Le monde arabe en 2033 [Analyse]    Chambre des conseillers : adoption d'un projet de loi relatif à la Fondation des œuvres sociales des fonctionnaires et auxiliaires des collectivités territoriales    15 pistes pour une relance par l'investissement et la consommation    Les usagers des autoroutes invités à organiser leurs voyages à l'avance    Covid-19: le confinement sanitaire ré-appliqué pour les fonctionnaires de trois établissements pénitentiaires    Les villes-hôtes candidates se mettent au travail    Renard: «j'ai conseillé à Achraf d'accepter le transfert à l'Inter»    Futsal: Hicham Dguig prolonge jusqu'en 2024    Tensions sino-américaines en mer de Chine    Biennale de Danse en Afrique du 22 au 27 mars 2021    51e FNAP: la ville ocre vibre aux rythmes des arts Populaires    Le développement économique et social au centre d'une rencontre entre la CGEM et le PPS    BDS – Défendre une cause c'est bien, respecter les avis des autres c'est mieux    Hausse du SMIG : Voici ce que vous devez savoir    Milouda: Une leçon de vie écrite aux couleurs de l'espoir    La Fondation du Forum d'Assilah annonce son programme d'activités culturelles et artistiques d'été    Le président brésilien annonce sa contamination au Covid-19    Le prince Moulay El Hassan décroche son bac    La Chambre des conseillers: adoption en commission d'un projet de loi édictant des mesures spécifiques à l'état d'urgence sanitaire    Le Wydad entame sa préparation collective à Agadir    Les mosquées ouvriront leurs portes    Officiel: la date de réouverture des mosquées au Maroc    Qui est Driss Isbayene, le nouvel ambassadeur du Maroc au Mali ?    Côte d'Ivoire : Drogba brigue le poste de président de la FIF    Meilleurcreditimmo.ma lance le premier programme de parrainage en ligne au Maroc    Tanger-Tétouan-Al Hoceima : Plusieurs projets de développement adoptés    Le Marocain Aziz Krir remporte le titre    Hamza Mehimdate, un photographe émotionnel    Forte vague de chaleur mardi et mercredi dans plusieurs provinces marocaines    L'Égypte, la France, l'Allemagne et la Jordanie avertissent Israël contre ses projets d'expansion    Mauritanie : l'ex-président convoqué devant une commission d'enquête    Casablanca: il a tout perdu à cause de l'incendie de sa chambre (VIDEO)    COVID-19. Pour qui roule l'OMS?    La loi de finances rectificative au menu du Conseil de gouvernement    Coronavirus au Maroc: 186 cas supplémentaires, 14.565 au total    Fermeture des frontières: le nombre de MRE ayant rejoint leurs pays de résidence    Immigration clandestine: baisse des arrivées sur les côtes espagnoles    La Chambre des représentants réagit au dernier rapport d'Amnesty    Les États-Unis n'accorderont pas de visas aux étudiants étrangers si les cours sont en ligne    Nador: une cellule terroriste démantelée par le BCIJ    Coronavirus : 186 nouveaux cas, 14.565 cas au total, mardi 7 juillet à 10h    Adil Bouaouad en quête de « rédemption »    « Derb Mila » à Casablanca embelli par des fresques murales    Le CCSRS examine les risques systémiques pesant sur le système financier    1.107 cas de triche au bac détectés    La marocanité du Sahara ou l'obsession algérienne    Ennio Morricone, le Beethoven du western spaghetti    France: la composition du nouveau gouvernement attendue ce lundi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Contemporary African Art Fair: à Marrakech, la culture reste «Capitale»
Publié dans L'Economiste le 20 - 02 - 2020

Qu'importe si Marrakech n'est plus la capitale culturelle de l'Afrique pour 2020, la ville ocre s'apprête à vivre une semaine des plus arty avec la troisième édition de la 1-54, la Contemporary African Art Fair, qui s'établit à partir de ce jeudi dans le mythique palace de la Mamounia.
