Casablanca : Cinq individus arrêtés pour possession et trafic de comprimés psychotropes    PLF 2020 : la première partie adoptée par la Chambre des représentants    Concurrence. Comment peut-elle contribuer à la croissance ?    Benchaâboun : Les caisses de retraite doivent « se réveiller »    Macky Sall primé à MEDays    Brahim El Mazned invité du Forum de la MAP le mardi 19 novembre    Golf : Maha Haddioui remporte le tournoi Omnium VI    Sports équestres : Le championnat des jeunes chevaux, barbes et arabes barbes au Domaine de Sidi Berni    Mohamed Berrada appelle à agir en faveur de l'entreprise de presse    Race désert marathon : Une 4ème édition en trois étapes    En pleine guerre commerciale, l'économie chinoise souffre    Mondiaux de para-athlétisme: Cinq médailles, dont une en or pour le Maroc    Bourita reçoit le nouvel ambassadeur du Gabon au Maroc    La cigarette électronique enfin réglementée et fiscalisée    Université Al Akhawayn : Passation de fonctions entre Driss Ouaouicha et Amine Bensaid    Distinction : M. et Mme Benjelloun, des personnalités visionnaires    Le groupe BCP mobilise 300 millions d'euros pour la Côte d'Ivoire    Sponsors, attention à vos poches!    Semaine de la cuisine italienne dans le monde : Forte participation marocaine à la 4ème édition    L'Association enfance et découverte présente son nouveau programme digital pour enfants !    Météo : Chutes de neige et vague de froid au menu…    Autisme. Moussali accélère la prise en charge    Evasif sur la Syrie, Trump loue le travail de son « ami » Erdogan    La MINUSCA rend hommage au soldat marocain mort en Centrafrique    Les synagogues de Mogador, des lieux vivants où la mémoire dialogue avec l'histoire!    El Majhad remplace Zniti dans la liste d'Halilhodzic    Rialto se revêtit de sa parure nuptiale!    Destitution de Trump: Un témoin clé enfonce le clou au Congrès    Gaza. Huit palestiniens d'une même famille tués par l'armée israélienne    Financement des projets. Les mesures d'accompagnement dévoilées    France-islamophobie : Pour un morceau de tissu !    La réponse du berger à la bergère : La FRMSS n'y va pas avec le dos de la cuillère    Les activités de Google en matière de santé suscitent des inquiétudes aux Etats-Unis    Emmanuel Dupuy : Les Etats prennent conscience de l'enjeu stratégique d'Internet    Divers    Participation marocaine au Forum de Paris sur la paix    Insolite : Dispositif anti-oubli de bébé    Driss Lachguar et Habib El Malki rendent visite à Mohamed Lahbabi    Des fossiles donnent de précieux indices sur notre évolution vers la marche    Le vapotage n'est pas sans risque pour le système cardiovasculaire    La Libye veut s'inspirer de l'expérience pionnière du Maroc en matière de développement de l'investissement    Autorisations accordées aux salariés étrangers : Il y a chiffres et chiffres    Divers Economie    David Villa prend sa retraite    Tottenham intéressé par Hakim Ziyech    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    Claudia Wiedey : Le cinéma, un vecteur important pour le renforcement du dialogue entre les sociétés    "Cinéma et opérette", thème de la 9ème édition des Journées cinématographiques des Doukkala    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Arabæsque», une synthèse subtile entre traditions musicales orientales et occidentales
Publié dans L'Economiste le 17 - 05 - 2019

La diva libanaise Fadia Tomb El Hage, une des rares voix formées dans les deux cultures et techniques vocales orientale et occidentale, les virtuoses Jihad Al-Chemaly au oud et Pierre Rigopoulos à la percussion ainsi que le pianiste Marouan Benabdallah ont interprété «Zarani», une relecture de Mouwashahate. Une œuvre du compositeur libanais Zad Moultaka (Ph. ARM)
C'est un trio d'exception qu'a réussi à rassembler, autour de lui, le pianiste concertiste marocain à la carrière internationale, Marouan Benabdallah. La diva libanaise Fadia Tomb El Hage, une des rares voix formées dans les deux cultures et techniques vocales orientale et occidentale, accompagnée par les virtuoses Jihad Al-Chemaly au oud et Pierre Rigopoulos à la percussion.
