'un ensemble instrumental, et auxquels s'ajoute le piano venu les contrarier ou les renforcer.
Un chef-d'œuvre représentant l'esprit même d'Arabæsque, une synthèse subtile, où traditions musicales orientales et occidentales, quarts de ton de la voix ainsi que du oud et sonorités tempérées du clavier, écriture polyphonique occidentale et linéarité mélodique, se mêlent pour créer, à la lisière du sensuel et du spirituel, un langage nouveau, à la croisée des cultures.
A.Bo
Un Rbati au firmament
Marouan Benabdallah est incontestablement le principal représentant de son pays natal, le Maroc, sur la scène de concert internationale. Avec un héritage musical profondément enraciné dans la tradition hongroise, Benabdallah a reçu sa formation au Conservatoire Béla Bartók et à l'Académie Franz Liszt de Budapest, et en 2008, s'est vu décerner la médaille du Parlement hongrois «en reconnaissance de son talent exceptionnel et de ses accomplissements dans le domaine musical».
Une distinction qu'il partage avec des artistes tels que Placido Domingo, José Cura et bien d'autres. Lauréat de nombreux concours internationaux (Naples, Hilton Head, Rubinstein), sa carrière internationale débute en 2003 après son succès triomphal au concours de la Radio hongroise et du Grand prix d'Andorre. Depuis lors, l'artiste, natif de Rabat en 1967, est régulièrement salué par la critique pour son «instinct lyrique» (New York Times), sa «virtuosité naturelle époustouflante» (Nice-Matin), son «style élégant et raffiné» (Cleveland Plain Dealer) ainsi que son «énergie rythmique et un sens irrésistible de la dynamique» (Washington Post). Les appréciations ne se limitent pas à la presse, puisque Marouan est décrit par le légendaire Ferenc Rados comme un «remarquable musicien», tandis que le célèbre pianiste Daniel Barenboim reconnaît sa «spontanéité» et son «jeu naturel».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.