La première foire internationale dédiée à la promotion de l'art contemporain d'Afrique et de la diaspora présente une sélection de 20 galeries du 22 au 23 février 2020, précédée d'un vernissage pour la presse et les collectionneurs les 20 et 21 février. Née en 2013 à New York, la 1-54, créée par Touria El Glaoui, est désormais un évènement international incontournable pour les amateurs et collectionneurs d'art.
Après une version londonienne en 2015, la manifestation s'installera pour la première fois en Afrique, en 2018. «Le choix de Londres et New York est évident parce que ce sont des capitales mondiales de l'art et qu'il fallait qu'on ait une visibilité dans ces plateformes internationales.
Le choix de Marrakech répond à une démarche différente. D'abord il est important qu'un évènement qui traite de l'art contemporain africain se passe en Afrique, il faut que les Africains voient de l'art africain sur leur continent.
Depuis 2013 c'est donc un but en soi, sauf que la majorité des collectionneurs sont à l'étranger. New York et Londres marchent avec une certaine dynamique de collectionneurs internationaux, mais avec très peu de collectionneurs africains. Or cette audience-là existe, elle grandit chaque année et on la voit se déplacer à Londres et à New York et ils sont heureux de venir à Marrakech.
Soad Abdelrasoul, Plongée dans la nature, 2017 (Ph. Galerie Mashrabia d'art contemporain)
L'idée en fait c'est de créer une plateforme et une destination internationale en Afrique et pour ça Marrakech est la ville la plus indiquée. Elle réunit l'Afrique, l'Europe et le Moyen-Orient» nous disait l'initiatrice du projet, lors de la précédente édition. Pari gagné.
Aujourd'hui ce sont quelque 20 galeries de premier plan provenant de 10 pays: l'Afrique du sud, l'Allemagne, la Belgique, la Côte d'Ivoire, l'Egypte, la France, l'Italie, le Maroc, le Royaume-Uni et le Sénégal qui présenteront les travaux de plus de 70 artistes émergents et reconnus, travaillant via une multitude de médiums et représentant une grande variété de perspectives.
Les artistes exposés proviennent de 20 pays: l'Afrique du Sud, l'Angola, la Belgique, le Cameroun, la Côte d'Ivoire, l'Egypte, les Etats-Unis, la France, le Gabon, le Ghana, la Guinée-Bissau, Madagascar, le Mali, le Maroc, le Nigeria, la République du Congo, la République Démocratique du Congo, le Sénégal, le Soudan et le Togo.
La 1-54 propose également trois expositions individuelles avec trois artistes majeurs du continent. Le soudanais Hussein Salim, le camerounais Jean David Nkot et enfin le marocain Mounir Fatmi. Adossé à cela, un programme de conférences proposera des discussions d'artistes et des tables rondes avec des conservateurs, des artistes et des producteurs culturels du monde entier.
Le projet sera dirigé par l'équipe de conservation de The Showroom, s'inspirant pour sa méthodologie de son programme Communal Knowledge, un espace artistique indépendant dont le but est de générer un engagement auprès de sa communauté locale du Nord-Ouest de Londres et qui explorera le potentiel de transposition de cette méthodologie dans d'autres contextes.
L'objectif étant d'élaborer une nouvelle feuille de route des méthodologies collectives organisationnelles et institutionnelles issues de cette rencontre entre artistes, militants, institutions et organisateurs communautaires. De Somerset House à Londres, en passant par le Pioneer Works à New York, à la Mamounia à Marrakech, l'initiatrice du projet à réussi à renforcer le réseau mondial développé par 1-54 au cours des sept dernières années permettant à l'événement d'élargir son influence et de diversifier la liste des galeries exposantes ainsi que des artistes présentés. Mais au-delà du succès commercial, c'est indéniablement la dynamique exceptionnelle enclenchée par la 1-54 dans la ville ocre qui est à saluer.