L'ensemble s'est retrouvé à l'Académie du Royaume du Maroc, en mars dernier, pour un concert de très grande facture. Le pianiste poursuit ainsi, en partenariat avec l'Académie, son projet «Arabæsque», initié en septembre 2014.
Le projet a pour objectif de rechercher les compositeurs classiques arabes et de présenter leurs œuvres sur la scène de concert internationale. Contemporains, pour la plupart, ils sont quelque 97 compositeurs de musique classique dite «occidentale», méconnus du grand public, à avoir été répertoriés par le projet, suite à des recherches minutieuses dans différentes bibliothèques et collections privées.
Des compositeurs ont eu des parcours différents: certains ont étudié aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, en France, en Autriche, en Allemagne, en Ukraine, en Russie, et aujourd'hui, ils vivent en Amérique, en Europe, et certains sont rentrés dans leur pays d'origine. La particularité de ces artistes, bien qu'écrivant dans la tradition, c'est-à-dire dans les formes et structures dites occidentales, est qu'ils intègrent toujours une touche rythmique ou mélodique orientale.
Autrement dit, ils créent une synthèse originale qui rend ce répertoire absolument unique. C'est le cas d'ailleurs de Zad Moultaka, l'artiste mis à l'honneur lors de cette édition. Compositeur libanais né à Beyrouth en 1967, ce dernier, à peine sorti du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris, était destiné à une brillante carrière pianistique.
Et pourtant, il décida de tout arrêter afin de se consacrer entièrement à la composition, hanté par les contradictions et l'impossible synthèse entre l'écriture savante occidentale et la tradition orale arabe. Il y parvient cependant après une longue période de recherches et d'expérimentations, pour notre plus grand bonheur… Il compose «Zarani» en 2002, une relecture de quelques Mouwashahate, traditionnellement interprétées par une voix accompagnée d'un ensemble instrumental, et auxquels s'ajoute le piano venu les contrarier ou les renforcer.
Un chef-d'œuvre représentant l'esprit même d'Arabæsque, une synthèse subtile, où traditions musicales orientales et occidentales, quarts de ton de la voix ainsi que du oud et sonorités tempérées du clavier, écriture polyphonique occidentale et linéarité mélodique, se mêlent pour créer, à la lisière du sensuel et du spirituel, un langage nouveau, à la croisée des cultures.
A.Bo
Un Rbati au firmament
Marouan Benabdallah est incontestablement le principal représentant de son pays natal, le Maroc, sur la scène de concert internationale. Avec un héritage musical profondément enraciné dans la tradition hongroise, Benabdallah a reçu sa formation au Conservatoire Béla Bartók et à l'Académie Franz Liszt de Budapest, et en 2008, s'est vu décerner la médaille du Parlement hongrois «en reconnaissance de son talent exceptionnel et de ses accomplissements dans le domaine musical».
Une distinction qu'il partage avec des artistes tels que Placido Domingo, José Cura et bien d'autres. Lauréat de nombreux concours internationaux (Naples, Hilton Head, Rubinstein), sa carrière internationale débute en 2003 après son succès triomphal au concours de la Radio hongroise et du Grand prix d'Andorre. Depuis lors, l'artiste, natif de Rabat en 1967, est régulièrement salué par la critique pour son «instinct lyrique» (New York Times), sa «virtuosité naturelle époustouflante» (Nice-Matin), son «style élégant et raffiné» (Cleveland Plain Dealer) ainsi que son «énergie rythmique et un sens irrésistible de la dynamique» (Washington Post). Les appréciations ne se limitent pas à la presse, puisque Marouan est décrit par le légendaire Ferenc Rados comme un «remarquable musicien», tandis que le célèbre pianiste Daniel Barenboim reconnaît sa «spontanéité» et son «jeu naturel».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.