Fait assez rare dans le landerneau culturel national, où les petits calculs personnels font souvent avorter toute tentative de fédération, les acteurs de la ville ocre semblent avoir compris tout l'intérêt d'une synergie culturelle. Grâce à ces efforts, et à une scène artistique des plus dynamiques, Marrakech est aujourd'hui l'une des villes les plus attractives du continent, dans le domaine des arts visuels.
C'est ainsi que la ville entière s'apprête à entrer dans un tourbillon culturel, où expositions, performances, talks et autre vernissages mondains vont se succéder à grande allure. Un long week-end intense auquel participent les principales institutions et galeries de la ville à travers un vaste programme d'évènements parallèles à la foire.
Parmi elles, les plus importants ou les plus pointus, tels que le Musée d'Art Contemporain Africain Al Madeen (MACAAL), le Musée Yves Saint Laurent Marrakech, la Fondation Montresso*, Le 18 derb El ferrane, le Comptoir des Mines Galerie ou encore l'Institut français.
Un bon carnet d'adresses
Il est évident qu'au-delà de l'énergie créative et culturelle qu'elle engendre, une foire ne peut survivre que par les acheteurs et autres collectionneurs qui font le déplacement des autres villes mais surtout de l'étranger. Pour organiser un tel évènement, il faut avoir un sérieux réseau d'influence. Ce qui est visiblement le cas de Touria El Glaoui, fille du peintre Hassan El Glaoui et petite-fille de Thami El Glaoui, le puissant pacha de Marrakech. Dès la première édition, de grands collectionneurs ont répondu présent à l'instar de Clothilde et Bernard Herbo ou Catherine et Bertrand Julien-Laferrière, habitués des éditions londoniennes et new-yorkaises. Le spécialiste de l'art contemporain Daniel Tamplon, premier à faire découvrir en France des artistes comme Jean Michel Basquiat ou Andy Warhol, la galeriste et théoricienne de l'art Michelle Obadia, les célèbres marchands d'art parisiens Pierre et Marianne Nahon, le directeur Europe de la maison Artcurial Martin Guesnet, le directeur du Musée d'Art moderne de New York, Glenn Lowry, et Zoe Whitley de la Tate de Londres. Des collectionneurs nationaux également dans l'assistance, tels qu'Elisabeth Bauchet Bouhlal, patronne de l'hôtel Essaadi à Marrakech, Mohammed Bouzoubaa , PDG de TGCC et sponsor de la 1.54 ou encore Alami Lazrak, PDG d'Alliances et grand amateur d'art africain. Simon Njami, le directeur artistique de la Biennale de Dakar, le président de l'Institut du monde arabe Jack Lang, la curatrice internationale Marie Ann Yemsi, Jennifer Flay, directrice de la FIAC… étaient aussi de la partie.
Des femmes à l'honneur
Seloua Ejjennane, Commandar, 2016 (Ph. GDEB)
La 47 galerie Dar el Bacha propose à Dar Moulay-Ali, Maison de la France, une exposition collective 100% féminine. Soulèvements d'Alter Ego s'inscrit dans le désir de mettre à l'honneur la pluralité des artistes femmes marocaines simultanément qu'au refus de toute stigmatisation. Le rôle visuel participe à une collectivisation de la pensée autour de la figure féminine comme réponse aux enjeux sociétaux. Sans s'être passé le mot, le rouge est ici en filigrane entre les artistes. La couleur circule entre toutes, entre leurs veines et leur propre architecture. La féerie baroque d'Amina Benbouchta ébranle les non-dits saccageurs. L'exploration intime de Deborah Benzaquen sonne l'entendement de l'amour éternel. Les tissages de Soumiya Jalal amènent la transmission artisanale à une portée transcendantale. Les sculptures décalées de Seloua Ejjennane nous interpellent sur leur double-sens.
Yoko Ono au Macaal
Akira Ikezoe. CoconutHeadsaround the Ceramic Studio, 2019. Oil on canva. Courtesy the artist
Have you seen A horizon lately? un questionnement qui nous invite à percevoir et appréhender le monde différemment. Tiré d'une chanson de Yoko Ono l'exposition collective, proposée par le Musée d'Art Contemporain Africain Al Maaden (MACAAL) et commissariée par Marie-Ann Yemsi explore la «Politique de l'espace/lieu». Elle présente une sélection d'œuvres d'artistes internationaux émergents et établis, dont Yoko Ono (Etats-Unis), Kapwani Kiwanga (Canada - France), Rahima Gambo (Nigéria) et Amina Benbouchta (Maroc). À travers une variété de médiums et de nouvelles œuvres produites pour l'occasion, l'exposition voit ces artistes remettre en question leur environnement de manière sensible et engagée. Qu'ils soient inspirés par l'architecture, l'archéologie du paysage urbain ou les géographies personnelles en lien avec le corps et l'histoire, le travail de ces artistes contemporains entre en forte résonnance avec certaines des interrogations les plus urgentes qui agitent le monde actuel. Les questions autour de l'écologie, de la répartition inégale de la richesse et du pouvoir, de la colonisation des territoires, des situations d'oppression ainsi que les conceptions figées et réductrices en matière d'identité sont autant de thèmes explorés dans l'exposition.
Territoires
Dérive, 2019 Installation murale Ardoises traditionnelles en bois et argile blanche (Ph CDM)
Le Comptoir des Mines Galerie présente deux expositions dans son espace à Guéliz. Ressala est une exposition majeure de l'artiste Mohamed Arejdal dotée d'une dimension muséale et découle d'une volonté de défendre une vision alternative de l'art au Maroc et de proposer une autre lecture de la notion d'un «Grand Sud». Ne se limitant plus à un territoire spatial ou à une géographie du tiers monde, le « Grand Sud» mis en avant par l'artiste trouverait davantage son sens dans un agrégat de 7 coutumes, de pratiques humaines et de cultures devenues «minoritaires» qui se démarquent d'une «définition occidentale». Le rapport à la modernité, le colonialisme, les signes du sacré, les liens sociaux, les frontières et le nomadisme, sont les préoccupations ardentes de Mohamed Arejdal. Depuis sa récente installation à Tahanaout après avoir ressenti le besoin de quitter Casablanca, Fatiha Zemmouri réfléchit beaucoup à l'action de l'homme sur son «territoire intime, sa maison, son jardin, ses parcelles agricoles» et celle plus vaste opérée à l'échelle d'états et de régions. Elle porte un regard sur la question de l'appropriation et du bornage des terres à l'échelle individuelle, puis de transformations que chacun ressent pour créer son territoire idéal. Cette préoccupation la pousse à regarder et analyser l'histoire du monde lorsque des nations dominantes ont pu se partager des vastes territoires à l'époque coloniale pour servir leurs intérêts économiques.
Azéma, enfin l'expo
Maquette paysage kasbah, 1977 Gouache on cardboard (Private collection, Casablanca)
Le musée Yves Saint Laurent Marrakech présente la première exposition rétrospective consacrée au travail de Jacques Azéma (1910-1979), artiste français qui découvre Marrakech en 1930. Sa peinture, fortement empreinte de symbolisme, restitue un Maroc très personnel. Jacques Azéma a exercé une importante influence sur les artistes marocains de son époque, à Marrakech mais également à Casablanca, où il a longtemps enseigné à l'Ecole des Beaux-Arts. Cette exposition rassemble une quarantaine de dessins et peintures s'articulant autour de trois thèmes majeurs dans le travail de cet artiste: les recherches géométriques, les scènes de genre et l'homme. Il vit dans la médina près de son sujet: la rue, ses petits vendeurs et les acrobates sur la place. Il voyage et découvre avec eux les hammams de Marrakech. Les compositions et la manipulation libre des perspectives l'écartent du naturalisme «orientaliste» qui sévit a l'époque. Sa formation littéraire et artistique proche des surréalistes, lui donne le goût des recherches géométriques dans les formes, leurs inversions et la traduction du mouvement.
Amine BOUSHABA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.